Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

27 juin 2009 6 27 /06 /juin /2009 07:00

Dans la série "Crédibilité politique ! ... les petites entorses aux grandes déclarations" :  Nora Berra !

... mais si, vous savez, la nouvelle secrétaire d'Etat aux ainés.

Quelle conviction européenne elle avait ! Rien que le titre du site créé pour sa campagne européenne, on sentait bien qu'elle voulait y aller !


Sur ce site particulièrement pauvre -- il existe toujours, pour l'instant -- la candidate confirmait son engagement à siéger au Parlement Européen : sans faille ... fidèlement !!!

Son billet du 10 juin 2009 : MERCI

Soyez sûr que mon engagement est plus que jamais sans faille.

Je ne vous décevrai pas dans mes nouvelles fonctions. Je défendrai avec la pugnacité que vous me connaissez, les intérêts de la France et en particulier de notre région.

Merci.

Fidèlement


 

En prime : une semaine avant le scrutin des Européennes, Nora Berra avait accordé une interview à Lyonvideos.fr.
Le résultat est tout simplement catastrophique. Extrait d'un naufrage médiatique : 

 

Rions un peu avec Nora Berra...
Vidéo envoyée par  lyon_videos_fr

Partager cet article

Repost0
26 juin 2009 5 26 /06 /juin /2009 15:00

Ouvert nouvellement par Seb MUSSET :

http://karachigate.blogspot.com/





Partager cet article

Repost0
26 juin 2009 5 26 /06 /juin /2009 09:00

Sarko, l'homme qui gère les crises ... quand elles sont (presque) finies

Sarkozy aux Antilles : les invités étaient triés sur le volet
Source : La Rédaction du Post  -  le 25 juin 2009


Il a été applaudi, mais les personnes à qui il a serré la main étaient triées sur le volet... rapporte une journaliste.

Cette visite a lieu 6 mois après le début de la grève contre la vie chère qui a paralysé la Guadeloupe pendant 6 semaines, et 5 mois après que le président ait promis de se rendre sur place.

Pour éviter que le président soit mal accueilli, son arrivée a été très encadrée. il était accompagné de Marie Luce Penchard, la nouvelle secrétaire d'état à l'outremer.


Sarkozy aux Antilles : arrivée controlée
Vidéo envoyée par LePostfr

Partager cet article

Repost0
26 juin 2009 5 26 /06 /juin /2009 08:00

Interview de Me Olivier MORICE,
avocat de sept familles de victimes de l'attentat,
sur RMC le 25 juin 2009


"Nous sommes en présence d'une véritable affaire d'Etat"


L'attentat de Karachi - Une affaire d'Etat ?
Vidéo envoyée par daniel-c

Partager cet article

Repost0
25 juin 2009 4 25 /06 /juin /2009 19:00


Mon billet n'a vraiment rien à voir avec ce dessin d'un superbe éléphant rose à lunettes, ...

Mais ça m'est venu comme pas, puiqu'il s'agit de "trompe" !



Un remaniement ça trompe énormément !

Sur le blog de jean-Louis BIANCO  -  le 23 juin 2009

 


Un remaniement ne sert à rien sauf à occuper les médias pendant 24 heures, dès lors qu’il n’y aura pas de remaniement de la politique menée.


Une indication toutefois : il n’y a plus de secrétaire d’État aux Droits de l’Homme… Au moins, les choses sont claires.


Frédéric Mitterrand, ça permet d’afficher le nom, mais ce n’est pas le bon ! Comme le dit le Canard Enchaîné, Nicolas Sarkozy aurait dû chercher aussi un Gérard Blum et un Kévin Jaurès.


"L’ouverture à gauche" s’arrête. Pas de chance pour Allègre et quelques autres.


Sur ce coup-là, l’ouverture à gauche s’arrête, en effet.
Mais il y a des monarques qui ont un esprit tellement machiavélique que l’on ne peut jurer de rien !
Il y a bien aussi quelques traîtres tapis dans l’ombre.
(rien à voir avec Bernard … quoi que ! Désintéressé comme il est, soucieux de l’avenir de la France …)

Partager cet article

Repost0
25 juin 2009 4 25 /06 /juin /2009 18:00

Remaniement : les petites entorses
aux grandes déclarations

Source : Liberation.fr  -  le 24 juin 2009

 

Brice Hortefeux et Nora Berra devaient siéger au Parlement européen, Christian Estrosi devait se consacrer à sa bonne ville de Nice. Mais les promesses n'engagent que ceux qui les croient...

 

A l’Elysée, on s’accomode des règles qu’on a soi-même fixées. Certes, Michel Barnier et Rachida Dati, élus au Parlement européen, ont dû lâcher leurs portefeuilles respectifs, à l’Agriculture et à la Justice, conformément aux engagements pris par tous les candidats UMP d’honorer leur mandat d’eurodéputé en cas d’élection. Une exigence de Nicolas Sarkozy qui permettait, au passage, de ménager une honorable porte de sortie à l’ex-Garde des Sceaux, deuxième sur la liste d’Ile-de-France.

N’avait pas été envisagée l'élection de Brice Hortefeux, alors ministre du Travail et des affaires sociales qui figurait sur la liste de la région Centre... Xavier Bertrand avait, le premier, volé au secours du plus fidèle ami de Sarkozy, élu "à l’insu de son plein gré". Le secrétaire général de l’UMP invoquait, sur RTL, sa place de numéro 3 sur la liste: "Nous savions que Rachida Dati et Michel Barnier s’apprêtaient à aller siéger parce que nous les avions placés en tête. Pour Brice Hortefeux, il s’est engagé dans cette campagne de manière tout à fait désintéressée", pour "apporter son poids politique". Dans ce cas, la règle ne vaut pas.

Et Xavier Bertrand avait dégainé un autre argument que la ministre de la Justice débarquée appréciera: "On a besoin de Brice Hortefeux au gouvernement." Ce qui n’empêche pas l’intéressé de laisser ses dossiers au ministère du Travail pour déménager Place Beauvau, qu’il lorgnait de longue date.

Hortefeux n’est pas le seul à bénéficier de ce traitement d’exception. Promue secrétaire d’Etat aux Aînés, Nora Berra, nouvelle figure de la diversité, a été élue députée européenne le 7 juin, en 5e position sur la liste du Sud-Est. Elle serait, elle aussi, autorisée à céder son siège à Strasbourg au suivant sur la liste.


Autre petit arrangement, Christian Estrosi qui martelait en mars 2008 : "Si je suis élu, je consacrerai l’essentiel à ma ville. Je pourrai très bien ne pas rester au secrétariat d’Etat à l’outre-mer". C’était lors des municipales à Nice. Candidat UMP, il bataillait alors ferme contre le maire sortant, Jacques Peyrat. Son adversaire appuyait sur le supposé talon d’Achille du secrétaire d'Etat, insinuant que, si celui-ci était élu, il passerait le plus clair de son temps à Paris et négligerait la mairie.

En ballotage favorable, Estrosi avait donc promis, une fois élu, de présenter sa "démission au gouvernement de la France pour consacrer toute [son] énergie à la ville de Nice». "Nice sera demain ma seule priorité", jurait-il.

A peine un an et demi plus tard, balayés les vœux d’exclusivité, ce sarkozyste historique fait son retour au gouvernement. Non pas en charge de la Sécurité publique, comme on pouvait l'attendre pour l'auteur de la proposition de loi sur les bandes violentes, mais à l'Industrie.

"Il n’a renié aucune promesse, estime-t-on dans l’entourage du député-maire de Nice. Christian Estrosi n’avait pas dit qu’il s’y consacrerait à vie, il s’était fixé un délai et en un an, il a remis la mairie sur de bons rails." On invoque aussi "l’utilité, pour Nice et le sud de la France", de disposer d’un relais au gouvernement: "C’est toujours bénéfique pour une région d’avoir un ministre de la région."

Partager cet article

Repost0
25 juin 2009 4 25 /06 /juin /2009 11:00

Ci-après, un des commentaires apportés sur l'article de Rue89 Attentat de KARACHI : Millon a bien bloqué des commissions) :
L'internaute cite trois mensonges grossiers du monarque.
Mais, même avec la baisse de TVA, l'addition est bien plus lourde ! Et on a dû avaler :

- "Je serai le président du pouvoir d'achat"
- GANDRANGE : "Je ne vous laisserai pas tomber, je viendrai moi même pour annoncer la solution qu'on aura trouvée"
- J'irai chercher la croissance "avec les dents"


J'en oublie, et des pires !!!


Le commentaire sur Rue 89 :
   2+1=3

 

- NS a affirmé dur comme fer avoir saisi la Commission de déontologie au sujet de l'affaire Pérol. On sait qu'il n'en est rien, la Commission a failli démissionner en bloc, deux membres ont démissionné discrètement depuis et une loi est en préparation pour rendre la saisie de la Commission obligatoire.


 

- NS a affirmé, dans les jours qui suivaient l'élection d'Obama, que Bush aurait voulu le dissuader de se rendre à Moscou, dans l'affaire géorgienne, lors d'un échange téléphonique. Stupeur à Washington, l'ambassadeur de France est convoqué et on lui demande s'il veut entendre l'enregistrement de la conversation, où Bush apporte son soutien entier et total à NS.

 

- Voila donc le 3ème mensonge avéré et grossier de Sarkozy.

 

ON SE DEMANDE SI CA DERANGE GRAND MONDE !

Partager cet article

Repost0
25 juin 2009 4 25 /06 /juin /2009 09:00

ENCORE UNE BLAGUE MAL PLACEE !

"Je ris pas du tout (!!!) parce que Karachi c'est la douleur des familles
et des trucs comme ça ..."



Partager cet article

Repost0
24 juin 2009 3 24 /06 /juin /2009 22:00

Elle s’appellerait Neda Soltan.


Neda, une jeune femme tuée d'une balle en pleine poitrine, samedi 20 juin, à Téhéran, est devenue en quelques jours le symbole de la répression en Iran.

Une vidéo circule dans laquelle on la voit s'effondrer sur le bitume, au milieu de la foule, lors d'une manifestation anti-Ahmadinejad. Plusieurs personnes tentent de lui porter secours, mais la jeune femme agonise en quelques secondes.


Un des articles sur les circonstances de cet assassinat :  ICI



Ce n'est pas ici la scène filmée par téléphone portable,
mais une vidéo hommage trouvée sur YouTube :


Partager cet article

Repost0
24 juin 2009 3 24 /06 /juin /2009 17:00

Attentat de Karachi :
Millon a bien bloqué des commissions

Source : Rue89.com  -  le 24 juin 2009

Chirac a bien demandé à son ministre de la Défense de bloquer des commissions liées à des ventes d'armes au Pakistan.


Charles Millon confirme la piste évoquée par les juges chargés de l'enquête sur l'attentat de Karachi. Oui, dit en substance l'ancien ministre de la Défense, Jacques Chirac m'a demandé de bloquer le versement de certaines commissions sur des contrats de ventes d'armes. Notamment sur celui des trois sous-marins Agosta vendus au Pakistan. Nicolas Sarkozy peut-il continuer à parler de "fable grotesque" ?

Chirac me demande de "stopper" le versement des commissions

Paris-Match lève un nouveau coin du voile épais qui entoure l'affaire de l'attentat de Karachi. En trois questions à l'ancien ministre de la Défense (1995-1997), l'hebdomadaire confirme la piste politico-affairiste : l'attentat aurait été commis pour obtenir le versement de commissions promises dans le contrat de septembre 1994, puis bloquées après l'élection de Jacques Chirac à la présidence, au printemps 1995.

Comme Rue89 le racontait par le menu jeudi dernier, les deux juges chargés de cette enquête se sont rendus à Cherbourg. Ils ont longuement expliqué aux familles des 11 Français (plus trois Pakistanais) tués dans cet attentat pourquoi ils privilégient désormais la piste, "cruellement logique", d'une bataille opposant les réseaux chiraquiens et balladuriens.

A la question de Paris Match : "Est-il exact que la France ait bloqué le versement de commissions destinées à des intermédiaires pour la vente des trois sous-marins de la DCN au Pakistan ?", voici ce que répond Charles Millon :

"Ce qui est certain, c'est que peu après ma nomination au ministère de la Défense, en 1995, Jacques Chirac m'a demandé de passer en revue les différents contrats de ventes d'armes en cours et de stopper le versement des commissions pouvant donner lieu à des rétrocommissions. C'est ce qui a été effectué : chacun d'entre eux a fait l'objet d'une expertise particulière."

En revanche, Charles Millon dit n'avoir jamais fait l'objet de menaces liées à ce contrat. Du moins tant qu'il occupait l'hôtel de Brienne, jusqu'à la dissolution de l'Assemblée nationale en 1997.

L'avocat des familles : "C'est bien une affaire d'Etat"

Pour Olivier Morice, l'avocat des familles des victimes, que nous avons pu joindre ce mercredi, cette déclaration est un signe supplémentaire de la dimension politique de cette affaire :

"La déclaration du ministre de la Défense de l'époque ne me surprend pas. Nous sommes bien en présence d'une affaire d'Etat. La volonté politique d'arrêter le versement de commissions était due à l'existence de rétro-commissions illicites"

Comment les services de la Défense ont-ils appris l'existence de "rétrocommissions" ? A qui étaient-elles destinées, si ce n'est à des Français gravitant dans les cercles du pouvoir ? Deux interrogations auxquelles Charles Millon ne répond pas. Pour mémoire, rappelons que le versement de pots-de-vin à des intermédiaires étrangers était en 1994-95, une pratique admise.

Nicolas Sarkozy donnait le feu vert sur les commissions

Mieux : ces commissions versées par de grandes entreprises -publiques ou privées- comme la Direction des chantiers navals (DCN), pouvaient être défiscalisées. A condition de les déclarer aux douanes et d'obtenir l'accord du ministre du Budget… Nicolas Sarkozy de 1993 à 1995.

Le président de la République a bien démenti une telle "fable", "grotesque", "ridicule", vendredi dernier à Bruxelles. Il a également prétendu que le "secret d'Etat n'existe plus", alors que l'ensemble des DAS 2 (déclarations annuelles de salaires), où sont inscrites ces commissions, sont classifiées "secret défense".

Mais Nicolas Sarkozy n'a pas convaincu les familles des victimes, furieuses d'être désormais ignorées par l'Elysée. Un point de vue relayé par Olivier Morice :

"Le mobile de l'attentat de Karachi apparaît de plus en plus évident et ceux qui parlent de “ fable ” se moquent de la mémoire des victimes et de leur famille."

Edouard Balladur, Nicolas Bazire (alors directeur de cabinet du Premier ministre) et Nicolas Sarkozy pourront-ils ignorer ces nouvelles révélations ? Pourront-il encore longtemps éviter de s'expliquer de manière approfondie au pôle anti-terroriste du TGI de Paris ? En tout cas, Jacques Chirac entretient un prudent silence sur le sujet.

Partager cet article

Repost0

Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande