Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

20 février 2008 3 20 /02 /février /2008 12:35

undefined




On ne compte plus les ténors UMP, ministres ou non, volant au secours de Sarkozy.
.

  Le champion de la descente serait, à les entendre, la victime de méchantes personnalités de gauche comme de droite, qui ont commis cet acte barbare de signer la pétition "Pour une vigilance républicaine" ...

qui ne cite pas Sarkozy, mais on a tous bien compris le message !

 

Le "seul média libre
 
et indépendant de ce pays"
 
(Anne Roumanoff)
 
avait vu juste :

 


 


Partager cet article

Repost0
19 février 2008 2 19 /02 /février /2008 21:10

undefined



Un véritable marathon,
tous ces déplacements de Ségolène ROYAL,
en soutien aux candidats
pour les élections municipales

 


19/02/08  Metz  undefined

20/02/08  Caen

21/02/08  Saintes  

22/02/08  Montpellier

25/02/08  Périgueux

26/02/08  Talence

04/03/08  Aulnay-sous-Bois et Aubervilliers

05/03/08  Toulouse

06/03/08  Cahors, Bondy et Clichy

Partager cet article

Repost0
19 février 2008 2 19 /02 /février /2008 15:31

Heures sup' : la loi n'a pas fait "travailler plus"

... et donc, pas "gagner plus" !!!

(Source : NOUVELOBS.COM  -  15.02.2008)

Selon des chiffres provisoires du ministère de l'Emploi, communiqués vendredi 15 février, la durée hebdomadaire collective moyenne du travail est restée stable à 35,6 heures à la fin décembre 2007

(la même qu'en 2006) alors que la loi favorisant les heures supplémentaires est entrée en vigueur le 1er octobre.

Cette stabilité semble indiquer que les entreprises et les salariés ayant bénéficié de ce dispositif phare illustrant le "travailler plus pour gagner plus" du président Sarkozy ont surtout bénéficié d'un effet d'aubaine, puisque la durée moyenne du travail n'a pas augmenté. Elle est la même depuis cinq ans.


undefined
Soit, les mesures sensées favoriser (!!!) le régime des heures supplémentaires n'a pu être actif que sur une période de 3 mois en 2007, pourront rétorquer les défenseurs de la politique de Sarkozy / Fillon.

Dans le même temps, les ténors de l'UMP  claironnent, sans preuve,  que les salariés tirent déjà bénéfice du dispositif !!! 

Donc, il faut attendre ... Bien , on verra avec le temps.
Nos réserves sont cependant toujours valables, elles sont connues :

- ce n'est pas, généralement, le salarié qui décide
- il faut pour les entreprises une activité soutenue qui permette le recours aux heures supplémentaires

Partager cet article

Repost0
19 février 2008 2 19 /02 /février /2008 14:12

undefined

Comme prévu le groupe ArcelorMittal
 a affiché des bénéfices records
 (7,5 milliard d'euros)
pour l'année 2007

 

 

Dans ce contexte, la fermeture annoncée du site de Gandrange apparaît d'autant plus incompréhensible et brutale pour les salariés. Je partage les réactions des syndicats, soulignant que l'effort d'investissement qui permettrait de faire vivre Gandrange ne représente qu'un faible pourcentage de ces profits considérables.

De plus ces même bénéfices font la démonstration que le Président de la république fait fausse route, lorsqu'il a affirmé que l'Etat investira de l'argent public pour sauver le site. Nous refusons que se répète à nouveau dans la sidérurgie française cette logique choquante "de privatisation des bénéfices et de nationalisation des pertes".

Face au cynisme de la direction de Mittal et à la confusion inquiétante au sommet de l'Etat sur ce dossier, nous réaffirmons notre volonté de privilégier à Gandrange un véritable plan industriel qui pérennise le site au sein du groupe ArcelorMittal. Nous exigeons aussi que le plan alternatif élaboré par l'intersyndicale soit examiné sérieusement par les actionnaires et que la France use de toute son influence dans ce but. 
 
Source : Le blog d' Aurélie Filippetti


undefined

Partager cet article

Repost0
18 février 2008 1 18 /02 /février /2008 20:16

undefined

.
.
La fille de Jean Zay
se dit "écoeurée"
par les propos de Karoutchi




(NOUVELOBS.COM  -  18.02.2008)
 




Le secrétaire d'État UMP Roger Karoutchi avait comparé, samedi 16 février dans une réunion publique les "attaques" contre Nicolas Sarkozy (la publication du SMS de Nicolas Sarkozy à Cécilia Ciganer) à celles subies par Jean Zay "mi juif, mi protestant" cible de la presse d'extrême-droite sous le gouvernement de Vichy.



"Fille de Jean Zay, née en 1940, je n’ai connu mon père que dans la prison de Riom où l’avait jeté le régime de Vichy jusqu’à son assassinat par des miliciens en 1944.

Je ne peux taire mon écœurement devant cette assimilation entre, d’un côté, les mises en cause du comportement politique de M. Sarkozy et, de l’autre, les attaques antisémites et les appels au meurtre dont Jean Zay fut la cible dès les années 30 et qui, se poursuivant sous Vichy alors qu’il était emprisonné, le désignèrent aux coups de ses assassins.

Que M. Karoutchi s’abandonne à un total confusionnisme politique et historique, c’est son affaire, et chacun pourra en penser ce qu’il voudra. Mais je refuse à ce Monsieur le droit d’instrumentaliser l’histoire tragique et la mémoire de mon père.

Partager cet article

Repost0
18 février 2008 1 18 /02 /février /2008 15:34

undefined



Le credo de l’UMP :

 

IL FAUT
 
SAUVER

LE SOLDAT

SARKOZY

 

  

 


Karoutchi disjoncte ? Il qualifie les attaques contre Sarkozy de "déni de démocratie" et de "fascisme rampant". Diable !

Le secrétaire d’Etat aux relations avec le Parlement n’a pas hésité à assimiler les "attaques" contre Nicolas Sarkozy à celles subies par Jean Zay, "mi juif, mi protestant", cible de la presse d'extrême-droite sous le gouvernement de Vichy. Il dénonce aussi l'appel du 14 février "pour une vigilance républicaine". 

Dans la défense du soldat Sarkozy malmené dans les sondages, ses partisans osent tous les rapprochements avec les pires périodes de l'histoire française.

Tant lorsqu'il s'agit de dénoncer les "agissements" de la presse que ceux des politiques (la pétition des 17 personnalités contre les "dérives de pouvoir personnel").
Samedi 16 février, lors d'une réunion politique dans le IVème arrondissement de Paris où il était venu soutenir Vincent Roger, candidat UMP, Roger Karoutchi a comparé l'attitude des journalistes d'aujourd'hui à celle de la "presse des années 30". Se référant au SMS de Sarkozy à Cécilia, publié sur le site du
Nouvel Observateur, et plus largement au "déballage médiatique" de ces "journalistes qui passent derrière vous dans les chambres", il a dit : "On a l'impression d'un vent de folie qui respire les années 30 avec ce que cela a de plus nauséabond".

 

"Du déni de démocratie"

Devant une assistance imperturbable, le secrétaire d’Etat aux relations avec le Parlement n’a pas hésité à assimiler les "attaques" contre Nicolas Sarkozy à celles subies par Jean Zay "mi juif, mi protestant" cible de la presse d'extrême-droite sous le gouvernement de Vichy. "Cela a contribué au fait qu'il soit assassiné", a-t-il même tenu à préciser.
Dans son élan, Roger Karoutchi s’en est ensuite pris à la pétition dans laquelle 17 personnalités dénoncent les "dérives de pouvoir personnel" du président de la République. "Il y a des types qui n'ont toujours pas accepté que Sarkozy gagne les élections. C'est du déni de démocratie"…et "du fascisme rampant". Ni plus ni moins.

Partager cet article

Repost0
18 février 2008 1 18 /02 /février /2008 09:35
undefined



Simone VEIL : "Mon sang s’est glacé"

(source : LIBERATION.FR   -   16.02.2008)

Shoah. Simone Veil contre l’idée de faire porter la mémoire d’un enfant déporté aux élèves


 
 

La condamnation paraît sans appel. Simone Veil juge "insoutenable" la proposition de Nicolas Sarkozy de "confier" aux élèves de CM2 la mémoire des 11 000 enfants juifs de France assassinés par les nazis.
Ce désaveu, venant de celle dont le soutien lui fut si précieux pendant la campagne présidentielle, Nicolas Sarkozy ne l’avait pas anticipé. Après Neuilly et la séquence people, le coup est très dur, venant d’une amie à qui il vient de confier le soin de rédiger un nouveau préambule de la Constitution. Venant de la présidente d’honneur de la Fondation pour la mémoire de la Shoah, cette critique risque d’être fatale au projet présidentiel. 

"Trop lourde".
Vendredi, Simone Veil se confiait sur le site de l’Express : "Mon sang s’est glacé. C’est inimaginable, insoutenable, dramatique et, surtout, injuste. On ne peut pas infliger ça à des petits de dix ans, on ne peut pas demander à un enfant de s’identifier à un enfant mort. Cette mémoire est beaucoup trop lourde à porter." L’Union des étudiants juifs de France, la Ligue contre le racisme et l’antisémitisme, Régis Debray, et Pascal Bruckner ont fait part de leurs réticences. Plusieurs psychologues et psychiatres ont parlé "d’aberration", pointant les risques d’une expérience "traumatisante".

Du côté des politiques, Ségolène Royal y a vu "un manque de respect et une étonnante légèreté" tandis que François Bayrou a dénoncé un "mélange des genres entre émotion et Histoire". L
’initiative avait pourtant été saluée jeudi par de nombreuses personnalités, notamment par François Hollande et le président de l’Association des fils et filles des déportés juifs de France Serge Klarsfeld. A l’Elysée on tentait vendredi soir de se rassurer en laissant entendre que la réaction de Simone Veil était plus la manifestation de "désaccords anciens" avec Serge Klarsfeld qu’un véritable rejet du discours présidentiel.
 

Vendredi matin, alors qu’il n’avait pas encore connaissance des propos de Simone Veil, Nicolas Sarkozy s’était expliqué dans un discours sur l’école prononcé à Périgueux. Son initiative sur la mémoire des enfants juifs doit être intégrée dans une vaste entreprise de reconquête des "valeurs". Grammaire et orthographe mais aussi drapeau et hymne national, le Président n’hésite pas à prétendre qu’il engage l’école dans la "plus importante réforme" des dernières décennies.

"Cadeau". Et cette réforme passe par la restauration de "l’éducation civique et morale". "C’est dans ce cadre que s’inscrira l’initiation des enfants au drame de la Shoah", a souligné le chef de l’Etat. Il suggère à ceux qui le critiquent de "s’offusquer plutôt de "la vulgarité organisée qu’on laisse à portée de nos enfants". "On ne traumatise pas les enfants en leur faisant ce cadeau de la mémoire d’un pays", a-t-il affirmé, confiant qu’il s’agissait là d’une conviction forte, celle-là même qui lui inspira la lecture obligatoire de la lettre de Guy Môquet, cet "adolescent qui a choisi de mourir debout".

En intégrant l’enseignement de la morale et la transmission de la mémoire à son projet de réforme d’une école primaire qui laisse 15 % de ses élèves en situation de "détresse scolaire", Nicolas Sarkozy prétend mettre "concrètement" en œuvre sa "politique de civilisation".

Le pays, à l’évidence, n’est pas tout à fait
convaincu.

Partager cet article

Repost0
17 février 2008 7 17 /02 /février /2008 14:42

undefined
Différentes personnalités ont tenu à réaffirmer "leur attachement au principe républicain" et "leur refus de toute dérive vers une forme de pouvoir purement personnel confinant à la monarchie élective"

(Source NOUVELOBS.COM  -  16.02.2008)

 
L'ex-Premier ministre Dominique de Villepin, Ségolène Royal et François Bayrou ont signé "un appel du 14 février pour une vigilance républicaine" publié dans Marianne.
Affirmant avoir "en commun un certain nombre de convictions et de valeurs", ces personnalités se réclamant de "sensibilités très diverses", entendent notamment réaffirmer "leur attachement au principe républicain" et "leur refus de toute dérive vers une forme de pouvoir purement personnel confinant à la monarchie élective".

Ils rappellent également "leur attachement aux fondamentaux d'une laïcité ferme et tolérante", "à l'indépendance de la presse et au pluralisme de l'information" et enfin "à une politique étrangère digne, attachée à la défense des droits des peuples, soucieuse de préserver l'indépendance nationale et de construire une Europe propre à relever les défis du XXIe siècle".

Contre le style de gouvernement


Bien que ne mentionnant pas le nom de Nicolas Sarkozy, l'appel reprend nombre de critiques formulées contre le style de gouvernement ou les grands thèmes défendus par le chef de l'Etat.
Parmi les signataires, figurent des personnalités de presque tout l'échiquier politique comme le maire PS de Paris Bertrand Delanoë, l'ancien ministre Jean-Pierre Chevènement (MRC), les députés Arnaud Montebourg (PS), Noël Mamère (Verts), André Gérin (PCF), Nicolas Dupont-Aignan (souverainiste), ou Maurice Leroy (Nouveau centre).

Partager cet article

Repost0
17 février 2008 7 17 /02 /février /2008 09:31


.
Jean Ferrat - Nuit et Brouillard
envoyé par  Anne-Frank

Partager cet article

Repost0
14 février 2008 4 14 /02 /février /2008 20:51

 

Ségolène ROYAL à Villeubanne - 14.02.2008 :

Pour un "vote d'espérance"

contre "l'inertie"

Ségolène ROYAL a assuré jeudi 14 février à Villeurbanne que le vote aux municipales serait un "vote d'espérance", face à "l'inertie" gouvernementale et aux "désillusions", et a appelé Nicolas Sarkozy à "rendre des comptes" sur la banlieue.

"Le vote pour les municipales est un vote d'espérance face à l'inertie du gouvernement actuel. On doit se mettre en mouvement dans ces élections municipales".

"Je suis venue dans ces quartiers populaires où j'étais déjà venue lors de la campagne présidentielle pour dire aux habitants: je suis avec vous, je ne vous abandonne pas". "Je suis toujours là et nous allons agir ensemble".

"Je sais que vous avez été cruellement déçus. Je sais que vous avez attendu des annonces de ce plan banlieue pendant huit mois".

"Il y a beaucoup de désillusion. La désillusion ne doit pas se transformer en désespoir", qui "conduit à la violence".

"Quand le chef de l'Etat n'assume pas ses responsabilités et ne tient pas parole par rapport à ce qu'il avait annoncé -il avait annoncé un plan Marshall, où est ce plan Marshall ?- je dis: prenons-nous tous ensemble en mains, c'est pour cela qu'il faut aller voter pour des maires socialistes, des maires de gauche".

"Je souhaite que Nicolas Sarkozy puisse venir rendre des comptes sur le plan annoncé. Je lui demande de venir dans six mois.

En voilà assez de cette parole politique qui n'est plus suivie d'effet".

Partager cet article

Repost0

Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande