Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

27 décembre 2008 6 27 /12 /décembre /2008 09:00

Le porte-parole du parti socialiste et député européen Benoît Hamon dénonce la "rage" des partisans de Ségolène Royal qui "ont dans le sang ce poison de la division, dans des proportions que l’on n’a jamais connues auparavant".





"Se taire ou disparaître ?"

(pas de doute, c'est clair, ils veulent que nous partions !)





Les propos de Benoit Hamon sur "la rage" supposée des partisans de Ségolène Royal et "la division qu’ils ont dans le sang" sont insolites dans la bouche d’un porte parole du PS.


Chacun se souvient que lors du Congres de Reims notre motion arrivée en tête a été marginalisée, contrairement à l’usage politique. Nous nous sommes pourtant inclinés au nom de l’unité.

Lors de l’élection au premier secrétariat le départage s’est fait au profit de la majorité du conseil national, dans l’évitement du vote indéchiffrable  des militants. Nous nous sommes encore inclinés, toujours au nom de l’unité.

Nous participons au bureau national et, comme jamais, à toutes les instances fédérales du parti.


Que faut-il faire de plus pour être unitaires aux yeux du porte parole ? Se taire ou disparaître ? Elégante alternative.


Alors soit Benoit Hamon n’est pas informé de notre grande patience. Soit il veut l’éprouver plus encore. Soit il souhaite que le parti change insidieusement de nature et goute aux charmes d’une internationale à laquelle il n’a jamais appartenu. Soit Benoit Hamon utilise enfin le classique procédé du repoussoir en guise d’une unité qui se chercherait au sein de la direction.


Nombre de responsables du PS ne se retrouveront pas dans cette stratégie de la tension à laquelle nous répondons par une demande toujours plus forte de rassemblement alors que les effets de la crise économique mondiale s’annoncent sans précédent.


Jean-Pierre MIGNARD,

Président de Désirs d'avenir

Partager cet article

Repost0
26 décembre 2008 5 26 /12 /décembre /2008 21:00

Le porte-parole du PS et député européen Benoît Hamon (voir mon dernier article), nous accuse d'avoir "dans le sang ce poison de la division, dans des proportions que l’on n’a jamais connues auparavant".

Il a également déclaré qu'il trouverait "logique" d’être tête de liste pour les élections européennes sur la circonscription d’Ile-de-France
.


Tiens, oui, parlons d'Europe ...


J'ai une mémoire d'éléphant (bon, d'accord, j'aurais dû choisir un autre animal !),
et j'ai le souvenir de 2005 :


Hamon, avec son copain Emmanuelli, n'avait-il pas instillé le poison de la division du PS ?

Et dans des proportions telles qu'elles ont fortement contribué au discrédit de notre parti !

Et c'est lui, maintenant, qui voudrait nous donner des leçons ???



Enfin, puisqu'il a dû lire le texte d'orientations de Martine Aubry, on sera très attentif à ses positions sur le programme européen :



"Le Manifesto de Madrid constitue un socle essentiel pour les élections européennes de juin 2009 et pour la reconquête du pouvoir par la gauche en Europe. Nous devons nous y inscrire pleinement, dans une campagne européenne. "

Le Manifesto adopté à MADRID le 1er décembre 2008 - extrait :


"C'est pourquoi l'entrée en vigueur du traité de Lisbonne, après ratification par tous les Etats membres, donnerait à l'Europe plus de moyens pour mener, face à nos problèmes, une action démocratique, transparente et efficace."

Partager cet article

Repost0
26 décembre 2008 5 26 /12 /décembre /2008 19:00

Le 16 décembre, les proches de Martine Aubry et de Ségolène Royal s'étaient retrouvés face à face pour la première fois depuis l’élection de la première secrétaire de PS. Ce Conseil national s'était déroulé correctement, on avait dit  alors qu' apparemment il n'y avait  pas eu d’étincelles…



C'était trop beau !  Non content d'avoir écarté du secrétariat national l'équipe de Ségolène ROYAL, le Parti Socialiste (via son porte-parole Benoit HAMON) nous fustige maintenant par des propos des plus provocateurs :

Hamon dénonce la "rage" des partisans de Ségolène Royal

Le porte-parole du parti socialiste et député européen Benoît Hamon dénonce la "rage" des partisans de Ségolène Royal qui "ont dans le sang ce poison de la division, dans des proportions que l’on n’a jamais connues auparavant".

 

"Je vois par exemple tous les jours sur Dailymotion ou sur des blogs des partisans de Ségolène Royal mettre en ligne des films, des podcasts ou de simples commentaires juste pour nous taper dessus! Leur rage se focalise contre nous et pas du tout contre la droite", déplore-t-il dans un entretien au mensuel Bretons de janvier..

"Pour éteindre cet incendie à l’intérieur du PS, j’estime qu’il faut redonner ses lettres de noblesse au combat droite-gauche et choisir les terrains de ce combat. En particulier celui des conflits sociaux", insiste M. Hamon.

Par ailleurs, Benoît Hamon déclare qu'il trouverait "logique" d’être tête de liste pour les élections européennes sur la circonscription d’Ile-de-France

Interrogé sur son intention de se présenter aux européennes du printemps 2009 en Ile-de-France, M. Hamon répond "oui". En réponse à une question sur la place qu’il souhaiterait occuper dans la liste PS, il indique: "On verra bien. En tout cas à une place éligible. Il serait logique que ce soit en tête de liste".

Partager cet article

Repost0
26 décembre 2008 5 26 /12 /décembre /2008 08:00

Le fait du prince, pour la grâce partielle de Marchiani, nous donne l'occasion de ré-entendre la bonne parole de cette caricature de politicien, alors sur la rampe de lancement de la présidentielle :



Sarkozy contre le droit de grâce présidentiel (2006)
Vidéo envoyée par  ZappeurLePost

"... parce que ça choque profondément les français"
qu'il disait !!!

Partager cet article

Repost0
25 décembre 2008 4 25 /12 /décembre /2008 19:00

Assurance-chômage :

les syndicats se disent "déçus"

NOUVELOBS.COM  -  24.12.2008

Alors que les nouvelles règles devraient permettre d'indemniser les chômeurs à partir de quatre mois travaillés, contre six actuellement, les syndicats estiment que le texte "ne va pas assez loin".


Les négociations entre les partenaires sociaux sur la nouvelle convention d'assurance-chômage ont pris fin dans la nuit du mardi au mercredi 24 décembre, à l'issue d'une dernière séance de discussions d'une durée de 17 heures.
Les nouvelles règles devraient permettre d'indemniser quelque 100.000 chômeurs qui n'avaient jusqu'à présent droit à rien, de source syndicale, mais les syndicats se disent "déçus", estimant que le texte "ne va pas assez loin".
Cette septième et dernière séance de discussions avait commencé mardi à 9h15 au siège du Mouvement des entreprises de France (MEDEF) à Paris et s'est achevée mercredi vers 2 heures du matin. Les syndicats rendront leur décision finale en janvier, après avoir consulté leurs instances.

Droit à l'assurance-chômage après 4 mois travaillés
La nouvelle convention doit régir les règles d'indemnisation des demandeurs d'emplois sur la période 2009-2010, mais n'entrera pas en vigueur au 1er janvier, puisqu'elle doit d'abord être signée par au moins une organisation et être ensuite agréée par le gouvernement. De plus, si juridiquement une seule signature suffit, trois sont attendues pour que le texte soit considéré comme légitime.
Les nouvelles règles remplaceront les quatre filières d'indemnisation qui existent actuellement par une seule. Elles prévoient notamment un droit à l'assurance-chômage pour les primo-demandeurs d'emplois, ayant travaillé au moins 4 mois sur une période de référence de 28 mois, pour une durée d'indemnisation maximale de 24 mois, avec la règle d'"un jour travaillé, un jour indemnisé".
Il fallait auparavant justifier de 6 mois de travail sur une période de 22 mois.

"Pas d'objectif clairement fixé"
La durée d'indemnisation des personnes de 50 ans et plus, que le patronat souhaitait initialement réduire, est finalement maintenue à 36 mois. Les syndicats n'ont, de leur côté, pas obtenu que le montant de l'indemnisation soit porté à 60% du dernier salaire, contre 57,4% actuellement.
Le patronat a en revanche obtenu une baisse des cotisations, même s'il a dû renoncer à ce qu'elle intervienne dès le 1er janvier prochain. La baisse interviendra à partir du moment où l'assurance-chômage aura un excédent de 500 millions d'euros sur un semestre.
"Ce texte ne va pas jusqu'au bout de ce qu'on aurait souhaité. Nous étions d'accord sur des périodes d'indemnisation plus courtes, mais à condition que cette indemnisation soit meilleure, ce qui n'est pas acté dans ce projet d'accord", a déclaré le porte-parole de la délégation CGC, Alain Lecanu, à l'issue des discussions. Il a également regretté que la baisse des cotisations ne soit pas soumise à "un objectif clairement fixé".

"Le compte n'y est pas"
"Le compte n'y est pas pour les salariés. Il y a un certain nombre de mesures intéressantes pour les personnes qui pourront intégrer le système, mais les nouvelles règles vont aussi en faire sortir d'autres", a déploré de son côté Maurad Rahbi, pour la CGT.
"Nous sommes déçus de cette négociation qui oublie aussi complètement la problématique des jeunes", a ajouté Maurad Rahbi, la prime forfaitaire de 300 euros, pour les moins de 25 ans qui n'auraient pas totalisé cinq mois de travail pour une indemnisation, ayant disparue du texte final.
Gabrielle Simon, pour la CFTC, a elle aussi jugé le projet d'accord "très décevant", regrettant notamment qu'il n'y ait "rien sur une amélioration de l'indemnisation".

Le "goût amer" de la CFDT
Moins virulente, la CFDT a simplement indiqué qu'elle rendrait sa décision le 8 janvier, faisant part d'un "goût amer", même si pour son porte-parole Gaby Bonnant, les nouvelles règles vont pouvoir "faire entrer plus de monde dans l'indemnisation, en particulier les personnes précaires et ayant des parcours chaotiques".
Enfin, pour Stéphane Lardy, FO, "ce n'est pas le texte du siècle. On a loupé une occasion d'avoir un texte qui réponde à la situation économique et sociale".

Partager cet article

Repost0
25 décembre 2008 4 25 /12 /décembre /2008 11:00

Lu sur le blog de Jean-Louis BIANCO - le 24 décembre 2008


L’honnêteté est-elle une vertu chrétienne ?

Je découvre avec stupeur l’interview de Mgr de Berranger dans Aujourd’hui en France daté du 24 décembre.


Après quelques compliments à Martine Aubry (Martine, la calotte avec toi!), il dit :

"Quant à Ségolène Royal, l’utilisation qu’elle fait du vocabulaire religieux à des fins politiques m’agace. D’autres l’ont fait avant elle : un certain Jean-Marie…"


Assimiler Ségolène Royal à Jean-Marie Le Pen, même les chiens fous de l’UMP n’ont pas osé !

Partager cet article

Repost0
24 décembre 2008 3 24 /12 /décembre /2008 09:00


Les appels à la grève se multiplient

pour le 29 janvier


LEMONDE.FR avec Reuters  -  23.12.08




Cinq fédérations de La Poste et sept syndicats de l'éducation nationale ont appelé, mardi 23 décembre, à faire grève et à participer aux manifestations du 29 janvier, à l'occasion d'une journée de mobilisation interprofessionnelle dans les secteurs public et privé.

Pour les organisations CGT, SUD, CFDT, FO et CFTC de La Poste, l'annonce le 19 décembre du prochain changement de statut de l'entreprise en société anonyme "ne fait que confirmer la volonté du gouvernement de privatiser La Poste". La mobilisation du 29 janvier pour la défense de l'emploi, des salaires et des services publics doit donc permettre aux postiers de "s'opposer au projet gouvernemental", écrivent-ils dans un communiqué.

Sur le plan national, huit organisations (CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, FO, FSU, Solidaires et UNSA) appellent les salariés du privé et du public à se mobiliser le même jour avec "des grèves et des manifestations" dans tout le pays. Les fédérations de la fonction publique, en particulier celles de l'éducation nationale, seront également de la partie. "Cette journée doit être également pour eux l'occasion de donner un prolongement unitaire à leurs luttes et de porter avec force une nouvelle fois leurs revendications", écrivent mardi dans un communiqué les fédérations FAEN, FERC-CGT, FNEC-FP-FO, FSU, SGEN-CFDT, SUD-Education et UNSA-Education.

Après une pause de la contestation pendant les fêtes, la plupart des syndicats de lycéens et d'enseignants doivent manifester à nouveau le 17 janvier, notamment contre les 13 500 suppressions de postes prévues dans l'éducation nationale. Ils devraient descendre à nouveau dans la rue le 29 janvier dans le cadre de la mobilisation interprofessionnelle.

En outre, sept fédérations de cheminots ont déposé une demande de concertation immédiate auprès de la SNCF pour cette date, une procédure préalable à un préavis de grève.

Partager cet article

Repost0
23 décembre 2008 2 23 /12 /décembre /2008 20:00

Lu sur le site de Béatrice PATRIE, députée européenne    www.beatrice-patrie.org




Communiqué de presse de Béatrice PATRIE
18 décembre 2008



Révision de la directive "temps de travail" :
une victoire pour les socialistes européens !





Le Parlement européen s'est prononcé ce mercredi 17 décembre en seconde lecture sur la révision de la directive "temps de travail" qui organise la durée maximale de temps de travail autorisée au niveau européen.

"Ce vote est une victoire des socialistes pour les travailleurs en France et en Europe", a déclaré Béatrice Patrie, députée européenne socialiste pour la circonscription du Sud-Ouest. "Il confirme le vote en première lecture du Parlement européen en mai 2005. La mobilisation de l'ensemble de la gauche politique et syndicale européenne sur le long terme a été payante. L'euro-manifestation organisée hier à Strasbourg par les syndicats européens, réunissant près de 10.000 personnes, a clairement montré les attentes sociales des citoyens".

"La victoire centrale du Parlement européen est le refus de maintenir des dérogations actuelles au plafond de 48 heures semaine, contrairement à la décision du Conseil des Ministres de l'Union en juin dernier" a ajouté l'euro-députée.
Pour le gouvernement Sarkozy ainsi que les gouvernements européens dirigés par des conservateurs, il est en effet parfaitement acceptable de déroger à la règle des 48 heures en autorisant des semaines de travail de 60 à 65 heures (voire même de 80 heures puisque le Conseil propose un calcul horaire sur une période de référence de trois mois !)

"Je me réjouis également que le temps de garde des travailleurs soit clairement reconnu et comptabilisé comme du temps de travail, y compris pour la période qualifiée d'inactive lorsque le travailleur est tenu d'être à la disposition de son employeur bien que n'exerçant pas effectivement son activité" a conclu Béatrice Patrie.

Il convient maintenant de rester mobiliser pour obtenir une victoire finale lors de la conciliation entre le Parlement européen et le Conseil qui va s'ouvrir dans les prochaines semaines. Les ministres européens du travail doivent respecter le vote des députés européens et les attentes des travailleurs.

Partager cet article

Repost0
23 décembre 2008 2 23 /12 /décembre /2008 17:00

Oui, des articles qui "rabâchent". Rien qu'en lisant le titre, on se dit : du nouveau ! ils ont un scoop !
Bein non ! C'est juste pour en rajouter, pour alimenter le zinzin !



Un exemple sur le site lexpress.fr, ce jour ...

Dray: ça se complique

Le député socialiste de l'Essonne, dont le domicile a été perquisitionné vendredi dernier, est soupçonné d'avoir bénéficié de fonds détournés d'associations. Il s'en défend et va porter plainte. Son goût assumé pour le luxe et les "montres à complications" serait à l'origine de ses nouveaux tracas.

... La suite ? Rien de plus que des "informations" déjà relatées depuis plusieurs jours !

Si vraiment vous tenez à lire l'article - je n'insiste pas trop - c'est  ICI

 

 

Partager cet article

Repost0
22 décembre 2008 1 22 /12 /décembre /2008 19:00
Certes, la réaction de l'UMP n'est pas dénuée d'arrière-pensées ...
Mais quand même, on aura tout vu ! :

Pendant qu'Aubry se tait, l'UMP appelle au respect de la présomption d'innocence !


Quand l'UMP vole au secours de Dray

Source : LIBERATION.FR  -  22 décembre 2008


Le porte-parole de l’UMP Frédéric Lefebvre dénonce le "déchaînement" dont serait victime le député PS, soupçonné d’abus de confiance.


Le soutien ne venant pas toujours de là où on l'attend. Ce matin, c'est le porte-parole de l'UMP Frédéric Lefebvre qui a défendu un Julien Dray en pleine tourmente judiciaire.

"La présomption d’innocence, ça compte. Il n’est pas très agréable de voir ce déchaînement aujourd’hui sur Julien Dray alors même que personne ne connaît la réalité et que des juges font leur travail", a déclaré Lefebvre à l’issue d’un point presse de son parti.

"Je m’abstiendrai de tout commentaire négatif à un moment où ce parlementaire que je connais bien est en train de vivre des moments difficiles. La justice dira s’il a des choses à se reprocher ou non. En tout cas pour moi, tant que la justice ne s’est pas prononcée, Julien Dray est innocent."

Le joli sourire de la hyène           





Malek Boutih :

"Dray exécuté médiatiquement"

Source: lefigaro.fr  -  22 décembre 2008




Invité lundi matin sur RTL, Malek Boutih, ex-président de SOS Racisme entre 1999 et 2003, aujourd’hui membre du PS, pense que son "ami" Julien Dray  "est déjà condamné" dans l'affaire d'abus de confiance qui le vise.

"Il a été exécuté médiatiquement, il aura beaucoup de mal à s’en relever. Le coup a été terrible, il est normal que ses amis soient près de lui".

Avant d’ajouter : "S’il démissionne, c’est comme s’il se déclarait coupable" aux yeux de l’opinion publique.

Partager cet article

Repost0

Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande