Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

1 décembre 2010 3 01 /12 /décembre /2010 10:00

 

envoyé par eric3362

Partager cet article

Repost0
1 décembre 2010 3 01 /12 /décembre /2010 07:00

 

Dominique Paillé, porte-parole adjoint de l'UMP :"On sentait Mme Royal désireuse de participer à cette compétition, et je n'ai jamais cru un seul instant que le (prétendu) pacte Aubry/DSK/Royal pourrait tenir."

[ Là, ça m’embête mais je pense qu’il ne dit pas de sottise ] 

 

"Je note qu'entre les candidats déclarés et ceux qui le seront dans les prochains mois, il y aura bientôt plus de compétiteurs à la primaire que d'adhérents au PS". 

 

Ah c’est malin ! Ca a la prétention d’être drôle … pour un sketch ? C’est pour Bigard sans doute !

Personnellement, je préfère Anne Roumanoff et sa synthèse sur la droite cassoulet : "une petite saucisse, avec des faillots autour  !!!"

 

la-droite-cassoulet.jpg

Partager cet article

Repost0
30 novembre 2010 2 30 /11 /novembre /2010 18:00

 

Il y a bien longtemps que je n'ai pas parlé de lui. Il le vaut bien !

 

Donc, dans un communiqué l'ineffable Jack Lang a réagi à l'annonce de candidature de Ségolène ROYAL aux primaires socialistes, en des termes tout en nuances. Du Djak dans toute sa splendeur ... décadente :

 

"Pauvre Parti socialiste ! Le grand parti de Mitterrand, Blum et Jaurès est aujourd'hui la proie d'ambitions purement personnelles qui le déchirent et l'humilient.

Les prétendants s'étripent sans véritable vision et sans réel projet collectif. Tout cela est consternant".

clown-triste.jpg 

Moi, je pense que l'adjectif "consternant" est tout à fait adapté à ce personnage.

 

Je l'ai vu ce soir sur Canal+, et j'ai dû maîtriser mes gestes, du fait que mon poste TV est récent. Pourtant, un jet de projectile, une godasse par exemple, aurait pu utilement soulager mes instincts belliqueux. Pourquoi tant de haine me direz-vous ?

C'est qu'il a osé, le bougre, parler de respect des règles au PS !

 

Et personne, évidemment, pour lui rappeler son soutien en pointillé à Sarkozy, et plus grave encore son vote sur la réforme constitutionnelle, allant à l'encontre de la décision de son groupe parlementaire à l'Assemblée Nationale !!!

 

J'arrête-là, sinon je vais devenir grossier.

Partager cet article

Repost0
29 novembre 2010 1 29 /11 /novembre /2010 09:00

 

26ème campagne des restos du cœur  Vidéo Fred-Lille

 

Quelques informations sur l'Association départementale des Restos, couvrant notamment le territoire de Dunkerque : 

- pas encore d'éléments chiffrés sur le nombre de bénéficiaires. Après les inscriptions, qui se sont déroulées dans la quinzaine écoulée, il y en aura probablement encore courant décembre 

- au niveau des approvisionnements, l'entrepôt situé à Dunkerque gère un volume impressionnant; à ma connaissance, c'est une trentaine de bénévoles qui s'activent toute l'année, pour gérer :

- des tonnee de marchandises provenant de l’Association Nationale

- les marchandises provenant de la Collecte Nationale

+ divers dons, de toutes origines

Partager cet article

Repost0
25 novembre 2010 4 25 /11 /novembre /2010 17:00

DA44---090322.jpg

 

On se souvient du débat télévisé de l'entre-deux-tours en mai 2007, et le numéro de Sarkozy proclamant avec un air de supériorité pour montrer qu'il avait, lui, la stature :

"Pour être président de la République, il faut être calme"

 

Pour l'être ... mais quand on l'est, on oublie ???

 

Suite au fameux "off" au sommet de l'OTAN, où Sarkozy s'est illustré  devant des journalistes par sa délicatesse et son bon goût, Ségolène ROYAL a naturellement  fait référence à cet épisode de la campagne présidentielle, en déclarant : 

"Un président de la République doit savoir tenir ses nerfs, retenir sa parole, retenir sa colère injuste, et doit savoir garder son sang froid." 

 

Pour être président de la République il faut être calme !

Partager cet article

Repost0
25 novembre 2010 4 25 /11 /novembre /2010 12:00

 

Perte de sang froid .. nouvelle crise de nerfs ... rappel des précédents coups de sang ... perte de contrôle ... toujours autant de mal à contrôler ses pulsions ...

Si les médias français n'ont pas particulièrement relayé les nouveaux débordements verbaux du résidents provisoire de l'Elysée, à l'étranger on ne s'en est pas privé.

J'ai lu, et j'ai entendu de bons français sarkozystes prendre la défense de leur cher président, à qui on adresse sans arrêt des accusations sans preuve. 

C'est vrai quoi ! C'est comme si, au cours d'un procès (celui de l'affaire Clearstream, tiens)  quelqu'un qualifiait les "prévenus" de "coupables". Ca serait n'importe quoi, hein ?

sarko-mena-ant.jpeg 

L'affaire des : "Amis pédophiles" de Sarko

passe les frontières

Source : France24.com  -  le 24 novembre 2010

 

Royaume-Uni, Allemagne, Inde, Italie... Il n’a pas fallu plus de deux jours pour que le "off" de Sarkozy fasse le tour de la planète. La presse étrangère y voit un nouvel exemple de "perte de contrôle" du chef de l’État.

Les médias français ont hésité à relayer l’information. Pas la presse étrangère. Du très sérieux "New Tork Times" au tabloïd australien "The Herald Sun", la petite phrase "Amis pédophiles, à demain !" lancée à des journalistes par Nicolas Sarkozy lors d’une discussion "off" en marge du sommet de l’Otan de Lisbonne, le 19 novembre, a été largement reprise et commentée dans le monde entier. 

Interrogé sur les "soupçons" et les "convictions" d’ex-responsables politiques sur l'existence de rétrocommissions dans l’affaire Karachi, le chef de l’État avait répondu par l’absurde, estimant que ces allégations revenaient à accuser ses interlocuteurs journalistes de pédophilie sans en apporter la preuve. Cette conversation se déroulait "off the record", ce qui signifie que les propos tenus par le chef de l'État n’étaient pas censés être rapportés dans les médias. Mais les techniciens portugais présents dans la salle de presse, à Lisbonne, ne comprennent pas la nature des échanges et enregistrent la discussion… 

Lundi, le site internet de l’hebdomadaire "L’Express" et "Mediapart" relatent la scène. Les jours suivants, c’est au tour de la presse d'en faire l’écho. Et, dans les commentaires, ce qui n’était qu’une boutade devient un nouvel exemple de "perte de contrôle" du président français. Revue de presse.

Royaume-Uni

Dans son édition de mercredi, "The Guardian", journal de référence de l'élite intellectuelle britannique, écrit : "Nicolas Sarkozy, dans une séquence pré-électorale, tente actuellement de montrer combien il est calme et poli, et essaie de tirer un trait sur ses éclats du passé, comme quand il avait dit à un visiteur du salon de l'Agriculture de Paris : 'Casse-toi, pauvre con !'. Mais le bouillonnant président français a toujours autant de mal à contrôler ses pulsions (…). Sarkozy a ainsi perdu son sang-froid lorsqu'on l’a interrogé sur l’affaire Karachi, qui menace de l'engloutir personnellement, appelant les journalistes en question 'pédophiles'." 

Le "Belfast Telegraph" évoque, lui aussi, l’épisode du salon de l’Agriculture, rappelant que "le tempérament du président Nicolas Sarkozy et son langage 'non présidentiel' lui ont déjà posé des problèmes au cours de son mandat". 

La suite :  ICI 

Partager cet article

Repost0
21 novembre 2010 7 21 /11 /novembre /2010 12:00

vignette-karachigate.jpg

 

Pour les familles de victimes de l'attentat de Karachi, les récentes déclarations de Nicolas Sarkozy sonnent "comme un aveu", puisqu'il reconnaît implicitement qu’il existe des documents intéressant l’instruction qui n’ont pas encore été transmis.

Il aggrave évidemment son cas en expliquant qu’il les donnerait "en temps et en heure" ! Monsieur "si-je-veux-bien", vous leur devez la vérité !!! Rapidement.

 

Karachi : les familles des victimes épargnent Villepin

Source : LIBERATION.FR  -  le 20 novembre 2010

 

Leur avocat indique que les familles des victimes de l'attentat ont "très favorablement accueilli" les déclarations de l'ex-Premier ministre. 

Les familles des victimes de l'attentat de Karachi ont "décidé de surseoir" à la plainte annoncée vendredi contre Dominique de Villepin, mais sont "outrées" par les déclarations samedi de Nicolas Sarkozy sur l'affaire, a déclaré leur avocat Me Olivier Morice.

"Les familles ont accueilli très favorablement les déclarations de Villepin et ont décidé de surseoir jusqu'à son audition au dépôt de la plainte", a expliqué Me Olivier Morice, dans un entretien téléphonique avec l'AFP.

Après avoir émis le souhait d'être entendu dès la semaine prochaine par le juge financier parisien Renaud Van Ruymbeke en qualité de témoin, l'ex-Premier ministre a fait état vendredi de "très forts soupçons de rétrocommissions", c'est-à-dire des faits de corruption, dans le contrat pour la vente à Islamabad de sous-marins en 1994.

La promesse faite depuis le sommet de l'Otan à Lisbonne par Nicolas Sarkozy, que l'Etat communiquerait "en temps et heure" tous les documents sur ce dossier, a en revanche été mal reçue.

"Les familles des victimes sont tout à fait outrées par la réaction du chef de l'Etat qui, d'une part, reconnaît implicitement que des documents n'ont pas été transmis à la justice, et d'autre part, se comporte comme un prince dans son château qui déciderait selon son bon vouloir de l'avancée d'une enquête", a déclaré Me Morice.

"Il parle de dignité à l'égard des parties civiles mais son comportement ne prend pas en compte la douleur des familles", a poursuivi l'avocat en réponse au refus du chef de l'Etat d'entrer dans une "polémique qui n'a pas lieu d'être" et à sa condamnation de "commentaires politiciens".

Dans l'enquête sur l'attentat qui avait tué en 2002 quinze personnes, dont onze salariés français de la Direction de la Construction navale (DCN), le juge antiterroriste Marc Trévidic, après avoir envisagé la piste d'Al Qaïda, s'est orienté vers celle de représailles pakistanaises à l'arrêt de versement de commissions à des intermédiaires.

Cet arrêt avait été décidé par Jacques Chirac, juste après son élection à la présidence de la République en 1995. Les familles envisagent de porter plainte contre MM. Chirac et de Villepin car elles soupçonnent que cette décision a abouti à l'attentat alors qu'ils auraient été informés des risques.

L'Elysée a vivement réagi dès vendredi soir aux propos de Dominique de Villepin: suggérer que le contrat franco-pakistanais aurait "eu pour conséquence de contribuer illégalement au financement de la campagne électorale" d'Edouard Balladur en 1995, dont Nicolas Sarkozy était le porte-parole, "relève de la rumeur malveillante".

Jugeant qu'"il ne sera jamais trop tard pour dire la vérité aux familles", le député PS Bernard Cazeneuve, élu de Cherbourg d'où venaient les victimes de l'attentat, demande pour sa part dans le Journal du Dimanche "la réouverture de la mission (d'information) parlementaire".

"Si le président de la République dit vrai aujourd'hui, et qu'il reste encore, dans les armoires de l'Etat, des documents à déclassifier", les ministres de la Justice (Michèle Alliot-Marie) et de la Défense (Hervé Morin) de l'époque, "sont venus mentir à la représentation nationale" en affirmant devant la commission d'enquête "qu'ils avaient déclassifié tous les documents à l'attention du juge d'instruction".

Partager cet article

Repost0
21 novembre 2010 7 21 /11 /novembre /2010 08:00

 

Cumulards, retourneurs de veste, menteurs comme des arracheurs de dents, langue de bois, etc ... etc ... les français ne sont pas tendres envers leurs politiques ... en général.

Tant qu'on reste sur des généralités, ça va ! Mais dès qu'on  observe les cas particuliers, ce n'est plus tout à fait la même chanson ... si on en croit les sondages !


Comprenne qui pourra. Le besoin de moralisation (un mot ringard ?) en politique doit donc s'accommoder de certaines considérations circonstancielles. Et notamment de supposés avantages locaux pour une région, pour une ville, à avoir un responsable haut placé dans les responsabilités nationales.

Curieuses ces entorses à la cohérence chez nos concitoyens. Il faut faire avec !

la girouette politique 

Sondage : les Bordelais ne reprochent pas

à Alain Juppé d'être entré au gouvernement

Source : SUDOUEST.FR  -  le 20 novembre 2010 

Dans un sondage qui paraît aujourd'hui dans Sud Ouest, une large majorité des personnes interrogées ne reprochent pas au maire de Bordeaux de n'avoir pas tenu sa promesse.

Alors qu'il avait annoncé à plusieurs reprises qu'il n'accepterait pas de portefeuille ministériel afin de se consacrer pleinement à sa ville, Alain Juppé a finalement répondu favorablement à la demande de Nicolas Sarkozy, qui a fait de lui le numéro 2 du gouvernement et le ministre de la Défense du gouvernement Fillon III.

Si les commentateurs ne se sont pas privés de le lui faire remarquer, les Bordelais, quant à eux, n'en veulent pas à leur maire.

A la question "Reprochez-vous à Alain Juppé d'être entré au Gouvernement malgré sa promesse de se consacrer uniquement à la ville ?", 64% des sondés répondent par la négative (*). Ils sont 31% à répondre "Non, pas vraiment" et 33% "Non, pas du tout". 

Si les Bordelais semblent plébisciter un nouveau mandat municipal pour Alain Juppé, puisque 73% d'entre eux souhaitent que leur maire soit à nouveau candidat en 2014, ils sont plus mesurés sur sa participation aux élections législatives. Seuls 51% des sondés souhaitent qu'il parte à la reconquête de son siège de député en 2012.

(*) Echantillon de 504 personnes, représentatif de la population de Bordeaux âgée de 18 ans et plus. Les interviews ont eu lieu par téléphone au domicile des personnes interrogées du 17 au 18 novembre 2010.

Partager cet article

Repost0
21 novembre 2010 7 21 /11 /novembre /2010 07:00

le-retour-de-karachi.jpg

 

Sur NOUVELOBS.COM  -  le 20 novembre 2010  :

  Revue de presse - Karachi : un mauvais film

 

Cliquer  ICI

Partager cet article

Repost0
20 novembre 2010 6 20 /11 /novembre /2010 12:00

 

Ca commence à flinguer de partout ! Va t-on finalement apprendre plus de choses avec ces règlements de comptes entre bandes rivales ???

le-portail-du-Karachi-Gate---juillet-2009.jpg

Karachi : Villepin évoque des

"soupçons" de corruption

et demande à être entendu par la justice

 

Source : LIBERATION.FR  -  le 19 novembre 2010

Dominique de Villepin, menacé d’une plainte dans l’affaire de l’attentat de Karachi, a déclaré vendredi à TF1 vouloir être entendu la semaine prochaine par la justice et a fait état de «très forts soupçons» de rétrocommissions vers la France en 1995, en marge de contrats d’armement.

L’ancien Premier ministre a demandé à être entendu comme témoin par le juge Renaud Van Ruymbeke qui enquête sur un volet financier de l’affaire Karachi, «le plus rapidement possible (.) et si possible dès la semaine prochaine».

Secrétaire général de l’Elysée sous la présidence de Jacques Chirac, il a confirmé l’existence de «très forts soupçons de rétrocommissions» - c’est-à-dire des faits de corruption - dans deux contrats, dont celui de vente de sous-marins au Pakistan en 1994, ayant conduit le président à ordonner l’arrêt du versement des commissions, légales, pour ces contrats.

Des familles de victimes de l’attentat de Karachi de mai 2002 vont porter plainte contre Jacques Chirac et Dominique de Villepin pour «mise en danger de la vie d’autrui» et «homicide involontaire», avait annoncé vendredi midi à l’AFP leur avocat, Me Olivier Morice.

Elles ont pris cette décision après qu’un ancien PDG d’une société de commercialisation de matériels militaires, la Sofresa, eut révélé jeudi devant le juge qu’un cadre des Directions des constructions navales (DCN) lui avait fait part de «risques pour ses personnels» en cas d’interruption du versement de commissions.

M. de Villepin a estimé qu’il n’avait eu à l’époque «aucune information spécifique circonstanciée» sur un risque terroriste en cas d’arrêt de versement des commissions.

Il a expliqué que Jacques Chirac, en arrivant à l’Elysée en 1995, avait «souhaité moraliser la vie publique internationale, c’est-à-dire interrompre tous les contrats qui avaient ou pouvaient donner lieu à rétrocommissions».

Ces rétrocommissions «illégales» revenaient «vers la France vers des personnes, des personnalités, politiques ou non politiques», a-t-il ajouté.

Une partie de ces commissions seraient revenue vers des décideurs français et auraient servi au financement de la campagne présidentielle de M. Balladur, dont Nicolas Sarkozy était le porte-parole, selon des documents et témoignages versés dossier.

M. de Villepin a cependant assuré que la décision d’interrompre ces commissions n’avait pas d’objectif politique, en réponse aux soupçons de volonté «d’assécher» les sources de financement des Balladuriens. Rival de M. Chirac, Edouard Balladur avait été écarté au premier tour de la présidentielle de 1995.

«Jacques Chirac a choisi de ne pas se situer dans le cadre d’un règlement de comptes politique, bien au contraire», a dit M. de Villepin. «Ce dossier n’a comporté ni exploitation judiciaire, ni exploitation médiatique. Nous ne sommes donc pas dans le cadre d’un règlement de comptes», a-t-il précisé.

Partager cet article

Repost0

Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande