Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

20 août 2009 4 20 /08 /août /2009 21:00





Mise en scène d'Intermarché :
le PS demande des comptes
Source : NOUVELOBS.COM  -  le 20 août 2009


Daniel Guérin, conseil régional PS d'Ile de France, a saisi la direction générale de la concurrence afin "que toute la lumière soit faite" dans l'affaire de la mise en scène de la visite de Luc Chatel dans un Intermarché.

Daniel Guérin, conseiller régional (PS) d'Ile-de-France, a saisi jeudi 20 août la direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes, à propos de la visite du ministre de l'Education nationale Luc Chatel à l'Intermarché de Villeneuve-le-Roi, lundi.




Dans un communiqué, le conseiller régional et conseiller général de Villeneuve-le-Roi (Val-de-Marne) indique : "Je viens de saisir la direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes afin que toute la lumière soit faite sur les véritables responsabilités dans cette affaire et les éventuelles distorsions de concurrence qu'elle générait au détriment des autres commerçants du secteur".

Manipulation d'Intermarché ?

Selon lui, "si la manipulation n'avait pas été révélée, cette visite aurait constitué une opération de promotion gratuite pour Intermarché au détriment des autres acteurs économiques locaux".

Le ministre de l'Education nationale Luc Chatel a "condamné fermement" mercredi l'initiative prise lundi par Intermarché d'inviter certains de ses salariés à "faire figuration" lors de sa visite d'un magasin de l'enseigne.

Partager cet article

Repost0
20 août 2009 4 20 /08 /août /2009 20:00

Bonne surprise pour Luc Chatel, un supermarché plein d'UMP
Source : Rue89.comm  -  le 18 août 2009

Quand Chatel se met à faire du Morano, ça donne une vraie-fausse scène de rentrée au supermarché. France Inter a levé le lièvre ce mardi en racontant la coulisse de la visite du ministre de l'Education nationale à l'Intermarché de Villeneuve-le-Roi (Val-de-Marne).

Un petit voyage de presse bien organisé par les équipes du porte-parole du gouvernement et de son homologue, Hervé Novelli, secrétaire d'Etat chargé du Commerce et de la Consommation. Avec force caméras et photographes, parés à faire la "belle image" de la rentrée dans les rayons (voir par exemple le sujet du JT de 13 heures de TF1).

Depuis deux ans, le gouvernement tente en effet d'imposer à la grande distribution un panier de fournitures à bas prix, pour les ménages les plus modestes.


Lundi 17 août, 11 heures, peu de mères de famille à l'horizon

Mais comme l'écrit l'Express, pas facile de tenir la "séquence" de la rentrée. Même si, depuis le début de l'été, Luc Chatel, promis au plus bel avenir en Sarkozie, n'a cessé d'intervenir sur tous les sujets d'actualité, souvent en tant que porte-parole du gouvernement.

Dans la version officielle, filmée par une caméra de son staff et postée sur Dailymotion, cela donne une version sage et rassurante de cette rentrée, dont le ministre de l'Education nous explique qu'elle est décidément moins chère que celle de 2008 (attention, la séquence dure plus de quatre minutes…)

 

Problème : un lundi 17 août, à 11 heures du matin, les supermarchés ne font pas le plein de mères de famille affairées à équiper leur progéniture. Comme le hasard fait bien les choses, le ministre tombe sur plusieurs d'entre elles… ravies de la baisse des prix constatée.

Seulement voilà, les mères de famille en question sont aussi élues et/ou sympathisantes de l'UMP locale. Et cela n'a pas échappé à la sagacité du reporter de France Inter… (Ecouter le son)



Il y a un an, à Marseille, Nadine Morano faisait la même chose
Cela ne vous rappelle rien ? Il y a tout juste un an, à la fin du mois d'août, la secrétaire d'Etat à la Famille, Nadine Morano, usait du même subterfuge pour vanter les mérites de la nouvelle allocation de rentrée scolaire (ARS), dont le montant varie désormais en fonction de la classe d'âge de l'élève. (Voir la vidéo)

 

 

De leur côté, les associations de parents d'élèves ont bien constaté une baisse du prix du panier de fournitures. Selon les Echos, la baisse atteindrait jusqu'à 8,7%. Mais Familles de France a aussi relevé que le panier « à bas prix » offre des articles à la qualité très relative : cartable en carton, post-it "recyclé"…etc. Et un mauvais point selon cette enquête : des prix en forte hausse (plus 24%) pour les fournitures vendues en ligne.

Les deux ministres auront sûrement un sujet de conversation pour la rentrée. Luc Chatel, lui, est déjà passé à autre chose ce mardi : un nouveau voyage de presse consacré à la grippe A. Avec de faux malades ?

Partager cet article

Repost0
18 août 2009 2 18 /08 /août /2009 21:00


EXCLUSIF : KARACHI, L'ESQUISSE D'UN CRIME
Source : karachigate.blogspot.com, le 18 août 2009  /  jeuneafrique.comm, le 7 août 2009


"...Jeune Afrique s'est procuré le croquis des enquêteurs sur les circonstances de l'attentat.
Ce document exclusif relève la distance anormale (72 mètres) du véhicule kamikaze de l'autocar des techniciens français. Il comporte par ailleurs une inscription manuscrite rédigée en anglais autorisant le versement du croquis à la justice française.

Une précision importante car ce croquis ainsi que l'essentiel de la contribution de la CIA à l'enquête (notamment des photos) ont été annulés de la procédure en avril 2003 à la demande de l'ex-juge antiterroriste Jean-Louis Bruguière, aujourd'hui en voie de reconversion dans la politique sous les couleurs de l'Union pour un mouvement populaire (UMP)."

Le dessin : http://www.jeuneafrique.com/photos/07082009145000000000AttentatKarachi22.jpg

Partager cet article

Repost0
18 août 2009 2 18 /08 /août /2009 20:00

Travail le dimanche :
FO saisit le Bureau International du Travail

Source : france-info.com  -  le 17 août 2009

La loi sur le travail dominical est entrée en vigueur ce week-end. Mais ses détracteurs ne désarment pas : le secrétaire général de Force Ouvrière indique avoir saisi le BIT.

 

"Il y a une convention internationale du travail sur le repos hebdomadaire, et nous considérons que la loi qui a été votée ne répond pas, ne respecte pas toutes les dispositions de cette convention", a expliqué Jean-Claude Mailly ce matin sur RTL.

Il précise que des dérogations existent, certes, à cette convention internationale ; mais souligne qu’il y a "des formes à respecter et on ne peut pas déroger de manière temporaire et pour n’importe quoi".

Ces dérogations concernent des secteurs bien précis : santé, restauration, entreprises qui travaillent en continu... 
Et le secrétaire général de FO estime qu’elles ne doivent pas être étendues à tous les secteurs : "ce n’est quand même pas vital d’aller acheter des meubles un dimanche".


 

Force ouvrière en appelle à

l'Organisation internationale du travail

Source : lesechos.fr  -  le 18 août 2009

 

"Observations".  Comme elle l'avait déjà fait - avec succès - contre le contrat nouvelle embauche, Force ouvrière a saisi l'Organisation internationale du travail contre la réforme du travail dominical. La procédure choisie n'est pas tout à fait la même. En 2005, la centrale avait émis une "réclamation" ; cette fois-ci, elle a transmis des "observations". Mais l'objectif affiché est identique : contraindre la France à revoir sa réforme.

Force ouvrière estime que, contrairement à ce que veut la convention internationale n° 106 sur le repos hebdomadaire, les dérogations au repos hebdomadaire dominical ne sont pas suffisamment justifiées.


"Si on le fait, c'est qu'on estime qu'on a des chances de gagner", commente le secrétaire général de FO, Jean-Claude Mailly. Le feuilleton va en tout cas durer : il s'était écoulé deux ans avant que l'OIT condamne le CNE. D'ici là, on peut imaginer que, comme à l'époque, la justice française soit aussi saisie du même argumentaire.

Partager cet article

Repost0
17 août 2009 1 17 /08 /août /2009 22:00

Pourquoi pas le dimanche ? J'ai bien publié des billets ce jour-là !
Bon, après une quinzaine de vacances, passées en Bretagne, cette belle contrée ensoleillée (pour l'un des qualificatifs, je reconnais que j'exagère un peu ...), j'avais envie de réactiver le blog sur le thème du travail dominical.

Ce dimanche 16 août inaugurait donc cette grande nouveauté, cette for-mi-da-ble réforme de progrès social, emblématique de la politique de civilisation sarkoziste.
Haut les coeurs !
 


Débuts limités pour l'ouverture dominicale des commerces
Source : www.travail-dimanche.com


PARIS, 16 août (Reuters) - La nouvelle législation française élargissant les possibilités d'ouverture de certains commerces le dimanche est entrée en vigueur partiellement, avec des changements très limités.

Les premières ouvertures nouvelles concernaient certains commerces des 497 communes et 29 zones touristiques recensées dans une loi votée en juillet. C'était la quatrième mouture d'un projet voulu par le président Nicolas Sarkozy, mais fortement contesté jusque dans sa majorité.

A Paris, une enseigne de maroquinerie de luxe a par exemple ouvert sur les Champs-Elysées. Depuis plus d'un siècle, les enseignes liées au tourisme ou à la culture ouvrent déjà le dimanche, comme dans les sept actuelles zones touristiques de la capitale.

"C'est une excellente nouvelle, à la fois pour la vie de la boutique mais aussi pour notre clientèle, qui est à 70% étrangère", a dit une responsable de la boutique sur France info.

Le progrès est cependant faible quantitativement. Lieu symbolique, les grands magasins du boulevard Haussmann, un secteur qui n'est pas actuellement classé zone touristique, étaient notamment fermés, a constaté Reuters.

Ils risquent de le rester en dehors des dérogations légales déjà existantes et utilisées notamment dans les périodes de fêtes de fin d'année, car le 6 août, le Conseil constitutionnel a censuré une partie du projet gouvernemental.

La partie du projet donnant au préfet le pouvoir de décider l'élargissement des zones touristiques à Paris a été annulée, et le pouvoir est restitué à la mairie, actuellement dirigée par le socialiste Bertrand Delanoë.

Les syndicats de salariés pressent le maire, dont le parti est opposé au projet, de refuser toute nouvelle ouverture.

"CETTE LOI NE CHANGE PAS GRAND CHOSE"

Les syndicats parlent de possibles régressions pour les salariés dans les communes et zones touristiques. En effet, l'ouverture peut se faire contre l'avis des salariés et n'implique plus légalement une majoration des salaires, une modalité qui existait parfois jusqu'ici.

A Toulouse, aucun changement notable ne pouvait être constaté et la profession se montre sceptique. "Pour nous, cette loi ne change pas grand chose", a dit à Reuters Guy Pressenda, président de l'Union des métiers de l'industrie hôtelières (UMIH) de la région Midi-Pyrénées. (En effet, la loi permettait bien évidemment déjà aux hôtels d'ouvrir le dimanche, NDLR)

"Ceux qui étaient ouverts le dimanche le restent, pour acueillir les touristes. Les autres adhérents n'ont pas modifié leur planning. Il n'y avait aucune raison de tabler sur une nouvelle clientèle", a t-il ajouté.

Les seconds secteurs visés par la loi, les "périmètres d'usage de consommation exceptionnels" (PUCE), en pratique les agglomérations de Paris, Aix-Marseille et Lille, n'étaient pas concernés dimanche, le processus administratif étant en cours.

Il sera compliqué. Le gouvernement doit encore publier des décrets d'application, les préfets devront faire un travail préalable et publier des arrêtés, puis les communes intéressées devront déposer des demandes. Enfin et surtout les commerces concernés devront trouver un accord avec leurs salariés.

Dans ces secteurs en effet, l'accord des employés est obligatoire, leurs patrons devront les payer double et leur accorder un repos compensateur. Compte tenu des oppositions et des mandats électifs locaux détenus à Paris et Lille par la gauche, le succès du processus semble loin d'être acquis.

Nicolas Sarkozy a souhaité ce texte en assurant qu'il susciterait du pouvoir d'achat et de l'activité. La gauche le combat en estimant que le principe du repos dominical doit être protégé dans l'intérêt des familles. Elle juge qu'il introduit une discrimination entre salariés.

Partager cet article

Repost0
30 juillet 2009 4 30 /07 /juillet /2009 19:00

L'effet Karachigate à l'épreuve des vacances
Source :
karachigate.blogspot.com  -  le 28 juillet 2009

Le blog du Karachigate a un mois.

Comme prévu, il aura suffit d'un crash, d'un tour de France et d'une syncope monarchique pour que l'affaire des rétro-commissions Balladuro-pakistanaises soit digérée en quatre semaines. A vrai dire, il n'aura même pas fallu quatre jours. Même pas quatre minutes sur les principales chaines de télévision du pays.

Ne lâchons pas Karachi.
Encouragé par un taux de progression du site de 1200% (en même temps nous partions de 0), par les 8000 téléchargements de la vidéo sur Dailymotion, autant sur Freebox, par l'intérêt constaté chez le moindre de mes interlocuteurs de gauche à droite dès que j'évoque ce sujet (dont fort étrangement ils n'eurent aucun écho), je continue la collecte des informations, des éditoriaux et des documents sur une trouble affaire qui a couté la vie à 14 personnes dont 11 français.

Comme cela ne pulse pas trop côté news en plein été, alors que les rédactions sont prises d'une passion soudaine pour le vagal et le lipothyimique, profitez-en pour découvrir en intégralité l'émission Ligne Jaune que Guy Birenbaum consacrait à l'affaire :

Karachi : qui a franchi la ligenj@une ?
Vidéo envoyée par  lignejaune

Merci à ceux qui contribuent à lever le voile.

Partager cet article

Repost0
29 juillet 2009 3 29 /07 /juillet /2009 10:00

Sarkozy "pas élu pour augmenter les impôts"... mais pour en créer !
Source : lesmotsontunsens.com  -  le 17 mars 2009
(mais c'est toujours d'actualité  !!!)


Si Nicolas Sarkozy se targue de ne pas augmenter les impôts, il faut savoir lire entre les mots. S'il est - peut-être - vrai que la fiscalité existante n'augmente pas, il ne faudrait tout de même pas oublier la petite vingtaine de taxes nouvelles instaurées depuis le début de son mandat. Jeux de mots, jeux de Sarko ?
Nicolas Sarkozy, profitant d'un détour par l'usine Alstom d'Ornans, a répondu à sa majorité sur la délicate question d'éventuelles augmentations d'impôts : "Je n'ai pas été élu pour augmenter les impôts, moi (...) Moi, j'ai été élu pour réconcilier la France avec l'entreprise et avec l'usine" a-t-il déclaré. "Je ne veux pas enrichir Monaco, moi. Je ne veux pas enrichir la Suisse, je ne veux pas enrichir l'Autriche. Je veux que les gens viennent dépenser leur argent en France et investir en France", a insisté le chef de l'Etat.
Nicolas Sarkozy n'aurait-il pas la mémoire courte, à l'image de son porte-parole préféré ?
Depuis son élection en mai 2007, voici la liste des nouvelles taxes entrées en vigueur :


nouvelles taxes depuis l'élection de Sarkozy Taxe pour le RSA (entre 1 et 2 milliards)
nouveaux impôts Sarkozy Taxe sur les assurances et les mutuelles (1 milliard)
augmentation impôts Sarkozy Taxe sur l'intéressement et la participation (400 millions)
augmentation impôts Sarkozy Taxe sur les stock-options (250 millions)
taxes Sarkozy Franchises médicales (850 millions)
impôts Sarkozy Hausse des cotisations retraite (150 millions)
 Taxe sur la publicité des chaînes privées (incalculable)
 Taxe sur les compagnies pétrolières (150 millions)
 Taxe pour financer la prime à la cuve (100 millions)
 Taxe sur les ordinateurs (50 millions)
 Taxe pour copie privée des disques durs externes et clés USB (167 millions)
 Taxe sur le poisson (80 millions)
 Taxe sur les huiles moteurs (44 € par tonne de lubrifiant)
 Taxe sur les imprimés publicitaires (incalculable)
 Hausse de la redevance télévision (20 millions)
 Contribution exceptionnelle (exceptionnellement reconduite chaque année depuis... 1991) sur les ventes en gros de produits pharmaceutiques (50 millions)
 Taxe sur la téléphonie et internet (80 millions minimum)
 Taxe sur les grosses cylindrées (malus auto annualisé : 160 € par an par auto)
 Chèque transport (pas de plan de financement pour l'instant)

 

Sans compter les hausses des impôts locaux, en partie liées au désengagement de l'Etat... Le tout payé majoritairement par les consommateurs, les salariés et les malades.

Conclusion ? Nicolas Sarkozy n'a pas menti !

Il n'augmente pas les impôts, c'est vrai... il en crée des nouveaux, nuance. Et ces taxes flambant neuves ne grèvent pas les portefeuilles des contribuables les plus aisés, ceux qui peuvent investir, c'est vrai aussi. Elles concernent plutôt les consommateurs, les malades et les salariés pour la plupart. Ceux dont l'investissement se limite à quelques cases cochées sur une grille de loterie nationale.


Sarkozy : vas-y, augmente les impôts si tu oses !

Aménager ou suspendre le bouclier fiscal ? Pas question, a répondu, à sa façon, le Président de la République en déplacement dans une usine du groupe Alstom.

Admirez comme y cause, y fait peup'  quand même, y'est proche des gens, hein ?
"J'ai pas été élu pour augmenter les impôts, moi.
Si y'en a qu' ça les démange d'augmenter les impôts,
y z'oublient qu'on est dans une compétition ... "

Partager cet article

Repost0
28 juillet 2009 2 28 /07 /juillet /2009 19:00

La taxe carbone est-elle ou non une bonne mesure ?
Lu sur le blog de Jean-Louis BIANCO  -  le 28 juillet 2009



Michel Rocard remet aujourd’hui à Jean-Louis Borloo son rapport sur la taxe carbone. La taxe carbone aussi appelée "Contribution climat énergie" vise, en renchérissant les prix de l’énergie fossile (fioul, essence, gaz, etc.) utilisée dans les transports et pour les chauffages, à faire baisser le niveau des émissions de gaz à effet de serre (CO2) responsable du réchauffement climatique. Elle s’appliquerait aux entreprises et aux ménages.


Cette taxe pourrait rapporter 8 milliards d’euros sur la base d’une tonne de CO2 facturée 32 euros dans l’immédiat (puis jusqu’à 100 euros en 2030).

Elle représenterait un coût de l’ordre de 7 centimes par litre de carburant et une hausse de 10% pour les ménages chauffés au gaz, soit au total un coût moyen de 300 euros par an et par ménage.


Est-il possible de créer une taxe carbone écologique efficace et social acceptable ?

En effet, ou son montant est relativement élevé et cela peut pénaliser à court terme certains secteurs économiques et diminuer le pouvoir d’achat ; ou bien le montant est trop faible et la mesure est peu efficace (par parenthèse, je n’ai pas bien compris d’où sort le chiffre de 32 euros la tonne généralement avancée).


C’est pourquoi, une redistribution par le biais d’un "chèque vert" (avec une plus grande compensation aux ménages ruraux qui sont particulièrement captifs des déplacements routiers et dont la surtaxation serait injuste) est une condition sine qua non de l’acceptation de cette nouvelle taxe.

L’ensemble des recettes fiscales doit être restitué aux consommateurs et ne doit pas servir, contrairement à ce qu’a annoncé Nicolas Sarkozy, à combler la suppression éventuelle de la taxe professionnelle…


Par ailleurs, on constate que le progrès technique permet déjà, en réalité, de réduire les besoins en énergie des objets et d’accroître les ressources en énergie sans contenu en carbone. Mais les énergies nouvelles n’étaient guère soutenues jusqu’à très récemment et rencontrent de nombreuses résistances comme par exemple celles du lobby automobile. Cette taxe ne doit pas occulter la nécessité de taxer les énergies les plus polluantes. Évidemment, cela devrait se faire au moins au niveau européen


À ce propos, je rappelle les propositions déjà présentes dans le pacte présidentiel (2007) de Ségolène Royal : négocier une éco-redevance pour décourager le transport camion, encourager les éco-industries par une TVA tendant vers zéro, afficher clairement les normes environnementales comme des critères à part entière dans les négociations de l’OMC, etc.

Partager cet article

Repost0
28 juillet 2009 2 28 /07 /juillet /2009 14:00

Le chômage baisse ? Eh bien non !

Source : Liberation.fr  -  le 28 juillet 2009

 

Si le nombre de chômeurs à la recherche d'un emploi à temps plein a légèrement baissé en juin par rapport à mai, le nombre total d'inscrits au Pôle emploi a augmenté... malgré un nombre de radiations important. 

Sans champagne ni trompettes. Le gouvernement s'est félicité avec retenue après la publication des chiffres du chômage, hier lundi. Une "bonne surprise" pour le secrétaire d'Etat à l'Emploi Laurent Wauquiez, alors que Chrsitine Lagarde, ministre de l'Economie, s'est elle "réjouie".

Il faut dire que cette annonce de diminution de demandeurs d'emploi en juin intervient après onze mois consécutifs de hausse du nombre d'inscrits en catégorie A. De quoi noter un léger mieux sur le front du chômage à condition de ne pas se pencher trop près sur les chiffres et, en l'espèce, dans les lettres.

Catégorie A signifie que les chômeurs relevant de ce régime sont "à la recherche d'un emploi" (sic) et "n'ont pas travaillé dans le mois", dixit le ministère de l'Emploi. Ces infortunés étaient 18.600 de moins fin juin en métropole (-0,7% par rapport à fin mai), soit 2,524 millions de personnes tout de même.

En revanche, si l'on ajoute les chômeurs exerçant une activité réduite, classés eux dans les catégories B et C, le nombre global de chômeurs (c'est-à-dire A+B+C) a augmenté de 9.200 inscrits, pour représenter 3,634 demandeurs d'emploi en métropole, 3,850 millions avec les départements d'outre-mer.

Double tendance

C'est la première leçon à tirer de ces chiffres: l'emploi à temps partiel ne cesse d'augmenter : fin juin, environ un tiers des inscrits, soit 1,110 million de personnes, exerçait une activité réduite. Ce qui est le miroir d'une double tendance.

Primo, les chômeurs ne restent pas les bras croisés en attendant un job à temps plein et acceptent de travailler avec des horaires réduits... et les salaires qui vont avec.

Secundo, c'est aussi le signe que les entreprises, aux trésoreries malmenées par les effets de la crise économique et aux carnets de commande de plus en plus réduits, se montrent de plus en plus prudentes et proposent des missions au coup par coup et calquées sur leur activité en fort ralentissement.

Ce qui pourrait expliquer l'amélioration constatée sur le front de l'emploi des moins de 25 ans, plus aptes à occuper ces emplois estivaux, notamment dans le secteur touristique.


Découragés ou radiés

Autre chiffre qui tempère l'espoir né de la publication de ces chiffres: si l'on prend en compte les chômeurs inscrits en catégorie D c'est-à-dire les demandeurs d'emplois en stage, en formation ou en maladie, ou encore les inscrits en catégorie E (contrats aidés) dont le nombre ne cesse de croître, plus de quatre millions de personnes étaient inscrites au Pôle emploi fin juin, sur une population active estimée à quelque 28 millions par l'Insee.

Le Pôle emploi, justement. Les chiffres communiqués hier indiquent que le nombre de demandeurs d'emploi sortis des chiffres du chômage en raison de la "cessation d'inscription [au Pôle Emploi] pour défaut d'actualisation" augmente de 19,3% fin juin par rapport au mois précédent.

En clair: 33.000 personnes qui étaient inscrites au chômage fin mai ne sont plus comptabilisées faute de s'être rendu au Pôle emploi. Sans doute des non-indemnisés ou des découragés par les lourds dysfonctionnements constatés au nouvel organisme de placement et d'indemnisation des demandeurs d'emploi... Ou encore tout simplement radiés par un système informatique qui a déjà fait montre de ses limites dans la bascule entre l'ANPE et le Pôle emploi.

Partager cet article

Repost0
28 juillet 2009 2 28 /07 /juillet /2009 09:00


Cyber Brother
Lu sur le blog de J-L BIANCO  -  le 27 juillet 2009


Je vous en avais parlé il y a quelques temps (voir ici) et cela risque de s’accentuer :
la surveillance électronique des personnes pourrait prendre un nouveau tournant très prochainement.
Le Monde en parle dans son édition du samedi 24 juillet. Extrait :

"Le cauchemar totalitaire décrit, en 1948, par George Orwell dans 1984 n’est pas encore une réalité. Mais on assiste à une extension du profilage des citoyens, très inquiétante au regard des libertés. Les logiciels-espions de la police se banalisent. Cyber Brother s’installe chez vous, dans notre vie privée.

Le projet de loi d’orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure (Loppsi II), qui sera débattu en fin d’année, va permettre à la police, dans le cadre d’une information judiciaire et ’sans le consentement des intéressés’, d’accéder à ‘des données informatiques, de les observer, les collecter, les enregistrer, les conserver et les transmettre’. Pas moins."


Dans un avis rendu public vendredi 24 juillet, la CNIL s’alarme du "caractère particulièrement sensible" des dispositions de Loppsi II ; elle y voit "une importante exception" aux principes de la loi du 6 janvier 1978 relative à la protection des données personnelles…

L’article conclu :

"Où est la limite à ces intrusions dans la vie des Français ? Nous sommes prévenus : Big Brother est là, tout près".

Partager cet article

Repost0

Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande