Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

25 mars 2009 3 25 /03 /mars /2009 15:00

Après l’annonce du parachute doré de 3,2 millions d’euros accordé à l’ex-PDG de Veolia, Nicolas Sarkozy a appelé hier les patrons à plus d’éthique et de responsabilité :

"Il ne doit plus y avoir de parachutes dorés, il ne doit plus y avoir de bonus, de distributions d’actions gratuites ou de stock-options dans une entreprise qui reçoit une aide de l’État, qui met en œuvre un plan social d’ampleur ou qui recourt massivement au chômage partiel."


Alors, une loi ? Pas sûr.

Et pourtant, Sarkozy promettait un texte sur les "Golden parachutes"  lors de la campagne présidentielle !

C'était il y a bientôt 2 ans :

"Si je suis élu président de la République, je ferai voter dès l'été 2007 une loi qui interdira la pratique détestable des golden parachutes, parce que c'est contraire aux valeurs qui sont les miennes."

(Réunion publique Marseille, le 19 avril 2007)

Partager cet article

Repost0
25 mars 2009 3 25 /03 /mars /2009 12:00

Ci-après le texte diffusé lors du comité régional PS Nord / Pas-de-Calais, que vient de me transmettre Dominique DEREUDDRE (secrétaire de la section de TETEGHEM, et membre de ce comité régional)

Ce texte dépeint le contexte de casse organisée de notre système éducatif.
Dominique ajoute, à titre d'exemple : le lycée Baggio à Lille comptera 65 élèves de plus à la rentrée et se voit supprimer 14 postes !!!



MOTION DES PARLEMENTAIRES
DU NORD ET DU PAS-DE-CALAIS
 
Les élus socialistes contestent une nouvelle fois la suppression annoncée et confirmée pour la rentrée 2009, de plus de 650 emplois dans les établissements  scolaires, écoles, collèges et lycées de l'Académie de Lille.


Depuis 2002, ce sont plus de 4600 emplois qui ont été sacrifiés alors que tous les indicateurs sont au rouge : taux de réussite au bac général, technologique et professionnel, nombre de sorties sans qualification et poids de l'illétrisme.
Ces suppressions de postes, liées aux réformes imposées, ont déjà provoqué de lourdes conséquences pour l'avenir de nos enfants et de notre jeunesse :
 
* La remise en cause de l'école maternelle, alors qu'elle est un outil essentiel pour compenser les inégalités entre les enfants. Ainsi pour la première fois, le taux d'accueil des enfants de moins de 3 ans va passer sous la barre symbolique des 50% !
 
* La fragilisation de l'école primaire par le retrait incohérent de moyens vitaux, notamment ceux des RASED, qui accomplissent pourtant un travail inestimable au profit des enfants. Dans le même temps, les réformes imposées des programmes et de l'organisation du temps scolaire devront être évaluées et repensées.
 
* L'abandon des objectifs politiques de l'éducation prioritaire à travers le renoncement de la logique de territoire et l'ambition d'assurer la réussite pour tous les élèves des collèges. En choisissant d'éclater la carte des ZEP, le ministère a focalisé l'éducation prioritaire sur un petit nombre d'établissements, oubliant les autres qui cumulent pourtant des difficultés socio-scolaires parfois toutes aussi importantes.
 
* L'organisation de la pénurie dans les lycées, 370 postes de titulaires et 215 remplaçants en moins, qui dégrade les conditions d'accueil et de travail. La réduction de l'offre de formation des lycées technologiques et profesionnels (réforme du Bac Pro) déstabilise complétement la carte des formations alors que le Conseil régional investit dans les étabilssements. Ces choix dogmatiques auront des conséquences désastreuses pour les familles et les élèves, rompant avec l'offre éducative de proximité traditionnlele dans notre académie.
 
* La limitation du nombre d'adultes dans les établissements. Après avoir supprimé les emplois-jeunes et les MI-SE, de nombreux assistants d'éducation vont prochainement arriver en fin d'activité puisque les premiers recrutés vont devoir quitter, après 6 années de service, leur fonction. Les besoins sont pourtant toujours aussi importants !
 
Au contraire de la logique gouvernementale, nous demandons :
- Le rétablissement des moyens pour nos territoires de l'Académie, injustement traités.
- Un moratoire sur toutes les réformes en cours du primaire à l'université (notamment sur l'avenir des IUFM)
- La prise en compte de tous les acteurs d'éducation, personnels, parents d'élèves, collectifs, associations et syndicats afin d'entendre leurs besoins et revendications.

Partager cet article

Repost0
25 mars 2009 3 25 /03 /mars /2009 08:00

Royal-Aubry : le match du Zénith
Source : LEPOINT.FR  -  mardi 24 mars 2009

Comment diable le PS a-t-il pu se fourvoyer ainsi dans cette affaire du Zénith, qu'il a loué à grand prix pour ne le remplir qu'à demi (et encore...) ? Comme si Claude Bartolone et Jean-Christophe Cambadélis, des pro. de la logistique pourtant, avaient soudain perdu la main, ne savaient plus organiser de mobilisation spontanée, réserver des cars, les bonder de militants enthousiastes.

C'était pitié de voir ces travées vides samedi et cet espace immense si chichement habité. De quoi se perdre en conjectures : le thème choisi, celui des libertés menacées, n'était pas bon, trop éloigné des préoccupations; la météo était trop belle ce jour-là pour qu'on aille s'enfermer dans une salle, fût-elle dévolue au festif; les socialistes, ne sachant plus où donner de la tête entre manifestations, élections, ont séché cet évènement-là; Martine Aubry ne fait pas recette... Autopsie sans pitié d'un fiasco sans nom.

Le non-dit du match Royal-Aubry
L'humiliation est si cruelle qu'elle pousse à l'humour involontaire et irrésistible. Pour convaincre envers et contre tout que, non, la mobilisation n'a pas été défaillante, Cambadélis argumente sans rire : "On aurait été ailleurs avec le même nombre de personnes, la salle aurait été comble." C'est si vrai que si le PS avait loué une cabine téléphonique, il aurait même dû refuser du monde. À quoi tiennent les choses, n'est-ce pas ? Mais c'est à ce genre de phrase-là que l'on reconnaît les vrais politiques que rien ne désarçonne jamais.

Reste évidemment l'essentiel, c'est-à-dire le non-dit : le match qui ne cesse de se jouer entre Martine Aubry et Ségolène Royal. Pourquoi la première a-t-elle été défier la seconde sur ce terrain même du Zénith, où cette dernière avait fait spectacle, scandale et triomphe ? Le Zénith, Ségolène en cheveux bouclés et jupe tunique, Ségolène et sa fra-ter-ni-té... Faut-il que la frustration, le désir de revanche, le besoin d'en découdre soient irrésistibles, pour que la première secrétaire cherche ainsi Royal ; faut-il qu'elle reste obnubilée par son éternelle concurrente pour prendre tous les risques d'une comparaison qui tourne à sa confusion ?

Il paraît qu'aucune autre salle que le Zénith n'était libre à Paris à cette date : une fausse raison immobilière pour camoufler un vrai acte manqué freudien.

Partager cet article

Repost0
24 mars 2009 2 24 /03 /mars /2009 20:00
J-C Cambadélis à propos du meeting du Zénith le 22 mars :


"Je conteste le fait qu'il n'y ait pas eu de mobilisation. On aurait été ailleurs avec le même nombre de personnes, la salle aurait été comble... Là, elle était trop grande, mais c'était la seule de libre à Paris ce jour-là. Il ne faut pas en rester à la forme, mais voir le fond"


Je sais qu'il arrive d'avoir (surtout chez certains)
un rapport pas très serré avec la vérité quand on fait de la politique,
mais être menteur à ce point là ça dépasse tout !

Partager cet article

Repost0
23 mars 2009 1 23 /03 /mars /2009 20:00

Fermeture d'Heuliez dans les Deux-Sèvres : Ségolène Royal met la pression


Vidéo envoyée par segolene-royal

( NB : une élue qui veut aider les salariés, c'est forcément un "coup de pub" ! Pffff, c'est nul ! )



La présidente PS de la région Poitou-Charentes s'est rendue chez l'équipementier automobile ce lundi et a réclamé des fonds. Elle doit rencontrer Christine Lagarde à ce sujet dans la semaine...

Elle a fait un petit calcul. "L'enveloppe du FSI (Fonds stratégique d'investissement) est d'un montant de 400 millions d'euros et on nous refuse 10 millions" pour Heuliez, a déploré Ségolène Royal, en s'adressant aux salariés de l'entreprise, rassemblés devant l'entrée principal de l’usine à Cerizay.

"Je souhaite une clarification de la distribution du FSI et je veux savoir pourquoi ce refus", a-t-elle ajouté. Avant de reprendre la route pour Poitiers, Ségolène Royal, qui doit rencontrer Christine Lagarde mercredi à propos d’Heuliez, a gentiment mis la pression :

"On me dit que les gens à la tête du FSI n'auraient pas un regard bienveillant à l'égard d'Heuliez. Je ne peux le croire. De plus, j'espère que le refus n'est pas le résultat d'une pression exercée par un groupe concurrent. Je ne peux l'imaginer".

Un comité d'entreprise extraordinaire (CCE) s'est tenu ce lundi après-midi dans une entreprise meurtrie. L'usine a fermé ses portes lundi et les salariés ont manifesté dans les rues de Cerizay avant la tenue du CCE. Heuliez est confronté à des difficultés de financements depuis plus d'un an. Selon la CFDT, la société risque une cessation de paiement en avril qui menacerait l'emploi des 1.000 salariés.

Pour Paul Queveau, la direction en accord avec les salariés préconise "une solution globale, la seule favorisant l'emploi, alors que le gouvernement préfére une scission de l'entreprise, une solution avec plusieurs partenaires. Mais nous laissons la porte ouverte."

"Il n'y a aucune raison de laisser se scratcher cette entreprise qui possède un savoir-faire, des salariés, un projet et peut compter sur l'aide de la région. Il ne faut pas torpiller Heuliez mais lui tendre la main", a conclu une Ségolène Royal vindicative.

Partager cet article

Repost0
23 mars 2009 1 23 /03 /mars /2009 17:00

Ségolène Royal demande une mobilisation
du Fonds stratégique d'investissements pour Heuliez

Source : Désirs d'Avenir 37  -  22 mars 2009

Alors que l'entreprise Heuliez est confrontée à des difficultés, Ségolène Royal, Présidente de la Région Poitou-Charentes, indique qu'elle est intervenue auprès de Christine Lagarde, ministre de l'économie, des finances et de l'emploi, pour que le Fonds stratégique d'investissement mis en place par l'Etat et la Caisse des dépôts réexamine ce dossier et participe significativement au plan de développement d'Heuliez, fondé notamment sur la production de véhicules électriques.


C'est en effet un enjeu stratégique pour la région comme pour le pays de conserver l'avance prise par ce constructeur sur un marché qui ne demande qu'à se développer pour contribuer à la croissance verte, associant développement économique et excellence environnementale.

Afin d'apporter des réponses rapides à la situation que connait Heuliez, une réunion se tiendra dans la semaine au ministère des finances  à laquelle  la Région prendra toute sa part.

Partager cet article

Repost0
23 mars 2009 1 23 /03 /mars /2009 13:00


Heuliez menacée de fermeture
Source Désirs d'Avenir 37
et Europe 1
21 mars 2009



Une nouvelle catastrophe sociale se profile dans le secteur automobile.
Heuliez, qui conçoit et fabrique des voitures pour PSA, Renault ou Opel, est menacée de mettre la clé sous la porte. L'entreprise, qui emploie 1.300 salariés, ne sera plus en mesure de payer les salaires à partir du 11 avril. Heuliez est le premier employeur des Deux-Sèvres, le fief de Ségolène Royal. Et c'est d'ailleurs avec Heuliez, que la région Poitou-Charentes a développé un petit véhicule électrique.


Trois semaines pour éviter une cessation de paiement. Le 11 avril prochain, Heuliez ne sera plus en mesure de payer les salaires de ses employés. Une situation qui mettrait le 3ème constructeur automobile français en cessation de paiement avec une menace de liquidation judiciaire. Le secrétaire d'Etat à l'Industrie Luc Chatel, qui a reçu mardi les dirigeants d'Heuliez, a indiqué de son côté que "des contacts seront pris dans les jours à venir avec différents partenaires industriels pour rechercher au plus vite une solution permettant de sauver un maximum d'emplois". 2.000 emplois directs ou indirects sont menacés.

Il manque environ 45 millions d'euros à Heuliez, notamment pour développer des modèles électriques. Un plan de refinancement serait en cours de négociation. Il repose notamment sur un apport de 10 millions d'euros par l'Etat via le Fonds stratégique d'investissement (FSI) mis en place par le gouvernement pour soutenir des entreprises stratégiques confrontées à la crise. "On tire la sonnette d'alarme. On a absolument besoin de ce financement. D'ici le milieu ou la fin du mois prochain, l'entreprise pourrait se déclarer en cessation de paiement", a déclaré à l'AFP Claude Point, secrétaire CFDT du comité d'entreprise (CE).

Site  Europe1
______________________________________________________________________

Une volonté politique en coulisse ? C'est en effet avec Heuliez que la région Poitou-Charentes a développé un petit véhicule électrique, la Friendly. Certains pointent donc une volonté politique d'affaiblir Ségolène Royal, dont les Deux-Sèvres sont le fief, tout en favorisant une autre voiture électrique, la Blue Car de Vincent Bolloré, un ami du président de la République. Luc Chatel a précisé avoir demandé "une expertise complémentaire" en vue d'éventuellement "intégrer certaines activités de la société" dans le projet de création d'un "pôle industriel du véhicule électrique en France".

Partager cet article

Repost0
23 mars 2009 1 23 /03 /mars /2009 10:00

Qui a dit ... ?

"Je suis forte du Zenith. C'est moi point à la ligne.

Tout ce que j'aime dans la politique : le rassemblement, la joie, le discours, l'élan, une forme de transgression qui fait grincer les mutilés du coeur...

... C'était mon petit secret et ma joie totale. ... Personne ne saura à quel point j'ai travaillé sur ce texte, sur cette journée, pour que tout se passe bien, pour que tout soit du bonheur. A quel point je me suis arrachée de moi-même pour me dépasser, et tout le reste m'importe peu. Je suis fière de moi, de nous..."
... Désirs d'Avenir, ce n'est pas une marque, c'est une idée majeure...

Quant à ceux qui composent mon association heureusement qu'ils étaient là. Depuis deux ans. Et surtout ces derniers mois. Ils ne m'ont jamais lâchée, eux, vous entendez, jamais."

Partager cet article

Repost0
22 mars 2009 7 22 /03 /mars /2009 22:30

Le PS peine à mobiliser
pour la défense des libertés

Source : NOUVELOBS.COM  -  22.03.09

Le Parti socialiste peine à mobiliser pour la défense des libertés. Le rassemblement organisé dimanche au Zénith de Paris pour dénoncer les "atteintes aux libertés" par Nicolas Sarkozy n'a réuni qu'un millier de participants.


Ce "printemps des libertés", conclu par un discours de Martine Aubry et un concert avec Sanseverino et le rappeur lillois Axiom en têtes d'affiche, était présenté comme le point culminant de l'offensive lancée depuis janvier par le PS sur ce thème. Les socialistes ont publié le 11 mars un livre noir intitulé "La France en libertés surveillées", qui dénonce les "remises en cause" depuis 2007 des libertés dans tous les domaines, justice, immigration, médias, Parlement...

Mais le PS n'a pas fait le plein dimanche au Zénith. Alors que la salle avait été configurée pour 2.500 personnes, elle n'a été remplie qu'à moitié au plus fort de la manifestation.

"Ce n'est pas si mal pour un parti qui reprend l'habitude de travailler", s'est consolée Martine Aubry. La Première secrétaire s'est félicitée d'avoir "ouvert les portes et les fenêtres" du PS aux associations de défense des droits de l'Homme. Les responsables du Syndicat de la magistrature, de la Ligue des droits de l'Homme ou du Réseau éducation sans frontières (RESF) ont participé à la manifestation de dimanche.

Martine Aubry a réfuté les arguments de ceux qui estiment que parler des libertés était hors-sujet en cette période de crise. "Ceux qui nous disent ça sont ceux qui disaient 'vous êtes trop durs avec Nicolas Sarkozy' lorsque la loi travail, emploi, pouvoir d'achat a été votée", a-t-elle répliqué.

La Première secrétaire du PS a redit que libertés et crise étaient deux sujets "intimement liés". Accusant le chef de l'Etat de "répondre à l'angoisse sociale par la diminution des libertés", elle a dénoncé un "système de propagande par la peur qui voudrait faire croire aux Français que la liberté et la fraternité pourraient être mises à mal pour un soi-disant objectif d'efficacité".

Venu participer à une table ronde, David Assouline, proche de Ségolène Royal, a comparé cette faible mobilisation à la ferveur du "rassemblement de la fraternité" organisé en septembre dernier au même endroit par l'ex-candidate. "C'était un rassemblement populaire et festif, là c'est un forum de débat", a-t-il remarqué.

La direction du PS a expliqué cette désaffection par la démobilisation des fédérations. "Les outils de mobilisation n'existent plus, ils sont à réinventer", soupirait François Lamy, bras droit de Martine Aubry. "L'appareil du PS est encore convalescent", observait Christophe Borgel, secrétaire national chargé des fédérations.  (*)

Les dirigeants socialistes reconnaissaient aussi qu'il était "plus difficile" en cette période de crise de mobiliser sur le thème des libertés que sur les revendications sociales, surtout trois jours après la mobilisation-record contre la crise.



(*) Ouais, à d'autres ! ... je me suis laissé dire, quand même, qu'une succession d'e-mail avait envahi la messagerie de certains camarades, particulièrement dans le Nord, en métropole lilloise. Et qu'un déplacement en bus était organisé !

Partager cet article

Repost0
22 mars 2009 7 22 /03 /mars /2009 21:00

C'était le "Printemps des Libertés" au Zénith ce dimanche.
Je n'y étais pas, contrairement au Zénith de la Fraternité en septembre 2008, mais ce qu'en relatent les journaux me fait dire que ce printemps-là n'était pas d'une joie et d'une conviction rayonnantes, probablement ...


Martine Aubry ne fait pas le plein au Zenith

Source : LEMONDE.FR  -  22 mars 2009 - EXTRAIT :

... Le rassemblement mêlait débats consacrés aux "libertés sous surveillance" et festivités avec un concert auquel ont participé le rappeur lillois Axiom, la chanteuse Clarika et Sanseverino.




Mais une fois les discours achevés, la plupart des élus se sont éclipsés, suivis
des militants et Sanseverino a eu la difficile tâche de clôturer la journée devant
300 personnes, assez peu pour un Zénith qui paraissait bien vide.

Partager cet article

Repost0

Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande