N'aurait-il pas pu attendre 3 semaines, 3 petites semaines et rétablir la traditionnelle interview du 14 juillet pour dire ce qu'il avait à dire...., c'est à dire finalement pas grand chose.
C'était trop simple pour notre Président. Il lui fallait les fastes de Versailles pour, une fois de plus, se faire voir et bien faire comprendre que c'est lui le chef, que c'est lui qui dirige tout.
Un coup pour rien, et surtout des dépenses inutiles....