Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

10 mars 2008 1 10 /03 /mars /2008 08:19

Soirée électorale du 9 mars 2008

Intervention de Ségolène ROYAL sur France2 

 

France2 - 9 mars 2008
envoyé par  E-LN


"Il faut que ce vote sanction s'amplifie"
 


Ségolène ROYAL a demandé dimanche soir à François Fillon de "renoncer au paquet fiscal" voté l'été dernier, en commentant sur France 2 les résultats du premier tour des élections municipales.

"J'ai écouté attentivement le Premier ministre. Je ne sais pas dans quel monde il vit".

"Je demande à François Fillon de renoncer à ce fameux paquet fiscal qui a coûté 15 milliards d'euros".

"S'il y renonce pour l'année qui vient, il pourra doubler la prime pour l'emploi de 8 millions de salariés, c'est à dire leur donner un 13e mois, et il pourra améliorer le sort des petits retraités et des petits salariés en ciblant beaucoup mieux la dépense publique".

Pour des "alliances partout avec le MoDem"

Ségolène Royal a plaidé dimanche soir sur France 3 pour des alliances de la gauche "partout avec le MoDem" d'ici le second tour des élections municipales.

"Bien sûr, il faut faire partout des alliances avec le MoDem, vous connaissez ma position très claire sur ce sujet".

Interrogée sur les propos de François Bayrou qui avait auparavant fustigé "l'alliance socialo-communiste", elle a estimé que
"François Bayrou n'a pas compris le sens de l'Histoire".

"Il faut que les électeurs du MoDem soient plus responsables que ne l'est François Bayrou"

Partager cet article

Repost0
7 mars 2008 5 07 /03 /mars /2008 19:27
 

Discours de Ségolène Royal à Toulouse, le 5 mars 2008
envoyé par  SR95
 

              
                                                     Source : Désirs d'Avenir :


Ségolène ROYAL, venue à Toulouse mercredi apporter son soutien à Pierre Cohen, candidat PS de la ville, a appelé les électeurs à voter "massivement dimanche" afin de dire "non au déclin de la France".

"Si nous voulons dire non au déclin de la France qui tous les jours est organisé par la désinvolture, l'incompétence et l'impolitesse, je compte sur vous pour voter massivement dimanche prochain", a lancé Ségolène ROYAL aux habitants du quartier Bagatelle à Toulouse rassemblés à la Maison de quartier.

"La France a besoin de Toulouse pour avancer. Les grandes capitales régionales peuvent tirer la France vers le haut. Les municipales sont un enjeu local et de dynamique global". "On a très envie d'avoir des responsables politiques sérieux, respectueux car en haut, on a quelqu'un de pas sérieux qui fait reculer la France", a-t-elle ajouté.

Ségolène ROYAL à également déclaré que "la France a été trompée, elle est en colère. Il faut qu'elle passe à l'action les 9 et 16 mars prochains".

undefined"Puisque là-haut, à Paris, ils ne passent pas à l'action, alors c'est dans les villes que nous allons passer à l'action au lendemain des élections municipales", a-t-elle dit au cours d'un meeting qui a rassemblé près de 800 sympathisants.

"La France est si malmenée dans son histoire et ses valeurs que jamais tant de scandales financiers ou moraux ont éclaté, a lancé Ségolène ROYAL. Quant à la politesse à l'école, on a vu ce que cela a donné quand le principal intéressé est passé à l'action!".

Ségolène ROYAL a ajouté que "Les promesses n'ont pas été tenus par ce président du pouvoir d'achat. Vous vous souvenez ?".

Partager cet article

Repost0
7 mars 2008 5 07 /03 /mars /2008 10:55

undefined  

La piste
 
du financement politique

Source LIBERATION.FR

04.03.2008

 


"En montrant du doigt les syndicats, on voulait cacher d’autres financements par l’UIMM, en particulier des financements politiques",
a lancé hier François Chérèque, le patron de la CFDT, sur France Info.
 
"Pourquoi ne pas s’intéresser à certains parlementaires dont chacun sait que, pendant des années, ils présentaient des amendements qui leur avaient été soigneusement rédigés par l’UIMM", a lancé de son côté Bernard Van Craeynest, le président de la CFE-CGC sur Public Sénat. 

Justement, Yves Bertrand, directeur des Renseignements généraux de 1992 à 2004, sera entendu comme témoin la semaine prochaine. Dans un livre de souvenirs publié en octobre, Je ne sais rien… mais je dirai presque tout (Plon), le patron des RG racontait que la campagne présidentielle de Valéry Giscard d’Estaing, en 1974, aurait été en partie financée par l’UIMM, via un groupuscule d’extrême droite.

Partager cet article

Repost0
7 mars 2008 5 07 /03 /mars /2008 09:00

undefined 

Suite au tollé provoqué par l’indemnité de départ de 1,5 million d'euros de Denis Gautier-Sauvagnac, l'IUMM (Union des industries et métiers de la métallurgie) a annoncé que les conditions du départ de l’ex-président seraient réexaminées. L’organisation patronale a également annoncé une réorganisation … 

A propos du stylo : s'il lui fait défaut, il pourra toujours
demander à Sarko de le dépanner :

IL EN FAIT COLLECTION !!!

Partager cet article

Repost0
6 mars 2008 4 06 /03 /mars /2008 18:15

Une fois n’est pas coutume, je cite ici François BAYROU, ses déclarations remplies de bon sens à propos de la question essentielle sur cette affaire de l’UIMM :
undefined




         UIMM : "Où sont passés
         les 19 millions d'euros?"
       demande François Bayrou


          Source NOUVELOBS.COMM -  04.03.2008
 



Où sont passés les 19 millions d'euros?" retirés en liquide ces dernières années par l'ex-président Denis Gautier-Sauvagnac, a demandé mardi François Bayrou, qui a appelé "la justice et la police à s'intéresser au sujet principal et pas au sujet secondaire".

Cet argent avait été retiré pour "fluidifier les relations sociales", selon les termes de l'ex-président de l'UIMM, mis en examen dans cette affaire.

"On est naturellement en train d'égarer l'attention des citoyens sur cette affaire
", a accusé le président du MoDem lors d'un meeting pour les municipales au Palais de la Mutualité à Paris.

"La question principale n'est pas la question des indemnités que M. Denis Gautier-Sauvagnac a revendiquées
", a-t-il affirmé. Ce dernier s'est vu octroyer 1,5 million d'euros comme indemnité de mise à la retraite d'office.

"La question principale dont personne ne parle c'est : 'où sont passés les 18 ou 19 millions d'euros?' (...) Il conviendrait de chercher d'un peu plus près", a souhaité M. Bayrou.

Partager cet article

Repost0
5 mars 2008 3 05 /03 /mars /2008 12:36

undefined



Charge de Ségolène ROYAL
contre les puissances de l'argent


(Nouvelobs.com  -  04.03.2008) 




Avec des accents rappelant François Mitterrand en 1971, Ségolène Royal s'est lancée mardi soir dans une diatribe contre les scandales financiers, dénonçant "des gens puissants qui bénéficient d'une totale impunité" et qui "sont protégés par le pouvoir en place".

Lors d'un déplacement à Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), berceau des émeutes urbaines de l'automne 2005, Mme Royal a estimé que "ce que les Français découvrent, c'est que finalement les petits et moyens paient toujours pour les gros. On a su il y a quelques jours l'augmentation de 40% des salaires du CAC40, les 200 familles qui ont fui dans un paradis fiscal, le scandale de l'UIMM, le krach de la Société générale où les responsables sont toujours en place".
undefined

Dans la veine d'un François MITTERRAND qui dénonçait au congrès d'Epinay "l'argent qui corrompt, l'argent qui achète, l'argent qui écrase, l'argent qui tue", la dirigeante socialiste a noté que cette accumulation d'affaires "nourrit une colère sourde. Il y a le sentiment que l'argent, il y en a, mais que l'argent est gaspillé et que les puissants sont protégés par le pouvoir en place".

"N'oublions pas que pendant la campagne présidentielle, Nicolas Sarkozy s'est rendu au MEDEF", où "il y avait toute la brochette des gens de l'UIMM. Il a dit devant eux que le programme du MEDEF était aussi son programme présidentiel. Voilà le résultat!", a-t-elle lancé, en concluant qu'il "y a des gens puissants qui bénéficient d'une totale impunité. Aujourd'hui dans le pays, les devoirs, c'est surtout pour les moyens et les petits".

"A un moment où la vie est difficile pour des millions de Français", a poursuivi Ségolène ROYAL, "il y a de quoi comprendre ce sentiment de révolte".

Partager cet article

Repost0
4 mars 2008 2 04 /03 /mars /2008 22:35

undefined 


Ségolène ROYAL en campagne apporte son soutien aux candidats socialistes et aux équipes de gauche pour les municipales et les cantonales.

 

Et rencontre également celles et ceux qui se battent pour leur entreprise, leur famille, leur pouvoir d’achat, leur quartier.

 



Sur la dernière ligne droite, les déplacements se multiplient et l’espoir se renforce : 

04/03/08 :
Aulnay-sous-Bois et Aubervilliers
 
05/03/08 : 
Toulouse
 
06/03/08 : 
Cahors, Bondy et Clichyundefined
 
07/03/08 : 
Journée de la femme à Poitiers

 
09/03/08 - 1er tour des municipales & cantonales :
TF1, 20 heures

Partager cet article

Repost0
4 mars 2008 2 04 /03 /mars /2008 15:20
undefined


La vraie
hausse des prix
en hyper


Source NOUVELOBS.COM

04.03.2008


Les données gouvernementales révélées lundi par Le Parisien ne permettent pas de prendre la mesure de l’évolution des prix.

Nouvelobs.com publie un tableau comparatif.


EN ACCORDANT lundi 3 mars au quotidien Le Parisien la primeur de l’étude de la Direction générale de la consommation de la concurrence et de la répression des fraudes (DGCCRF), la ministre de l’économie, Christine Lagarde, a surtout voulu répondre à l’enquête de 60 millions de consommateurs qui fit grand bruit la semaine dernière. Après avoir relevé les prix sur les sites internet des grandes enseignes en novembre et en janvier, le magazine consumériste dénonçait des hausses à deux chiffres !
Plus exhaustifs, les contrôles effectués par la DGCCRF dans 80 magasins portent sur 20 produits mis en accusation par 60 millions de consommateurs. Conclusion : les prix pratiqués sur les sites web des distributeurs sont effectivement supérieurs à ceux pratiqués dans les magasins. Dont acte. Mais les données gouvernementales, sans doute incomplètes, ne permettent pas pour l’instant de prendre la mesure de l’évolution des prix depuis trois mois. Un comble !

Un mouvement bien réel
Pour répondre à cette question, le Nouvel Observateur s’est donc procuré auprès d’une grande surface représentative (6.700 m2) bénéficiant des conditions commerciales d’une puissante centrale d’achat, les prix réels de ces fameux produits

                                                   notre tableau

Résultat? Foin de controverses stériles. Le mouvement de hausse mis en exergue par 60 millions de consommateurs est bien réel. Mais il n’affecte pas toutes les familles de produits. En pleine escalade : tous les aliments à base de céréales (riz, pâtes, biscottes, biscuits…) mais aussi le lait et ses dérivés (yaourt, fromages…)
 
En revanche – contrairement aux affirmations de 60 millions de consommateurs reprises à la volée par Nicolas Sarkozy, le jambon reste sage.

.
   "Le pain est trop cher ... qu'ils mangent donc de la brioche"

Partager cet article

Repost0
4 mars 2008 2 04 /03 /mars /2008 14:40

undefined


Parmi les réactions, suite au désormais célèbre "Casse-toi, pauv'con", avez-vous connaissance des déclarations de la présidence du MEDEF ?


Lu dans NOUVELOBS.COM  du  26.02.2008 :

Pour sa part, la présidente du MEDEF, Laurence Parisot, a estimé lundi soir que Nicolas Sarkozy avait eu "une réponse musclée à une provocation totalement déplacée", qui lui a fait penser au "coup de boule de Zidane". Interrogée par i-télé et France Inter, Laurence Parisot a jugé l'incident "tout à fait regrettable" mais estimé que ce n'était "pas dramatique du tout".

"Il s'est mis hors jeu momentanément"
"Est-ce que le capitaine de l'équipe de France de football en finale de la coupe du monde était dans son rôle de capitaine ?", a-t-elle demandé, avant d'ajouter: "Il s'est mis hors jeu momentanément". "Il a répondu à un geste qui était également hors jeu, c'est ce qu'a fait le président de la République face à l'attitude d'un spectateur qui s'est mis lui-même hors jeu", a-t-elle jugé.
Pour autant, elle a réfuté le terme de "discrédit" pour décrire l'impopularité actuelle du président français.
"Je ne parlerais pas de discrédit, il y a une incompréhension qui ne me semble pas si grave que ça", a dit Laurence Parisot.

"La preuve, son équipe gouvernementale, qu'il a lui-même choisie, reste très populaire", a-t-elle ajouté.
.

Je peux me tromper, mais pour sa vision de la popularité gouvernementale, son "logiciel" ne semble pas à jour. Le produit Sarko-2007 "Pouvoir d'achat" est obsolète, de même que "Petites retraites" ...

Et puisqu'elle parle de "coup de boule", on attend impatiemment ce que va donner  l'opération "coup de poing" sur les prix !!!

 

Partager cet article

Repost0
2 mars 2008 7 02 /03 /mars /2008 19:39

undefined

undefined

PARIS (AFP) — François REBSAMEN, numéro 2 du Parti socialiste, affirme qu'aux municipales "tous les espoirs sont permis" aux listes de gauche, qui pourront compter sur "la mobilisation" de leur camp (entretien dans le Journal du dimanche).

"Tous les espoirs nous sont permis, notamment dans les villes où la politique du gouvernement affaiblit les maires de droite", estime le maire sortant de Dijon, candidat à sa succession.

Toutefois, "le danger serait de penser que les sondages font les élections", souligne-t-il. "Toute autosatisfaction prématurée serait nuisible, mais ni nos candidats ni nos partisans ne sont dans cet état d'esprit. La mobilisation est aujourd'hui de notre côté".

Selon M. REBSAMEN, "plus nos concitoyens voteront à gauche, moins il sera facile au gouvernement de prendre des mesures d'austérité et de mettre en place un plan de rigueur qui ne toucherait que les plus modestes et les classes moyennes".

"A contrario si la droite gagnait, Nicolas Sarkozy aurait les mains libres pour poursuivre et amplifier" une "politique du chacun pour soi, des inégalités et de la diminution constante du service public", juge-t-il.

Comme on lui demande si le PS doit avancer la date de son congrès, prévu à l'automne, si "la gauche progresse", il explique que le parti "n'a jamais eu autant besoin d'une rénovation, d'un leadership assumé et d'un projet à affirmer".

"Il faudra donc nous mettre au travail et nous appuyer sur la réussite de nos candidats, dans les villes et les départements, qui auront démontré leur capacité à rassembler et à élaborer un projet qui réponde aux attentes de nos concitoyens. Et cela le plus rapidement possible pour que l'opposition retrouve toute sa place", ajoute-t-il.

Partager cet article

Repost0

Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande