Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

4 juillet 2008 5 04 /07 /juillet /2008 22:30

Source : site Désirs d'Avenir

Message de Ségolène ROYAL, le 30 juin :

Scandaleuses accusations

Comme vous le savez, mon appartement a été visité pour la troisième fois, dans la nuit de vendredi à samedi dernier, quelques heures avant mon intervention à la Maison de la Chimie devant plus d’un millier de militants.


Ce matin, Le Figaro mettait en cause la vérité des faits, parlant "d’éventuelle intrusion" et laissant entendre que j’aurais pu moi-même mettre en scène l’infraction. La moindre des choses aurait été de s’informer auprès des policiers et du procureur de la République de Nanterre.

Car ce dernier, le juge Philippe Courroye, s’est déplacé chez moi en personne, dans la nuit, pour signifier l’importance qu’il accorde à ce délit, et particulièrement à sa répétition.

Ce soir-là, je revenais de Poitou-Charentes et je suis passée par mon bureau parisien, avant de rentrer chez moi et de me préparer au meeting du lendemain.

Là, le choc. Même si c’est la troisième fois que mon appartement est visité par effraction, on ne s’habitue jamais à une telle violation de son intimité. Rien n’avait été volé. Mais la mise en scène de ces "cambrioleurs" - qui devaient être bien renseignés pour tenter cette visite en début de soirée, et pas en pleine nuit – m’a donné froid dans le dos.

Les boucles d’oreille de ma fille soigneusement déposées sur le lit… Les minutes d’un précédent procès-verbal (encore pour cambriolage) déchirées et posées sur un meuble… Les tableaux déplacés… Mon appartement ne m’appartiendrait-il plus ? Derrière tout ça, il y a la volonté manifeste de m’intimider, voire de me faire reculer.

Les questions maintenant : Qui est derrière tout ça ? Est-ce que c’est un maniaque, une officine mafieuse, des barbouzes ? Quelle volonté les anime ? Que va faire le gouvernement ? Où va la France si les leaders de l’opposition peuvent être à ce point inquiétés ?

J’ai bien l’intention de demander des comptes au ministère de l’Intérieur afin que toute la lumière soit faite sur cette affaire. Je veux savoir qui est l’instigateur de cette tentative de déstabilisation politique. Je n’en resterai pas là.


       ---------------------------------------   L'article du Figaro :  ----------------------------------

Nouveau cambriolage chez Ségolène Royal
?


30/06/2008

La PJ enquête sur une
éventuelle 
intrusion dans l'appartement de Ségolène Royal.

Qui en veut à Ségolène Royal ? Pour la troisième fois en deux ans,
elle se dit victime de cambrioleurs. Son appartement de Boulogne-Billancourt, dans les Hauts-de-Seine, aurait été visité ce week-end. Rien de valeur n'aurait été volé, mais son entourage parle d'un "grand remue-ménage" dans sa chambre. Les ordinateurs aurait, disent des proches, été "mis par terre". L'ex-candidate socialiste à l'élection présidentielle vient, en tout cas, de déposer plainte au parquet de Nanterre. Son équipe dénonce une "pratique d'intimidation".

Plusieurs précédents

En août 2006, déjà, une affaire similaire révélée par Le Figaro avait suscité une vive polémique entre Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy. Puis il y eut, en mars 2007, dans la dernière ligne droite de l'élection présidentielle, une plainte déposée pour un vol d'ordinateur dans l'appartement parisien d'une conseillère de Mme Royal. En juillet 2007, une autre intrusion dans l'appartement boulonnais de Mme Royal aurait donné lieu, selon elle, au vol d'une centaine d'euros et d'un ordinateur portable.

Depuis l'été 2006, la police a été invitée à redoubler de vigilance sur les allées et venues autour du domicile de l'ancienne candidate à la présidentielle. "Un travail délicat, explique un syndicaliste policier : si notre surveillance se fait trop pesante, on nous suspecte d'espionnage, et si elle se relâche, on nous accuse de négligence."

Cette fois, l'entourage de Ségolène Royal parle "d'effraction". Mais une autre version circule : "
Sa clé a simplement accroché dans la serrure
quand elle est entrée chez elle avec son officier de sécurité", dit un policier. L'enquête de la PJ n'exclura donc aucune piste.

Partager cet article

Repost0
4 juillet 2008 5 04 /07 /juillet /2008 15:00

Vous souvenez-vous de la parodie sur Georges MARCHAIS ?  :

- C'était pas la question !

- Non, mais c'est ma réponse ...

PAREIL, AVEC SARKO !!!
 



Source : sarkononmerci.fr

Sur France3, le 30 juin 2008. Question :

Pour réaliser l'objectif annuel de 25 000 reconductions aux frontières de personnes sans-papiers, à combien d'arrestations est-il nécessaire de procéder ?

Si la question semble à ce point embarrassante pour un Nicolas Sarkozy qui pour une fois peine à s'engouffrer dans la langue de bois, c'est que la réponse n'est pas de ces vérités bonnes à dire, tant elle est choquante. Il faut procéder à 2 millions de contrôles d'identité et d'arrestations pour que la police parvienne à tenir cet objectif annuel de 25 000 expulsions d'étrangers que Nicolas Sarkozy lui a arbitrairement fixé.

                                         -----------------------------------------------------------

Sarko semble regarder Audrey PULVAR avec un "oeil mauvais" ... et puis, elle a quand même un faciès ... un faciès ... bon, il ne peut pas quand même, là, sur le plateau, lui demander ses papiers !


Seconde partie de la vidéo :  une note de service de la Préfecture de Police de Paris. Eloquent !

Partager cet article

Repost0
4 juillet 2008 5 04 /07 /juillet /2008 10:00

Je vous recommande particulièrement la lecture du blog de Benoit Vandewalle (site ami, dans les liens).

Son billet à propos du drame de la caserne à CARCASSONNE est des plus pertinents, comme la plupart des articles qu'il publie (ce n'est pas de la flatterie, c'est sincère) : 

CLIQUER  -->  Il faut montrer l'exemple


Le final est "extra" ! :

"... Si  nous poussons le raisonnement, si un soldat commet une faute exceptionnelle et inqualifiable et qu'il faut faire sauter le plus haut niveau hiérarchique, qu'on me rafraîchisse la mémoire ...

                                       qui est le chef des armées ?

                                      ------------------------------------------------------------------------------------------- 

Je n'ai pas pu m'en empêcher, j'ai posté ce commentaire :

Oh oui, oh oui ! On le fait sauter ! Attention, je suis raisonnable, je n'incite pas à l'utilisation de l'explosif, quand même (!!!) ... il est bien gardé, dans des lieux sécurisés j'espère !


Partager cet article

Repost0
3 juillet 2008 4 03 /07 /juillet /2008 22:00

Quand Le Figaro fait des "petites coupures" !

Ingrid Betancourt libre : sur Le Figaro, Chirac et De Villepin coupés au montage !


La vidéo d'Ingrid BETANCOURT choisie par le site du Figaro.fr présente une grosse différence avec la vidéo originale de son intervention sur le tarmac de l'aéroport de Bogota...

Quand l'originale dure 2 minutes 22 secondes, celle du Figaro ne fait miraculeusement plus que 1 minute et 47 secondes. C'est qu'en réalité 35 secondes disparaissent malencontreusement entre le remerciement de Ingrid BETANCOURT à Nicolas Sarkozy (à 1'30") et ses derniers mots qui commencent par un "Je vous aime..." dont on pourrait soudain croire, par la magie du montage (et donc du mensonge !) qu'il s'adresse au petit président lui-même.

Pourquoi faire disparaître précisément ces secondes là ? En disant qu'il s'agit tout simplement de ses remerciements au président Jacques Chirac ainsi que de ceux, très chaleureux, à son ami Dominique de Villepin, on fait un grand pas vers la réponse :

Il semble bien que Le Figaro voudrait non seulement tresser des lauriers à Nicolas Sarkozy pour une libération à laquelle il n'est pour rien, mais en sus il ne faudrait surtout pas que le petit père des lecteurs du Figaro se retrouve à devoir partager des louanges indues avec ses deux frères ennemis du RPR, Chirac et Villepin. La grande classe journalistique !




Et voici la vidéo originale et intégrale, reprise par la plupart des autres médias :

Partager cet article

Repost0
3 juillet 2008 4 03 /07 /juillet /2008 18:16

Partager cet article

Repost0
3 juillet 2008 4 03 /07 /juillet /2008 14:00


undefined
Ingrid BETANCOURT était otage des FARC
depuis le 23 février 2002 ...


Pour accéder au site 
   agir
pouringrid.com
 

et pour tous les otages en Colombie

CLIQUER ICI






"... et nous ne serons libres que lorsque tu le seras"

(RENAUD - Dans la jungle)

Partager cet article

Repost0
1 juillet 2008 2 01 /07 /juillet /2008 22:00

Partager cet article

Repost0
27 juin 2008 5 27 /06 /juin /2008 15:00
Lu sur le blog de Jean-Louis BIANCO  -  27 juin 2008 :

DIPLOMATIE :

Enfin on retrouve le Bernard Kouchner d’avant !

Il a qualifié Mugabe, l’Ubu-Roi du Zimbabwe, de "rien d’autre qu’un escroc et un assassin" qui "se croit désigné par Dieu".

Quand on est Ministre des Affaires Etrangeres, on ne peut pas toujours parler comme un militant des droits de l’Homme, mais Bernard Kouchner a été le plus souvent impressionnant dans la langue de bois.

Il a dû ingurgiter une quantité considérable de couleuvres et ça a dû lui faire du bien de se lâcher, pour une fois.

                                              Le blog de Jean-Louis BIANCO - Cliquer sur l'image :


 

Partager cet article

Repost0
27 juin 2008 5 27 /06 /juin /2008 13:00

 

Partager cet article

Repost0
26 juin 2008 4 26 /06 /juin /2008 11:00

"On remet en cause la solidarité avec les malades les plus atteints"


Jean-Pierre Davant, président de la Mutualité française, dénonce les déremboursements :

 

LIBERATION.FR  -  jeudi 26 juin 2008

La Fédération nationale de la mutualité française (FNMF), qui regroupe la quasi-totalité des mutuelles de santé (18 millions d'adhérents), appelle l’ensemble des partenaires sociaux à s’opposer aux mesures de déremboursement que le directeur de l’assurance-maladie, Frédéric van Roekeghem, doit soumettre aujourd’hui à son conseil d’administration. Le président de la FNMF, Jean-Pierre Davant, explique à Libération pourquoi ces mesures lui semblent particulièrement injustifiables.


Le directeur de l’Assurance-maladie propose de ne plus rembourser qu’à 35 % certains médicaments qui l’étaient jusqu’ici à 100 % lorsqu’ils étaient prescrits dans le cadre d’affections de longue durée (ALD). En quoi cela vous paraît-il choquant ?
C’est choquant déjà sur la forme. Il n’y a eu aucune consultation des différents acteurs de la politique de santé. Annoncer que pour les patients, cela ne changerait rien parce que les mutuelles allaient rembourser la différence… La moindre des choses aurait été de nous en parler. Mais le plus choquant dans l’annonce de cette mesure est qu’elle inquiète des personnes confrontées à des pathologies lourdes. Tout cela d’ailleurs pour une économie que le directeur de l’assurance-maladie estime à 250 millions d’euros, alors que le déficit de l’assurance-maladie pour 2009 sera de l’ordre de 7 milliards. On remet en cause un des principes essentiels de l’assurance-maladie, la solidarité avec ceux qui sont atteints d’affections les plus graves, pour une mesure qui, vu l’ampleur des déficits, apparaît comme un rapiéçage. S’il faut réguler les dépenses, ce qui paraît effectivement indispensable, mettons-nous autour d’une table au lieu de lancer ce genre de propositions.

La ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, assure que les complémentaires peuvent prendre le relais, et que si le prix des médicaments baisse, cela ne leur coûtera rien.
S’il suffisait que les caisses d’assurance-maladie remboursent moins pour que le prix des médicaments baisse, cela se saurait ! On peut se renvoyer la balle entre la Sécurité sociale, les mutuelles et les patients : à l’arrivée, ce sont toujours les Français qui paient. Ce que nous voudrions mettre sur la table des négociations, ce sont les moyens de réguler intelligemment une croissance des dépenses de santé, par ailleurs inéluctable.

La proposition de Frédéric van Roekeghem sur les ALD n’est-elle pas un ballon d’essai préparant d’autres mesures plus drastiques ?
Si c’est un ballon d’essai, le gouvernement à la réponse : cela ne passe pas. Le conseil d’administration de la Caisse d’assurance-maladie devrait le confirmer ce jeudi. La sagesse voudrait que l’on prenne le temps de discuter avec les partenaires sociaux et tous les acteurs des politiques de santé. Nous y sommes prêts.

Le gouvernement peut-il passer outre un vote négatif du conseil d’administration de la Caisse d’assurance-maladie, où siègent syndicats, patronat et mutualité ?
En dernier ressort, c’est le gouvernement qui décide. Mais je lui conseillerai de ne pas passer en force. Ce n’est pas comme cela que l’on pourra réguler les dépenses et améliorer le dispositif de santé.

Faut-il lancer une nouvelle réforme de l’assurance-maladie, après celle de 2004 dont on constate qu’elle n’a pas tenu ses objectifs ?
Franchement, je ne crois pas à une réforme qui serait le grand soir de l’Assurance-maladie. A quoi cela sert-il de faire voter par le Parlement une grande réforme qui ensuite n’est pas appliquée ? Rappelez-vous tout ce qui a été dit sur le dossier médical partagé il y a quatre ans. Pour arriver à quoi ? A ce qu’en 2008 on considère que ce dossier n’existera que pour ceux qui le veulent bien.Autre exemple : en 1996, on misait sur la formation médicale continue pour responsabiliser les médecins. Douze ans plus tard, on en est au même point.

Il faut admettre qu’il est naturel que les dépenses de santé augmentent, en raison de la démographie et des progrès de la recherche médicale. Donnons-nous les moyens de gérer sérieusement le dispositif de santé, pour le moderniser, pour qu’il ne perde pas en qualité, et pour ne pas faire porter la dette sur les générations futures. Le traitement des pathologies lourdes - les affections de longue durée - a changé. Réfléchissons à adapter la prise en charge de ces pathologies au lieu de proposer des déremboursements
.

 

Partager cet article

Repost0

Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande