Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

31 janvier 2011 1 31 /01 /janvier /2011 12:00

a-grenoble-avec-De-Villepin--28-janv-2011.jpg 

Ségolène Royal et Dominique de Villepin :

le débat inédit à Grenoble

Source : LePost.fr  -  le 29 janvier 2011

 

Ségolène Royal et Dominique de Villepin n'avaient jamais eu l'occasion débattre publiquement, de confronter leurs points de vue.

Même si les 2 leaders politiques ont fait ensemble leurs études à l'ENA, promotion Voltaire, sortie en 1980.

 
Le face à face a donc eu lieu ce vendredi devant un public très nombreux, plus de 1000 personnes, en ouverture des Etats généraux du renouveau organisés à Grenoble par Libération en partenariat avec Marianne et la Fondation Jean Jaurès.
La République était l'objet du débat. L'occasion de poser les convergences, notamment sur la question démocratique et les institutions, comme les divergences.


Dominique de Villepin, qui se veut l'héritier du Gaullisme social, a cherché à s'installer dans l'altitude du ni-gauche, ni-droite en proposant des réformes institutionnelles pour sortir la France de l'immobilisme dans lequel il la voit. Et de décliner un exécutif resserré avec "une dizaine de grands portefeuilles ministériels", la création de "huit, dix grandes régions" au lieu des vingt-deux existantes, et un élargissement du suffrage universel pour les présidents de région.
Sur cet aspect institutionnel, Ségolène Royal a quant à elle insisté sur l'application du non-cumul des mandats, rappelant qu'elle avait choisi de quitter l'Assemblée Nationale pour se consacrer entièrement à la Présidence de sa région.

Mais au-delà pour Ségolène Royal, la République "doit tenir sur deux jambes : la jambe démocratique et la jambe sociale."
Ségolène Royal a ainsi rappelé que la République, sociale, était avant tout un combat.
"La République est un combat pour remettre le peuple au coeur de la décision politique", a-t-elle déclaré, en prônant "une certaine radicalité". 


L'échange poli, voire amical s'est fait plus vif lorsque Ségolène Royal a présenté sa proposition d'interdiction des licenciements boursiers, proposition qui s'appuye sur la récente décision de justice en faveur des ouvriers de LU-Danone.

Dominique de Villepin fustigeant une proposition qui pourrait être contourné ou qui ferait fuir les entreprises. L'excuse classique du laissez-faire.
Dominique de Villepin était d'ailleurs dans la matinée en visite d'entreprises, sur le campus regroupant chercheurs et entreprises travaillant dans le domaine des nano et microtechnologies quand Ségolène Royal rendait visite aux habitants du quartier populaire de la Villeneuve, quartier victime de violences l'été dernier.

Echarpe rouge autour du cou, Ségolène Royal a elle clairement choisi son camp, celui d'une gauche ferme, tournée vers les milieux populaires, abandonnés, ces héros du quotidien qui désespèrent de la politique et seront la clé de l'élection présidentielle de 2012

Partager cet article

Repost0
31 janvier 2011 1 31 /01 /janvier /2011 09:00

 

Vendredi dernier, Ségolène Royal et Dominique de Villepin était face à face, à l'occasion d'un débat dans le cadre des "Etats Généraux du Renouveau" organisés par Libération, en partenariat avec Marianne et la Fondation Jean Jaurès.

 

Thème essentiel de ce débat : "2012, un nouveau souffle pour la Vème  République ?". Vidéos : 

 

Sujet traité au JT de France 2 :

envoyé par segolene-royal

 

Totalité du débat :

envoyé par liberation

Partager cet article

Repost0
25 janvier 2011 2 25 /01 /janvier /2011 19:00

 

 Ségolène ROYAL invitée d'Europe1, ce mardi 25 janvier 2011 :

envoyé par segolene-royal

 

- répartition de la croissance, G8, G20, G24 ...

- régulation du système bancaire

- débat sur l'euthanasie

- situation en Tunisie

- primaires : la phrase inopportune  de M. Aubry sur son "impatience"

Partager cet article

Repost0
25 janvier 2011 2 25 /01 /janvier /2011 16:00

alain-delbecq.jpg

 

ALAIN  (ici dans la salle, avant la cérémonie) :    

 

Le 20 janvier 2011, en région Nord Pas-de-Calais ex-pays minier, lors de la cérémonie des voeux, à l'invitation de François Lemaire, maire de Bully-les-Mines, Ségolène Royal a exprimé lors d'un émouvant discours, davantage qu'un programme, mais tel le Général de Gaulle une "certaine idée de la France"

 

... celle des travailleurs que n'aurait pas reniée Jean Ferrat.

Comme il l'a chanté, l'espoir est qu'elle puisse un jour en tenir "l'avenir serré dans ses mains fines".

 

 

helene-et-jeannine.jpg

 

    HELENE, notre benjamine  (ici au centre de la photo) :


J'ai apprécié dans le beau discours de Ségolène le fait qu'elle ait cité des exemples concrets de ses différentes rencontres de la journée, lorsqu'elle s'est imprégnée de la vie locale et associative.

Je constate qu'aucun maire de notre agglomération dunkerquoise  n'a eu le "courage" de l'inviter, comme l'a fait le maire de Bully-les-Mines, alors qu'il y a un certain temps -- pas si lointain que ça -- ils la soutenaient.

Hier j'ai regardé son interview sur LCI ... on se rendait bien compte que les journalistes étaient franchement de droite, et voulaient semer la zizanie !
Et leurs questions rituelles ! "Vous êtes moins bien placée qu'en 2006 dans les sondages ... " alors là, ça m'énerve !!!

Je souhaite que Ségolène soit désignée candidate à la présidentielle; nous devons nous battre encore davantage
Evidemment je n'ai qu'une envie : la retrouver à une prochaine manifestation dans la région.

Partager cet article

Repost0
25 janvier 2011 2 25 /01 /janvier /2011 15:00

 

Après la réunion à BULLY-LES-MINES, j'ai demandé aux amis dunkerquois qui ont fait le déplacement avec moi de rédiger un texte sur leur "ressenti", et de relater le cas échéant les échanges qu'ils ont eu avec des journalistes ... il y en avait beaucoup !

SR-avec-Jean-Luc.jpg 

JEAN-LUC (ici avec Ségolène, à la fin de la cérémonie) :


- Je pense que la venue de Ségolène Royal à Bully les Mines est une bonne chose pour notre région : cet endroit du Pas-de-Calais est une terre depuis toujours ancrée bien à gauche, où malheureusement le  FN aujourd'hui en a fait son terreau. Profitant de la misère et la faiblesse des plus démunis, que ce parti endoctrine avec des idées néfastes pour l'avenir de la France. Elle est venue afin que ce terreau ne devienne racine en quelque sorte.
- Ségolène Royal a compris pourquoi les citoyens souffrant du chômage, du manque de moyens pour survivre et non à vivre, s'orientent vers ce parti d'extrême-droite.

 

Car les ouvriers et les couches populaires, et  maintenant de plus en plus  les couches moyennes de ce bassin minier sont totalement abandonnés par ce président et ce gouvernement, qui ne cessent de creuser les inégalités financières et sociales.

Cette population, le "travailler plus" elle connaît, mais le "gagner plus", jamais.
Madame Royal est venue sur ce territoire pour rappeler avec ardeur et conviction qu'une autre orientation politique est possible.

C'est  pourquoi elle a, de par l'histoire, rendu hommage à tous les secteurs d'activités, mode associatif et tout spécialement aux mineurs dont le combat permanent a permis jusqu’à présent, en déployant un énorme courage, de résister malgré les difficultés. 

 

- Cette invitation aux voeux de Bully-le-Mines a mobilisé beaucoup de personnes de la commune et d'autres endroits ... et de médias, qui nous ont posé quelques questions.

Entre autres : "que pensez vous de la position de DSK ?"
Ma réponse : elle est actuellement la position d'un président du FMI. Et concernant son engagement ou non dans les primaires, il est de son ressort d'y participer, comme Martine Aubry si elle le souhaite.

Aujourd'hui, je suis venu voir et écouter Ségolène Royal, comme militant de base, afin de pouvoir en toute connaissance de cause choisir le candidat qui permettra de battre N.S et sa politique destructrice.
Si DSK ou d'autres candidats aux primaires viennent rencontrer les Français les plus démunis, et ont des propositions intéressantes, j'irai également les rencontrer afin de forger mon idée.
Une chose est sûre, quel soit le candidat des socialistes, cette fois-ci nous devrons tous être derrière lui  pour gagner 2012.

Même si je pense que DSK ne représente pas la gauche pour les couches populaires.

 

- La venue de Ségolène Royal sur "les terres de Martine Aubry" n'a rien d'anormal, compte tenu qu'elle est candidate déclarée aux primaires.
Il faut bien se souvenir qu'en 2007 elle a réuni 47% des Français au deuxième tour des présidentielles. Elle a depuis acquis davantage de maturité politique, et d'expérience.

Elle reste sur sa ligne politique, celle de rendre "LA PAROLE DU PEUPLE AU COEUR DE LA DECISION POLITIQUE"

Partager cet article

Repost0
24 janvier 2011 1 24 /01 /janvier /2011 20:00

 

Ségolène ROYAL a réaffirmé au cours de cette émission  sa volonté d'interdire les licenciements boursiers. Elle inscrira dans la loi le principe selon lequel toute entreprise dont la croissance économique est bonne ne pourra prétendre faire des licenciements économiques.

 

Au Grand Jury, Ségolène ROYAL s'engage pour

l'interdiction des licenciements boursiers

par L'Equipe de Désirs d'avenir  -  le 23 Janvier 2011

Invitée du Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro, Ségolène Royal s'est à nouveau engagée à interdire les licenciements boursiers, comme elle l'avait fait devant les salariés de LU-Danone en décembre dernier.

Evoquant ses discussions à Bully-les-Mines avec les associations caritatives de la ville, Ségolène Royal a expliqué :

"Il se passe quelque chose en France qui n'existait pas, il y a encore quelques mois (...). Ceux qui s'adressent aujourd'hui aux associations caritatives, au Secours Ouvrier dans le Nord, au Secours Catholique, au Restaurants du Coeur, ceux qui s'adressent à eux sont des salariés, des salariés qui n'arrivent plus à faire vivre leur famille avec leur salaire, ce sont des retraités qui n'arrivent plus à vivre avec leur retraite. C'est à dire qu'une fois qu'ils ont payé le loyer, les charges, l'essence, ils n'arrivent plus à boucler les fins de mois alors qu'ils ont un travail, une retraite qui est le fruit d'un travail de toute une vie.
On n'est plus dans le déclassement social, on est dans le chaos social. Et l'inquiétude monte. (...) En face de cela, on voit des comportements qui sont intolérables de la part des grandes entreprises, de la part des multinationales qui pratiquent ce que j'appelle, ce que les tribunaux appellent des licenciements boursiers."

Ségolène Royal a ensuite lu le jugement du tribunal en faveur des salariés de LU et précisé que ses principes devaient être inscrits dans la loi pour qu'à l'avenir :

"Toute entreprise qui est en phase de croissance, dont les profits augmentent ne [puisse] en aucun cas prétendre à des licenciements pour cause économique."

Partager cet article

Repost0
24 janvier 2011 1 24 /01 /janvier /2011 19:00

sur-RTL-le-23-01-2011.jpg

 

Dimanche soir, au Grand Jury RTL, Ségolène ROYAL a été longuement interrogée sur la Révolution tunisienne. Elle a salué le courage du peuple tunisien qui continue de protester parce qu'il y a encore des ministres de l'ancienne équipe dans l'actuel gouvernement :

 

"Aujourd'hui si le peuple tunisien continue de protester, c'est parce qu'il y a encore des ministres de l'ancienne équipe dans l'actuel gouvernement et les choses ne se calmeront pas tant que ces ministres ne partiront pas."

 

Ségolène ROYAL a souhaité que "tous les responsables de bonne volonté (fassent) comprendre à ce gouvernement provisoire le message très simple du peuple tunisien : ils ne veulent pas voir des membres de l'ancienne équipe organiser les élections".

 

Elle a souligné qu'elle était la "première responsable politique" à dire des choses aussi simples, aussi évidentes, à savoir "que les ministres de l'ancienne équipe quittent le gouvernement tunisien".

Partager cet article

Repost0
24 janvier 2011 1 24 /01 /janvier /2011 15:00

 

Ségolène ROYAL au Grand Jury RTL / LCI / Le Figaro :

envoyé par segolene-royal

Partager cet article

Repost0
23 janvier 2011 7 23 /01 /janvier /2011 09:00

  il-rend-ses-palmes-1-copie-1.jpg

il-rend-ses-palmes-2.jpg

Partager cet article

Repost0
23 janvier 2011 7 23 /01 /janvier /2011 08:00

education-nationale--un-chantier-pour-sarko.jpg 

Mercredi 19 janvier s'est tenue la cérémonie des voeux de Sarkozy à l'éducation et la culture. 

Trois fédérations syndicales de l'éducation, la FSU, l'Unsa et le Sgen-CFDT, avaient décidé de boycotter cette cérémonie, entendant ainsi dénoncer notamment les réductions budgétaires qui fragilisent les services publics, et les suppressions de postes dans l'enseignement.

Ce mécontentement a été suivi de manifestation ce samedi 22 janvier, et notamment dans le Nord. Alors que 6000 postes ont été supprimés depuis 1998, note La Voix du Nord, dans l'académie de Lille 865 postes vont encore être rayés du tableau à la rentrée 2011.

"Mécontentement" est encore un mot faible : il s'agit davantage de colère si on en juge par les réactions d'indignation relatées ci-après :

 

Ils rendent leurs palmes

Source : lavoixdunord.fr  -  le 22 janvier 2011

 

Indignés, ils agissent. Carté au PCF et donc pas franchement adepte de la politique actuelle, Michel Ascher, chef d'établissement à la retraite a, fin décembre, littéralement explosé. ... 

"Quand j'ai su que les recteurs se verront attribuer une prime de 15  000 à 22 000 E par an s'ils atteignent leurs objectifs, c'est-à-dire, vu le contexte, s'ils parviennent à supprimer le plus de postes possible, un sentiment de colère m'a envahi. Je me suis dit : Que faire ? Déchirer mes palmes académiques (1) dans la rue ? J'ai préféré expédier le 22 décembre au ministre un courrier dans lequel je lui renvoyais mes palmes."

En l'occurrence, le diplôme. "Je n'ai jamais eu la médaille, car il faut la payer." Précisant que l'idée lui était déjà venue en début d'année "suite à la réforme qui envoie des professeurs devant des classes sans les former". Concluant sa missive ainsi : "Je ne peux, Monsieur le ministre, que vous transmettre l'expression de ma profonde tristesse."

Également chef d'établissement à la retraite, Michèle Lequarré, "jamais cartée, pas politisée", va faire de même. "C'est une souffrance de voir comment on défait l'Éducation nationale." 

Appel aux collègues

Concernant le cas de la prime aux recteurs, Michel Ascher estime que c'est "leur agiter des louis d'or pour qu'ils suivent la ligne".

"On a connu des recteurs qui résistaient un peu. Et on pouvait débattre. Je me souviens avoir pris ma voiture pour aller justifier à l'inspecteur qu'il fallait me maintenir une classe. On a discuté toute la matinée et à la fin il m'a dit que j'avais raison."

Ils appellent leurs collègues chefs d'établissement à suivre leur démarche. "Au moins les retraités, Et même des collègues en activité, s'ils en ont le courage." Car selon eux, l'heure est grave. Citant Abraham Lincoln : "Si vous pensez que l'éducation coûte trop cher, tentez l'ignorance."

(1) Une décoration que les chefs d'établissement obtiennent souvent, plus rarement les professeurs.

Partager cet article

Repost0

Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande