Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

25 juin 2008 3 25 /06 /juin /2008 22:00

Partager cet article

Repost0
25 juin 2008 3 25 /06 /juin /2008 09:00



François Fillon a lancé une campagne publicitaire du Gouvernement :
"Pouvoir d’achat : vous êtes impatient… Nous aussi ".

Les contribuables seront ravis d’apprendre que le budget de la campagne
atteint 4,33 millions d’euros !

Partager cet article

Repost0
24 juin 2008 2 24 /06 /juin /2008 18:00

    Certains médicaments moins remboursés pour les malades de longue durée ?


                                                         Source : LIBERATION.FR  -  24.06.2008
 

Pour redresser les comptes de la sécurité sociale, le directeur de l’assurance maladie Frédéric van Roekeghem, interviewé par les Echos, propose une réduction du taux de prise en charge de certains médicaments des patients souffrant d’affections longue durée (ALD).

Cette catégorie ouvrant droit à la prise en charge à 100 % couvre une trentaine de maladies comme le cancer, le diabète, le sida, la maladie d'Alzheimer ou l'hypertension artérielle. Les médicaments "à vignette bleue" ne seraient remboursés qu’à 35% au lieu de 100% actuellement, les organismes complémentaires (mutuelles, assurance, etc) prenant alors en charge la différence (65%). Huit millions de personnes sont atteintes en France d’une ALD.

Le ministre du Budget et des Comptes publics Eric Woerth a aussitôt tenté de calmer les esprits ce matin sur France Culture: "Les affections dites de longue durée, la maladie couteuse pour le malade, par principe elle est prise en charge à 100%. C’est bien évidemment cela qui doit être fait, il n’y aucune remise en cause bien évidemment du remboursement à 100% des affections longue durée". "Ce n’est pas un plan, mais des propositions de l’assurance maladie», a ajouté le ministre. «Nous avons demandé avec Roselyne Bachelot à l’assurance maladie de nous faire des propositions", a-t-il expliqué, précisant que ces propositions seraient examinées «dans les semaines qui viennent».

Les économies passeraient aussi, selon les propositions de l'assurance maladie, par un contrôle plus étroit des professionnels de santé et une baisse des prix des médicaments.

Selon Frédéric van Roekeghem, un plan de redressement de 3,2 milliards d'euros à partir de 2009 est nécessaire pour revenir à un équilibre des comptes en 2011. La Commission des comptes de la Sécurité sociale (CCSS) a annoncé mercredi dernier un déficit prévisionnel de 8,9 milliards d’euros pour 2008 pour l’ensemble de la «sécu» (maladie et retraites notamment), avec un déficit de l’Assurance maladie en léger recul à 4,1 milliards d’euros.


                        Sujet sur France2, et réaction véhémente du Docteur Christian LEHMANN,
                                            membre du Collectif contre les franchises médicales

                              


Pour prendre conscience (s'il en était besoin) du mal qui ronge certains esprits depuis l'arrivée au pouvoir de Tsarko, je cite ici un intervenant sur le site de LIBERATION, au pseudo "Militant UMP", dont la greffe du cerveau a dû échouer !!! :

 

"Responsabilisation"

"C'est bien normal, pour freiner les dépenses de santé et le trou de la sécurité sociale il convient de responsabiliser les malades de longue durée, il est en effet anormal que certains cotisent bien moins qu'ils ne reçoivent, l'équilibre des comptes ne se fera pas sans qu'il y ait une prise de conscience de nos concitoyens. Nous devons entrer dans une société moderne et en finir avec l'assistanat pour dégager des marges de productivité et de la croissance, c'est tout le sens de l'action de Nicolas Sarkozy, à chacun selon son mérite, il n'est pas normal que certains se la coulent douce aux frais de la princesse alors que d'autres bossent !"


INCROYABLE, NON ?

Dénonçant ce scandaleux credo sarkoziste, un commentaire laconique :


"Espérons que l'on ne découvre jamais de médicament contre la connerie sinon cela va vraiment coûter très cher à la Sécurité Sociale !"
.

Partager cet article

Repost0
19 juin 2008 4 19 /06 /juin /2008 14:00
Tout d'abord, un article de presse (francesoir.fr) :

35 heures - L'étrange silence de Martine AUBRY

A quelques mois du Congrès, la "Dame des 35 heures" reste très discrète alors que la majorité souhaite vider "ses" lois de leur substance.

Il y a dix ans, Martine Aubry et le gouvernement Jospin annonçaient en grande pompe l’instauration des 35 heures.
Mais aujourd’hui, peu nombreux sont les membres du Parti socialistes qui osent encore élever leur voix pour défendre cette loi. Aucun d’entre eux n’était d’ailleurs présent mardi, lors de la grande journée de mobilisation syndicale pour la défense des 35 heures.
Pas même la "Dame des 35 heures" !

Mise à l’écart de la vie politique ces dernières années après avoir été battue aux législatives de 2002, Martine Aubry fait pourtant beaucoup parler d’elle ces derniers temps. Non seulement elle a brillamment remporté sa réélection à la mairie de Lille lors des dernières municipales, mais elle apparaît désormais comme une candidate potentielle au poste de premier secrétaire du PS lors du prochain congrès de Reims, en novembre prochain. "Je ne l’ai jamais vue aussi politiquement affirmée et détendue depuis 1997", a récemment commenté Claude Bartolone.

Proche de Delanoë ?
Nul doute que ce sont en fait ses ambitions nationales qui la poussent à faire oublier sa filiation aux 35 heures, un dispositif qui n’a pas totalement convaincu les Français.

Durant sa longue traversée du désert, l’ex-ministre de Lionel Jospin s’est plutôt tenue à l’écart des déchirements internes et apparaît comme une troisième voie possible pour la succession de François Hollande. Elle est même devenue la star des "ni ni", ni Royal ni Delanoë.

Reste à savoir la position qu’elle tiendra à l’égard de celui qui fait peu de mystère de ses ambitions lors du prochain congrès.

Proches de Lionel Jospin, ils affichent en effet une certaine complicité. Ils étaient assis côte à côte lors de la convention nationale du PS samedi dernier. "Delanoë est un ami", dit-elle de lui, "nous avons l’essentiel en commun". Une amitié menacée aujourd’hui par le congrès : chacun espère ainsi le retrait de l’autre en sa faveur.

Un problème épineux dont les maires de Lille et Paris auront le loisir de discuter aujourd’hui, dans la cité nordiste, où ils se rencontreront.

Reste à savoir si, à peine sortie de l’ombre, la figure de proue des "reconstructeurs" acceptera de mettre si tôt de côté ses éventuelles ambitions pour rejoindre le camp Delanoë.


Et à DUNKERQUE ? A l'image de la situation nationale, la manifestation a eu moins de succès que celle du 22 mai.

Un autre constat : affligeant, aucune présence organisée du PS, seulement quelques militants de base, à peine une dizaine, dont je faisais partie. Selon mes informations, à LILLE ... pas mieux ! Quelques images :

 

Partager cet article

Repost0
16 juin 2008 1 16 /06 /juin /2008 13:00

 

Après l'ami Kadhafi, voici ... Bachar el-Assad.

A la tribune officielle du 14 juillet, place de la Concorde, il y aura le carré des dictateurs. On y trouvera côte à côte le syrien Bachar el-Assad, le Tunisien Zine El-Abidine Ben Ali, sans doute l’Egyptien Hosni Moubarak … Il y aurait pu avoir aussi le colonel Kadhafi, s’il ne s’était élevé bruyamment contre le projet de l’Union pour la Méditerranée.

Il y a quelques mois encore, le président syrien était traité en paria au sein de la communauté internationale pour l’implication présumée de son régime dans l’assassinat de l’ex-Premier ministre libanais Rafic Hariri.

Cette invitation intervient alors que le régime a jeté en prison les journalistes et intellectuels qui se battaient pour la liberté d’expression, faisant qualifier la Syrie de "capitale de la répression" par Reporters sans frontières.

Voila un message fort envoyé au monde entier par la France "Patrie des Droits de l’Homme" et son guide clairvoyant le Président Sarkozy !
 

Partager cet article

Repost0
15 juin 2008 7 15 /06 /juin /2008 20:00

Le "non" irlandais entraine une multitude de commentaires sur les raisons du refus cinglant que tout peuple, quand il a la possibilité de s'exprimer, infligerait obligatoirement aux politiques. Sans vouloir être exhaustif :

- l'incompréhension, liée à la complexité des textes
- les menaces pesant sur le pouvoir national, sur l'indépendance face à la technocratie européenne
- le sentiment que l'Europe ne protège pas le citoyen, et l'empêche de s'exprimer sur la nature même de l'Europe qu'il souhaite

Je ne suis pas, loin s'en faut, un spécialiste de ces questions européennes. Je me lance toutefois, au risque de dire quelques bétises ... mais après tout cela arrive même aux supposés experts, imbus de certitudes !!!

Donc, je préviens d'emblée : je ne suis sûr de rien, je donne mon humble avis, et encore sur un seul des aspects de la question ...

L'harmonisation ! Tout le monde en parle, et chez les socialistes on insiste - normal - surtout en matière sociale. C'est ainsi que le Projet Socialiste pour 2007 posait le principe d'un Traité social, devant harmoniser par le haut les droits sociaux dans l'Union : "Nous proposerons à nos partenaires d'adopter des critères de convergence sociale" ...

Qu'en est-il en matière économique et -- pourquoi l'occulter --- en matière fiscale ? : "Nous devons être à l'origine d'un projet fiscal fondé au départ sur la détermination de règles d'harmonisation entre les pays de la zone euro, qui ouvrira la voie à un impôt européen".

A ce point de mon explication, j'en reviens à l'IRLANDE : selon mes (bonnes ?) lectures, dans la campagne électorale les partisans du "non" auraient fait référence à un point du traité de Lisbonne ... un point "là où ça fait mal", le portefeuille !!! :

--> la possibilité d'augmenter le nombre de domaines où l'on peut voter à la "majorité qualifiée double" ... pouvant inclure la question fiscale

Ainsi, l'argument tombe sur l'électeur, qui ne peut rester insensible : l'IRLANDE perdra son droit de veto en matière de fiscalité !!!

Et tous les avantages d'une fiscalité exceptionnellement faible ! J'ai lu ceci sur le site i-Télé :


"M. McGuirk, dont l'organisation dirigée par l'homme d'affaires Declan Ganley a été à la pointe de la campagne 'noniste', cite 
les propos rapportés par la presse en avril de la ministre française des Finances Christine Lagarde, soulignant l'intention de Paris de pousser à une harmonisation de la fiscalité lors de sa présidence de l'Union européenne, qu'elle entamera en juillet.

Cette déclaration avait touché une corde sensible en Irlande, faisant craindre une volonté de Paris de remettre en cause le taux exceptionnellement faible de l'impôt sur les sociétés (12,5%) et qui est jugé sur l'île comme une des clefs de son formidable développement économique."

                                  ALORS ? VOUS AVEZ DIT "HARMONISATION" ?

                                      HARMONISATION SOCIALE PAR LE HAUT ?
                                 HARMONISATION FISCALE, MAIS PAR LE BAS ?

                         DE QUOI SE RETROUSSER LES MANCHES, CAMARADES !

Partager cet article

Repost0
15 juin 2008 7 15 /06 /juin /2008 14:00

Gérard ONESTA, député européen (Vert), Vice-président du Parlement européen,

présente son Plan A+  pour une relance du processus constitutionnel européen


Il y a dans ces explications le volet relatif à la "construction", l'architecture des textes, bien sûr.
Mais également le processus de ratification par les citoyens européens.

J'apprécie la pédagogie, une certaine prise en compte des arguments des tenants du non de gauche, pour présenter une solution qui mérite amplement d'en débattre.

Selon moi, c'est infiniment plus "pensé" que le rafistolage présenté par Sarko, et dont on vient de voir les effets avec le rejet irlandais.

(vidéo mars 2007)

Partager cet article

Repost0
14 juin 2008 6 14 /06 /juin /2008 20:00




                           Ségolène ROYAL :

       Sarkozy a perdu sa crédibilité en Europe


Nicolas Sarkozy "a perdu beaucoup de crédibilité sur la scène européenne", a estimé samedi Ségolène ROYAL au lendemain du "non" irlandais au traité de Lisbonne.


"Le traité simplifié n'était pas si simple que ça", a ironisé la finaliste de l'élection présidentielle de 2007 en marge de la convention nationale du PS.

"La perspective de la présidence de l'Union par Nicolas Sarkozy n'a pas fait rêver les peuples d'Europe. La semaine dernière encore, il y a une décision pour allonger la durée du travail à 60 heures, et Nicolas Sarkozy ne s'y est pas opposé".

L
a candidate au poste de Premier secrétaire du PS a appelé à un "sursaut" après le "non" irlandais, qu'elle a analysé comme "la dénonciation d'une Europe insuffisamment humaine et rapide pour répondre aux grands défis".



"Il faut en faire quelque chose de positif, c'est-à-dire exiger de l'Union européenne qu'elle aille beaucoup plus vite et beaucoup plus fort pour défendre les droits des salariés, pour préparer l'après-pétrole, les grandes infrastructures européennes, relancer la croissance", a-t-elle expliqué.

"Il faut continuer par des grands projets communs européens sur l'infrastructure, l'énergie, l'éducation, la recherche, et continuer d'entraîner, mais je doute que Nicolas Sarkozy soit à la hauteur de ce défi".

S
ource : AP

Partager cet article

Repost0
14 juin 2008 6 14 /06 /juin /2008 18:00

Une vidéo du "clash" avec Jean-François Fountaine lors d'une séance du Conseil Régional de Poitou-Charentes a été largement  relayée sur les réseaux UMP mais aussi par quelques réseaux PS (malheureusement).

Ségolène ROYAL répond en détail sur la vidéo ci-après, pour redonner du contexte à cette affaire.

Il est crucial que la machine à "boules puantes" de l'UMP, que certains relaient, ne soient pas sans réponse, pour ne pas laisser s'installer des idées fausses qui jouent sur des stéréotypes éculés.


Plus de détails :

Jean-François Fountaine, PDG des catamarans Fountaine-Pageot est toujours vice-président de la région
Poitou-Charentes, et n'est pas la victime qu'on croit.

Partager cet article

Repost0
13 juin 2008 5 13 /06 /juin /2008 14:30

J'ai reçu le communiqué qui suit, rédigé à l'initiative de camarades travaillant au PSE.

Il concerne 
l'attitude de Mélenchon et de ses amis, qui dans le débat référendaire en IRLANDE sur le Traité de Lisbonne, ont fait publiquement campagne contre un parti frère ...

Ceux d'entre vous qui veulent ajouter leur nom comme signataires du message ci-dessous peuvent le signaler à
 
sandrine_bertin1@yahoo.com


Ce communiqué sera diffusé sur le forum FFE (Fédération des Français à l'Etranger) et envoyé à François Hollande.
 

Chers amis,
 
Suite à l'intervention de François Delapierre aux côtés de Attac dans le débat sur le référendum irlandais pour l'adoption du Traité de Lisbonne, relayée par la presse irlandaise, nous souhaitons rappeler a nos camarades que : 
 
"Le Parti socialiste est un parti qui défend une éthique politique dans l’engagement militant. Il repose sur une adhésion volontaire qui demande que les décisions, les textes et les règles, délibérés et adoptés en commun, soient respectés."
Article 21 de la nouvelle Déclaration de Principes
 
"Membre du Parti socialiste européen, le Parti socialiste entend tout mettre en oeuvre pour le renforcer afin que soit porté un message socialiste en Europe."
Article 18 de la nouvelle Déclaration de Principes
 
Le Parti Socialiste est partenaire du Irish Labour au sein du Parti Socialiste Européen, et s'est engagé a suivre une ligne pro-européenne et réformiste, a travailler de façon coordonnée.
 
L'intervention de François Delapierre est injustifiable, le soutien accordé par Jean-Luc Mélenchon n'est pas acceptable, et les arguments favorables ne sont pas plus défendables. Le Parti Socialiste et le Irish Labour travaillent dans le même groupe au niveau européen.

Il est inacceptable qu'un représentant des instances du parti, qui se trouvait quelques jours auparavant assis a la même table que Philip Cordery , Secrétaire Général du PSE et notre camarade, à l'occasion du Bureau National, fasse publiquement campagne contre un parti frère, dans son cadre national, se placant dans le camp de ses adversaires politiques, dont le patronat ultra-libéral et le lobby traditionaliste, catholique et ultra-conservateur, défendant des arguments opposés.
 
Socialistes français et irlandais travaillent main dans la main au niveau local. Les militants d'Irlande, en particulier de la section de Dublin, se sont engagés auprès des militants du Irish Labour au quotidien pour mener une campagne difficile et ingrate. Il est inacceptable que des camarades du PS prennent la parole pour saboter volontairement les mois d'efforts d'autres camarades. C'est un acte qui va à l'encontre du respect dû aux militants de sa famille politique, et un manque de solidarité qui mine cruellement l'unité du parti en attisant les divisions partisanes.

Amitiés socialistes.

Partager cet article

Repost0

Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande