Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

6 juillet 2012 5 06 /07 /juillet /2012 09:00

gaetan-gorce---DA44.jpg 

 

Sur le blog de Gaëtan GORCE  -  le 05.07.2012 : 

Tournant de la rigueur ? Peut-être pas !

Mais tournant politique, sans aucun doute !

 

Après des années passées à refuser de regarder la vérité des chiffres en face, les pouvoirs publics, sous direction socialiste, ont enfin décidé d'agir. Compte tenu des engagements pris (sur les retraites par exemple) comme des réformes incontournables, le besoin de financement auquel nous devons répondre est plus près de 100mds d'euros cumulés sur la durée du quinquennat que de 50... Non pour satisfaire à je ne sais quelle pression européenne, mais simplement pour stopper la progression d'une dette qui nous met à merci des prêteurs étrangers. 

Au-delà du problème financier, considérable mais bien connu, il nous faut aussi et peut-être surtout considérer le problème politique. L'opinion n'a en effet été préparée qu'à minima. Et si l'on en juge par exemple à la réaction des syndicats de la fonction publique, elle n'est manifestement pas prête à accepter sans réagir le cocktail qui s'annonce.

Si les mesures de rigueur qui s'imposent devaient être présentées une à une pour en amortir l'impact, au fil des décisions gouvernementales, le risque est grand de l'incompréhension et du blocage.

D'où l'absolue nécessité d'ouvrir avant toute chose le débat sur la réalité de la situation. Au Parlement, sans doute. Mais aussi avec les partenaires sociaux pour tenter d'aboutir à un diagnostic commun. On pourrait même aller jusqu'à suggérer des "états généraux du redressement" au cours desquels les forces vives, politiques, économiques, sociales, associatives pourraient partager leurs analyses. L'opposition devrait même y être conviée, invitée à préciser son jugement sur un état des lieux qu'elle connaît mieux que personne et que l'esprit de responsabilité devrait l'amener à assumer.

Expliquer, dialoguer, expliquer encore, tel devrait être le leitmotiv du pouvoir. Parce que l'effort à consentir ne pourra être mené à son terme que s'il est non seulement compris mais repris à leur compte par tous les Français.

.

Repost 0
2 juillet 2012 1 02 /07 /juillet /2012 09:00

Olivier-Ferrand.jpg

 

Mort d'Olivier Ferrand,

boîte à idées du PS

Source : LeJDD.fr  -  le 2 juillet 2012

 

Olivier Ferrand, député des Bouches-du-Rhône et président-fondateur du think tank de gauche Terra Nova, est décédé, samedi matin, selon plusieurs sources. Agé de 42 ans, il a succombé à un arrêt cardiaque, après une séance de jogging. Il venait d'être élu à l'Assemblée nationale après une âpre bataille d'abord à gauche pour obtenir sa candidature. Puis contre la droite et le Front national.

Olivier Ferrand, député socialiste des Bouches-du-Rhône, est décédé à Velaux (Bouches-du-Rhône) à la suite d'un arrêt cardiaque, après une séance de jogging, selon plusieurs sources officielles. "Il est parti ce (samedi) matin faire un jogging et a fait un arrêt cardiaque au retour. Les pompiers n'ont pas réussi à le ranimer", a dit à l'AFP le premier secrétaire du PS-13 Jean-David Ciot, évoquant un "énorme choc". Selon son suppléant Jean-Pierre Maggi, le député est "décédé dans sa maison familiale" de Velaux (Bouches-du-Rhône), aux alentours de 10h30 : "il est tombé dans son jardin, c'est sa mère qui l'a découvert", a-t-il expliqué à l'AFP. "Il avait fait une campagne longue et rude, il était intervenu partout dans les médias ou ailleurs: est-ce la fatigue accumulée ?", s'est interrogé son suppléant, qui ne lui connaissait pas d'antécédents cardiaques. Marié et père d'une fille de 12 ans, Olivier Ferrand était "un jeune espoir du PS, un des quadras du parti qui venait tout juste d'être élu député", a-t-il ajouté.

Né en 1969 à Marseille, il a débuté dans la politique en tant que haut-fonctionnaire. Diplômé d'HEC, de Sciences Po et de l'ENA, il a intégré en 1997 la direction du Trésor. Puis il est devenu conseiller du Premier ministre Lionel Jospin, de Pierre Moscovici, puis de Dominique Strauss-Kahn. Il est rapidement devenu un proche de ce dernier.

Fondateur de Terra Nova

Agé de 42 ans, il avait obtenu le 17 juin son premier mandat de parlementaire, dans sa région de naissance. Il avait dû s'imposer dans son camp, puis face à la droite et au Front national. Au 2e tour des législatives, il avait obtenu, lors d'une triangulaire, 40,48% des suffrages face au candidat de l'UMP Nicolas Isnard (39,91%%) et à celui du FN Gérald Gérin (19,61%). Il avait subi un échec en 2007, dans les Pyrénées-Orientales, pour sa première campagne. Notamment maire-adjoint du 3e arrondissement de Paris entre 2001 et 2007, il a surtout marqué l'histoire récente du Parti socialiste avec Terra Nova, qui fédère plus de mille experts. Le think tank a notamment fait la promotion des primaires en France. Plus récemment, il a fait l'objet de nombreuses critiques en conseillant au PS de se détourner des classes populaires pour viser un électorat plus jeune, plus diplômé et plus urbain.

Cet homme chaleureux est également devenu une figure à gauche par ses nombreuses tribunes et participations dans les médias. Visage familier des débats télévisés, notamment sur LCI, il était chroniqueur à France Info.

.

Repost 0
25 juin 2012 1 25 /06 /juin /2012 19:00

 

michele fazilleau 

Ci-dessous le communiqué de presse que ma camarade et amie Michèle Fazilleau (Désirs d'Avenir 86) vient de transmettre à La Nouvelle République et Centre Presse, suite à l'article paru dans ces 2 journaux mardi sous le titre "Le dernier carré de la secte Désirs d'Avenir", article  reprenant des propos affligeants de M. Fountaine.

Fountaine et Falorni se croient tout permis ? 

 

 

Monsieur Fountaine compare l’association Désirs d’Avenir à une secte dans votre édition du 19 juin 2012. Soit M Fountaine est inculte et ne connaît pas la définition d’une secte, groupe totalitaire dans lequel sont pratiquées la manipulation mentale et la privation de liberté, soit M Fountaine, soutien de M Falorni, est honteux de la victoire bien mal acquise par M Falorni dimanche à La Rochelle et essaie de trouver des justifications mal venues.

Il convient de rappeler que Désirs d’Avenir est une association de réflexion citoyenne créée par Ségolène Royal en 2005. Désirs d’Avenir a organisé sur tout le territoire des Universités Populaires et Participatives ouvertes à tous avec la participation de Stéphane Hessel, Danielle Mitterrand, Edgar Morin, Jacques Attali, Guillaume Duval, ….

Nous ne pouvons que dénoncer et regretter des propos déplacés sans doute dus à l’aigreur et au peu de fierté du comportement de M Falorni se faisant élire avec le soutien déclaré de la droite et de MM Bussereau et Raffarin, comportement loin des valeurs de respect et de solidarité défendues par l’association Désirs d’Avenir.

. 

Repost 0
21 juin 2012 4 21 /06 /juin /2012 09:00

homme-fou.jpg 

Candidatures PS au perchoir

de l'Assemblée nationale :

le machisme ordinaire (comme la bêtise)

de Glavany 

 

Le socialiste Glavany -- pote de Jospin et Falorni -- estime que c'est "l'adéquation d'un homme pour le poste" qui compte et que cela "ne se mesure pas à la longueur des cheveux ou de la jupe", taclant au passage Elisabeth Guigou, elle aussi candidate. 

Quand serons-nous débarrassés de ce genre d'hommes politiques ? Faudra t-il attendre, et longtemps hélas, que le fameux dicton cesse de s'appliquer : "Le ridicule ne tue pas" ? 

 

L’association "Osez le féminisme !" a réagi vivement aux propos de Jean Glavany, relevant "qu’il n’aurait jamais dit ça pour un homme, en parlant de la longueur de sa cravate".

Attention, je mets en garde ces messieurs : ces dames pourraient fort bien s'équiper d'un mètre-ruban pour mesurer autre chose  chez le sexe dit fort (et pas forcément du cerveau) !

Et d'ailleurs, il se dit que la qualité ne dépend pas forcément des dimensions !!! Et là, seules les femmes peuvent en juger ...

.

Repost 0
21 juin 2012 4 21 /06 /juin /2012 08:00

 

Falorni, taisez-vous !

Source : francesoir.fr  -  le 19 juin 2012

 

Dominique de Montvalon évoque les élections législatives :

 

Dimanche soir, lorsque sont tombés les résultats du second tour des législatives, il y a eu plusieurs "sensations" : Guéant battu, Lang battu, Bayrou battu et même Morano battue, voire Muselier battu à Marseille Mais les médias -qui ne tolèrent qu'un "héros" par soirée- se sont prioritairement tournés vers la Rochelle et l'île de Ré, si chère à Lionel Jospin: ah, ce duel Royal-Falorni !
Seulement voilà : comme Ségolène Royal -qui a évidemment sa part de responsabilité dans sa défaite, mais a d'abord été victime d'un adversaire "socialiste" qui a refusé le principe (historique à gauche) du désistement en faveur du mieux classé à l'issue du  premier tour- n'a pas craqué en public, ne s'est pas cette fois effondrée en pleurs, s'est montrée remarquablement digne, il a fallu trouver "autre chose".

Et voilà comment le dissident Olivier Falorni est devenu depuis dimanche soir la "star" de substitution. Au point qu'on aura pu suivre en direct mardi après-midi son arrivée au Palais-Bourbon, et qu'on l'aura entendu à cette occasion pour la énième fois chantonner complaisamment son refrain (et notamment qu'il a cru à Hollande depuis dix ans, et qu'il y avait alors si peu de monde autour d'eux).


Bon, c'est entendu, mais ce n'est pas avec cela qu'on sauver l'euro et l'Europe. Alors, de grâce, M. Falorni, vous êtes député, c'est fait, et vous serez bientôt, c'est sûr, accueilli dans le groupe PS, quoi que dise Martine Aubry. Alors, si vous vous taisiez un peu maintenant ?

.

Repost 0
18 juin 2012 1 18 /06 /juin /2012 15:00

SR-et-Ariane-Mnouchkine.jpg 

La loyauté jusqu’au bout ...

En ces temps de trahisons et de coups fourrés, la fidélité ... une DENREE RARE !!!

Merci et bravo à vous Madame Mnouchkine !  

Ce que vous écrivez est très juste :  

"Ils ne pourront pas mentir à tout le monde tout le temps. Ils tomberont."

 

 

Chère, très chère Ségolène,

Je pense à vous, avec une admiration grandissante. Je pense à votre force, à votre rectitude, à votre respect de la politique et du peuple. A votre royale dignité. J’ai honte de la vipérine médiocrité que vous affrontez. Quoi qu’il arrive demain, victoire ou défaite, je crois en votre destin. Ils ne pourront pas mentir à tout le monde tout le temps. Ils tomberont.

Je vous embrasse très fort,

Ariane Mnouchkine

.

Repost 0
18 juin 2012 1 18 /06 /juin /2012 08:00

bandeau MEAG avec Ségolène Royal

Besson, Falorni : ces hommes sans valeurs !  -  le 14.06.2012

 

La Rochelle est devenue un feuilleton médiatique à rebondissement. Le dernier en date porte sur le tweet d’une  femme jalouse, utilisant sa position pour nuire à sa rivale en accordant son soutien au traite d’un Parti politique. Le feuilleton est bien ficelé.

Mais au-delà de ce feuilleton, cette histoire de la Rochelle pose avant tout la question de l’engagement politique. Pourquoi s’engage-t-on ? Quelles sont les valeurs que l’on défend dans un combat politique pour prétendre à assumer des responsabilités et à représenter des citoyens ? 

besson-falorni--ces-hommes-sans-valeurs.jpg

Nous avons déjà connu l’affaire Besson. Entre les deux tours de l’élection présidentielle de 2007, Eric Besson change de camp et apporte son soutien à Nicolas Sarkozy. Il sera récompensé et deviendra ministre. Quand on connaît après coup la politique suivie par cet ancien cadre du Parti socialiste qui dirigera le ministère de l’identité nationale,  on mesure la hauteur de la forfaiture.

 

Nous avons le cas aujourd’hui d’Olivier Falorni, ancien cadre du Parti socialiste de Charente-Maritime. Refusant la candidature de Ségolène Royal, soutenue par toute la gauche unie, Olivier Falorni pour être élu dimanche accepte les voix de la droite et de l’extrême droite qui vont se reporter massivement sur sa candidature. Quel est le sens de cet engagement ? Le carriérisme est la pire des forfaitures. 

On peut reprocher tout et son contraire à Ségolène Royal mais personne ne peut lui retirer la valeur de ses engagements. Martine Aubry ne s’y est pas trompée. Elle avait sous estimé sans aucun doute la valeur de cette femme politique, aujourd’hui elle lui rend hommage. Certes les deux femmes défendent des orientations différentes au sein du Parti socialiste, mais c’est cela la politique, la grandeur de la politique : s‘engager pour défendre ses valeurs et ses convictions. Il n’est pas facile en France d’être une femme de premier plan à l‘égal des hommes.

 

Ségolène Royal n’a jamais lésiné dans ses combats. Elle représente une voie progressiste au sein du plus grand parti de la gauche, refusant les conformismes. Ses combats furent durs pour réussir à bousculer les lignes. 

Elle s’est battue dans cet univers encore très masculin pour mettre la question écologique au premier plan.

Elle s’est battue pour rappeler l’importance des classes populaires refusant un discours destiné uniquement à des classes moyennes. Elle a porté le concept d’ordre juste et de sécurité dans les quartiers.

Elle s’est battue pour faire reconnaître la France métissée, condamnant la vision de l’extrême droite, alors que la gauche ne se faisait pas suffisamment entendre.

Elle s’est battue contre une mondialisation libérale, prédatrice, appelant à un Etat plus volontariste et stratège.

La liste serait trop longue de ses engagements. Tout au long de ces années, elle s’est battue malgré les attaques, les coups bas, les sobriquets.

Ses combats furent difficiles car on a souvent voulu délibérément réduire la portée de son engagement, en faire la voix d’une hystérique féminine qui ne sait pas très bien où elle va. La Rochelle, est à nouveau un de ces combats difficiles car il n’y a rien en face, il n’y a pas de valeurs, il n’y a pas de conviction, ce n‘est pas un engagement politique. Le feuilleton médiatique amuse et prend le pas sur la politique.

.

Repost 0
17 juin 2012 7 17 /06 /juin /2012 20:00

 


Ségolène Royal : "Le résultat d'une trahison ...  par LeNouvelObservateur

.

Repost 0
15 juin 2012 5 15 /06 /juin /2012 20:00

marionnette---le-parrain.png

 

Législative à La Rochelle :

le silence coupable de Lionel Jospin

Source : Zeredac.com  -  le 14 juin 2012

 

Pas besoin de revenir dans le détail sur la situation de la première circonscription de Charente-Maritime. Les Français – et qui plus est les Rochelais –sont abreuvés de cette histoire matin midi et soir et en connaissent désormais bien les deux protagonistes, Ségolène Royal  et Olivier Falorni. Ce dernier, par effet miroir, profite de la notoriété de la candidate de la majorité présidentielle au point d’exploser en quelques jours son compteur d’apparitions médiatiques. 

Ce qui est moins évident à identifier pour les non-initiés, ce sont les jeux de revanche, de vieilles haines et de jeunes rancœurs, qui se sont mis en branle en coulisse et dont le candidat dissident est l’instrument consentant.

Les protagonistes locaux. Bussereau et Raffarin qui veulent se venger des déculottés ramassées aux régionales de 2004 et 2010. Philippe Marchand, cacochyme ex-ministre de l’Intérieur qui n’a pas jeté la rancune à la rivière d’avoir été écarté de la liste des régionales de 2004. Itou pour Roland Beix, ex-premier secrétaire fédéral du PS de Charente-Maritime. Jean-François Fountaine, plein d’une rancœur purulente de ne pas avoir été tête de liste aux régionales de 2004 et d’avoir été mis en minorité en 2008 par la majorité régionale lorsqu’il a voulu forcer la main de la Présidente de Région afin d’augmenter les impôts. Le même Jean-François Fountaine dont l’orgueil n’a pas résisté à la tentation d’accueillir dans son usine Nicolas Sarkozy, alors président de la République.

C’est que tout ce petit monde a longtemps pratiqué avec la droite ce qu’on appelle localement le « parti des Charentais ». Appellation hypocrite pour désigner une politique de connivence, à base de tapes dans le dos et de petits arrangements entre amis, pour se partager les prébendes et les honneurs entre notables de droite et de gauche.

Il est dans cette première circonscription de Charente-Maritime, un acteur politique majeur, implanté localement mais jouissant d’une stature nationale, et dont le silence pèse lourdement sur cette élection. Il s’agit de Lionel Jospin, ancien premier ministre et propriétaire dans l’Ile de Ré – et donc dans cette circonscription – d’une maison. Mais ses liens avec notre législative ne s’arrêtent pas là.

Lionel Jospin est également ami de Jean-François Fountaine avec lequel il fait régulièrement du bateau sur ses beaux catamarans de luxe. Lionel Jospin est également ami et camarade de jeux nautiques avec Jean Glavany qui brigue, comme chacun le sait désormais, la présidence de l’Assemblée Nationale. Un Lionel Jospin enfin qui n’a jamais digéré que Ségolène Royal l’ait empêché d’être candidat à la présidentielle de 2007 et d’avoir fait mieux que lui en 2002.

Malgré les sollicitations pressantes faites en très haut lieu, l’ancien premier ministre, ancien premier secrétaire du PS qui connaît les règles de fonctionnement du parti, se tait. Il se refuse à dire ce qui va de soi pour un leader politique responsable : il y a une candidate soutenue par la majorité présidentielle, il y a eu une primaire à gauche, et je soutiens donc Ségolène Royal et appelle Olivier Falorni à se retirer en application du principe de désistement républicain.

Ce silence est un aveu. Une faute éthique. Il est la signature de celui qui, dans l’ombre, tire les ficelles ou, pour le moins, pousse au crime le candidat dissident.

Où est passée la rigueur morale qui avait fait, si ce n’est le succès, du moins la réputation de Lionel Jospin ?

Parmi toutes les vilénies de cette campagne législative, celle de Lionel Jospin n’est pas la moindre.

.

Repost 0
15 juin 2012 5 15 /06 /juin /2012 16:00

 

Ségolène Royal sur France3 qui rappelle le passé de Falorni

Source : politeeks.info  -  le 15 juin 2012

 

Interview de Ségolène Royal (soir3) avec un reportage intéressant : contrairement à ce qu’il raconte désormais, O. Falorni avait de bons rapports avec Ségolène Royal. 

 

interview Ségolène Royal soir 3  par dagrouik

 

On se demande pourquoi il ment donc désormais, ou plutôt on ne se le demande plus. Il a besoin de tout ça , tout comme il planque la participation active d’élus et militants UMP à sa campagne. Comme l’ancien président du comité de soutien à Sarkozy …


Et ce soir, Ségolène Royal a donc trouvé une affiche placardée devant sa porte “Ici c’est Falorni”

Des méthodes de droite, qui doivent rappeller par exemple “Nous c’est la France”, où quand des politiques croient être les propriétaires de terroirs et d’endroits.

.

.

Repost 0

Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande