Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

16 juillet 2008 3 16 /07 /juillet /2008 10:00


Après la polémique causée par les propos de Ségolène ROYAL, évoquant un "rapport" entre le fric-frac à son domicile et sa virulente dénonciation du "clan Sarkozy", plusieurs personnalités du PS sont venues, par leurs déclarations, apporter leur soutien à Ségolène ROYAL la semaine dernière.


Je n'ai pas, sur ce blog, publié la totalité de ces soutiens. J'ai retenu ce jour l'interview de François REBSAMEN, maire PS de Dijon, qui  revenait sur l’affaire et ses derniers développements (LIBERATION.FR du 12 juillet).



Que pensez-vous de cette nouvelle piste de la cambrioleuse de l’Est ?
Je constate qu’en s’exprimant, Ségolène ROYAL a fait bouger le dossier puisqu’on a identifié, semble-t-il très rapidement, l’auteur du vol de 2006. Après un cambriolage et deux mises à sac successives, il était temps que l’on ait, de la part des pouvoirs publics et du gouvernement, autre chose que des insultes.

Le "rapport" établi entre les faits et la dénonciation, par Ségolène ROYAL, de "la mainmise du clan Sarkozy" n’étaient-ils pas, en l’absence d’éléments matériels, aventureux ?
Absolument pas. Elle a évoqué une curieuse coïncidence car il y a eu, effectivement, répétition des faits, et qu’outre son domicile, certains de ses collaborateurs ont vu leurs appartements fouillés ou mis à sac. Elle ne pouvait donc que s’interroger sur les liens entre ces éléments et les attaques qu’elle portait au clan Sarkozy. Ce qui ne veut pas dire que Nicolas Sarkozy est responsable de ces faits. Mais certains se sentent peut-être concernés quand on attaque Nicolas Sarkozy. Tout est possible. Ce que nous voulons, c’est la vérité sur ces affaires.

Selon vous, pourrait-elle apparaître rapidement ?
On l’espère. Boulogne-Billancourt est une ville des Hauts-de-Seine plutôt calme. Ce n’est pas tous les jours qu’on y visite des appartements de cette façon.

Comment jugez-vous les réactions de la majorité aux propos de Ségolène ROYAL ?
Déplacées, insupportables, indignes d’une démocratie apaisée. Il est intolérable qu’une responsable de l’opposition, candidate à la présidentielle, victime de tels actes ne reçoive pas plus de signes de la part du gouvernement. Je ne parle même pas d’une phrase de compassion, mais d’une simple déclaration publique indiquant que tout sera mis en œuvre pour retrouver les auteurs. Si, sous Mitterrand ou Jospin, les domiciles de Chirac ou Sarkozy avaient été visités à trois reprises, l’UMP ou le RPR auraient demandé des comptes. D’ailleurs, quand on voit les moyens de police scientifique employés pour retrouver le scooter volé de Jean Sarkozy, on peut penser que, quand on y met les moyens, on retrouve les auteurs.

Au-delà, cette affaire ne met-elle pas en questions la virulence de l’expression de Ségolène ROYAL vis-à-vis de Nicolas Sarkozy ?

Nous vivons dans une nouvelle forme de démocratie, qui s’apparente à une monocratie. La concentration des pouvoirs médiatiques, financiers, économiques dans les seules mains du président de la République oblige à hausser le ton pour se faire entendre.

On ne peut à la fois reprocher à Ségolène ROYAL de parler fort et à la gauche d’être inaudible.

Partager cet article

Repost0
15 juillet 2008 2 15 /07 /juillet /2008 09:00

Ils sont plus ou moins chloroformés depuis le 6 mai 2007 ...

Mais après l'anesthésie, le réveil ... Rigolera moins !


Partager cet article

Repost0
14 juillet 2008 1 14 /07 /juillet /2008 19:00
Merci à Désirs d'Avenir VAULX-EN-VELIN pour cette vidéo.

                                                                 Pour consulter : CLIQUER ICI

Ca fait froid dans le dos !!!

Dassault : le cancer de la France !  Il existe vraiment ou est-ce une marionnette des guignols ???
 


Cet élu fait partie de la vitrine de l'UMP, c'est tout simplement consternant.

"Il y a des gens bien qui travaillent beaucoup et qui réussissent. Il y en a qui réussissent et d'autres pas. Arrêtons de critiquer ceux qui réussissent sinon ils s'en vont"

"A quoi sert la grève? à chaque fois que l'on veut faire quelque chose, il y a grève. les camions y font les escargots, y a qu'à leur donner des contraventions et c'est réglé".

"La grève est un cancer. la grève n'a pas a être lieu (HIPS). Les syndicats représentent peu de salariés. Ils font grève quand il y a des licenciements nécessaires à l'entreprise ou pour augmenter des salaires quand ce n'est pas possible"
La greve politique , la grève de soutien doit être interdite ... c'est scandaleux.
On est en anarchie, c'est la rue qui commande.

On aurait du supprimer les 35h. On est un pays qui ne travaille pas assez. Regardez
les chinois, ils travaillent 45h, ils dorment sur place dans leurs usines et fabriquent de bons produits pas chers"
"Les 35h sont le cancer de la France. Les 35h ont cassé l'industrie"
"La croissance c'est le travail, c'est de fabriquer des produits pas chers"

"On est encore paralysés par les lois socialistes (CDI)"
"Une entreprise doit être libre d'embaucher quand il y a du travail et de débaucher quand il y en a pas. exemple au Danemark, Etats Unis, Angleterre, Canada il n'y a pas de problèmes de rigidité. On embauche quand on a du travail, on débauche quand il n'y en a pas et ceux qui sont débauchés vont ailleurs parce qu'on les prend"


A la question "Le président vous écoute t-il vous et les autres patrons" :
"Le président ne fait pas assez. il est paralysé par les négociations syndicales, par les partenaires sociaux, par les 35h, par les retraites."

Partager cet article

Repost0
14 juillet 2008 1 14 /07 /juillet /2008 09:00

Sur le plan politique, il a montré ses divergences avec les décisions de son parti (on se souvient évidemment de la querelle sur la question européenne).

Il a toujours été féroce avec Ségolène ROYAL, c'est le moins qu'on puisse dire.

Alors, aussi pénible que ce soit de parler de lui et de ses récentes déclarations (voilà que je fais du Mélanchon, et je m'aperçois que ça soulage !), il faut admettre qu'il a cloué le bec d'une fort belle manière aux journalistes qui aimeraient entendre des voix discordantes sur la fameuse affaire du "saccage" de l'appartement de Ségolène ROYAL!

Eh bien non, ils en sont pour leurs frais :

                                                     "Ségolène ROYAL a raison de s'indigner.

                           Et nous, les socialistes, nous avons intérêt à faire bloc autour d'elle,
                                                   avant qu'il lui arrive quelque chose de mal"



Qu'ouïe-je, qu'entends-je  ?

Après cela, on attend la vacherie, un jour ou l'autre. Je suis mauvaise langue, je dois quand même saluer cet esprit de solidarité, face aux attaques musclées et méprisantes des porte-flingues UMP, et donc de Sarkozy.

Jean-Luc MELANCHON, avec son esprit combatif, doit sans doute admettre même si ça lui coûte à lui aussi, que Ségolène ROYAL est une femme debout, qui intervient avec courage face au pouvoir sarkozyste.

Partager cet article

Repost0
13 juillet 2008 7 13 /07 /juillet /2008 17:00

                                  Un an de droits de l'homme :
                     ce que Nicolas a dit, ce que Sarkozy a fait

 
                                      Source : LIBERATION.FR  -  vendredi 11 juillet 2008

R
etour sur douze mois de diplomatie française, alors que sont attendus dimanche à Paris, lors du sommet de l'Union pour la Méditerranée, le Syrien Bachar al-Assad, le Tunisien Ben Ali, l'Egyptien Moubarak, etc. Où l'on voit que le discours droit-de-l'hommiste du président s'est dilué au fil des mois.

C’était il y a un an, un siècle. C’était le 6 mai 2007 dans la bouche d’un certain Nicolas Sarkozy :

"Je veux lancer un appel à tous ceux qui dans le monde croient aux valeurs de tolérance, de liberté, de démocratie et d’humanisme, à tous ceux qui sont persécutés par les tyrannies et par les dictatures, à tous les enfants et à toutes les femmes martyrisés dans le monde pour leur dire que la France sera à leurs côtés, qu’ils peuvent compter sur elle."

Ensuite ? Ensuite le président français a dévoilé sa politique internationale, faite de petites phrases, de légers pas de côtés et de grandes leçons. Et qui n’est rien d’autre que de la Realpolitik à l’ancienne. Retour en arrière.

C’était le 27 juillet 2007
et le vieil ami de Paris, le président gabonais Omar Bongo recevait Sarkozy, chez lui à Libreville. Et quand le secrétaire d’Etat à la coopération de l'époque Jean-Marie Bockel assure souhaiter signer "l’acte de décès de la Françafrique", il est opportunément remplacé à ce poste par Alain Joyandet. Qui décide, pour sa première visite, d’aller… au Gabon rencontrer Bongo. Et la boucle est bouclée.


C’était le 3 décembre 2007
et le service de presse de l’Elysée l’a joué discrète. Si le Kremlin n’avait pas cafté, peut-être même aurait-on pu croire que Sarkozy était peiné par les résultats des élections législatives russes, pas tout à fait aux normes démocratiques. Mais non: "Le président français a chaleureusement félicité Vladimir Poutine pour sa victoire aux élections."

C’était le 12 décembre 2007
et parfois, une vidéo en dit plus que de longs discours. La poignée de main de l’année, sans contestation.


Sarkozy / Kadhafi : qui ment sur les droits de l'Homme ?

Un petit zapping de l'affaire
Alors, Sarkozy a évoqué les Droits de l'Homme ou pas ?
Qui ment : Kadhafi (ce cher ami !) ou bien Sarko, Accoyer, Guéant ???

 


C’était le 28 avril 2008
en Tunisie, un pays où "l’espace des libertés progresse". Et ce n’est pas la secrétaire d’Etat aux droits de l’Homme qui contredira Sarkozy sur ce point, puisqu’elle n’a, somme toute, pas eu l’autorisation de parler pendant toute la durée du voyage au pays de Ben Ali.

C’était le 3 juin 2008
et lors d’une conférence de presse à Rome, Sarkozy annonce que le président syrien Bachar al-Assad viendra "vraisemblablement" à Paris le 13 juillet pour le sommet de la future Union pour la Méditerranée. Une information révélée quelques jours plus tôt par Libération. Jacques Chirac, qui n’avait pas assisté aux cérémonies du 14 juillet l’an passé, fait savoir qu’il en sera de même cette année. Manifestement, il goûte peu le carton d’invitation envoyé à celui qui est soupçonné d’être lié, de près ou de loin, à l’assassinat de Rafic Hariri, l’ancien Premier ministre libanais. Et il n’est pas le seul.

C’était le 9 juillet 2008
et comme pour Assad, Sarkozy refait, quelques jours plus tard, le coup du ballon d’essai. Il envoie au feu un conseiller qui laisse entendre que, peut-être qu'il ira. Puis, dans un discret communiqué, "le président de la République a confirmé au président chinois son intention de se rendre à Pékin le 8 août pour prendre part à la cérémonie d’ouverture des 29èmes olympiades".
Hu Jintao applaudit mais pas Daniel Cohn-Bendit, légèrement furax.
 


Last but not least, c’est l’Egyptien Moubarak, au pouvoir depuis 26 ans, qui coprésidera le sommet lançant l’Union pour la Méditerranée, dimanche. Une petite déception toutefois, Mouammar Kadhafi ne sera cette fois, pas de la partie, ayant décliné l’invitation avec ces mots légers: "Nous ne sommes ni des affamés ni des chiens pour qu’ils nous jettent des os." Et Sarkozy qui pensait que son séjour sous les ors de la République l’avait ravi…

Partager cet article

Repost0
12 juillet 2008 6 12 /07 /juillet /2008 09:00

Ah, je l'avais laissé passer, celle-là !

Elle date du 8 juillet, alors que le député-maire de Nantes Jean-Marc AYRAULT avait été réélu à la tête du groupe PS à l'Assemblée nationale, devançant Arnaud MONTEBOURG (120 voix contre 57 sur 185 votants) :




"Ce résultat est une triste démonstration de la peur du changement qui tenaille le PS", déplore un député qui a voté Montebourg.

"On a reconduit Domenech"






L'auteur de cette petite gentillesse est Philippe MARTIN, deuxième vice-président du groupe PS, qui fait partie des "reconstructeurs" (on les appelle comme ça !).

Le même député qui, suite à la libération d'Ingrid Bétancourt et aux déclarations de Ségolène ROYAL sur le rôle de Sarkozy, avait réagi
 en qualifiant les propos de l'ex-candidate à la présidentielle d'"assez tristes et un peu consternants".

      Allez, Monsieur MARTIN, encore un petit effort ... jamais deux sans trois !

Partager cet article

Repost0
10 juillet 2008 4 10 /07 /juillet /2008 21:00


Le livre écrit par le sociologue Alain TOURAINE et Ségolène ROYAL est sorti en librairie le 8 juillet.

C'est  un livre de rencontres.

Alain Touraine a proposé cet échange à Ségolène Royal, qui l’a accepté.

Le résultat : sept rencontres successives entre l’un des plus grands sociologues, qui a tant participé aux débats d'idées de la gauche depuis mai 1968, et la candidate qui a tant fait bouger les lignes de cette gauche lors de l'élection présidentielle.

C'est  un livre étonnant.

Quand le sociologue avance ses analyses, la femme politique se rappelle les paroles des pêcheurs de la Rochelle en colère, des ouvriers écoeurés de Gandrange ou des mères de famille désorientées, pour développer ses convictions et ses propositions.  Quand le sociologue conclut par un appel aux politiques, à tous les politiques, elle pose cette question inhabituelle, presque incongrue : qu'est-ce qu'un parti ?

C'est enfin un livre inédit.

Un livre où  le sociologue dessine à chaque rencontre un tableau de la société et de la politique française - sans  concession pour la gauche bien au contraire - et où à  la femme politique donne tour à tour, quitte à contredire le chercheur, sa conception de l'individu et de la société, de la mondialisation et de l'action publique, de l'écologie et de l'éducation, de l'économie et du social, de la République et de la France... et même du Parti socialiste !


Ce n'est pas un livre tourné vers le passé, ce n'est pas le livre-programme d'une candidature, ce n'est pas un livre polémique : c'est la  vérité d'une femme politique de gauche d'aujourd'hui, qui préconise la lucidité radicale et ne veut pas confondre le réalisme et le renoncement, le réalisme et le fatalisme. C'est un livre de réflexion pour l'action.

R
egarder la société et le monde tels qu'ils sont, c'est constater que les inégalités explosent, que la mondialisation a échoué. C'est prendre la mesure de la gravité particulière de la crise que nous vivons quand un jeune vous dit : "Je n'ai pas peur de l'avenir, j'ai peur de ne pas en avoir".

Changer l'économie de marché, changer aussi les interventions publiques, démocratiser la mondialisation, révolutionner la démocratie française, renouer un pacte éducatif, réformer autrement les retraites... L'ambition est de retrouver une maîtrise sur nos destinées individuelles et collectives.

Au sociologue qui ne croit plus au socialisme, l'ancienne candidate explique pourquoi et comment le socialisme est capable d'être une idée neuve !

Si la gauche veut des idées, elle en trouvera dans ce livre

Lire des extraits parus dans Le Monde, daté du 27 juin 2008  :   CLIQUER ICI

Partager cet article

Repost0
10 juillet 2008 4 10 /07 /juillet /2008 19:00

Source LEMONDE.FR  -  08.07.2008 :

Ségolène Royal a établi mardi sur France 2 "un rapport" entre la fouille de son appartement cambriolé et son accusation de "mainmise du clan Sarkozy sur la France", parlant d'"une drôle de coïncidence".

"J'observe que la semaine dernière, le lendemain où j'ai dit qu'il fallait mettre fin à la mainmise du clan Sarkozy sur la France, mon domicile a été mis à sac (...) Je fais un rapport entre les deux. Je considère qu'aujourd'hui il y à une mainmise du pouvoir sur les médias (...)", a affirmé l'ex-candidate PS à l'élection présidentielle.

Comme on lui demandait s'il s'agissait d'"une forme d'accusation formulée contre le pouvoir en place", la présidente de la région Poitou-Charentes a répondu: "C'est une drôle de coïncidence. Et c'est la seconde fois (que cet appartement est fouillé, ndlr), la première a eu lieu pendant la campagne présidentielle (...)".

Mme Royal a contesté le terme de "cambriolage" de son appartement parisien le 27 juin, parlant à deux reprises de "mise à sac".

Elle s'est dite "la seule responsable politique à dénoncer très clairement ce qui se passe contre le service public de l'audiovisuel".

"Il y a un rapt, il y a un vol sur la publicité de France 2 et de France 3 pour enrichir les amis de M. Sarkozy, MM. Bouygues, Lagardère, Bolloré, qui s'apprêtent en plus à se positionner pour la privatisation d'EDF et d'Areva (...) à un moment où il y a une crise énergétique", a-t-elle accusé.

Ségolène Royal a assuré qu'elle "ne subirait aucune intimidation pour empêcher ce mauvais coup contre la France".

Plus généralement, elle a averti: "Je ne suis sujette à aucun chantage et donc ma liberté de parole sera totale". "Je ne dépends d'aucune puissance d'argent, d'aucun système médiatique, je ne suis sujette à aucune pression car je n'ai jamais rien fait de malhonnête dans ma vie".

Mme Royal a d'autre part maintenu ses propos à propos du rôle du président Sarkozy dans la libération d'Ingrid Betancourt, quelques jours après avoir déclenché une polémique en affirmant que le chef de l'Etat n'était "absolument pour rien" dans ce dénouement.

"Je n'ai fait que reprendre les propos de l'Elysée et du Quai d'Orsay. Non, il n'a été pour rien dans cette libération, c'est une opération militaire colombienne", a-t-elle déclaré, fustigeant "une espèce de lynchage médiatique ridicule (...), une polémique totalement déplacée".

                            ----------------------------------------------------------------

                              Comment peut-on contester cette évidence ? :

             Ségolène ROYAL représente la force la plus audible, la plus crédible
                                      face au pouvoir de Sarkozy et de son clan,
                qui organise minutieusement la mainmise du "clan" sur la France,
                                           et une casse sociale sans précédent !

Partager cet article

Repost0
10 juillet 2008 4 10 /07 /juillet /2008 12:00

Au Conseil national de l'UMP le 5 juillet, Sarkozy se fait applaudir
en se moquant des grèves dont "personne ne s'aperçoit".


Voilà au grand jour le véritable chef de clan UMP,
et non pas le président de la République.
 

Partager cet article

Repost0
9 juillet 2008 3 09 /07 /juillet /2008 20:00

Violence conjugales, triste record : + 30% en 3 ans

47573 faits recensés en 2007

En France, tous les 3 jours une femme meurt suite à des violences conjugales


JT France 2 - le 8 juillet 2008

Partager cet article

Repost0

Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande