Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

25 juillet 2007 3 25 /07 /juillet /2007 23:40

 

 LES AFFAIRES SONT LES AFFAIRES !

 

PUB : Sarko lave plus blanc que blanc !

 

 (25 juillet 2007 - Journal de 20 heures sur France 2)

 

 

"Aujourd'hui pas de négociation, les deux hommes sont là

pour normaliser leurs relations ..."

  

"Partenaire fréquentable, peut-être (!!!) ... mais imprévisible"

Partager cet article

Repost0
25 juillet 2007 3 25 /07 /juillet /2007 00:01

.

Infirmières bulgareS

  La Bulgarie accuse la Libye d'avoir ignoré

les preuves d'innocence

(source : la libre belgique)

 

Les responsables bulgares avaient jusqu'à présent adopté un langage diplomatique pour ne pas compromettre les chances de libération des six praticiens.

 

Dans une déclaration radiotélévisée, le président bulgare Guéorgui Parvanov a reproché pour la première fois mardi à la justice libyenne d'avoir ignoré les preuves juridiques et scientifiques de l'innocence des infirmières et du médecin bulgares condamnés à mort et finalement libérés dans la matinée.

"Les violations flagrantes des droits humains de nos compatriotes n'ont pas été prises en considération non plus", a-t-il ajouté.

 

Les cinq infirmières bulgares et le médecin d'origine palestinienne, récemment naturalisé bulgare, ont passé plus de huit ans en prison en Libye où ils ont été été condamnés à mort sous l'accusation d'avoir inoculé le virus du sida à 438 enfants libyens dont 56 sont décédés.

Les praticiens, qui ont toujours clamé leur innocence établie par ailleurs par des experts médicaux de renommée internationale, ont fait état de tortures pour livrer des "aveux".

La peine capitale des six condamnés, deux fois confirmée par les tribunaux libyens, a été commuée en peine de prison à vie la semaine dernière grâce à la mobilisation de la communauté internationale ouvrant la voie à leur extradition.

Partager cet article

Repost0
24 juillet 2007 2 24 /07 /juillet /2007 23:13

 

 Happy end en Libye

 

Journal LE MONDE  -  le 24.07.07

 

 

  

On ne peut que se réjouir de la libération, mardi 24 juillet au matin, des cinq infirmières bulgares et du médecin palestino-bulgare détenus depuis plus de huit ans en Libye, dans une affaire de contamination du sida à l'hôpital de Benghazi.

Quelle que soit la part qui revient à chaque partie dans cet heureux dénouement, auquel a aussi contribué l'émirat du Qatar, il faut se féliciter de l'issue de cette mission complexe menée par le secrétaire général de l'Elysée, Claude Guéant, et la commissaire européenne aux relations extérieures, Benita Ferrero-Waldner, mission à laquelle a participé en vedette l'épouse du président de la République, Cécilia Sarkozy, en vue d'obtenir "le rapatriement immédiat" des six condamnés.

Au soir même de son élection, le 6 mai, Nicolas Sarkozy avait souligné l'importance qu'il attachait à cette affaire, qui ne concernait pourtant pas directement la France, et la fermeté de son engagement. Dès lors, et de la même manière qu'un échec lui aurait été reproché, ce dénouement heureux est à mettre à son crédit.

Pour autant, il ne dispense pas de s'interroger sur le rôle dévolu par le président de la République à son épouse. Contrairement à son premier voyage en Libye, le 12 juillet, qui avait suscité quelques agacements à Bruxelles, Mme Sarkozy est cette fois repartie à Tripoli, le 22 juillet, avec la commissaire européenne, que le chef de l'Etat avait reçue à l'Elysée auparavant.

Les cas sont fréquents de ces négociations "sensibles" où, pour mettre toutes les chances d'aboutir de son côté, un Etat fait appel à des canaux moins officiels que ceux de sa diplomatie, et choisit des personnalités qui ont noué par le passé d'utiles relations avec l'interlocuteur étranger. On se souvient ainsi des missions confiées par François Mitterrand à Roland Dumas, alors qu'il n'était pas encore ministre. Ou encore des "ambassades" de Jean-François Deniau, ancien ministre et écrivain, aujourd'hui décédé.

En l'espèce, la comparaison ne vaut pas. Le terrain avait été amplement déblayé avant le premier voyage de Mme Sarkozy. Et l'épouse du chef de l'Etat ne peut se prévaloir d'aucun lien particulier et antérieur à sa fonction de première dame de France avec le chef de l'Etat libyen. Les hésitations sémantiques des autorités françaises pour qualifier l'intervention de Mme Sarkozy donnent une idée de la difficulté posée par cette initiative : à titre "de femme et de mère" et en qualité d'"émissaire" du président, a-t-on d'abord indiqué ; à titre de "symbole du souci humanitaire européen", selon le premier ministre ; à titre d'"intermédiaire", d'après le secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement.

M. Sarkozy encourage son épouse à s'inventer un rôle. Il sera utile de le clarifier.

Partager cet article

Repost0
24 juillet 2007 2 24 /07 /juillet /2007 14:37

.

LES CINQ INFIRMIERES ET LE MEDECIN BULGARES

SONT ARRIVES A SOFIA, LIBRES, APRES 8 ANS ET DEMI

DE CAPTIVITE EN LYBIE

 

 La chronologie des événements (source lalibrebelgique)


  

  

16 fév 1999 : Tripoli annonce la détention de plusieurs infirmières bulgares employées à l'hôpital de Benghazi

7 fév 2000 : Ouverture du procès de 5  infirmières bulgares et d'un médecin d'origine palestinienne

2 juin 2000 : Sofia annonce que les infirmières disent avoir été torturées pendant l'enquête 

16 juin 2001 : peine de mort requise contre les accusés, qui ont plaidé non coupables 

17 fév 2002 : Le tribunal du Peuple de Tripoli renvoie le dossier au parquet pour absence de preuves sur l'accusation d' "assassinat avec préméditation" 

3 juin 2002 : Le parquet maintient les accusations de "déclenchement d'une épidémie" et lance une nouvelle procédure 

26 août 2002 : La chambre d'accusation de Benghazi renvoie l'affaire devant un tribunal pénal. Trois accusés affirment que leurs aveux ont été soutirés par la force 

3 sept 2003 : Selon les dépositions des professeurs français Luc Montagnier et italien Vittorio Colizzi, la contamination résulte des mauvaises conditions d'hygiène de l'hôpital

 

 6 mai 2004 : Les infirmières et le médecin condamnés à mort

 

Les six font appel. En décembre, Sofia rejette une proposition de Tripoli de classer l'affaire contre paiement de dix millions d'euros par patient infecté

 

7 juin 2005 : Acquittement de dix officiers libyens accusés de torture pour extorquer des aveux 

23 déc 2005 : Accord Tripoli-Sofia pour la création d'un fonds de compensation international au bénéfice des enfants atteints du sida 

25 déc 2005 : La Cour suprême accepte le recours des accusés 

11 mai 2006 : Ouverture à Tripoli du nouveau procès

 

 19 déc 2006 : La peine capitale est confirmée

 

17 fév 2007 : Ultime appel des accusés 

27 mai 2007 : Les cinq infirmières et le médecin poursuivis pour "calomnie" envers des policiers libyens qu'ils accusent de torture sont acquittés

 

 10-11 juin 2007 : Négociations émissaires européens / diplomates libyens  

 

10 juil 2007 : La Fondation Kadhafi annonce un accord sur les compensations financières avec les familles des victimes

 

 11 juil 2007 : La Cour suprême confirme les peines de mort

12 juil 2007 : Visite de l'épouse du président français Nicolas Sarkozy, Cécilia

15 juil 2007 : Les familles des enfants contaminés ont accepté un dédommagement d'un million de dollars par victime, confirme la Fondation Kadhafi

17 juil 2007 : Les familles reçoivent leurs chèques et renoncent à exiger l'application de la peine de mort.

  

 Le Conseil supérieur des instances judiciaires libyennes commue

 en prison à vie les peines de mort

 

18 juil 2007 : Les infirmières et le médecin poursuivis pour "diffamation" sont relaxés

19 juil 2007 : La Bulgarie envoie une demande officielle d'extradition

19 juil 2007 : Nouvel entretien téléphonique Sarkozy / Kadhafi

22 juil 2007 : La Commissaire européenne aux Relations extérieures Benita Ferrero-Waldner est en Libye avec Cécilia Sarkozy et le secrétaire général de l'Elysée Claude Guéant

24 juil 2007 : La présidence française annonce

 

 LA LIBERATION DES INFIRMIERES ET DU MEDECIN

Partager cet article

Repost0
23 juillet 2007 1 23 /07 /juillet /2007 08:14

 

 Robert BADINTER : Sarkozy renforce la

 "dérive vers une présidence impériale"

  

 

 L'ancien président du Conseil constitutionnel Robert Badinter estime que Nicolas Sarkozy renforce la "dérive" de la Vème République vers "une présidence impériale", dans une interview parue dimanche dans le Parisien.

"Le problème fondamental de la Vème république, c'est sa constante dérive, non pas vers un régime présidentiel, mais vers une présidence impériale", déclare le sénateur PS des Hauts-de-Seine.

"Les pratiques du nouveau président ne font qu'accentuer cette dérive", avec un Premier ministre "qui n'est que le chef d'état-major politique du président de la République" et des ministres "exécutant des décisions présidentielles, étroitement contrôlés par l'Elysée", dit-il.

"Le Parlement n'exerce plus ni sa fonction de contrôle, ni sa fonction législative. Il n'est plus pour l'essentiel que la chambre d'enregistrement de la volonté du président", regrette M. Badinter, qui juge que la priorité désormais "doit être d'instaurer un réel équilibre des pouvoirs dans la République".

"Il faut d'abord redonner au Parlement souffle et vigueur dans le contrôle de l'action du gouvernement et l'initiative des lois", souligne-t-il, en estimant que donner un statut à l'opposition "n'y suffira pas"

Le sénateur critique le choix de M. Sarkozy de recourir à une commission de réflexion nommée par ses soins pour préparer la réforme des institutions.

"Mieux aurait valu créer au Parlement une commission paritaire majorité-opposition", juge-t-il.

Partager cet article

Repost0
22 juillet 2007 7 22 /07 /juillet /2007 15:04

 

Partager cet article

Repost0
20 juillet 2007 5 20 /07 /juillet /2007 21:35

Partager cet article

Repost0
19 juillet 2007 4 19 /07 /juillet /2007 23:50

 

 D'où viennent les attaques contre Rachida Dati ???

 

A lire "LE MONDE", on peut franchement se poser la question :

.

 

Une campagne visant à "salir" Rachida Dati ... Le président de l'Assemblée nationale, Bernard Accoyer, a demandé que "cessent les attaques inqualifiables" ...

  

Deux mois après sa prise de fonctions, la ministre joue tout autre chose : une identité professionnelle, sa crédibilité dans le poste qui lui a été confié ...

  

Le choix de Rachida Dati  avait fait grincer des dents parmi les fidèles de l'UMP. D'aucuns pensaient que la jeune femme se verrait confier un secrétariat d'Etat ...

  

Dans la majorité, certains observent un "devoir de réserve". Ni Patrick Devedjian, qui pensait emménager Place Vendôme, ni Dominique Perben ou Pascal Clément, anciens titulaires du poste, ne se sont manifestés à l'occasion de la discussion du texte sur la récidive ...

Dans l'institution judiciaire, on s'inquiète. Car, sans même évoquer la gestion des affaires sensibles comme Clearstream, les chantiers ouverts sont lourds, et nombreux ...

  

Rachida Dati est perçue comme une "combattante", mais elle se voit reprocher son caractère autoritaire ...

 

Pression et manque d'expérience : certains prédisent déjà le scénario catastrophe ...

 

 

Il ressort de tout cela que les "attaques" contre Rachida Dati

sont formulées dans le camp même de l'UMP,

et que prédomine le doute sur ...

sa capacité à occuper le poste 

  

Ca c'est quand même extraordinaire (comme dirait Sarko) !

 

CA ME RAPPELLE QUELQUE CHOSE !

PAS VOUS ?

Partager cet article

Repost0
19 juillet 2007 4 19 /07 /juillet /2007 14:17

 

La presse a largement commenté la réunion de l'UMP, animé par son presque-président Sarkozy ...

 

et beaucoup ont noté qu'on y avait bien rigolé ...

 sur le dos des socialistes !

 

 

Tsarkozy a ironisé sur sa dernière prise, Dominique Strauss-Kahn, "le seul qui soit moderne" au PS ...

 

Les autres vont être contents !

(Besson, Kouchner, Bockel, ... Lang  !!!)

 

On avait pourtant compris, dans un premier temps, que le but de sa politique "d'ouverture" était de rassembler les compétences ! Ben non, hormis DSK, tous des ringards, pas moderne pour un sou !!!

Selon Le Nouvel Obs, évoquant la présence de Bernard Kouchner au gouvernement, Sarkozy aurait lancé : "Naturellement je l'ai pris parce qu'il était populaire ! Pourquoi voulez-vous que je m'en prive ? Je laisse au parti Socialiste ceux qui ne le sont pas".  

EH OUI, CA Y EST, SARKOZY SE LÂCHE

ET DEVOILE SES VERITABLES INTENTIONS 

Décidément, ce type est infect ... il a été élu, je sais, mais je n'arrive pas à lui manifester la moindre marque de respect !!!

C'est grave, docteur ?

Partager cet article

Repost0
19 juillet 2007 4 19 /07 /juillet /2007 13:15

 

Partager cet article

Repost0

Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande