Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

31 mars 2008 1 31 /03 /mars /2008 11:00

                                                     Source : site "Désirs d'Avenir"

                                                        Gandrange : La CFDT et la CFE-CGC
                         organisent un grand rassemblement

                     le Jeudi 3 avril à 15h - Préfecture de Metz



Message de
eric62   le 30/03/08 23:47

C’est maintenant ou jamais !
Ne plus attendre.
Salariés de Gandrange, sous-traitants, intérimaires, toutes celles et ceux qui nous soutiennent depuis le début doivent se mobiliser.

Nous irons exiger une réponse de l’État conformément aux promesses faites par le Président. Il doit agir et s’exprimer rapidement.

Il doit le faire avant le CE du 4 avril et du Conseil d’Administration qui se réunira quelques jours plus tard pour valider définitivement la fermeture de l’aciérie et du TAB de Gandrange.
Ne manquez pas cet appel, il en va de notre avenir ! Tous à Metz le 3 avril !

PS : des bus seront mis à disposition, vous pouvez vous inscrire dès maintenant auprès de vos délégués CFDT et CFE-CGC, ou téléphoner au : 03 87 67 46 31 ou au 03 87 67 14 74.

Et maintenant, où sont les promesses de l’État ?

Souvenons-nous, lundi 4 février à l’aciérie de Gandrange, le Président de la République venu en "voyage de noces" annonçait devant plus de 400 sidérurgistes et tous les médias du monde : "avec ou sans Mittal, l’Etat investira à Gandrange".

Bien sûr beaucoup n’y ont pas cru, d’autres un peu moins. Mais lorsque l’on est le Chef de l’État on n’a pas le droit de dire tout et n’importe quoi et encore moins de "jouer" avec le désarroi des travailleurs. Il est grand temps maintenant qu’il s’exprime et qu’il dévoile ses plans pour l’avenir de Gandrange. Cela fait 2 mois qu’une multitude de rumeurs circule dans tous les médias. Qu’en est-il réellement ?

Les intentions de Mittal sont maintenant connues, celles de Nicolas Sarkozy se font attendre. Alors, nous allons, nous-mêmes, aller les chercher. L’Etat doit annoncer son plan ...

                                                                                           DES LIENS :

                                                        http://www.ensemblepourgandrange.blogspot.com/

                                                                       ArcelorMittal : une décision infâme
                                                        (
l
e blog d'Aurélie FILIPPETTI, députée PS de Moselle)

Partager cet article

Repost0
31 mars 2008 1 31 /03 /mars /2008 08:28

     Gandrange : Mittal confirme la fermeture partielle
                                            
                                         Source NOUVELOBS.COM  -  30.03.2008


Le groupe sidérurgique prévoit la fermeture de l'aciérie électrique et du train à billettes, ce qui aboutirait à la suppression de 595 des 1.108 emplois du site d'ici à 2009.

Le groupe ArcelorMittal va confirmer son plan de fermeture partielle de l'usine de Gandrange (Moselle) qui doit aboutir à la suppression de 595 emplois, lors d'un comité d'entreprise le 4 avril, a affirmé samedi 29 mars à l'AFP Edouard Martin, élu CFDT au comité d'entreprise européen.
"ArcelorMittal confirme sa décision de fermer l'aciérie électrique et le train à billettes de Gandrange", a assuré Edouard Martin, se basant sur une convocation de la direction pour le comité d'entreprise d'information-consultation du 4 avril, reçue "en fin de matinée".
"La comparaison avec le projet initial et ses développements conduira, après l'avis donné par le comité d'entreprise, à la décision de l'entreprise", indique la direction dans cette convocation, selon le syndicaliste.
Contactée par l'AFP, la direction du groupe n'a pas souhaité préciser si le plan de restructuration initial restait en vigueur.

"Partie intégrante du groupe"

"Nous avons envoyé une lettre au comité d'entreprise avec des réponses aux questions du comité et des commentaires sur le projet alternatif présenté. Cela sera discuté le 4 avril durant une réunion extraordinaire du comité d'entreprise", a indiqué un porte-parole d'ArcelorMittal, sans vouloir en dire plus.
"Gandrange restera une partie intégrante du groupe", a-t-il ajouté.
ArcelorMittal avait annoncé mi-janvier aux syndicats un plan de restructuration de l'usine de Gandrange, prévoyant la fermeture de l'aciérie électrique et du train à billettes, ce qui aboutirait à la suppression de 595 des 1.108 emplois du site d'ici à 2009.
Ce plan avait été gelé jusqu'au début du mois d'avril afin d'examiner des "alternatives" avec les syndicats. Dans ce cadre, l'intersyndicale avait présenté mi-mars un contre-projet industriel.

Après avoir été reçu par le président de la République Nicolas Sarkozy, le patron du groupe, Lakshmi Mittal, avait décidé de geler ce plan jusqu'au début du mois d'avril, le temps d'examiner des "alternatives" avec les syndicats.

"Mon idée, c'est qu'on essaie de faire avec vous ce qu'on a fait avec Alstom", avait expliqué le chef de l'Etat en visite sur le site de Moselle.

Partager cet article

Repost0
30 mars 2008 7 30 /03 /mars /2008 13:08



                          Ségolène ROYAL :

     "La droite est en faillite idéologique"


                      Source : Désirs d'avenir

   Extrait de l'Interview de Ségolène ROYAL dans Le Point
                                  du 27.03.2008


"Une chose est sûre: à l'heure de la crise des "subprimes", des errements de la Société générale et du scandale de l'UIMM, c'est la droite qui est en faillite idéologique"
estime Ségolène Royal.

"Il est piquant de constater que ceux qui, hier encore, tapaient à bras raccourcis sur les insupportables ingérences de l'Etat, l'appellent aujourd'hui au secours et vont clamant que les marchés financiers ne peuvent se réguler tout seuls. J'ai comme l'impression que la lucidité et la modernité penchent aujourd'hui à gauche".

Ségolène Royal rappelle qu’"il faut en finir avec les conformismes", et s'efforcer "de bâtir une vision du monde et une proposition pour la France émancipées des schémas tout faits qui inhibent la pensée et l'action".

Elle revendique tout à la fois l'héritage, dans la dernière période, de François Mitterrand, Michel Rocard, Jacques Delors et Pierre Mauroy.

A propos du congrès du PS prévu en novembre, Ségolène Royal estime que "la question n'est pas de se confronter entre socialistes, ce serait même désastreux. C'est sans doute ce qu'attend la droite pour faire oublier ses échecs et ses promesses trompeuses (...) Le sens du sérieux et de la responsabilité s'impose. Il faut bâtir pierre après pierre une nouvelle maison. Les fondations sont solides, j'en suis sûre".

Quant à former une majorité avec François Hollande au congrès, Ségolène Royal ne l'exclut pas : "Avec François Hollande, nous avons eu quelques désaccords mais aussi pas mal d'accords politiques".

S'agissant du MoDem, elle défend toujours "une attitude de main tendue à tous ceux qui ne se reconnaissent pas dans la politique de la droite. Mais il ne peut s'agir d'un renversement d'alliance ni de tractations d'appareil"conclut-elle

Partager cet article

Repost0
27 mars 2008 4 27 /03 /mars /2008 15:10

Le Conseil national du PS le 25 mars a mis à l'honneur ses élus après sa victoire aux municipales.
Une photo de famille a réuni à l'ouverture des travaux les socialistes qui ont pris à la droite une ville ou un département et les maires sortants réélus.

Ce Conseil avait pour but de fixer le calendrier de son
prochain congrès, qui aura lieu du 7 au 9  novembre.

Ségolène ROYAL participait au Conseil National, mais n'est pas intervenue.
A la fin de ce Conseil, elle a déclaré :

"L'avenir du parti est dans le rassemblement de ses élus, militants et sympathisants et sur la capacité que nous aurons a répondre concrètement aux questions qui se posent aux Français, à travers nos actions quotidiennes dans les régions et les collectivités".

                                           _____________________________________________________________________
 
Sur plusieurs sites, j'ai pu lire les inévitables "piques" envoyées régulièrement en direction de Ségolène ROYAL.
En l'occurrence, on lui reproche d'être venue et de n'avoir rien dit lors du Conseil... mais de parler après. "Comme d'hab !" est-il écrit.

Ma main à couper : si elle était intervenue, j'aurais pu lire : "Mais de quoi se mêle t-elle ? Elle veut encore se mettre en valeur" !

                                 Alors, à propos de mise en valeur, une série de devinettes :


QUI A SILLONE LA FRANCE, PENDANT DES JOURS ET DES JOURS, POUR SOUTENIR LES CANDIDATS PS ?

QUI A ETE ACCUEILLI CHALEUREUSEMENT, PARTOUT ?

QUI S'EST PRESENTE EN OPPOSANT(E)  PRINCIPAL(E) AU POUVOIR SARKOZYSTE, EN METTANT EN EVIDENCE LES DIFFICULTES DES FRANCAIS ?

ET ...

QUI EST LA GRANDE ABSENTE DES PAGES DE "L'HEBDO DES SOCIALISTES" DEPUIS DES MOIS ? ... ON SE DEMANDE POURQUOI ! ... MAIS ON A UNE IDEE DE LA REPONSE !!! 

Partager cet article

Repost0
25 mars 2008 2 25 /03 /mars /2008 21:35
JT de 20 heures sur France2  -  le 25 mars 2008



Robert Ménard, président de "Reporters sans frontières"

Partager cet article

Repost0
25 mars 2008 2 25 /03 /mars /2008 14:22

Ragaillardi probablement par sa réélection à Bordeaux, Juppé n'épargne ni Sarkozy, ni Kouchner. Il ne les cite pas, mais le coup de griffe est évident  :

 Tibet : Juppé fustige les responsables occidentaux 

"En somme, nous demandons au pouvoir de Pékin de tuer avec retenue"
  

Source NOUVELOBS.COM  -  25.03.2008


L'ancien Premier ministre les accuse de demander à la Chine de "tuer avec retenue" au Tibet. Lundi, Nicolas Sarkozy avait appelé son homologue chinois Hu Jintao à "la retenue et à la fin des violences par le dialogue".

"Le premier mouvement, devant la répression sanglante des manifestations au Tibet par les autorités chinoises, c'est tout naturellement la révolte et la condamnation", indique l'ex-ministre des Affaires étrangères dans un message mis en ligne dans un message diffusé lundi soir sur son blog.
"Peut-on imaginer cas plus flagrant de violation des libertés fondamentales d'un peuple opprimé depuis des décennies?", dit-il.
"Et qu'entendons-nous dans la bouche des responsables occidentaux, politiques ou diplomates, de Washington ou New York à Bruxelles en passant par à peu près toutes les capitales européennes ? Un appel à 'la retenue'", poursuit-il. "En somme, nous demandons au pouvoir de Pékin de 'tuer avec retenue'!".

La 'realpolitik'


"Je suis ébranlé quand je vois l'allant que certains mettent aujourd'hui à pratiquer cette 'realpolitik' qu'ils fustigeaient tant hier. Il y a des grâces d'état. Des disgrâces aussi", souligne le maire de Bordeaux.
"Sans doute est-il facile de prononcer les paroles justes quand on n'a pas la charge des intérêts d'un peuple. Mais la Chine est si riche!", ajoute M. Juppé.

... Nicolas Sarkozy, qui avait revendiqué, lors de la campagne présidentielle, une diplomatie des "droits de l'Homme", s'est publiquement exprimé lundi sur le Tibet pour la première fois depuis le début, il y a dix jours, des incidents dans cette région, appelant son homologue chinois Hu Jintao à "la retenue et à la fin des violences par le dialogue".

"Répression insupportable"

Le ministre des Affaires étrangères Bernard Kouchner avait quant à lui déclaré sur Europe 1 que la répression chinoise au Tibet "n'est pas supportable", répondant au socialiste Jack Lang qui l'avait invité dimanche à sortir de sa "réserve" sur la question du Tibet.. Le chef de la diplomatie a réaffirmé que la France n'est pas favorable à un boycott des JO.

"Le dalaï lama n'a jamais demandé l'indépendance (...) du Tibet comme personne ne réclame, surtout pas le dalaï lama, le boycott des Jeux olympiques", a rappelé le chef de la diplomatie française. "C'est pourquoi j'ai dit, et je répète avec douceur: ne soyons pas plus tibétains que le dalaï lama, mais soyons avec lui et avec nos amis chinois, parce que c'est eux aussi qui sont concernés".


"Je me vois mal assister à cette manifestation sportive sans réagir"


Interrogée sur le dalaï lama dans Le Figaro, Rama Yade assure que "les portes de notre pays lui seront toujours ouvertes". "S'il fait une visite pastorale, je le recevrai volontiers et sans aucune réserve".
En revanche, un boycott des Jeux d'été 2008 organisés à Pékin ne serait "sans doute pas efficace" et "pas cohérent" avec la décision de la communauté internationale de laisser la Chine organiser l'événement, juge-t-elle.

Rama Yade reconnaît tout de même, "que si la situation empire, elle se voit mal, à titre personnel, assister à cette manifestation sportive sans réagir".
"Il faut que les autorités chinoises reprennent le dialogue avec le représentant du Dalaï lama", conclut la secrétaire d'Etat, rappelant que la France s'était dite disponible pour "faciliter ce dialogue".
Le président de la République prendra une décision le moment venu", rapporte-t-elle dans les colonnes du quotidien, soulignant que "l'urgence est que les émissaires du dalaï lama rencontrent les autorités chinoises".
"Contrairement à ce que l'opposition essaie d'insinuer, le président de la République n'a pas mis le drapeau des droits de l'Homme dans sa poche pour des raisons commerciales. Sa réaction est je crois à la hauteur des attentes", indique la secrétaire d'Etat. (Avec AP)


     "... le drapeau des droits de l'homme dans sa poche"
           ... et si on reparlait du dictateur Kadhafi ? 

Partager cet article

Repost0
24 mars 2008 1 24 /03 /mars /2008 22:45

Reporters sans frontières
compte intervenir
jusqu'à l'ouverture des JO

Source NOUVELOBS.COM  -  24.03.2008

Trois militants de l'organisation pour la liberté de la presse ont perturbé la cérémonie d'allumage de la flamme olympique en Grèce, avant d'être interpellés par la police. "Nous continuerons à faire des actions comme ça jusqu'au 8 août", a averti Robert Ménard.

Le dirigeant de Reporters sans Frontières (RSF) Robert Ménard, qui a perturbé lundi 24 mars à Olympie la cérémonie d'allumage de la flamme des jeux Olympiques de Pékin, a indiqué à l'AFP qu'il mènerait des actions "jusqu'au 8 août", date de l'ouverture des Jeux ... depuis les locaux de police de Pyrgos, à 80 km d'Olympie, où il était interrogé par la police grecque.

"Liberté, liberté"


Avec deux autres militants, Robert Ménard a tenté de s'approcher de la tribune officielle pendant le discours du responsable chinois du Comité d'organisation des jeux [Bocog, ndlr], Qi Liu.
L'un d'eux a eu le temps de déployer une banderole sur laquelle était inscrit "Boycottez le pays qui piétine les droits de l'Homme". Un autre a crié de derrière la tribune officielle "liberté, liberté".
Ils ont été aussitôt interpellés.

"La Chine est la plus grande prison du monde"

"Ce que l'on veut c'est que les chefs d'Etats étrangers boycottent la cérémonie d'ouverture des jeux. Nous n'avons rien contre les JO, rien contre les athlètes. Nous alertons les Etats sur le fait que la Chine est la plus grande prison du monde", a poursuivi Robert Ménard.
Affirmant être "très bien traité" par la police grecque qui l'a interpellé, il a ajouté qu'il ignorait encore s'il allait faire l'objet d'une inculpation.

                            Classement de RSF
              (liberté de la presse 2007) :
      LA CHINE AU 163 ème RANG  (sur 169) 

Partager cet article

Repost0
23 mars 2008 7 23 /03 /mars /2008 13:26


Sondage : Sarkozy perd un point à 37% de satisfaits

Source : NOUVELOBS.COM  -  23.03.2008

L
a cote de popularité de Nicolas Sarkozy baisse d'un point au baromètre mensuel du JDD (selon un sondage IFOP), publiée dimanche 23 mars, de 38 à 37% de satisfaits.

Au total 37% des personnes interrogées se déclarent plutôt ou très satisfaits de Nicolas Sarkozy comme président de la République, contre 63% plutôt ou très mécontents.

Inversement la cote de popularité de François Fillon progresse d'un point, de 57 à 58% de satisfaits, alors que les mécontents de l'action du Premier ministre stagnent à 40%.

[Sondage réalisé sur un échantillon de 1.878 personnes, âgées de 18 ans et plus, représentatives de la population française, interrogées chez elle par téléphone du 14 au 21 mars 2008]
                                                    ___________________________________________________________

"La cote de popularité de Fillon progresse d'un point, de 57 à 58% de satisfaits"

Normal, ce succès du premier ministre ! Il applique une politique qui ravit une majorité de français :

          
- hausse du pouvoir d'achat
           - progression fulgurante du montant des petites retraites
           - politique économique et fiscale favorable aux personnes les moins favorisés
           - etc ... ec ... etc ...

C'est-à-dire dans le droit fil des promesses électorales du candidat Sarkozy !!!

                                                                                      J'AI BON ?

              Oui, je sais, je me répète, je l'ai déjà écrit dans un précédent billet ...

                                       Mais ça m'agace, ça m'agace !!! Pas vous ?

Partager cet article

Repost0
22 mars 2008 6 22 /03 /mars /2008 10:54

 La gauche renforce sa majorité dans les départements 

Source LE MONDE.FR  -  21.03.08


Le "troisième tour" des élections cantonales a eu lieu, jeudi 20 mars, avec la mise en place des exécutifs départementaux. La gauche détient désormais 58 conseils généraux (y compris le Conseil de Paris) et la droite 43 (en comptant la présidence du conseil général de la Réunion, dont l'élection a été reportée au 23 mars).

... L'élection des présidents de conseils généraux consacre le succès remporté par l'opposition lors des scrutins des 9 et 16 mars. La gauche conquiert 8 départements : Ain, Allier, Corrèze, Indre-et-Loire, Lot-et-Garonne, Deux-Sèvres, Somme, Val-d'Oise. La droite reprend les Hautes-Alpes, où elle était déjà majoritaire en sièges mais dont la présidence lui avait échappé, en 2004, à cause de la défection de trois élus centristes. Elle gagne également Mayotte, où une coalition inédite de l'UMP, du Mouvement départementaliste mahorais (MDM) et du PS a porté à la tête de la collectivité un président UMP.

LA "FIN D'UNE ÉPOQUE"
Le principal vainqueur de ces élections est le Parti socialiste, qui gagne 9 départements et n'en perd aucun. Le PS prend en effet les Hautes-Pyrénées au détriment du Parti radical de gauche (PRG) et enlève la Seine-Saint-Denis, désormais présidée par le fabiusien Claude Bartolone, au PCF. Celui-ci conserve néanmoins deux présidences de conseils généraux, avec le Val-de-Marne et l'Allier, conquis sur la droite.

L'élection de François Hollande en Corrèze parachève ce succès. Le premier secrétaire du PS a été élu à la tête de ce département, géré depuis vingt-trois ans par la droite et ancien fief de la "Chiraquie", où l'épouse de l'ancien chef de l'Etat reste conseillère générale. "Je mesure le caractère symbolique de l'événement", a souligné M. Hollande, qui a vu dans son élection la "fin d'une époque".

... Au total, 25 conseils généraux changent de président.



LE CUMUL DES MANDATS A ENCORE DE BEAUX JOURS DEVANT LUI :
sur les 101 présidents d'exécutif, 20 sont députés, 22 siègent au Sénat.

LA GRANDE PERDANTE DE CES ELECTIONS RESTE LA PARITE :
Seules quatre femmes - contre trois auparavant -
président un département. Anne d'Ornano (divers droite, Calvados), Marie-Françoise Pérol-Dumont (PS, Haute-Vienne) conservent leur présidence, alors que Nassimah Dindar (UMP) devrait la perdre à la Réunion. Josette Durrieu (PS), dans les Hautes-Pyrénées, et Claude Roiron (PS), en Indre-et-Loire, sont les deux seules femmes à conquérir une présidence. Martine Finiels, première femme élue conseillère générale dans l'Ardèche (Le Monde du 10 mars), devient deuxième vice-présidente du département.

Partager cet article

Repost0
21 mars 2008 5 21 /03 /mars /2008 21:16

Plusieurs propositions phare semblent bel et bien "balayées" :
celles qui devaient faire du gouvernement le maître d'œuvre de la politique
"définie" par le président ... la limitation du cumul des mandats ... une introduction de la proportionnelle ...

 

La réforme des institutions en Conseil des ministres

Source NOUVELOBS.COM  -  19.03.2008

François Fillon a présenté mercredi matin les grandes lignes de la future réforme des institutions, qui sera présentée dans "les prochaines semaines" devant le Parlement, a indiqué le porte-parole du gouvernement Luc Chatel.     

Il vise à "bâtir une démocratie plus équilibrée, garantissant des droits nouveaux aux citoyens, sans que soient remis en cause les traits essentiels de la Ve République qui a montré son efficacité et sa stabilité", a poursuivi le nouveau secrétaire d'Etat chargé de l'Industrie et de la Consommation.

"Prérogatives nouvelles au Parlement"

Ce texte devrait d'abord "accorder des prérogatives nouvelles au Parlement", notamment par "une plus grande maîtrise du travail législatif et de l'ordre du jour", "limiter les cas de recours possibles à la procédure du 49-3" aux projets de loi de finances et de financement de la sécurité sociale, "valoriser le travail en commission" ou encore "renforcer le pouvoir du Parlement en matière de politique internationale".
L'avant-projet propose également la "rénovation du mode d'exercice du pouvoir exécutif" en limitant "à deux le nombre de mandats consécutifs susceptibles d'être effectués par le président de la République" ou en rénovant "les modalités d'exercice du droit de message" du président devant le Parlement.
Il souhaite enfin "accorder des garanties nouvelles aux citoyens" en créant un "défenseur des droits du citoyen qui pourra être saisi par toute personne s'estimant lésée par le fonctionnement d'un service public".


Plusieurs propositions phares retirées


Bâti sur les conclusions de la commission présidée par l'ex-Premier ministre Edouard Balladur, le projet de loi sur la modernisation des institutions, une des promesses de campagne de Nicolas Sarkozy, devait à l'origine être examiné par le Parlement avant les municipales.

Mais faute d'un consensus, la gauche et certaines voix à droite refusant notamment la possibilité pour le chef de l'Etat de s'exprimer devant le Parlement, François Fillon avait repoussé en décembre son examen.

Interrogé mercredi sur ce refus de la gauche, Luc Chatel a estimé qu'on ne pouvait "pas rester éternellement dans l'incantation et expliquer pendant les campagnes électorales ce qu'il faut faire pour moderniser la vie politique et ne pas soutenir un texte qui se veut une réponse, une modernisation de l'organisation politique dans notre pays".
L'avant-projet a été dépouillé de plusieurs propositions phare, dont celles qui devaient faire du gouvernement le maître d'œuvre de la politique "définie" par le président, limiter le cumul des mandats et introduire la proportionnelle.

Partager cet article

Repost0

Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande