Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

5 mai 2008 1 05 /05 /mai /2008 11:22

 TUNISIE : le "off" de Nicolas Sarkozy.

Source  :  bakchich.info  - 03.05.2008

Sacré Nicolas Sarkozy. Lors de son voyage en Tunisie du 28 au 30 avril dernier, il a commis bien pire que ses déclarations publiques encensant le régime dictatorial du général-président Ben Ali. Lors d’un briefing en "off" avec les journalistes français qui le suivaient, il a commenté à sa façon la grève de la faim entamée par des journalistes tunisiens de l’hebdomadaire Al-Maoukif menacé d’asphyxie par le régime de son idole Ben Ali en ces termes : "A chaque fois que je viens (en Tunisie), il y a une grève de la faim. Chaque fois que je pars, la grève s’arrête. Je le constate, c’est tout".
Autre perle sarkozienne lâchée par la même occasion : "B
ien sûr qu’il n’y a pas de démocratie en Tunisie. Mais on n’y a pas les mêmes critères qu’en France".
Pendant ce temps, son conseiller en communication, Franck Louvrier menaçait les journalistes présents d’être privés de briefing si "un mot" des propos présidentiels sortait dans les médias.


Dans le même genre et toujours au cours de ce voyage présidentiel au
pays du jasmin et de la torture,
Rama Yade, qui avait dû annuler une rencontre avec des femmes démocrates pour cause d’un emploi du temps soit-disant surchargé, était vue le lendemain en train de siroter une orangeade à son hôtel…

-------------------------------------------------------------

Une soif de justice
et de liberté

... de la presse !!!

Partager cet article

Repost0
30 avril 2008 3 30 /04 /avril /2008 22:12



Jean-Patrick GILLE (député PS - Indre et Loire)

est intervenu en séance le 29 avril 2008 pour développer

la
position du groupe socialiste sur le projet de loi

de modernisation du marché du travail




Ce projet de loi sur la "modernisation du travail" transcrit l’accord interprofessionnel négocié par les partenaires sociaux et signé par eux, à l’exception de la CGT, le 21 janvier 2008 ...

Lire la suite sur son site de député   : 
ICI


Lire son blog : Mon blog citoyen Jean-Patrick Gille
.

Partager cet article

Repost0
30 avril 2008 3 30 /04 /avril /2008 21:49




Au PS, cafouillage autour du
non-cumul des mandats


Source : LEMONDE.FR  -  30.04.2008 


Le débat sur la réforme des institutions qui démarre au Parlement se poursuit au sein du PS pourtant censé, depuis le 8 avril, avoir arrêté sa position.


Dans un courrier adressé jeudi 24 avril à François Hollande, douze députés PS s'étonnent de "l'oubli" du "non-cumul des mandats pour les parlementaires" dans l'ultime version des propositions socialistes sur les institutions.

"Nous en appelons solennellement à toi pour que cet oubli puisse être rapidement réparé, écrivent les députés à M. Hollande. De notre point de vue, il s'agit d'une question de cohérence politique; d'abord avec ce que nous avons dit dans le passé à nos électeurs, ensuite avec notre volonté de revaloriser les droits et pouvoirs du Parlement." 
 
Parmi les douze signataires, figurent des proches de Ségolène Royal – qui s'était prononcée pour une limitation stricte du cumul pendant la campagne présidentielle – comme Aurélie Filippetti, députée de Moselle, Christophe Caresche (Paris) et Delphine Batho (Deux-Sèvres).

Mais sont également signataires deux députés de Paris proches de Dominique Strauss-Kahn, Jean-Christophe Cambadélis et Sandrine Mazetier, ainsi que le député du Finistère, Jean-Jacques Urvoas, à l'origine de la démarche.

Ils rappellent que la plateforme pour les législatives de juin 2007 visait "le mandat unique pour les parlementaires". "Aujourd'hui, soulignent-ils, nos succès aux élections cantonales et municipales ne doivent pas nous conduire à renoncer à cet engagement." En remportant sept nouvelles présidences de conseils généraux, le PS a vu la pratique du cumul s'amplifier dans ses rangs.
 
Parmi les parlementaires nouvellement élus à la tête d'un exécutif départemental figurent notamment François Hollande (Corrèze), Arnaud Montebourg (Saône-et-Loire) et Claude Bartolone (Seine-Saint-Denis) alors que Laurent Fabius préside désormais la communauté d'agglomération de Rouen (Seine-Maritime).

Accusant réception du courrier qui lui a été adressé, François Hollande a réaffirmé, mardi 29 avril, l'engagement du PS en faveur du mandat unique. Le premier secrétaire a précisé qu'un amendement en faveur du non-cumul des mandats sera déposé par le groupe socialiste lors du débat consacré à la réforme des institutions.



On n'est pas encore arrivé à bout de cette affaire !

Projet PS de 2005 : "NON CUMUL DES MANDATS"

Pacte Présidentiel : "NON CUMUL DES MANDATS"   (reprise du projet PS)

C'EST DANS L'APPLICATION QUE CA COINCE !!!

Partager cet article

Repost0
30 avril 2008 3 30 /04 /avril /2008 20:58


              TUNISIE : "Business as usual"

       
                Communiqué commun FIDH, LTDH, CNLT, ATFD et LDH


  Paris, Tunis, le 29 avril 2008 -
La FIDH et ses affiliées tunisiennes, la LTDH,
  le CNLT et l'ATFD, et française, la LDH, expriment leur consternation après le
  discours du Président français, à Tunis le 28 avril 2008.


Sous le prétexte qu'il ne pouvait s'ériger en "donneur de leçon" à l'égard de son "ami" le Président tunisien, Nicolas Sarkozy n'a rien fait d'autre en réalité que donner à son homologue, comme son prédécesseur l'avait fait, un blanc-seing pour sa politique et ses méthodes arbitraires concernant les droits de l'Homme.

 

Il ne s'agissait pas en l'occurence de s'ériger en "donneur de leçon", mais en partenaire responsable et soucieux, en tant que futur président de l'Union européenne, de soutenir une évolution démocratique dont tous les observateurs internationaux s'accordent à constater la cruelle absence. Si l'on ne peut faire le reproche au président français d'ignorer l'accord d'association qui lie la Tunisie et l'Union européenne - il y a fait référence -, on reste perplexe devant la lecture tronquée qu'il en a faite, en ignorant que la question des droits de l'Homme est censée constituer un "élément essentiel" de cet accord. De même a-t-il ignoré les engagements pris par la Tunisie au titre des instruments internationaux garantissant les droits universels, et celles et ceux au sein de la société civile, qui les défendent au prix de leur liberté.

 

La signature de contrats commerciaux, la gestion des migrations et la lutte contre le terrorisme sont apparues in fine comme les principales préoccupations de la France. Non que ces préoccupations soient illégitimes, il n'était pas nécessaire pour les faire valoir, d'accréditer un régime autoritaire.

 

En guise de "rupture", le Président Sarkozy a offert à Tunis une manifestation attristante de la pire des continuités.


Président du pouvoir d'achat ...

Président de la défense des Droits de l'Homme ...

"IL" ne nous aurait pas berné, des fois ???

Partager cet article

Repost0
29 avril 2008 2 29 /04 /avril /2008 11:00

Le site Rue89 (28.04.2008) a mis en évidence cette phrase incroyable de Sarkozy prononcée lors de son interview télévisée du 24 avril :

"J'ai bien conscience que dans les critiques qui me sont faites, celle qui m'a le plus touchée et qui m'interpelle le plus c'est celle qui voit une partie des français se dire : au fond IL FAIT UNE POLITIQUE POUR QUELQUES UNS ET PAS POUR TOUS."

"Si les français croient ça, et ILS ONT RAISON DE LE CROIRE, je dois en tirer les conséquences immédiates".

Quelles conséquences ? Tentative de réponse :

"LES FRANCAIS ONT TOUJOURS RAISON .. ILS M'ONT ELU POUR 5 ANS ... IL M'EN RESTE 4 ... JE VAIS LEUR MONTRER ... FAITES-MOI CONFIANCE !

Il est vrai que Sarkozy n'en est pas à sa première bourde.
(de celles dont on parle peu, du moment qu'elle ne vient pas de Ségolène ROYAL, soi dit en passant !)
Qui se souvient de cette phrase révélatrice de Sarkozy lors du débat du 2 mai 2007, quand il répond à Ségolène ROYAL sur le sujet du bouclier fiscal ? :

                       "CE QUE JE PROPOSE, C'EST PIRE" !!!

Ségolène ROYAL n'a pas manqué de saisir la balle au bond : "C'est pire, vous avez raison ... tout est possible, même le pire" !!!

                                                   Sarkozy, le 24 avril 2008 :
                                                                  

Partager cet article

Repost0
28 avril 2008 1 28 /04 /avril /2008 21:59


    SARKOZY IMPOPULAIRE
        COMME JAMAIS !


Sondage BVA : Sarkozy bat un record d'opinions défavorables

Source : LIBERATION.FR - 24.04.2008


Selon un sondage BVA réalisé avant son passage télévisé, le Président a réuni en avril 64% de mauvaises opinions (+ 9%). C'est le taux "le plus élevé jamais enregistré" par l'institut depuis la création de son baromètre de l'exécutif en 1981.


Nicolas Sarkozy a perdu 8 points de popularité en un mois à 32% de bonnes opinions, et François Fillon, en baissant aussi de 8 points, rassemble une majorité d'opinions défavorables, dans le baromètre BVA-l'Express réalisé avant l'interview du chef de l'Etat.

Le président réunit en avril 32% de bonnes opinions contre 40% en mars, et 64% de mauvaises (+ 9%), selon cette enquête. 4% ne se prononcent pas.
Selon Jérôme Sainte-Marie, directeur de BVA Opinion, ce taux de mauvaises opinions est "le plus élevé jamais enregistré" par son institut depuis la création de son baromètre de l'exécutif en 1981. En revanche le faible taux de bonnes opinions (32%) s'est déjà rencontré (Jacques Chirac en novembre 1995 et même 31% pour François Mitterrand en mars 1992).

De son côté, le Premier ministre inspire désormais une majorité de mécontents: 46% (+ 10) contre 43% de satisfaits (-8 points). 11% ne se prononcent pas.

Ce sondage
réalisé en face à face du 22 au 24 avril (l'émission télévisée de Nicolas Sarkozy ayant eu lieu le 24 au soir) auprès d'un échantillon national représentatif de 994 personnes de 18 ans et plus (méthode des quotas).

Rapport de l'étude :  site BVA

Evolution de la cote de popularité de l'exécutif, selon les instituts de sondages :  site LEMONDE.FR
.

Partager cet article

Repost0
25 avril 2008 5 25 /04 /avril /2008 23:00

Partager cet article

Repost0
25 avril 2008 5 25 /04 /avril /2008 17:00

Ségolène ROYAL a estimé vendredi sur France Inter que Nicolas Sarkozy avait donné, lors de son interview télévisée de la veille, une "feuille de déroute" à son gouvernement.

Nicolas sarkozy a cumulé les "aberrations", "les improvisations", les "contre-vérités". Sur la laïcité "en confirmant que les clercs et les prêtres donnaient du sens à la vie",  qu'ils pouvaient avoir à ses yeux un rôle plus grand que les instituteurs , le président a dit "des monstruosités".

Nicolas Sarkozy a aussi fait preuve de "malhonnêteté" en imputant les difficultés "à des chocs extérieurs".

"Il est en train de payer la masse des mensonges qu'il a proférés pendant la campagne présidentielle", a lancé Ségolène ROYAL, estimant que la France "est tirée vers le bas".

"Le Premier ministre avait dit qu'il attendait de cette émission une feuille de route. Je crois que le Premier ministre a eu surtout une feuille de déroute".

"On est plus inquiets après l'émission qu'avant. On a le sentiment de ne pas avoir eu un président de la République hier, mais un candidat perpétuel".
Quant au mea culpa du chef de l'Etat sur un certain nombre de sujets, elle y a vu "un truc de communication". "En clair, ça veut dire 'je me suis trompé'  ".

Nicolas Sarkozy "n'a pas répondu sur les préoccupations des Français" notamment sur le pouvoir d'achat, privilégiant "la redistribution entre les précaires" et "a donné une image de la France en situation d'échec en particulier sur l'éducation nationale, ce qui est faux".

Elle estime que financer le Revenu de solidarité active (RSA) pour les Français pauvres par une récupération de la "prime pour l'emploi" (impôt négatif versé aux ménages modestes) revient à mener une "redistribution entre les précaires et les gens modestes, au lieu de reprendre aux plus riches".


"Ce qui est en train de se passer, c'est de la brutalité, c'est beaucoup d'arrogance. J'ai vu un Nicolas Sarkozy parfois méprisant à l'égard des Français".

L'élue socialiste a aussi relevé que sur le dossier des étrangers sans-papiers qui travaillent et demandent leur régularisation en Ile-de-France, le président avait fait preuve de confusion entre leur demande d'un titre de séjour et une supposée demande de naturalisation française qu'ils n'ont pas formulée, mais qu'il a condamnée.
"Soit il ne maîtrise plus ses dossiers, (...) soit c'est volontaire, c'est-à-dire qu'il a fait un amalgame pour 'rapter' un certain électorat et alors c'est irresponsable", a-t-elle estimé.

"Sur la politique étrangère, il ne nous a pas rassuré et au contraire c'est extrêmement inquiétant" soulignant ses propos "aberrants" dans le but de "justifier qu'il se couche devant la Chine"
Pour se justifier, "il a osé dire que la Chine aidait le Darfour", souligne-t-elle. Le rôle de la Chine dans la région occidentale du
Soudan frappée par un conflit est critiqué.

                                                  Ségolène ROYAL, invitée de Nicolas Demorand
                                          dans le 7/10 sur France Inter à 8h20 - 25 avril 2008

Partager cet article

Repost0
24 avril 2008 4 24 /04 /avril /2008 16:00




        Ca a mal commencé !

Partager cet article

Repost0
24 avril 2008 4 24 /04 /avril /2008 08:25


   
  La première à dézinguer Sarkozy.

  Un an, jour pour jour, après le premier tour de la présidentielle,
  Ségolène ROYAL a ressorti hier sa saine colère contre son ex-rival.


   Source : LIBERATION.FR  -  23.04.2008


Prétextant la présentation d’un "rapport d’étape" de sa consultation participative sur le site web Congrès utile et serein, elle a dressé un bilan sévère de l’action et de la personne du Président. Façon de coiffer les autres ténors socialistes au poteau, deux jours avant l’intervention télévisée de Nicolas Sarkozy.

"Jeudi, j’attends qu’il reconnaisse ses erreurs. Qu’il revienne sur les mesures fiscales les plus injustes. Il faut récupérer les 15 milliards par an pour doubler la prime pour l’emploi, les aides aux PME innovantes et baisser la TVA", a-t-elle lancé de son nouveau QG du boulevard Raspail, à Paris. Et de brandir le "paquet fiscal très injuste" comme à l’origine de "la colère des Français".

Faute
"Deux Français sur trois estiment que cette année est ratée. Je ne m’en réjouis pas. Notre pays ne peut pas se le permettre. Je suis convaincue qu’il y a des solutions, qu’il n’y a pas de fatalité. Nicolas Sarkozy avait toutes les cartes entre les mains. S’il l’a ratée cette première année présidentielle, c’est de sa faute!" a-t-elle balancé. Et Ségolène ROYAL de se poser en principale interprète de ce "gâchis" et des états d’âme des Français : "Nicolas Sarkozy a promis un choc de croissance, une rupture… On a eu tout le contraire." Et ce "à cause", selon elle "d’une conception des pouvoirs ultracentralisée, une exhibition permanente".

Invoquant avec nostalgie les 17 millions de voix qui se sont portées sur elle au deuxième tour de la présidentielle, Ségolène ROYAL a dessiné en creux ce qu’aurait été sa façon de gouverner si elle avait été élue. "Il faut que Nicolas Sarkozy écoute les Français, dialogue avec les partenaires sociaux. Moi, je continue cette démarche de démocratie participative", a-t-elle dit.

Appliqué au congrès du PS en novembre, cela donne déjà "732 contributions" de militants "passionnés pour que le texte de la contribution (qu’elle défendra, ndlr), soit issu de la base et ne soit pas concocté à quelques-uns dans un espace fermé", a-t-elle conclu.

Blog
Face aux dirigeants du PS qui raillent l’antienne participative de ROYAL, un proche de l’ex-candidate rappelait hier que tous s’y mettent : "Benoît Hamon et le NPS consultent les militants et Jean-Christophe Cambadélis nous a dit : "Bien joué, 1-0, après le lancement de notre site." Sur son blog, François Hollande dit aussi : "Je vous attends" aux militants. 103 commentaires y étaient postés hier soir. Contre 732 sur le site de ROYAL.

Partager cet article

Repost0

Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande