Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

23 septembre 2008 2 23 /09 /septembre /2008 10:00

Prévoir "de probables pertes"

Source : NOUVELOBS.COM  -  22.09.2008

Fillon annonce des moyens supplémentaires

François Fillon, qui prononçait le discours introductif du débat, annonçait que le gouvernement avait "décidé de renforcer nos moyens militaires dans les domaines de l'aéromobilité, du renseignement et de l'appui".

"Ces moyens seront sur place dans quelques semaines", a-t-il poursuivi. "Concrètement, des hélicoptères Caracal et Gazelle, des drones, des moyens d'écoute, des mortiers supplémentaires seront envoyés, avec les effectifs correspondants, soit une centaine d'hommes".
Selon François Fillon, l'exécutif tire ainsi "les enseignements de l'embuscade meurtrière" qui avait fait dix morts parmi les soldats français le 18 août près de Kaboul. En hommage aux 10 soldats français morts dans cette embuscade, les députés ont observé une minute de silence à l'ouverture de la session extraordinaire.

Embuscade : Fillon dénonce "le mensonge"

Au sujet de cette embuscade, François Fillon a dénoncé devant le Parlement "le mensonge et la désinformation", faisant référence à un compte-rendu d'un officier de l'Otan. (Le ministre de la Défense Hervé Morin a admis lundi l'existence de ce compte-rendu sur les faiblesses de l'armée française lors de l'embuscade).
Parlant d'"un compte rendu à chaud qui ne recoupe pas les informations complètes que nous avons recueillies", François Fillon a démenti l'une de ses critiques sur le manque de munitions.
"Les forces engagées dans les combats du 18 août ont toujours été en mesure de riposter aux tirs de leurs adversaires. Plus de trois tonnes de munitions supplémentaires ont été acheminés durant les combats à cette fin", a-t-il déclaré.

"La réalité est suffisamment cruelle pour qu'on n'y ajoute pas le mensonge et la désinformation", a dit François Fillon.
Quant aux moyens de communication, ils "n'ont pas manqué", a-t-il assuré.
Un poste-radio, "destiné aux liaisons avec l'arrière au sein de la section tombée dans l'embuscade, est reste mué quelques minutes", mais seulement lorsque "le soldat qui le portait a été mortellement touché", a-t-il encore précisé. Il a souligné qu'une section d'infanterie "est aujourd'hui équipée de 20 postes radio de différentes natures". En outre, il a confirmé "qu'un seul soldat a été tué à l'arme blanche" et qu'aucun "n'a été capturé".
Le Premier ministre a par ailleurs demandé lundi aux alliés de la France de faire preuve de "vigilance" dans leurs actions militaires contre les insurgés afghans, pour épargner les populations civiles.
"Nos pilotes ont pour instruction de ne tirer que sur des cibles identifiées à 100%", a assuré le chef de gouvernement.

Prévoir de "probables pertes"

François Fillon a également redit croire "à la nécessité d'un consensus national" sur la question de l'Afghanistan. Il en a appelé à la "responsabilité" des députés, soulignant que la France n'était "pas à l'abri du terrorisme", et développant l'ambition de Paris d'une "réconciliation" politique des Afghans.

Il a également invoqué la nécessité pour la France de respecter "l'engagement" pris en 2001 devant l'ONU par Jacques Chirac et Lionel Jospin, respectivement chef de l'Etat et Premier ministre à l'époque, évoquant par ailleurs "une exigence morale" vis-à-vis des Afghans. Le Premier ministre a toutefois admis que ce choix n'ira pas "sans probables pertes".

Il a enfin répondu en détail aux critiques de l'opposition, et rejeté l'idée d'un calendrier de retrait. "Ce calendrier ferait le jeu de nos adversaires". "Ce calendrier dépend des avancées de la stratégie globale" et "deux objectifs majeurs", a-t-il souligné : "permettre aux Afghans d'assurer leur propre sécurité et garantir la stabilité des institutions afghanes".

Partager cet article

Repost0
23 septembre 2008 2 23 /09 /septembre /2008 09:00
L'Assemblée et le Sénat votent le maintien
des troupes en Afghanistan


NOUVELOBS.COM  -  22.09.2008

La majorité UMP et le Nouveau ont voté pour, tandis que PS, PCF et Verts ont voté contre. A l'Assemblée, Jean-Marc Ayrault, président du groupe PS, a dénoncé un glissement vers une "guerre d'occupation". 


Le maintien des troupes a été approuvé par 343 voix contre 210.
Le Sénat a lui aussi donné son feu vert au maintien. La majorité UMP au Sénat, les centristes, les radicaux de gauche et valoisiens ont voté pour, la gauche PS, PCF et Verts contre. Le maintien des troupes a été approuvé par 209 voix contre 119.

Députés et Sénateurs débattaient ce lundi de la présence militaire française, sur fond de polémique à propos des moyens dont disposent les soldats français sur le terrain.

Jean-Marc Ayrault, président du groupe PS à l'Assemblée, a justifié à la tribune le "non" des socialistes au maintien des troupes françaises en Afghanistan, lors du débat parlementaire. Le PS "n'accepte plus la dérive à l'oeuvre" qui conduit à un glissement "vers une guerre d'occupation", a-t-il indiqué.

Moyens

"A l'évidence, nos troupes manquent d'un matériel adapté notamment en matière de renseignement et d'héliportage (...). C'est la responsabilité des autorités politiques et militaires de la Défense nationale d'y remédier", a lancé Jean-Marc Ayrault.
Tout en soulignant que "la France ne peut pas se désengager brutalement de l'Afghanistan", le PS "n'accepte plus la dérive qui est à l'oeuvre en Afghanistan", a-t-il dit.
"Nous ne votons pas contre la poursuite" de l'engagement français, "nous votons contre une conception politique et militaire qui nous conduit dans une impasse", a-t-il dit.

Détérioration de la situation

Evoquant la réponse donnée le matin par le président Nicolas Sarkozy à leur demande de "clarification", il a rappelé les priorités au règlement du conflit afghan, notamment "reconquérir la confiance de la population afghane" et "assécher la base du terrorisme".
A cet égard, "l'attentat d'Islamabad le rappelle douloureusement. Il faut aider les Pakistanais", a estimé le patron du PS. Un attentat suicide a fait au moins 60 morts samedi soir à l'hôtel Marriott, un établissement de luxe fréquenté par les élites pakistanaises et la communauté étrangère expatriée.
"Nous demandons que la France conditionne sa participation dans la coalition en Afghanistan" à un "changement de stratégie", "nous voulons qu'elle engage le débat avec nos alliés", a-t-il demandé, en jugeant que "la solution ne sera pas militaire, elle sera politique".

Mais toute l'opposition ne s'est pas prononcée contre la présence militaire. François Bayrou, président du MoDem, a justifié son vote favorable dans les couloirs de l'Assemblée en affirmant qu'un retrait signifierait que "les talibans ont gagné".


Partager cet article

Repost0
21 septembre 2008 7 21 /09 /septembre /2008 19:00

Voici ce que relate notamment les commentateurs sur les élections sénatoriales de ce dimanche :
.
- poussée de la Gauche, qui aurait gagné entre 15 et 20 sièges
.
- 22 sénateurs étaient sortants et ont été réélus
.
- une seule femme parmi les élus (la socialiste Jacqueline Chevé, 47 ans, élue dans les Côtes-d'Armor)
.
- Dominique Paillé, un des trois porte-parole de l'UMP, a, pour sa part été battu (il briguait un des quatre sièges en lice de représentants des Français de l'étranger)


Je me permets d'ajouter ma petite touche :

Pour la limitation du cumul des mandats, on verra une prochaine fois !

Cela concerne aussi bien la Droite que la Gauche, pas de jaloux !
Sans avoir la totalité des éléments d'information, je peux quand même noter l'élection au poste de Sénateur de deux maires de grandes villes :

- Jean-Claude GAUDIN, maire de Mar-se-eille ...

- François REBSAMEN, maire de DIJON ... que pourtant j'apprécie, mais la réalité est là, il a succombé !


Je tiens à souligner que 10 contributions s'expriment clairement sur ce point précis, et notamment la contribution "Combattre et proposer".

J'ai même apprécié un  passage de la contribution de Marie-Noëlle LIENEMANN ("Changer"), qui écrit :

"
Le Parti Socialiste s'honorerait de proposer le mandat unique des parlementaires, en cohérence avec sa volonté affichée de renforcer le pouvoir du Parlement et de revaloriser le travail du législateur. Pour être crédible, cette mesure devrait s'appliquer aux candidats socialistes dès les prochaines échéances éléctorales."

Les prochaines échéances électorales ...
le problème, c'est qu'apparemment ce n'est jamais le moment !!!


Partager cet article

Repost0
21 septembre 2008 7 21 /09 /septembre /2008 08:00



Lu sur le blog
de
Jean-Louis BIANCO :




"Victime de son nègre"…

18 septembre 2008

Le tristement célèbre discours de Dakar de Nicolas Sarkozy prononcé en juillet 2007 avait suscité une vive émotion à l’occasion de son premier déplacement en Afrique subsaharienne, en évoquant notamment "le drame de l’Afrique (qui est) que l’Homme africain n’est pas assez entré dans l’histoire" ...

Nous savons que c’est Henri Guaino qui en est l’auteur, et comme le dit le président du Sénégal, Abdoulaye Wade, "il arrive qu’un président soit victime de son nègre"

 

Partager cet article

Repost0
20 septembre 2008 6 20 /09 /septembre /2008 08:00
Pour la 25e année consécutive, les Journées du patrimoine auront lieu ce week-end.
Environ 15 000 sites et 21 000 animations dans toute la France seront ouverts au public.

Partager cet article

Repost0
19 septembre 2008 5 19 /09 /septembre /2008 10:00
Présent à ROUBAIX pour la séance de dédicace, je devais inévitablement en revenir avec un petit mot de Ségolène :



"Travailler en collectif" ... toute l'équipe de "Désirs d'Avenir"  n'a pas attendu les messages venus d'en haut pour mettre en pratique, depuis maintenant plus de deux ans.

Aussi, j'ai tenu à l'associer dans la dédicace, pensant particulièrement à  Marie-Andrée, Eliane, Brigitte, Alain, Jean-Luc, ... d'autres militantes et militants (pardon de ne pas les citer) qui, sans être au devant de la scène, veulent l'émergence d'un nouveau Parti Socialiste. Et font confiance à Ségolène ROYAL et son équipe pour nous conduire à ce renouveau.

Partager cet article

Repost0
19 septembre 2008 5 19 /09 /septembre /2008 08:00
J'étais présent à ROUBAIX ce jeudi 18 septembre, avec plusieurs militants du Nord et du Pas-de-Calais, co-auteurs de la contribution "Combattre et proposer", avec de nombreux citoyens venus faire signer leur exemplaire du livre de Ségolène ROYAL et Alain TOURAINE.

Voici un montage vidéo que je viens de réaliser à partir des prises, toujours délicates compte tenu de la chaude ambiance et de l'assistance bien fournie ... et la présence de nombreux professionnels des médias un peu partout dans la librairie (je n'ai pas dit envahissants ! mais quand même, ils prennent de l'espace !)

Quelques commentaires suivront.





Partager cet article

Repost0
18 septembre 2008 4 18 /09 /septembre /2008 09:00



Le rendez-vous de Roubaix

au Furet du Nord :



rencontre-dédicace avec Ségolène





Ségolène Royal sera à Roubaix, ce jeudi 18 septembre 2008 pour une séance de signatures de son livre écrit avec Alain Touraine "Si la gauche  veut des idées".

Vous êtes tous invités à  cette rencontre amicale.

Furet du Nord  - 25, grande rue
jeudi 18 septembre - 17h à 18h30

Partager cet article

Repost0
14 septembre 2008 7 14 /09 /septembre /2008 11:00



Intéressement, mais pour qui ?

12 septembre 2008

Par l'équipe de Ségolène Royal


Nicolas Sarkozy a annoncé un crédit d'impôt de 20 % pour les entreprises qui verseront pour la première fois une prime d'intéressement à leurs salariés ou qui augmenteront les sommes versées. Il souhaite quadrupler les montants affectés à intéressement et participation en cinq ans.

.

Trois remarques.

.

- Alors que les salariés ont besoin d'une hausse de salaire pour faire face à la hausse des prix, on leur propose une mesure qui ne concerne que quelques-uns, dans les entreprises qui font des bénéfices, en leur versant ce que les actionnaires n'auront pas exigé. C'est aussi bancal que la mesure sur les heures supplémentaires.

.

- La réaction du MEDEF montre bien le sens de la mesure : faire partager par les salariés les objectifs de rentabilité financière des entreprises, sans aller jusqu'au bout du raisonnement. Si on veut aller vers une plus grande association des salariés, il ne faut pas se limiter à une portion congrue des bénéfices octroyée par les actionnaires, il faut partager les décisions et ouvrir les conseils d'administration aux représentants des salariés (c'est ce que Ségolène Royal déjà eu l'occasion de proposer).

.

- C'est une nouvelle illustration de l'incohérence du gouvernement : un jour on taxe l'épargne de tous les Français (avec la nouvelle taxe de 1,1 % sur les comptes d'épargne et l'assurance-vie), un autre on lance un nouveau crédit d'impôt en faveur des entreprises, tout en disant que l'on veut limiter l'effet des niches fiscales.



A noter que l'atelier "dunkerquois", constitué au moment de l'élaboration des contributions thématiques, avait travaillé le sujet "POUR UNE MEILLEURE REPARTITION DU PROFIT DANS LES ENTREPRISES", avec le souci de ne pas accentuer les inégalités, les disparités de situation entre salariés.

Une des Pages Permanentes du blog :

Contribution PS Grand-Nord : questions 4 et 5 (partie 2/3)

 

Que faudrait-il faire ? Nos propositions :

- étudier avec les partenaires sociaux toutes les possibilités pour rendre les mécanismes d’intéressement accessibles à tous les salariés

- inclure le sujet de l’intéressement dans la négociation annuelle obligatoire, là où sont constitués une ou plusieurs sections syndicales (un chapitre suivant s’intéressera à la représentation syndicale en France …)

- baisser le seuil de 50 salariés pour étendre l’obligation d’instaurer un système de participation des salariés aux résultats de l’entreprise

De même, le seuil de 50 qui détermine la possibilité de désignation de  délégués syndicaux devra être revu, sinon avec qui le chef d’entreprise pourra t-il négocier ?

- pour faciliter l’instauration d’accords dans les PME / TPE, étudier la possibilité d’accords annuels plutôt que triennaux (réticence à s’engager sur une longue période, sur des dispositifs méconnus, mal maîtrisés …)

- pour les sommes versées au titre de l’intéressement, maintenir (ou instaurer) le plafond de 20% du total des salaires bruts annuels

Partager cet article

Repost0
13 septembre 2008 6 13 /09 /septembre /2008 12:00

Les défenseurs de la "laïcité à la française"

choqués par les propos de Sarkozy

.
(Source : AFP) Le Parti socialiste a appelé vendredi le gouvernement et le président Nicolas Sarkozy à "être les gardiens" du principe de laïcité tandis que les associations familiales laïques (Cnafal) ont dénoncé "l'intrusion permanente dans le champ politique" de la religion depuis l'élection de M.Sarkozy.

Les défenseurs de "la laïcité à la française" ont vivement réagi au discours du chef de l'Etat à l'Elysée, où il a accueilli le Pape Benoît XVI, au cours duquel il a soutenu le concept controversé de "laïcité positive", estimant que l'héritage et le rôle des religions dans la société doivent être pleinement assumés.

(Encore une élucubration de ses conseillers ?
(Idem pour la "politique de civilisation", dont on n'entend plus parler !)


"Pour la première fois dans l'histoire de la France républicaine, un Pape et un président de la République affichent une politique commune. En ce sens, déjà, la laïcité de notre République est en danger", s'est indigné le sénateur PS Jean-Luc Mélenchon.

"Il s'agit de promouvoir en France le concept de "laïcité positive" qui s'oppose à la loi de 1905 en prévoyant le retour des Eglises comme actrices de la vie institutionnelle et publique," a expliqué le sénateur de l'Essonne dans un communiqué.

"La laïcité implique que la religion est une affaire individuelle, dans un Etat respectueux de la liberté des cultes", a souligné Julien Dray, porte-parole du Parti socialiste, dans un communiqué.

"Ceux qui ont la responsabilité de gouverner la République, et le président en premier lieu, doivent être les gardiens de ces principes", a-t-il continué.

Selon M. Dray, la "priorité immédiate (du gouvernement) doit être de rassembler les Français: la France a déjà assez de problèmes pour ne pas ouvrir de nouvelles polémiques".

Le Conseil national des associations familiales laïques (Cnafal) a dénoncé "l'intrusion permanente dans le champ politique" de la religion depuis l'arrivée de Nicolas Sarkozy à l'Elysée, "qui porte atteinte à la séparation de l'Eglise et de l'Etat".

Alors que le pape Benoît XVI a entamé vendredi à Paris une visite en France de 72 heures, accueilli à Orly par le chef de l'Etat, Nicolas Sarkozy, les associations familiales laïques affirment que "depuis l'avènement du nouveau président de la République, le modèle américain qui mélange allègrement la bannière de Dieu et la politique semble être le nouveau modèle de fonctionnement de nos gouvernants".

Partager cet article

Repost0

Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande