Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

14 mars 2008 5 14 /03 /mars /2008 20:34

Ci-après, un message fort d'un membre du Groupe d'Animateurs "Désirs d'Avenir" (Lozère), qui pose selon moi tout le décor et la problématique du MoDem, comme celle du PS quant  ses possibles alliances :

                            (Si vous voulez faire connaissance avec le blog : DA LOZERE)

undefined
Pour moi, le problème n’est pas le fait de savoir s’il est opportun ou pas de faire des alliances avec le MODEM puisque, dans les faits, et donc sur le terrain, ces alliances existent. Ce sont des alliances circonstancielles qui obéissent à des considérations locales et à des stratégies particulières.

Que je sache, l’alliance avec le PCF n’implique pas que le PS fasse sien la doctrine communiste et je ne sache pas que le PCF soit officiellement devenu une force "sociale démocrate" en s’alliant avec le PS (même si certains de ses militants le pensent).

Le débat "idéologique", bien que nécessaire, risque cependant de nous faire perdre de vue l’efficacité d’une attitude pragmatique. Là où l’idéologie est importante, c’est lorsqu’elle forge l’identité d’un parti et lui assure une certaine stabilité. On peut déplorer beaucoup de choses chez nous, chez les verts, chez les communistes, chez les radicaux, ils n’en demeure pas moins que nos partis respectifs ont une forte identité. Ils sont à gauche.

C’est à ce niveau que le MODEM pose problème. Car il est pour l’instant un magma informe qui se cherche et dont le positionnement flou est un opportunisme affiché et revendiqué. Bâtir une alliance à plus long terme avec le MODEM au niveau national (je dis bien au niveau national), c’est pour l’instant comme si on envisageait de construire une maison commune sur des sables mouvants.
 
C’est pour cela que Ségolène ROYAL a bien fait de nuancer sa position initiale d’alliance avec le MODEM en appelant les membres de cette formation à prendre leurs responsabilités. On ne peut pas être "dans tous les camps à la fois". A un moment donné, il va falloir poser le problème en ces termes : êtes vous à gauche ou à droite ?

Car le centrisme politique ne peut exister dans la configuration institutionnelle actuelle. Le centrisme est envisageable sous un régime parlementaire classique, avec des scrutins à la proportionnelle intégrale. La Vème République (ou ce qu’il en reste) est aux antipodes d’un tel système. Il n’y a pas de place pour un "marais" et, par conséquent, pour les sables mouvants de l’opportunisme (sauf trahison… n’est-ce pas Monsieur Besson et consorts ?). Sous la Constitution de 1958, élaborée à l’origine contre les partis, la vie politique s’est considérablement clivée et le MRP n’y a pas survécu.

Bayrou refuse de faire ce choix parce qu’il s’obstine à transposer une pratique politique qui ne correspond pas à l’esprit des institutions. Il refuse de faire ce choix "gauche droite" dans la mesure où le MODEM est une formation construite uniquement dans la perspective de sa candidature en 2012. Mais quel sera au juste l’avenir de Bayrou (et du MODEM) si ce dernier perd à Pau ? En outre, il a désavoué la fusion des listes PCF-MODEM à Aubagne. C’est une colossale erreur de sa part et cela montre que lui-même ne maîtrise absolument rien de la machine électorale dont il prétend être le Président et qu’il n’a rien compris au désir de ses propres militants. Si l’on veut raisonner selon le Principe de Peter, Bayrou fait en quelque sorte de la lévitation. Tant que Bayrou sera en scène, le MODEM aura ce problème d'identité qui le rend peu fiable.

Partager cet article

Repost0
14 mars 2008 5 14 /03 /mars /2008 14:29

undefined

Plus sérieusement ... dans l'article lu sur lemonde.fr (voir mon précédent billet), on parle de ... "Désirs d'Avenir" et des réactions des partisans de Ségolène ROYAL :

undefined

  ORPHELINS DE LA PRÉSIDENTIELLE



Même sur
Désirs d'avenir, le site des partisans de Ségolène Royal, c'est l'omniprésence de François Bayrou qui agace : "Il faut en finir avec ce jeu où l'on ne regarde que l'arbitre", s'énerve "Lapatch", largement soutenu par les commentaires.

Beaucoup de ségolénistes, orphelins de 2007, regrettent toujours que l'alliance PS-MoDem n'ait pas eu lieu entre les deux tours de la présidentielle.

"Bayrou, c'est Tarzan qui a raté la liane tendue par Ségolène, note "Pranakundalini". Ça aurait pu être une belle histoire." "Vous savez très bien depuis l'entre-deux-tours de la présidentielle que François Bayrou n'appellera jamais à voter pour la gauche. Par contre, il s'était déplacé pour aller soutenir Alain Juppé à Bordeaux avant le premier tour !", s'énerve "Agefnaw", pour qui le MoDem est un "leurre" pour les électeurs de gauche.

A l'inverse, "Asse42" appelle de ses vœux un "arc républicain contre cette droite au pouvoir qui n'est pas républicaine dans l'esprit et qui s'attaque sans vergogne à tout ce qui constitue notre socle républicain".  Et Chris, l'un des posteurs les plus réguliers sur Désirs d'avenir, rappelle l'importance de ces accords pour le futur du PS :"Ceux qui disent, dans la presse ou sur les forums et blogs, sur les plateaux de télévision les nombreuses alliances PS/MoDem ne sont que conjoncturelles et n' ont aucun sens 'historique', ceux-là mentent et se mentent à eux-mêmes." 

Et d'y voir une nouvelle chance pour Ségolène Royal :
 
"Il sera difficile d'expliquer que les victoires locales rendues possible grâce aux voix du MoDem n'ont rien à voir avec la victoire qui eût été possible si Bayrou avait accepté la main tendue par Royal..."

Partager cet article

Repost0
14 mars 2008 5 14 /03 /mars /2008 10:26

Au cours de cette semaine de l'entre-deux tours des municipales, le débat, les échanges d'arguments portent autant sur la stratégie de BAYROU que sur le MoDem lui-même, semble t-il.

Que ce débat ait lieu, ça n'est pas surprenant. Il avait surgi, avec la force que l'on sait avant le 2ème tour des présidentielles, et cela grâce à Ségolène ROYAL. On sait aussi que notre candidate avait été amplement dénigrée en cette occasion.
Et dans les mois qui ont suivi, il ne s'est plus passé grand-chose ... l'immobilisme sur ce sujet semblant le maître-mot au PS. 

Mais voilà, le sort de nombreuses municipalités dépendra, le 16 mars, des alliances qui se sont réalisées entre listes de Gauche et listes MoDem ... parce qu'il faut bien arriver à un résultat électoral, et convaincre les citoyens.

Et, même s'il s'agit d'élections locales (enfin, c'est ce que l'on dit, mais ...) : réussir à battre les listes de Droite !

SUR CE BLOG, UNE SERIE D'ARGUMENTS AVANCES CES DERNIERS JOURS :
 
undefined
   Sur le Net, la stratégie du MoDem
   trouble les militants socialistes

   le 12.03.2008


A Colombes, où le MoDem a rejoint la liste UMP après le premier tour, les socialistes n'ont pas d'états d'âme : le site de campagne de Philippe Sarre (43 % au premier tour), tête de liste PS-PC, dénonce la stratégie de la liste centriste ("Ni droite ni gauche... Mais surtout à droite!"),  l'accusant de "trahir" leurs engagements. Et le candidat socialiste d'appeler les électeurs centristes à voter à gauche, tout en moquant la stratégie du MoDem.
La stratégie du MoDem d'alliances au cas par cas avec l'UMP ou le PS dérange dans les rangs socialistes, et sur la Toile, militants et sympathisants sont dubitatifs. Même dans les villes où des alliances ont eu lieu avec le parti de François Bayrou, les militants s'interrogent. Marc Vasseur, militant socialiste dans le Nord, affiche son soutien au maire de Roubaix René Vandierendonck, qui a conclu une alliance dès le premier tour avec le MoDem.
Mais il avoue son trouble après les désaccords internes au MoDem à Toulouse, où une partie de la liste à rejoint la listes soutenue par l'UMP de Jean-Luc Moudenc. "La situation à Lyon avait déjà semé un certain trouble, donnant l'impression d'un MoDem incapable de prendre des décisions collectives, un parti d'addition de personnes où le projet politique semble accessoire, au moins pour une minorité active", explique-t-il. Avant d'ajouter : "C'est peut être aussi cela le problème de Bayrou, une ambition présidentielle, fut-elle légitime, placée au-dessus de tout" .
Nicolas, sympathisant socialiste, note lui aussi que "le bipartisme n'est pas une solution", mais critique la "stratégie du MoDem qui permet juste de faire perdre toute lisibilité à la politique française".
Le "strauss-kahnien" Jean-Christophe Cambadélis, député de Paris, remarque lui sur son
blog que "la tentative de tactique" du parti centriste "n'est pas couronnée de succès". Et juge plus important de maintenir l'union de la gauche, avec souplesse : "La stratégie de l'alliance prioritaire à gauche, sans exclure du dialogue ceux qui refusent l'UMP, est plutôt gagnante."
A la gauche du PS, le jugement est encore plus catégorique : plusieurs
blogs reprennent le texte du sénateur Jean-Luc Mélanchon, qui affirme que "le MoDem n'existe pas". "Qu'on songe donner une prime à l'opportunisme noir que pratiquent les bayroutistes sous prétexte de modernité voila qui est tout a fait consternant !", martèle-t-il, raillant au passage la position de Ségolène Royal, favorable à une alliance "partout où c'est possible" avec le MoDem.                                                                        

                                                           CONCLUSION  (provisoire ) :

- dialoguer avec "ceux qui refusent l'UMP" , ce serait donc une stratégie gagnante ?

- mais s'allier au MoDem , partout où cela est possible, serait donc opportuniste et consternant ?

Qu'on m'explique ! On veut le gagner ce 2ème tour ? En "dialoguant" (comme cela se fait depuis des mois, peut-être ???), ou en passant aux actes, concrètement, c'est-à-dire en concluant des alliances pour faire rempart à la politique de l'UMP ?

Partager cet article

Repost0
13 mars 2008 4 13 /03 /mars /2008 07:40

Après le "casse-toi pauv'con" lancé à une personne qui refusait de lui serrer la main au Salon de l'Agriculture 2008, Nicolas Sarkozy se voit une nouvelle fois refuser une poignée de main.

Cela s'est déroulé lors de sa visite dans un centre de Formation et d'Apprentissage à Vesoul le 6 mars 2008. Une jeune femme a refusé de lui serrer la main et s'est même éloignée de lui.
. 



"T'as voulu voir Vesoul ..." chantait BREL ...

"Je suis le mal-aimé ..." pourrait chanter  Sarko Clo-clo !

Partager cet article

Repost0
12 mars 2008 3 12 /03 /mars /2008 16:17

SEGOLENE ROYAL A L'OFFENSIVE !

Mercredi 12 mars, Ségolène venue soutenir Alda Perriera-Lemaître,
candidate PS à NOISY-LE-SEC



S. Royal avec  A. Peirrera  -  Noisy-le-sec
envoyé par  segoleneparis


Petit reportage réalisé ce matin à Noisy-le-sec. Ségolène ROYAL y est venue pour apporter son soutien à Alda Perriera-Lemaître, tête de liste pour les municipales.
 
Alda fût mandatrice de Ségolène en Seine St-Denis lors des présidentielles.


                                                   Résultats du 1er tour à NOISY-LE-SEC

   MODEM     Nicole Rivoire  40.98 %   4080 voix   Ballottage 
   PS    Alda Pereira-Lemaitre     27.13 %  2701  Ballottage
   PCF    Gilles Garnier  26.61 %  2650  Ballottage
   SE    Georges Siavellis    5.28 %    526  Battu

Partager cet article

Repost0
12 mars 2008 3 12 /03 /mars /2008 10:24
undefined

              Ségolène ROYAL dénonce
     l'aveuglement d'un pouvoir sourd
    à ce qu'ont dit les Français dans les urnes"



Ségolène ROYAL sur Europe 1 (source  desirsdavenir.org) :

"C'est très frappant de voir cet aveuglement d'un pouvoir qui est également sourd à ce qu'ont dit les Français dans les urnes. Il y a un avertissement très ferme qui a été donné, un vote sanction et le pouvoir ne veut pas l'entendre" estime ségolène ROYAL à l'antenne d'Europe 1.

"C'est pour ça que dimanche prochain, il faut non seulement confirmer ce vote mais l'amplifier, sinon tout va continuer comme aujourd'hui".

Interrogée sur les accords entre l'UMP et le MoDem souhaités par M. Fillon, Ségolène ROYAL répond : "un Premier ministre qui a en charge le destin et l'avenir du pays devrait s'occuper d'autre chose que des tractations politiciennes entre appareils".

"Il doit d'abord comprendre ce qu'ont dit les Français dans les urnes. Comme il ne comprend rien, qu'il ne veut rien entendre... Moi je suis choquée de l'arrogance des ministres, de l'arrogance du Premier ministre, de la façon dont il considère que tout va bien, que tout doit continuer comme si de rien n'était"

Mme ROYAL souhaite que "la gauche se rassemble très fortement" et pense à "s'ouvrir vers les centristes".

Elle ajoute que "chaque voix qui ira à un candidat de l'UMP (...) sera interprétée par le pouvoir en place comme un blanc-seing (...)".

Concernant les relations avec le MoDem, Ségolène ROYAL affirme qu'"il faut essayer ces accords locaux, mais en faisant appel aux électeurs".

"Les accords d'appareil ne sont pas d'actualité puisque François Bayrou n'y est pas favorable. Je lance un appel aux électeurs du Modem pour que la France aille mieux", et non pas "pour renforcer la gauche".

Partager cet article

Repost0
12 mars 2008 3 12 /03 /mars /2008 09:07

Vu sur le blog de Najat VALLAUD-BELKACEM 

 
Video de F. Ribiere


Le texte de Najat :


Cantonales Lyon XIII – Mobilisons nous pour Montchat dimanche prochain


Pour ma part, je suis donc élue avec de nombreux colistiers sur la liste du 3ème arrondissement ; aux élections cantonales, je recueille 42,97% des suffrages face au sortant Jean Flacher (34,83%). Un très bon score pour ce canton où je m’efforce depuis des semaines de conduire une campagne de terrain avec des propositions claires et pragmatiques, travaillant à faire converger les projets municipaux et départementaux au bénéfice de Montchat et des Montchatois qui m’ont témoigné un large soutien hier et auxquels j’adresse du fond du cœur mes remerciements.

L’affaire n’est pas jouée pour autant ; pour moi, c’est la mi-temps et il faut rester très mobilisé pour le second tour dimanche prochain, Lyon a gagné, faisons gagner Montchat !

Partager cet article

Repost0
11 mars 2008 2 11 /03 /mars /2008 14:18

undefined

                      Aurélie FILIPPETTI :
 
              
  "Partout où c'est possible,
           il faut travailler avec le MoDem"




Comment interprétez-vous les résultats du premier tour ?
Il y a une poussée vraiment nette de la gauche. C'est un vote sanction. Au plan national, les chiffres donnent quand même 47% en faveur de la gauche contre 40% à la droite ! Ca montre qu'il y a une insatisfaction vis à vis de la politique du gouvernement : le choc de confiance que Sarkozy avait annoncé s'est traduit par un choc de défiance et un vrai mécontentement. Le président de la République en porte la responsabilité : le véritable problème, c'est la manière dont il exerce sa fonction. Il le fait avec désinvolture, voire avec un certain mépris des français. Ces derniers ont l'impression qu'il vit dans un monde de luxe, qu'il s'est coupé des réalités du pays.

Là où le PS l'a emporté, peut-on vraiment parler de vote d'adhésion à un projet ?
Cela montre en tout cas un besoin de protection vis à vis de la politique qui est menée. Que les gens fassent confiance au PS pour les protéger, c'est une bonne chose. Cela prouve que nous représentons une espérance. Maintenant, il faut que nous soyons à la hauteur pour les prochaines échéances.

Quelle va être la stratégie du PS entre les deux touts ?
Il faut que l'on continue à mobiliser. Il faut que toutes les forces de gauche et les forces progressistes soient unies. Et partout où c'est possible, nous devons travailler avec le Modem.

Que demanderez-vous au gouvernement et au président si la gauche l'emporte dimanche prochain ?
Si cela se confirme au second tour, la majorité devra tenir compte d'un résultat qui traduit l'inquiétude par rapport au pouvoir d'achat. Nous demanderons une augmentation du minimum vieillesse, la revalorisation des petites retraites, l'augmentation du pouvoir d'achat des fonctionnaires et la suspension immédiate du paquet fiscal.

Source : Le Parisien

Partager cet article

Repost0
10 mars 2008 1 10 /03 /mars /2008 17:50

undefined



     Ségolène ROYAL sur France Inter,
                 ce lundi 10 mars,
   en appelle aux électeurs du MoDem




Ségolène ROYAL reproche au président du Mouvement démocrate, François Bayrou, le "grand écart" entre ce qu'il dit et ce qu'il fait à l'occasion des élections municipales.

"J'ai toujours dit, et je le pense plus que jamais, que les Français ne veulent pas d'une opposition de blocs contre blocs".

"Aujourd'hui, quand la France est en difficulté, dans une zone à risques (...), je pense plus que jamais que les hommes et les femmes de bonne volonté" peuvent "faire avancer un pays en mettant les valeurs humaines devant les valeurs financières" affirme Ségolène ROYAL.

Elle rappelle que François Bayrou, a "signé un appel (de l'hebdomadaire Marianne, ndlr) disant que les valeurs de la République sont en danger", mais n'appelle pas à voter avec l'opposition de gauche là où les électeurs du MoDem serviront d'arbitre.

"A un moment, ce grand écart est compliqué. C'est pour ça que je lance un appel aux électeurs du MoDem. Si les appareils ne veulent pas comprendre ces choses, il faut que les électeurs du MoDem les comprennent", estime Ségolène ROYAL, qui a plaidé dimanche soir pour des "alliances partout avec le MoDem".

"Je suis convaincue que dans de nombreuses villes, de nombreux départements, les électeurs du MoDem qui voient que la France souffre, sauront faire le bon choix".

Depuis des mois, particulièrement depuis l'élection présidentielle, on ne peut pas dire que le PS (le MoDem non plus, d'ailleurs) n'ait clarifié la situation sur le plan des "alliances" politiques.

Sur le plan des idées (et Ségolène ROYAL a eu raison de le rappeler), il y a bien eu un rapprochement significatif sur la conception du pouvoir, qui s'est concrétisé ponctuellement par l'appel pour une vigilance républicaine. 

Mais sur le plan électoral ce qui prévaut, donc, c'est le CHOIX "A LA CARTE", qui est finalement assez ambigu. 
Les responsables ont beau mettre en avant les projets municipaux, ces "arrangements" contribuent encore à donner un sentiment de confusion et d'opportunisme.

On doit se souvenir des attaques dont Ségolène ROYAL a été l'objet entre les deux tours de la présidentielle. Mais finalement, d'ici le 16 mars les candidats en lice ne rechigneront pas à s'attirer les faveurs du MoDem et de ses électeurs ! 

Pour ma part, j'ai la nette impression que ces tractations à la carte, ville par ville, sèment plutôt le doute sur la sincérité des convictions ...

Partager cet article

Repost0
10 mars 2008 1 10 /03 /mars /2008 15:59
undefined


Beaucoup de réactions après les résultats du 1er tour des élections Municipales et Cantonales.

(assez peu, en fait, sur les cantonales, et c'est dommage, car ce scrutin a toute son importance dans la gestion des départements, et il serait intéressant de voir quelles sont les évolutions déjà constatées, et prévisibles pour le second tour)

Du côté de la Gauche, on évite le triomphalisme, et on appelle à la mobilisation pour le second tour.

Du côté de l'UMP, on appelle aussi à la mobilisation, tout en minimisant les succès de la Gauche. Mais les chiffres sont là :

                                             47 % des voix pour la Gauche

                              40 % des voix pour la Droite

                                 (difficile de s'y retrouver, certains donnent 45 % à la Droite) 


Les lectures de ce scrutin sont différentes selon les commentateurs. Y compris par rapport aux prévisions de ces derniers jours. C'est ainsi que l'on a pu entendre sur le JT de France2 ce midi une analyse qui, selon moi, ne correspond pas du tout à la réalité :

"Poussée de la Gauche, mais pas si importante que prévue par les sondages ..."

Il faut en effet se souvenir des indications données en milieu de semaine (info ou intox ?) selon lesquelles l'écart se resserrait :
Sondage CSA :  44% des électeurs s'apprêtent à voter pour une liste de gauche (- 1 par rapport au 20 février),  41% pour une liste UMP ou divers droite (+2), 7% pour le MoDem, 2% pour l'extrême gauche et 2% pour le Front national.


Sur l'aspect du fonctionnement démocratique, quel est le bon chiffre de la participation ? : annoncé dimanche à 32 %, l'abstention atteindrait finalement 39 % (toujours selon France2), c'est-à-dire en progrès par rapport à 2001 (32,6 %).

Chiffres donnés ici sous réserve, car les journaux en ligne parlent de participation en progrès, entre 68 et 70 % ???

Partager cet article

Repost0

Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande