Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

13 juillet 2009 1 13 /07 /juillet /2009 14:00

Jean-Louis Foulquier a déjà affiché son soutien à l'UMP ...
Et c'était à l'occasion de la législative 2007 à ... La Rochelle !

De là à voir un lien avec les attaques portées contre Ségolène ROYAL dans "l'affaire Orelsan", il n'y a qu'un pas. Que je n'hésite pas à franchir.
Mais il faut dire que je suis mauvaise lang ... (tiens, il l'a encore "ramené" celui-là, l'éternel ministre de la Culture ?)

Lu sur le blog (il existe toujours, pour l'instant) de la candidate UMP Dominique Morvant :




14 juin 2007

Dominique Morvant,
en visite chez PLANET PROD,
reçoit le soutien de Jean-Louis Foulquier

Dominique Morvant a rendu visite à Planet Prod, à l'invitation de son directeur, Ben Dekkiche.


Jean Louis Foulquier, le célèbre fondateur des Francofolies, était présent; il a affirmé son soutien à la candidature de Dominique Morvant.

Partager cet article

Repost0
13 juillet 2009 1 13 /07 /juillet /2009 13:00

Gérard Pont, directeur des Francofolies :
"Ségolène Royal n'a pas fait pression sur les Francofolies
pour déprogrammer Orelsan"

Source : L'EXPRESS.fr  -  le 4 juillet 2009


Le directeur des Francofolies de la Rochelle a pris l'initiative de contacter LEXPRESS.fr pour préciser les raisons de l'annulation du concert du rappeur caennais.

Ségolène Royal, présidente de la région Poitou-Charentes, est-elle intervenue pour déprogrammer Orelsan prévu le 14 juillet ?

Non, absolument pas. En février, j'ai appelé son assistante pour connaître la position de Ségolène Royal sur la venue du rappeur : elle était contre. Mais cela ne m'a pas empêché de l'inviter.


Contrairement aux déclarations des membres de votre équipe, publiées dans le journal Sud Ouest, Orelsan était donc bien programmé à La Rochelle ?

Oui, Orelsan devait bien chanter le 14 juillet sur la même scène qu'Oxmo Puccino et Sefyu. Je l'ai programmé fin janvier après avoir vu ses concerts à la Boule Noire, à Paris. Je voulais simplement que l'on reste discret sur sa venue. L'annonce n'a donc jamais vraiment été officielle. Je voulais qu'il puisse ainsi assurer sa prestation tranquillement, dans des conditions normales. Pas comme à Bourges où les forces de l'ordre avaient été déployées à l'entrée de la salle. C'était peut être une stratégie à la con.


Pourquoi l'avoir finalement déprogrammé ?

Après la parution cette semaine d'un article dans le journal Sud Ouest annoncant la venue d'Orelsan aux Francofolies, des membres de l'organisation présents à La Rochelle ont été convoqués à la préfecture. Celle-ci a craint des débordements liés au concert. Comme je ne voulais pas d'un concert avec des cars de CRS j'ai préféré annuler le spectacle.

J'ai pris cette décision seul, sans aucune pression de la part de Ségolène Royal. J'assume ce choix qui n'a rien à voir avec de la censure.

Partager cet article

Repost0
13 juillet 2009 1 13 /07 /juillet /2009 11:00

La liberté d'expression défendue par Frédo ! Défense de rire !!!
Christine Albanel, son ex-collègue au ministère de la Culture, n'avait pas, faut-il le souligner, apprécié la beauté de l'oeuvre d'Orelsan, et sans doute pas ce sublime passage :
"J'te déteste j'veux que tu crèves lentement j'veux que tu tombes enceinte et que tu perdes l'enfant"

Magnifique, n'est-ce pas ? De quoi rendre jaloux tous les grands auteurs !



A l'UMP, Lefebvre et Paillé soutiennent Orelsan pour taper sur Royal
Source : L'EXPRESS.fr  -  le 12 juillet 2009

Deux des porte-parole de l'UMP, Frédéric Lefebvre et Dominique Paillé, dénoncent la déprogrammation du rappeur Orelsan du festival des Francofolies de la Rochelle. Ils accusent la présidente de la région Poitou-Charentes Ségolène Royal d'avoir exercé un chantage à la subvention sur les organisateurs.

L'UMP a jugé dimanche "intolérable" la déprogrammation du rappeur controversé Orelsan du festival des Francofolies de La Rochelle, accusant la présidente (PS) de la région Poitou-Charentes Ségolène Royal d'en être l'instigatrice, via "un chantage à la subvention".

 

"Qu'on l'interdise par principe de festival est tout simplement inacceptable. Que ce boycott d'un artiste intervienne suite à un chantage à la subvention est doublement intolérable!", écrivent dans un communiqué le porte-parole de l'UMP Frédéric Lefebvre et son adjoint Dominique Paillé.

"Il est regrettable qu'une grande région française, la région Poitou-Charentes, porte ainsi, du fait de sa présidente Ségolène Royal, atteinte a la liberté d'expression", poursuivent-ils.

Article complet sur L'EXPRESS.fr :  ICI


On peut rappeler que Christine Albanel, qui était alors membre UMP du gouvernement, avait appelé au boycott d'Orelsan ... et ça n'avait pas fait de vagues !!! :

Polémique : Albanel appelle au boycott de la chanson
"Sale pute" du rappeur Orelsan

Source : Lepoint.fr  -  le 27 mars 2009


Christine Albanel n'en croit pas ses oreilles : "Je suis choquée et même révoltée par la chanson du rappeur Orelsan, Sale pute , apologie sordide de la brutalité envers les femmes, d'une cruauté inouïe (...) C'est pourquoi j'en appelle au sens des responsabilités des dirigeants des chaînes de télévision et des sites internet, pour que le clip de cette chanson ne soit plus diffusé. Cette démarche s'inscrit pleinement dans la politique que je souhaite mener en faveur d'un Internet civilisé."

L'objet du délit est un clip largement diffusé sur internet. Dailymotion et Youtube en ont restreint l'accès. Le texte litigieux décrit en termes crus divers actes de violences physiques dont l'auteur menace une femme. Le rappeur Orelsan devait se produire au Printemps de Bourges le 25 avril. Sous la pression, les organisateurs du festival ont annoncé que l'invitation lancée à Orelsan était maintenue, mais que celui-ci ne chanterait pas la chanson qui fait scandale.

Un artiste qui confond pulsion et création

Devant la bronca, le rappeur tente d'expliquer sa démarche "artistique" à travers un communiqué publié par sa maison de disque (3e Bureau) ...

L'article complet sur Lepoint.fr  :   ICI

Partager cet article

Repost0
13 juillet 2009 1 13 /07 /juillet /2009 10:00

Orelsan, ça vous dit ? Mais si, cet humaniste généreux qui a été déprogrammé des Francofolies de La Rochelle (et encore ça n'est pas certain, était-il programmé ? les versions divergent).

Celui qui dans ses chansons (!)  a de puissants moyens pour faire taire sa copine ...

Avec toute la douceur qu'on lui connaît, il promet même à sa chère et tendre de la "marie trintigner". Tout un programme !

Bon, ce ne sont que des chansons, des paroles en l'air. Qui aime bien châtie bien, dit-on.
Donc, respectons la création et le génie de l'artiste. Au nom de la liberté d'expression (la même qui permet à Dieudonné de s'exprimer, n'est-ce pas ...)

Liberté d'expression, mais laquelle ? Celle des opposants aux  oeuvres sublimes d'Orelsan, elle existe aussi.
Et on ne va pas la mettre dans sa poche, le mouchoir par dessus.

Présidente de la région Poitou-Charentes,  Ségolène ROYAL s'était émue de la prestation  du dit philosophe, envisagée par les organisateurs en début d'année.
L'affaire rebondit, avec les accusations de Jean-Louis Foulquier, ancien directeur du festival (et accessoirement ami de Raffarin), aussitôt reprises par les chiens de garde de l'UMP ...


Orelsan : Foulquier charge Royal
Source : LeJDD.fr  -  le 12 juillet 2009

Il n'est plus aux commandes du festival depuis 2004, mais Jean-Louis Foulquier, fondateur des Francofolies de La Rochelle, dont l'édition 2009 se déroule actuellement, a des choses à dire. Alors que Cali s'est publiquement indigné de la déprogrammation du sulfureux rappeur Orelsan, Foulquier a renvoyé l'artiste à celle qui serait selon lui à l'origine de cette "censure" : Ségolène Royal.

A la fois absent et "vedette" incontournable des Francofolies de La Rochelle. Tel est le drôle statut du rappeur Orelsan, au moment où l'édition 2009 de l'un des festivals majeurs de l'été bat son plein. Retiré de l'affiche au dernier moment, en raison des paroles de sa chanson Sale pute, un titre vieux de trois ans, mais qui, magie d'Internet, a refait surface en début d'année (lire: Orelsan, pas très net...), le sulfureux artiste se trouve au coeur de toutes les discussions du grand raout charentais.

Samedi soir, Olivia Ruiz lui a notamment dédié son concert. Quant au chanteur Cali, il a, lui, purement et simplement décidé de boycotter le festival qui l'avait révélé en 2002, en raison, justement, du sort fait au rappeur caennais. "Il y a un acharnement insupportable sur Orelsan", a fait savoir l'interprète de Elle m'a dit dans une lettre ouverte rendue publique dimanche par la maison de disques d'Orelsan, Troisième bureau. "La précieuse liberté d'expression est ici clairement bafouée", a-t-il enchaîné. Avant d'enfoncer le clou: "Le festival se discrédite."

Foulquier: Royal "en maître-chanteuse"
Il n'en fallait pas davantage pour que Jean-Louis Foulquier, qui a fondé les "Francos" en 1985 avant d'en céder les rênes en 2004 à l'actuelle direction, ne sorte de sa réserve. Sur RTL ce dimanche, le journaliste est venu au soutien de Gérard Pont (actuel directeur du festival) et ses troupes en rejetant la faute de cette affaire à Ségolène Royal, présidente de la région Poitou-Charentes. "C'est Ségolène Royal l'instigatrice de tout ça", a laissé tomber l'ex de France Inter. "Elle s'est positionnée en maître-chanteuse: ou ils (les organisateurs) arrêtaient la programmation, ou ils n'avaient plus de subventions", a-t-il ajouté sans détour, non sans se montrer grinçant à l'endroit de Cali, réputé pour sa proximité, affichée, avec l'ancienne candidate socialiste à la présidentielle de 2007. "Cali est un soutien sans faille de Ségolène Royal, a lancé Foulquier. Est-ce qu'il va aller chanter, dans ses concerts de soutien et de fraternité, pour une femme qui clame la censure?". Libre au chanteur de répondre à la question, mais le père spirituel des "Francos" apporte là une franche précision à la déprogrammation d'Orelsan à La Rochelle.

Mitterrand loin de la polémique
Si l'on savait en effet que l'ancienne ministre de la Famille était une opposante acharnée à la venue du rappeur sur les bords de l'Atlantique, son entourage avait toujours certifié qu'elle n'avait en aucun cas menacé de couper les vivres aux "Francos". "Ceci est totalement absurde", avait même fait savoir son directeur de cabinet contacté par le quotidien Sud Ouest en début de mois, au moment de l'annonce officielle de la non-programmation d'Orelsan. Toujours dans les colonnes du Sud Ouest, Ségolène Royal affirmait elle n'avoir "absolument pas envie de sponsoriser sur mon territoire une personne qui vante les violences faites aux femmes". "Même, avait-elle ajouté, si je n'ai pas à me mêler des choix artistiques" des organisateurs, réfutant ainsi à demi-mots les accusations de pression qui planaient et planent toujours sur elle.

Des accusations également rejetées par... Gérard Pont, dans un entretien accordé à L'Express: "J'ai pris cette décision seul, sans aucune pression de la part de Ségolène Royal, avait déclaré le directeur des Francofolies le week-end dernier. J'assume ce choix qui n'a rien à voir avec de la censure", avait-il ajouté, mettant en avant des impératifs de sécurité incompatibles avec la venue d'Orelsan. A chacun sa vérité donc. Interrogé sur le sujet lors de son passage samedi à La Rochelle, le nouveau ministre de la Culture s'est en tout cas montré bien loin de cet imbroglio. Orelsan? "Connais pas", a seulement lâché Frédéric Mitterrand à la nuée de journalistes qui l'entourait.

Partager cet article

Repost0
12 juillet 2009 7 12 /07 /juillet /2009 19:00


Source :   



12 juillet 2009   



KARACHI : ventes d'armes et secret d'Etat...


Résumé de l'émission C dans l'air (France 5) du 09/07/2009


Vidéo envoyée par  politistution

Partager cet article

Repost0
11 juillet 2009 6 11 /07 /juillet /2009 11:00

Sarkozy dans un fauteuil en 2012.
Comme Balladur en 1995

Source : Marianne2.fr  -  le 10 juillet 2009

Sarkozy le dit à l'UMP et tout Paris le murmure : on ne voit pas bien qui, en 2012 est susceptible de défier sérieusement Nicolas Sarkozy. Les apparences ne donnent en effet aucune chance à ses challengers quelle que soit leur appartenance politique. C'est comme si Sarkozy était déjà élu. Ça ne vous rappelle rien ?

Jean-François Kahn n’a pas tort sur ce point : les électeurs votent contre Sarkozy à 60% au moins mais l’opposition n’existe pas. Cette occurrence inédite nous offre une scène politique de plus en plus pusillanime. L'ensemble de l’establishment et des hommes et femmes dits d'influence se persuadent chaque jour un peu plus que personne ne sera en mesure de battre Nicolas Sarkozy en 2012. Aucun ne l’avouerait, même sous la torture, mais la plupart des chefs de l’opposition le croient aussi. Bref, si opposition il y a, il faudrait directement songer à 2017 pour espérer la voir conquérir le pouvoir.

Le spectacle démocratique revet du cop un visage assurément sinistre. Un à un, chacun des opposants putatifs s’effondre comme dans une baraque à foire livrée à un sniper serbe. Souvent, dans une compétition présidentielle, le danger vient d'abord dans son propre camp. Or, ici, c'est le désert des Tartares, et le seul Bédoin capable de le traverser, Dominique de Villepin, peut tout juste espérer devenir un ministre d'ouverture de la gauche ou du Modem si  l'une ou l'autre arrivait au pouvoir.
François Bayrou ? Au jeu de l’oie présidentielle, il a reculé de beaucoup plus que de trois cases. Le voilà presque rendu à celle du départ.
Devant les élus UMP mardi soir,  le Président a affiché une immense confiance en lui. Il a annoncé son intention de se représenter et sa certitude de gagner en 2012, en exposant de façon crue son "excellent bilan" :
"On a bouffé la crédibilité de la gauche sur l'écologie, sur la culture, sur l'ouverture", a-t-il déclaré.


Revue de troupes présidentiables
Cohn Bendit ? L’Elysée ne l’intéresse pas et sa seule ambition semble être de choisir le challenger de Sarkozy. Martine Aubry ? Elle doit se pincer jusqu'au sang pour croire qu'elle peut devenir autre chose que le syndic de la rue Solférino. Et puis, comment prétendre gouverner la France lorsqu’on ne parvient pas à gouverner le PS ? Manuel Vals ? Il a tout juste en sécurité, tout faux en économie. Et combien de divisions ? Laurent Fabius ? Il a de l'allure à l'Assemblée mais il reste déprimé par les sondages. François Hollande ? Dans le paysage, il est encore l'un des plus drôles, donc des plus crédibles. Mais qui le soutiendra ? Sûrement pas ceux qui ont poussé un soupir de soulagement à son départ de la rue Solférino. Bertrand Delanöe ? Il pourrait s'estimer heureux  de ne pas devoir confier les clefs de sa Mairie aux écolos en 2014. Moscovici ? Transparent.

Reste  Dominique Strauss-Kahn et Ségolène Royal.
Le premier est plombé par le règlement du FMI qui lui interdit de trop montrer sa fiole à la télévision ... Et le Résident de l'Elysée dit partout qu'il le veut à Matignon, ce qui ne risque pas d'être populaire dans l'opposition.
La seconde a toutes les chances de se faire réélire en Poitou-Charente et de s’en servir comme tremplin pour les primaires du PS, qui, en l'état, se présentent pour elle comme une promenade de santé. Qu’elle arrive au second tour arrangerait beaucoup de monde, y compris Nicolas Sarkozy qui ne la craint pas.


[ on s'en fout de ce qu'il pense ! ]
[ La suffisance, voire le mépris de l'adversaire, est-il une assurance de la victoire ? ]

Un sondage Jaffré pour 2012 ? Improbable...
Mais le plus dramatique pour la gauche et toute l'opposition est ailleurs. Au delà des hommes et des femmes, l’opposition, toutes tendances confondues, n’a pas été capable de faire surgir une idée, une proposition susceptible de donner l’impression de pouvoir mieux faire que le gouvernement. Les socialistes ont demandé plus de relance, François Bayrou plus de République, les plus à gauche ont exigé le maintien des acquis sociaux... Bref, rien qui ne donne l'idée aux électeurs qu'il existe une alternative, une façon nouvelle pour le pays d'affronter la mondialisation malheureuse et sa triste déconfiture.
Bref, dans les dîners où l’on refait la France, le Président a déjà gagné et chacun va organiser sa petite carrière et gérer ses petites ambitions en fonction de cette idée qui va devenir l’horizon politique de la caste dirigeante. Les quadras socialistes, comme Montebourg, Hamon ou Moscovici, pensent déjà tous les matins à 2017. Aucun d'entre eux ne semble accorder d'énergie à l'élaboration d'un plan d'action afin d'inventer un autre capitalisme, alternatif à celui qui continue de s'écrouler sous nos yeux.
   
Un seul bémol : on trouvera difficilement, cette fois-ci, un patron d’institut de sondage pour écrire que Nicolas Sarkozy a déjà gagné l’élection présidentielle. Pour une raison simple : on a déjà vu ce film-là. SI vous ne vous en rappelez pas, lui s'en souvient sûrement. C'était en 1995. Le web en était encore à ses balbutiements en France. Mais où que vous alliez dans les lieux de pouvoir, la photo d'Edouard Balladur en habit présidentiel flottait dans l'atmosphère. Un jeune politicien ministre du budget (vous voyez qui je veux dire ?) déjeunait avec tous les journalistes pour leur décrire avec délectation et enthousiasme le sacre présidentiel de son patron. Avec Bazire, ils étaient jeunes, conquérants et terriblement convaincants : les éditorialistes politiques annoncèrent tous la bonne nouvelle (et agirent en conséquence). Il y avait - déjà - des balladuriens de gauche, comme l'ineffable Gearges-Marc Bénamou ou Jean-Luc Mano.
Dans la désespérante torpeur politique qui flotte dans notre pays, le souvenir du triomphe présidentiel d'Edouard Balladur dans les médias en 1994 peut nous donner du courage : l'histoire, dit-on, ne se répète pas, elle bégaie.

Partager cet article

Repost0
11 juillet 2009 6 11 /07 /juillet /2009 07:00

Licenciés pour avoir refusé de travailler le dimanche...
Source :  lesmotsontunsens.com  -  le 10 juillet 2009

Trois salariés ont été licenciés pour avoir refusé de travailler le dimanche dans leur magasin Ed... "Insubordination" et "non respect des horaires planifiés" selon la direction. Et la porte en fin de courses ...
"Ma vie de famille pour 5 euros ?" C'est le titre de l'article de liberation.fr qui relate les mésaventures de Madame Fernandes. La salariée vient de se faire licencier après cinq ans de bons et loyaux services au magasin Ed (Dia, de son nouveau nom) d'Oyonnax dans l'Ain. Sa faute ? Grave... elle a refusé de travailler le dimanche.

"Insubordination" et "non respect des horaires planifiés" selon la direction, et licenciement dans la foulée. Madame Fernandes aurait pourtant pu toucher une prime de 5€... mais elle a préféré réserver son dimanche à sa famille, puisque c'est le seul jour où elle peut voir son fils de 16 ans, en internat à 700 km de chez elle.

Volontariat obligatoire
Trois salariés au total ont subi les foudres de la direction du magasin. Ils avaient tous invoqué des raisons familiales. Du côté de Carrefour, propriétaire de Ed, on estime respecter "la législation et de la convention collective", puisque les commerces alimentaires ont le droit d'ouvrir le dimanche.

Les salariés avaient pourtant été informés que le travail dominical se ferait sur "la base du volontariat"... En clair, le volontariat ou la porte !

Les trois salariés ont l'intention de porter plainte aux Prud'hommes pour entrave à la vie familiale.
Non seulement ils refusent de travailler plus, mais en plus, ils se plaignent ! Bouh...




Sources : Libé  et  Nouvel Obs


Partager cet article

Repost0
10 juillet 2009 5 10 /07 /juillet /2009 22:00

Sarkozy a assuré le 9 juillet que le secret-défense ne serait pas opposé aux enquêteurs dans les affaires du massacre des moines de Tibéhirine, en Algérie ...
et "sur le terrible attentat de Karachi, pareil", a ajouté Sarkozy.

BON, IL RESTE A ESPERER QUE TOUS LES DOCUMENTS SONT RESTES LA, BIEN AU CHAUD !!!

 


Le secret défense sera levé pour Tibéhirine et Karachi

Source : Lepoint.fr  -  le 10 juillet 2009

 

 

Le secret défense sera levé dans l'affaire des sept moines français tués en Algérie en 1996, a réaffirmé jeudi le président Nicolas Sarkozy, ajoutant qu'il en serait de même pour l'affaire de l'attentat de Karachi, au Pakistan, dans lequel 11 Français ont été tués en 2002.


Le président français a souligné que, dans l'affaire des moines de Tibéhirine, qui selon certaines sources pourraient avoir été victimes d'une bavure de l'armée algérienne, il n'accusait personne.

"La justice est saisie, que la justice dise la vérité. Moi je m'en tiens quand même au communiqué (...) du GIA en 1996, revendiquant l'assassinat des moines. Je n'ai accusé personne, je veux que la vérité soit faite. Il n'y aura pas de secret défense", a dit le chef de l'Etat, en marge du sommet du G8, à L'Aquila, en Italie.

Les autorités algériennes ont toujours désigné le groupe islamique armé (GIA) comme responsable du crime.

Le général François Buchwalter, attaché militaire à l'ambassade de France en Algérie en 1996, a déclaré le 25 juin dernier à un juge que, selon ses informations, les moines de Tibéhirine n'avaient pas été tués par des islamistes mais par l'armée algérienne, lors de l'assaut d'un bivouac des insurgés.


Nicolas Sarkozy a par ailleurs dit qu'il n'y aurait pas non plus de secret défense pour l'attentat de Karachi.

D'abord attribué à des islamistes, cet attentat qui a tué 14 personnes, dont 11 Français employés par la Direction des constructions navales (DCN), pourrait être lié à l'arrêt de commissions lors de la vente de sous-marins au Pakistan.


Les juges d'instruction chargés de l'affaire ont dit privilégier désormais cette piste, qualifiée le mois dernier de "fable" par Nicolas Sarkozy qui était ministre du Budget au moment des faits, entre 1993 et 1995.


La ministre de la Justice, Michèle Alliot-Marie, avait déclaré dimanche ne voir "aucun inconvénient" à la levée du secret défense dans l'affaire de l'attentat de Karachi.

Partager cet article

Repost0
10 juillet 2009 5 10 /07 /juillet /2009 21:00

On se souvient de la réponse embarrassée de Sarkozy sur les rebondissements de l'affaire "KARACHI", le fameux jour où il avait maladroitement déclaré "Je ris pas du tout, parce que Karachi c'est la douleur des familles et des trucs comme ça".

Mais selon lui, "maintenant la notion de secret d'Etat n'existe plus ... tout se sait" .
Il avait aussi argué du fait que le temps avait passé; rendez-vous compte, après 14 ans ... (il pensait à 1995, l'arrivée au pouvoir de Chirac) ...
Curieusement, pour l'affaire des moines de Tibéhirine, sa notion du temps n'est plus la même, et il prend les choses très au sérieux :
"Ce sont des faits qui remontent à 1996. La justice est saisie, la justice doit avoir tous les documents"

ET KARACHI ???????


Tibéhirine, Karachi, Taïwan ...
La levée du secret-défense est sélective !
Source : lesmotsontunsens.comm  -  8 juillet 2009

Haro sur le secret-défense. Nicolas Sarkozy a annoncé mardi que la France lèvera le secret-défense sur tous les documents demandés par la justice française dans le dossier de l'assassinat des moines de Tibéhirine. Il suffisait donc de le demander... Et pour les affaires des frégates de Taïwan ou de l'attentat de Karachi ?

En France, la levée du secret-défense est soumise à la Commission consultative du secret de la défense nationale (CCSDN), une autorité administrative indépendante que l'Etat doit saisir pour avis consultatif. Ensuite, le ministère de la Défense prend seul la décision de déclassifier ou non les documents. C'est donc le gouvernement qui décide.


"La vérité", si je mens...

Suite à la révélation (un peu réchauffée) du témoignage pour le moins gênant d'un général de l'armée française, qui estime que l'assassinat des moines de Tibéhirine est du à une bavure de l'armée algérienne, l'affaire prend une tournure politique. "Je vous dis une chose, je veux la vérité. Les relations entre les grands pays, elles s'établissent sur la vérité et non pas sur le mensonge", a déclaré Nicolas Sarkozy, mardi. "Ce sont des faits qui remontent à 1996. La justice est saisie, la justice doit avoir tous les documents", a-t-il ajouté.

Quid de l'attentat de Karachi ou des frégates de Taïwan ? 

A croire que, dorénavant, le secret-défense ne doit plus se dresser devant la justice ? Logiquement, l'Etat devrait donc prochainement déclassifier les documents dont les tampons "ultra-secret" ont annihilé toute tentative d'enquête judiciaire sur les malversations liées aux obscurs contrats des frégates de Taïwan.


On se prend aussi à rêver que le ministère de la Défense publie incessamment sous peu les documents enfouis de l'affaire de l'attentat de Karachi, que les juges anti-terroristes réclament à corps et à cris...

Partager cet article

Repost0
10 juillet 2009 5 10 /07 /juillet /2009 10:00

 

La manip' continue, donc.

L'Etat, actionnaire d'EDF, n'aurait donc pas été au courant (oui, je sais, c'est la seconde fois que je la fais celle-là) des propositions avancées par le PDG à grand fracas dans les médias ?

Christine Lagarde et Christian Estrosi auraient appris la nouvelle comme tout le monde, à l'insu de leur plein gré !!!

Vous savez quoi ? On nous prend pour des pauv' c...  !!!

 

HAUSSE DES TARIFS EDF :

Le gouvernement ne ferme pas la porte

Source : Lepoint.fr  -  le 9 juillet 2009

"Une hausse de 20 % des tarifs d'électricité sur trois ans ou plus". Le souhait de Pierre Gadonneix, pdg d'EDF, s'est invité au Sénat jeudi. Devant les élus, la ministre de l'économie a été invitée à clarifier la position du gouvernement puisque lui seul est à même de faire évoluer les prix de l'électricité reglementé. Elle n'a pas fermé la porte à la demande d'EDF. Bien au contraire.

Selon elle, il faut "envisager" des hausses de tarifs. Le groupe "aura besoin de faire des investissements importants pour répondre au Grenelle de l'environnement, et en particulier pour investir dans des énergies renouvelables, mais aussi pour investir dans le parc électro-nucléaire", a-t-elle expliqué. La ministre a aussi insisté sur la nécessité pour EDF de "faire des gains de productivité internes à l'entreprise".


"Il n'est pas question aujourd'hui d'une augmentation des tarifs de 20%", a tout de même précisé la ministre devant la presse, à la sortie de l'hémicycle. Et de rappeler les avantages du consommateur français : "Les consommateurs français bénéficient aujourd'hui de tarifs qui sont inférieurs d'à peu près 15 à 30 % par rapport aux tarifs qui sont payés dans les autres pays de l'Union Européenne (...) nous avons mis en place un tarif social pour les ménages les moins aisés".


Son ministre de l'Industrie, Christian Estrosi, a assuré qu'il n'a "pas reçu personnellement M. Gadonneix, ni reçu sur mon bureau ses demandes précises. Je les ai lues dans la presse comme tout un chacun".


Cette requête d'EDF intervient alors même que le groupe a "tous ses clignotants au vert". Parole de Gadonneix.

Partager cet article

Repost0

Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande