Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

28 septembre 2010 2 28 /09 /septembre /2010 07:00

le-deal-sur-les-emplois-fictifs-a-la-mairie-de-Paris.jpg 

 

Emplois fictifs :

l’accord Chirac-Delanoë

mal compris par les Parisiens

Source : leparisien.fr  -  le 27.09.2010 

 

"Je suis choqué, estime Stéphane, 33 ans, employé dans un hôpital. On ne doit pas contourner la par des arrangements financiers. Cela m’a surpris de la part de , qui semblait jusqu’ici au-dessus du lot. En se comportant ainsi, il ne fait pas son devoir de citoyen."

Jean-François, 50 ans, professeur de danse au conservatoire de la Villette, "comprend l’esprit de ce protocole d’accord. La transaction, ça fait partie de la vie, mes élèves négocient en permanence! mais c’est un peu embêtant, on dirait qu’ils s’arrangent entre eux."

Pour beaucoup de Parisiens, c’est cet aspect "arrangement entre politiques" qui dérange le plus. "Ils se protègent entre eux ! lance, dégoûté, un luthier du XIIe arrondissement. Pendant ce temps, nous, les artisans, on croule sous les charges, et je vous garantis qu’il n’est pas question de trouver des arrangements avec le fisc, ou avec la mairie, quand il faut payer les taxes."

Dans le fief de Bertrand Delanoë, le XVIIIe arrondissement, les avis aussi sont partagés autour du flambant neuf de la Chapelle, que la mairie vient de rénover. Attablés sur une terrasse avec leurs enfants, deux trentenaires graphiste et photographe ont parfaitement suivi le dossier. "Le risque, c’est que ça aurait duré des années avec des appels, des procès à n’en plus finir, estime Daniel. Là, au moins, Chirac paie, c’est une reconnaissance de culpabilité! Mais il faut être sûr que l’argent obtenu ira à des choses utiles pour les Parisiens, rénover les écoles par exemple, et pas pour je ne sais quel stade dans le XVIe arrondissement".


Dans les critiques, le problème de l’impunité revient souvent

Alain a bien étudié le dossier : "L’UMP va rembourser une partie de la somme. Les partis sont financés par l’Etat, donc nous, donc en fait c’est un peu nous qui allons payer pour Chirac, non?"

Un peu plus loin, Céline, employée municipale de la mairie de Paris depuis vingt ans dans une crèche, est "déçue de cet accord : où est la responsabilisation là-dedans ? On paie et hop! tout est effacé. C’est un peu facile. Nous, dans les crèches, on est responsables de tous nos gestes, et je peux vous dire qu’au moindre accident on ne nous loupe pas."

Le problème de l’impunité revient souvent dans les critiques des Parisiens. "L’exemple est désastreux, estime Aziz, éducateur dans le XIIIe. Comment vais-je dire aux jeunes de respecter la loi, d’accepter la justice, si les plus hauts personnages s’en tirent en payant?"

Partager cet article

Repost0
27 septembre 2010 1 27 /09 /septembre /2010 11:00

 

Retraites : le combat continue,

la mobilisation sociale ne doit pas faiblir

par l'équipe de Ségolène ROYAL  -  le 25 septembre 2010

 

Ségolène Royal était l'invitée de France Bleu au lendemain de la grande journée de mobilisation et de manifestation contre la mauvaise réforme des retraites. 

 

Ségolène Royal sur France Bleu le 24 septembre 2010
envoyé par segolene-royal

 

Ségolène Royal a expliqué à l'antenne que "la France est le seul pays où la réforme des retraites se fait contre le peuple, contre les salariés, contre la valeur travail (...). Il y a pourtant une autre réforme possible. Celle qui consiste à faire également cotiser les revenus du capital.

Mais le pouvoir financier est tellement proche du pouvoir politique que la réforme du gouvernement c'est celle du MEDEF, elle est recopiée ligne à ligne, et que l'objectif cette réforme est de ne pas toucher au pouvoir financier. L'objectif est de faire peur aux français, de les faire fuir vers les retraites privées.

Je dis aux Français ne fuyez pas vers les retraites privées parce qu'en 2012 nous rétablirons le droit à la retraite à 60 ans et à 65 ans." 

Interrogée sur la bataille des chiffres sur la mobilisation contre la réforme des retraites, Ségolène Royal a déclaré que Nicolas Sarkozy lui faisait "penser à Louis XVI dans son palais qui fermait ses volets pour ne pas entendre le peuple gronder". "Ce qui est sûr c'est qu'il y avait énormément de monde dans la rue, au moins autant que la dernière fois et (...) plus qu'au moment du pic des manifestations contre le CPE", a déclaré Ségolène Royal sur France Bleu.

Celle-ci "est la marque d'une forme de mépris", a ajouté la présidente de la région Poitou-Charentes.

"Cette polémique lancée par l'Elysée dès le matin (...) avant même que les manifestations de l'après-midi ne se soient déroulées, me fait penser à Louis XVI dans son palais qui fermait ses volets pour ne pas entendre le peuple gronder", a-t-elle poursuivi.

Partager cet article

Repost0
25 septembre 2010 6 25 /09 /septembre /2010 19:00

 

Après la provocation de Bartelone sur la négation des primaires ouvertes,  j'ai vu des commentaires sur cet épisode lamentable, dont le PS a le secret.

Certains affirment que Bartolone est con ...

Moi je me pose cette question méthaphysique : il est con, ou il le fait exprès ???

 

Je ferai le parallèle avec Sarko (oh l'outrage), dont on dit que dans ses actes et propos tout est calculé. Bien sûr que venant de sa part tout nous semble minable et dégradant, mais vu de sa fenêtre il considère qu'il fait le job pour les 53% qui l'ont placé là. On le méprise, mais il s'en fout.

 

Pour Bartolone, pareil ! Qui lui a donné sa place, hein, en novembre 2008 ?

C'est certainement calculé, et il est en service commandé, ça me paraît évident.

Aubry fait mine d'être surprise ? Bon alors, mais qui tient cette maison ? En écrivant "maison", je suis poli ... et tolérant !

maison PS en ruineCette provocation de Bartolone est naturellement insultante pour les militants, mais vous aurez remarqué : de quoi parlent les médias ? des réactions de quelques personnalités,  du tollé "au PS', mais absolument pas des militants.

Je déprime ! je crois que nous, qui faisons pourtant le PS, nous n'existons même pas !!!

Partager cet article

Repost0
24 septembre 2010 5 24 /09 /septembre /2010 13:00

manif-Retraites-a-Paris---23-sept-2010.jpg   

 

Intersyndicale du 24 septembre :

Communiqué commun

CFDT, CFE/CGC, CFTC, CGT, FSU, UNSA

 

 

 

 

 

Les organisations syndicales considèrent que la journée nationale d’action du 23 septembre 2010 est un franc succès. Les salariés du public et du privé, en participant massivement à cette 2ème journée de grèves et de manifestations du mois de septembre, ont réaffirmé leur détermination à ne pas accepter une réforme injuste et inefficace.

La journée d’hier a été marquée par l’engagement de nouveaux salariés du privé, notamment des PME mais aussi par la présence de plus de jeunes et de femmes. Cette vaste mobilisation s’accompagne d’un large soutien de la population qui refuse le report de l’âge légal de départ à la retraite de 60 à 62 ans ainsi que celui de 65 à 67 ans pour toucher une retraite à taux plein. Quoi qu’en dise le Gouvernement, la démobilisation suite au vote à l’Assemblée nationale, n’a pas eu lieu.

C’est bien l’exigence d’un véritable débat et l’examen d’autres alternatives au projet de loi qui s’expriment plus fortement.

Les organisations syndicales mettent en garde le Gouvernement sur les conséquences que provoquerait l’ignorance de la colère qui s’exprime profondément.

Les organisations syndicales réaffirment leur totale détermination. Elles confirment les termes de leur lettre ouverte unitaire au Président de la République et aux parlementaires, notamment : "le vote de ce projet dans sa logique actuelle n’est pas d’actualité".

Elles invitent leurs organisations à poursuivre ensemble, à tous les niveaux, la mobilisation unitaire par des initiatives dans les territoires et les entreprises en interpellant les sénateurs et en utilisant (pétitions, tracts…) très largement cette lettre ouverte.

Sachant que le texte de loi sera à l’examen du Sénat à partir du 5 octobre et que la procédure parlementaire pourrait se poursuivre jusqu’au 20 octobre, elles décident :

• D’une grande journée de rassemblements et de manifestations dans le pays le samedi 2 octobre pour conforter la mobilisation et permettre l’engagement de nouveaux salariés dans l’action.

• De faire du mardi 12 octobre une nouvelle journée massive de grèves et de manifestations pendant le débat au Sénat. Cette journée trouvera toute sa place pour amplifier la mobilisation dans le cas où les parlementaires ne prendraient pas en compte ce qui s’est exprimé dans l’action et si le Gouvernement restait intransigeant. Le Gouvernement porterait l’entière responsabilité des suites que les salariés et leurs organisations entendront donner au 12 octobre.

Plusieurs organisations participeront à la journée de manifestation européenne du 29 septembre pour s’opposer aux plans de rigueur en Europe. Elle donnera l’occasion à des milliers de salariés français de porter leurs revendications, notamment sur la retraite, à Bruxelles et partout en France.

Les organisations syndicales se reverront le 4 octobre et analyseront la situation.

Partager cet article

Repost0
24 septembre 2010 5 24 /09 /septembre /2010 10:00

 

Manif-Poitiers---le-23-sept-2010.jpg

 

Ségolène ROYAL :

"C'est une destruction de la valeur du travail

et un écrasement des petits"

 

Ségolène Royal a défilé le 23 septembre au côté des syndicalistes et au milieu de plus de 10000 personnes qui ont manifesté à Poitiers pour une réforme juste des retraites et le maintien de l'âge légal de départ à la retraite à 60 ans.

Ségolène Royal a déclaré aux journalistes présents lors de la manifestation : "Il faut que le gouvernement recule parce que ce à quoi on assiste c'est une destruction de la valeur du travail, c'est un écrasement des petits, c'est un enrichissement des banques et des assurances privées. Ce n'est fait que pour cela pour enrichir les banques et les assurances privées, pour privatiser les retraites et s'approprier leurs cotisations sans garantie de leur niveau de retraite future. (...)


Il n'y a aucune raison que ce soit les ouvriers, les employés, les femmes, les petits, ceux qui travaillent qui payent pour les banques et les assurances privées. Ce qui se passe est extrêmement grave. (...)"

 

Insistant sur l'injustice qui consiste à faire travailler au delà de 65 ans des ouvriers et des employés qui ont déjà cotisé plus de 40 ans, Ségolène Royal a expliqué : "Cette réforme elle n'est faite que pour enrichir le pouvoir financier. C'est une réforme de la privatisation des retraites. (...)"

Partager cet article

Repost0
23 septembre 2010 4 23 /09 /septembre /2010 17:00

manif DK - départ place Jean Bart

 

12 000 manifestants,

les militants ont fait le boulot

à Dunkerque

Source : deltafm.fr  -  le 23.09.2010

 

Cet après-midi, syndicalistes, militants, sympathisants sont descendus en masse pour lutter contre la réforme des retraites qu'ils estiment injuste.

C'était jour de contestation en France contre la réforme du gouvernement sur les retraits et notamment son passage à 62 ans.

Et la mobilisation a fonctionné à Dunkerque. Le cortège qui, d'habitude, s'étend de la place Jean Bart à la mairie, s'est presque étiré jusqu'à la place du Minck.

Selon les syndicats, les manifestants étaient plus nombreux que lors du 7 septembre où ils avaient été près de 10 000.

manif DK - alain et jean-luc

 

 

 

 

 

Alain et Jean-Luc,

militants DA / PS

Partager cet article

Repost0
22 septembre 2010 3 22 /09 /septembre /2010 11:00

 

logo 8 syndicats

 

Retraites : François Chérèque prédit "un mouvement durable"

Source : NOUVELOBS.COM  -  le 22 septembre 2010

 

A la veillede la journée d'action sur les retraites, le leader de la CFDT  compte sur une mobilisation "suffisamment forte (...) pour obtenir de nouvelles ouvertures du gouvernement".

Le secrétaire général de la CFDT, François Chérèque, assure être "dans un mouvement durable" de contestation de la réforme des retraites, qui est "en train de gagner le soutien populaire", assure-t-il dans un entretien au Parisien/Aujourd'hui en France daté du mercredi 22 septembre.

A la veille de la journée d'action interprofessionnelle contre le projet de réforme des retraites, jeudi, le leader cédétiste compte sur une mobilisation "suffisamment forte, autour de 2 millions de manifestants, pour obtenir de nouvelles ouvertures" du gouvernement".

"Je suis confiant car, au-delà du nombre de manifestants, on est en train de gagner le soutien populaire", affirme François Chérèque.

La dernière mobilisation, le 7 septembre, avait réuni dans les rues entre 1,12 million de manifestants selon le ministère de l'Intérieur, plus de 2,7 millions selon la CGT.

Vers une journée d'action le week-end ?

Selon François Chérèque, "le gouvernement est en train de se rendre compte que sa réforme n'est pas bonne", après les ouvertures du ministre du Travail Eric Woerth sur les départs anticipés des salariés handicapés, le sort des chômeurs proches de l'âge de la retraite et l'égalité salariale hommes-femmes.

Mais, "au bout d'un moment autant changer de texte plutôt que de faire du rafistolage sur tout", insiste le numéro un de la CFDT.

Il prévient que "si le gouvernement reste sourd une nouvelle fois, nous n'en resterons pas là. Nous sommes dans un mouvement durable".

Dès vendredi, l'intersyndicale se réunira pour décider des suites à donner au mouvement. Pour sa part, François Chérèque dit souhaiter "faire une nouvelle journée d'action un week-end pour ne pas pénaliser financièrement les salariés".

Partager cet article

Repost0
17 septembre 2010 5 17 /09 /septembre /2010 08:00

medecin.jpg 

 

La fin de l’indépendance

de la médecine du travail

par Jean-Louis BIANCO  -  le 17 septembre 2010


 

Avec un mépris total de la démocratie et une absence incompréhensible de concertation des organisations syndicales, le gouvernement a fait passer hier soir en catimini et en force, un projet du MEDEF, refusé en 2009 à l’unanimité par les syndicats de salariés, qui assure la mainmise de l’employeur sur la médecine du travail.

C’est au détour d’un amendement qui n’a rien à voir avec la réforme des retraites, déposé à la dernière minute sur un projet de loi lui-même examiné selon une procédure accélérée, que le gouvernement a mis à bas l’indépendance de la médecine du travail, principe essentiel qui garantit l’effectivité de la protection de la santé de plus de 15 millions de salariés.

Les services de santé au travail seront désormais placés sous l’autorité de l’employeur. L’organisation de la médecine du travail et les missions de prévention ne seront plus directement confiées aux médecins du travail mais aux directeurs des organismes de santé au travail qui ne seront ni élus, ni choisis par les organisations syndicales ou par les salariés directement mais désignés arbitrairement par l’employeur.

Alors que nous assistons à la montée des troubles musculo-squelettiques et à l’explosion des risques psychosociaux (qui se manifestent notamment par une multiplication des suicides dus à la souffrance au travail), alors que les travaux de nombreux groupes politiques (et notamment ceux de l’UMP dirigés par Pierre Méhaignerie) arrivaient aux mêmes conclusions que les socialistes sur  le nécessaire renforcement du rôle de la médecine du travail, le gouvernement et la majorité ont préféré sacrifier la santé et le bien-être au travail de nombreux salariés.

Partager cet article

Repost0
17 septembre 2010 5 17 /09 /septembre /2010 07:00

banni-re-blog-J-L-Bianco.jpg 

"C’est vilain de mentir" !

sur le blog de Jean-Louis BIANCO

le 17 septembre 2010

 

Alors que Nicolas Sarkozy a affirmé hier avoir le total soutien de ses pairs européens, après les sévères critiques de la vice-présidente de la Commission européenne, Viviane Reding, la chancelière allemande Angela Merkel a démenti avoir parlé de campements Roms avec le chef de l’État.

 

sarko-au-long-nez.jpg

 


"La chancelière n’a parlé ni lors du Conseil européen, ni lors d’entretiens en marge du Conseil avec le président français de prétendus camps de Roms en Allemagne, et en aucun cas de leur évacuation", a réagi le porte-parole du gouvernement allemand, Steffen Seibert, dans un communiqué …


Partager cet article

Repost0
17 septembre 2010 5 17 /09 /septembre /2010 06:00

Total - tribunal DK le 2 avril 2010 

 

Raffinerie Total :

le feuilleton judiciaire se poursuit,

demain à Nanterre

Source : La Voix du Nord  -  le 16.09.2010

 

 

 

 

Ce vendredi à 10h45, le tribunal de Nanterre étudiera le recours déposé par la direction, suite à l'ordonnance de la cour d'appel de Douai, intimant à Total de reprendre la production. En cause, notamment, la validité de la procédure d'information-consultation du personnel.

Le 3 août, un huissier avait été désigné à la demande des syndicats et avait constaté selon eux que Total ne respectait pas la décision de la cour d'appel du 30 juin, ordonnant la reprise de l'activité de raffinage, sous astreinte de 100 000 euros par jour. Les syndicats souhaitaient faire en sorte que Total, qui a toujours affirmé son intention d'arrêter les activités de raffinage sur le site des Flandres, soit contraint à payer cette astreinte.

Dans une ordonnance de référé rendue ce jeudi, la cour d'appel de Douai donne gain de cause à Total, qui demandait la rétractation de l'ordonnance désignant l'huissier. Elle a estimé que "la condition d'urgence n'est pas avérée", selon Me Patrick Tillie, avocat des salariés.

Le groupe pétrolier a assigné les instances représentatives du personnel pour demander à la justice de ne pas faire redémarrer l'activité de raffinage sur le site.

Total veut faire constater que la procédure d'information consultation a été "menée à son terme", et dans le cas où le tribunal jugerait cette procédure régulière mais "initiée avec retard", que "les instances représentatives du personnel ont pu exercer l'ensemble des prérogatives qui leur sont dévolues", elle n'ont subi "aucun préjudice", selon l'assignation.

Partager cet article

Repost0

Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande