Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

7 juillet 2010 3 07 /07 /juillet /2010 12:00

 

Ainsi donc, ces tout derniers jours des voix s'élèvent à l'UMP, et non des moindres, pour conseiller au capitaine du bateau en perdition (avant qu'il ne coule) de s'adresser à nous.  Tous aux canots de sauvetage ...

 

naufrage-du-titanic.jpg

 

C'est Jean-François (é)Copé qui lui demande instamment de "parler aux français", afin dit-il de "remettre les choses en perspective".

Que c'est beau, que c'est grand ! 

 

Parler aux français. Pour s'insurger contre les infects opposants, contre les méchants médias exploiteurs des affaires Woerth / Bettencourt et autres "fables" ?

(ahhh, c'était mieux avant, doit-il se dire, mais pourquoi donc ont-ils changé d'attitude à mon égard ? Les voilà qu'ils font leur métier ? je ne comprends pas ...)

"Je veux une République irréprochable" ...

"Je ne vous mentirai pas, je ne vous trahirai pas". Très bien, on va écouter.

 

Mais prendra t-il des décisions ? Annoncera t-il, par exemple, la mise en place, demandée par l'opposition, d'une commission d'enquête parlementaire, une vraie de vraie ?

Annoncera t-il l'abandon, pur et simple, du bouclier fiscal ? Abandon réclamé depuis longtemps par le PS, et tout dernièrement rappelé par Ségolène ROYAL :

"La décision la plus importante à prendre est la suppression du bouclier fiscal. Nicolas Sarkozy montrerait qu'il reprend son indépendance par rapport aux grandes fortunes" 

 

Bref, va t-il parler pour ne rien dire, ou montrer qu'il est enfin capable de faire son boulot de président "de plus que 2 ans" ???

Partager cet article

Repost0
6 juillet 2010 2 06 /07 /juillet /2010 17:00

 

Ségolène ROYAL se positionne une nouvelle fois à la pointe de l'attaque socialiste.

Elle vient de lancer une nouvelle charge ce mardi contre Sarkozy : ce qui  était bon en 2005 (selon Sarkozy alors ministre de l'Intérieur) pour nettoyer les banlieues devrait servir aussi au sommet de l'Etat ! 

"N’est ce pas Nicolas Sarkozy qui parlait de nettoyer les banlieues au Kärcher ? Il en faudrait sans doute plusieurs pour nettoyer ce qui se passe dans le système Sarkozy", a-t-elle lancé sur Public Sénat.

Lu sur le blog DA Loire-Atlantique  : 

 

 

Royal : Le système Sarkozy au "Kärcher"

Source : leJDD.fr  -  le 6 juillet 2010

 

Ségolène Royal a estimé mardi, sur Public Sénat, qu'il faudrait sans doute "plusieurs Kärcher pour nettoyer ce qui se passe au niveau du système Sarkozy".


La présidente PS de la région Poitou-Charentes a dénoncé "un système corrompu qui mélange l’argent privé et l’argent public, qui a perdu tout sens d’intérêt général. Qui fait qu’on met au pouvoir des gens qui se servent au lieu de servir les Français.

 

Tout ça est extrêmement grave. C’est grave pour la démocratie, pour la République, pour l’exemplarité". Et de poursuivre: "C’est une République qui a perdu le sens des valeurs, où la morale s’écroule. Il faut remettre de la morale".

Partager cet article

Repost0
6 juillet 2010 2 06 /07 /juillet /2010 11:00

woerth bon pour la retraite

 

 

 

 

Vers un remaniement précipité ?

NOUVELOBS.COM - le 06.07.2010

Les démissions d'Alain Joyandet et Christian Blanc n'ayant pas eu l'effet d'apaisement escompté, Nicolas Sarkozy pourrait remanier son gouvernement avant la date qu'il avait lui-même fixée au mois d'octobre.


 

En pleine tourmente Bettencourt-Woerth, Nicolas Sarkozy pourrait remanier son gouvernement avant la date qu'il avait lui-même fixée au mois d'octobre, croit savoir le Figaro, mardi 6 juillet.

Les démissions d'Alain Joyandet et Christian Blanc n'ont pas eu l'effet d'apaisement escompté, et l'opposition continue à pointer du doigt Eric Woerth. Dans le contexte épineux de la réforme des retraites, la situation paraît intenable, et pourrait forcer le chef de l'Etat à un remaniement plus précoce qu'il l'avait d'abord envisagé, souligne le quotidien.

Y compris à droite, certaines voix s'élèvent pour réclamer un changement de têtes au sein du gouvernement.

Pour le député UMP Lionnel Luca, Nicolas Sarkozy "ne peut attendre la rentrée pour remanier le gouvernement (...) C'est d'ici au 14 juillet que ce remaniement doit intervenir avec une équipe réduite de 15 à 20 ministres maximum". "Le temps du déni est révolu", juge de son côté la députée villepiniste Marie-Anne Montchamp : "il faut un gouvernement qui puisse regarder les yeux dans les yeux les Français à qui il demande des efforts sans précédent". 

Intervention télévisée

Nicolas Sarkozy semble réfléchir sérieusement à cette hypothèse d'un remaniement surprise. Il a ainsi déclaré devant l'équipe dirigeante de l'UMP : "Certains députés ont dit que j'avais annoncé des sanctions pour le mois d'octobre. Mais je n'ai jamais dit quand", rapporte le Figaro. Qui affirme également que le chef de l'Etat pourrait intervenir prochainement à la télévision.  Peut-être le 13 juillet, jour de présentation du projet de loi sur la réforme des retraites, avance le quotidien.

Le Parisien rappelle pour sa part que le chef de l'Etat a déjà bouleversé le calendrier politique qu'il avait lui-même fixé, en décidant sous la pression "de sacrifier ses secrétaires d'Etat à la Coopération et au Grand Paris avec trois mois d'avance".

Selon la version officielle du porte-parole du gouvernement, Luc Chatel, ces deux départs ont été décidés par le président et son Premier ministre "après mûre réflexion", note le quotidien. Mais selon une source gouvernementale, c'est bel et bien la décision d'Alain Joyandet de jeter l'éponge de son propre chef qui a précipité le mouvement.

Partager cet article

Repost0
5 juillet 2010 1 05 /07 /juillet /2010 16:00

avec Françoise Mesnard - rochefort le 4 juillet 2010 

Françoise MESNARD, conseillère régionale Poitou-Charentes, avait accompagnée Ségolène ROYAL ce dimanche 4 juillet à ROCHEFORT, allant à la rencontre des associations présentes.

 

(avec mes armes favorites, appareil photo et camescope,  j'ai tenté de les suivre au plus près ! ... ça va la photo, là ?)


François Mesnard publie ce billet sur son blog :


 

Ensemble , c'est tout !


Les remerciements des membres des associations de défense des victimes de Xynthia présentes au pique-nique solidaire de Rochefort sont sans nul doute le souvenir qui me restera de cette journée ensoleillée et fraternelle. Ils nous ont dit leur détresse face à un zonage qui les met dans des situations inextricables et les enfoncent plus surement que ne l'avait fait la tempête.

Et puis, il y a eu les délicieuses moules arrivées par camion ce matin de Charron vers 11h, et mangées jusqu à la dernière par les participants (250 kg quand même). Les langoustines de la cotinière, les huitres de Port des Barques, le vin blanc de l'ile de Ré et les fromages de chèvres . Rien n'est resté.

 

| mon petit commentaire :  même pas un peu de Pineau des Charentes ?

Raisonnable (comme d'hab) je n'ai bu qu'un seul  verre ! ]


Et puis, il y a eu ces cerfvolants multicolores, les groupes de jeunes qui nous ont joué de la musique toute la journée bénévolement, les tee shirt oranges des sauveteurs de la SNSM. Et toutes les associations du Littoral.

Et puis , ce site superbe en bord de Charente avec les marais en fond de paysage.

Et puis , ces centaines de personnes venus partager ce moment .

Ensemble , c'est tout ....

Partager cet article

Repost0
5 juillet 2010 1 05 /07 /juillet /2010 15:00

 

Interrogée la semaine dernière sur l'affaire Bettencourt/Woerth, Ségolène Royal avait utilisé le terme "corrompu" pour qualifier le "système Sarkozy", des propos vivement dénoncés par l'UMP. 

Au lendemain de la démission des ministres Alain Joyandet et Christian Blanc, l'ex-candidate socialiste à l'Elysée a jugé, lundi sur RTL,  ces décisions "très insuffisantes".

Selon elle, il faut d'abord et avant tout supprimer le bouclier fiscal. "Nicolas Sarkozy reprendrait ainsi son indépendance par rapport aux grandes fortunes", a expliqué la présidente de Poitou-Charentes.

RTL info  -  5 juillet 2010

 

"Deux décisions sont prises concernant des dérives individuelles de deux ministres, mais c'est le système qu'il faut réformer de fond en comble", a affirmé sur RTL la présidente de la région Poitou-Charentes. Pour elle, "la classe politique qui est au pouvoir et qui donne un exemple lamentable, une image lamentable y compris sur la scène internationale, où la France devient la risée dans les autres pays, c'est quand même bien le système Sarkozy qui est en place".

"La décision la plus importante à prendre est la suppression du bouclier fiscal. Nicolas Sarkozy montrerait qu'il reprend son indépendance par rapport aux grandes fortunes", a affirmé madame Royal. "Contrairement à ce qu'a affirmé Eric Woerth, il est impensable que le ministre du Budget et le président de la République n'aient pas été au courant de la signature d'un chèque de 30 millions à Liliane Bettencourt" au titre du bouclier, a assuré l'ex-candidate à l'Elysée. "Forcément" monsieur Woerth et le président de la République étaient "au courant",  a-t-elle martelé.

Ayant rencontré dimanche les victimes de la tempête Xynthia, Mme Royal a affirmé: "les gens sont révoltés parce qu'il y a eu des morts, parce que l'Etat  n'a pas entretenu ces digues qui protègent les maisons". "Quand ils voient cet argent dégouliner sur des gens déjà extrêmement riches  et qui en plus fraudent le fisc, quand ils voient que le président de la République se commande un avion privé de 180 millions pour faire comme Obama", ils sont "révoltés", "au bout", "écoeurés", a-t-elle lancé.

En duplex sur RTL, le député UMP Renaud Muselier a répondu : "Vous tombez dans tous les amalgames (...) ce n'est pas digne de votre engagement politique".

[ mon commentaire : face à des faits avérés, un modèle de la langue de bois sarkozyste ... ]

Partager cet article

Repost0
5 juillet 2010 1 05 /07 /juillet /2010 14:00

gaetan-gorce---lci.jpg 

 

"Incontournable Ségolène"

par Gaëtan GORCE  -  le 4 juillet 2010

 

 

A peine a-t-elle repris la parole que déjà on s'interroge : que devient et que deviendra Ségolène Royal ?

Pour quiconque a bien observé lucidement la situation, la réponse est simple : incontournable.

De tous les dirigeants du Parti socialiste, elle est la seule à avoir visiblement tiré toutes les leçons de Reims, en proposant un accord auquel elle n'était nullement contrainte et qui vise à neutraliser pour les prochains mois les querelles de personnes. Ce faisant, elle apporte un démenti formel a celles et ceux qui l'accusaient déjà d'être prête à se présenter en dehors du parti.
De tous les candidats potentiels, elle est la seule ensuite à avoir adopté une position claire.

 

Elle ne renonce à rien, elle sera candidate si se recréent des conditions politiques favorables à sa candidature.

Elle admet que tel n'est pas le cas aujourd'hui. Nul ne peut présager de ce qu'il en sera dans douze mois. À cet égard, son attitude tranche, et c'est un avantage, avec les attitudes, le comportement de chattemites de certains.

Enfin, de tous les socialistes, Ségolène est la seule à présenter un projet original. On lui a d'ailleurs par le passé suffisamment reproché. Sur son projet et sa personnalité, elle rassemble mieux qu'un réseau de notables ou d'apparatchiks : des soutiens venant de toutes les categories sociales et notamment des plus modestes !

Tout cela pour arriver à la conclusion que j'énonçai au début de mon propos. Ségolène est incontournable il serait utile que chacun s'en s'aperçoive.

Soit elle jouera à nouveau le premier rôle, et cela veut dire qu'elle aura su corriger certaines des erreurs commises en 2007 et depuis lors. Elle s'y emploie.

Soit ,un ou une autre portera les couleurs socialistes et, dans cette hypothèse, il ou elle devra s'associer à elle pour donner toutes ses chances à la gauche.

Quoiqu'il arrive Ségolène Royal fera partie de la formule gagnante en 2012.

Si tel n'était pas le cas, c'est que nous nous serions à nouveau éloigné de ce que commande la sagesse politique.

Partager cet article

Repost0
5 juillet 2010 1 05 /07 /juillet /2010 12:00

largage de 2 ministres

 

Départ de Joyandet et Blanc :

"pour protéger Woerth", estime la presse

Source : NOUVELOBS.COM  -  le 5 juillet 2010 

 

"Sacrifier deux personnes pour essayer d'en sauver une troisième, plus gravement menacée, témoigne d'une grande panique au sommet", commente ainsi Le Télégramme. "Les fusibles ont cramé", écrit La Nouvelle République. 

Les éditorialistes de la presse française sont d'une rare unanimité, lundi 5 juillet, pour estimer que les démissions, dimanche, de deux secrétaires d'Etat, visent à occulter la situation du ministre du Travail Eric Woerth, empêtré dans l'affaire Bettencourt. Ainsi, Christian Blanc et Alain Joyandet.

"La démission forcée des deux ministres accrédite surtout l'idée que le pouvoir cherche un exutoire pour essayer de protéger Éric Woerth. Or, sacrifier deux personnes pour essayer d'en sauver une troisième, plus gravement menacée, témoigne d'une grande panique au sommet", écrit Alain Joannès dans Le Télégramme.

"Pour autant, peut-on y voir une forme de stratégie élyséenne destinée à protéger le soldat Woerth? Ces deux démissions, sorte d'écran de fumée sur l'opinion, pourraient calmer les vociférations de l'opposition", soutient Yann Marec dans le Midi Libre. 

"Un vent de panique a gagné l'exécutif"

Marjory Chouraqui, éditorialiste de La Provence, estime également que ces démissions visent à "regagner une part de crédibilité afin de sauver le soldat Éric Woerth, pilote du grand chantier du quinquennat, la réforme des retraites dont le texte doit être examiné mardi prochain en conseil des ministres".

Pour Dominique Garraud de la Charente Libre, "les démissions de deux sous-ministres dans le collimateur témoignent d'une grande fébrilité de l'Élysée. Et s'il fallait parier sur les chances de succès d'une opération diversion Joyandet-Blanc, la cote serait très élevée".

"En vérité, un vent de panique a gagné l'exécutif. (...) Sauf que Nicolas Sarkozy, débordé, n'en finit plus de courir derrière les événements", considère Jacques Camus de la République du Centre. 

"Les fusibles ont cramé"

Michel Lepinay de Paris Normandie rappelle que "le gros morceau, l'affaire qui nuit le plus à l'image du président, c'est celle qui concerne Eric Woerth".

"Éric Woerth est certes préservé mais les fusibles ont cramé", indique Denis Daumin de La Nouvelle République.

"En faisant le ménage chez les ministres les moins défendables, l'exécutif espère éviter les amalgames avec Eric Woerth. Cela tiendra-t-il jusqu'en octobre?", s'interroge Jean-Michel Helvig dans la République des Pyrénées.

Philippe Waucampt du Républicain Lorrain est inquiet: "connu jusqu'ici pour sa réactivité hors pair, Nicolas Sarkozy a toujours un temps de retard depuis la fin mars, quand a commencé à s'enfiler le collier de perles des affaires".

Désabusé également, Jean-Claude Souléry (La Dépêche du Midi) estime que "ce n'est pas encore une hécatombe, mais ça sonne déjà comme le début de la fin".

 

La suite  :   ICI

Partager cet article

Repost0
2 juillet 2010 5 02 /07 /juillet /2010 13:00

bannière Lettre d'actualité de Ségolène

 

Cher(e)s ami(e)s,

Comme je m'y étais engagée, j'ai lancé une pétition sur le site de Désirs d'avenir pour que soit organisé un référendum d'initiative populaire sur la réforme des retraites.

Parce que les Français ne sont pas hostiles à une réforme mais qu’ils veulent la comprendre et y être associés.
Parce que la réforme présentée par le Gouvernement est injuste et inefficace en mettant fin à la retraite à 60 ans, en ne prenant pas en compte la pénibilité du travail et en faisant porter presque tous les efforts sur les salariés,
Parce que le Président de la République avait promis qu'il ne toucherait pas à la retraite à 60 ans, faute d'en avoir reçu le mandat du peuple français.

Il faut refuser la résignation et le fatalisme. Une autre réforme des retraites est possible, nous pouvons l'imposer au gouvernement.

Pour cela, il faut signer et faire signer massivement la pétition que vous trouverez  ici

Amicalement,

Ségolène ROYAL
Présidente de Désirs d'Avenir
 

Partager cet article

Repost0
2 juillet 2010 5 02 /07 /juillet /2010 12:00

avec-guillaume-garot---montpellier.jpg 

 

 

 

"La droite panique"  (Garot, PS)

Source : lefigaro.fr  -  le 30 juin 2010


 

Le député PS Guillaume Garot, porte-parole de Ségolène Royal, a estimé aujourd'hui que "la droite panique et perd ses nerfs" après les multiples réactions indignées des dirigeants de droite aux propos de l'ex-candidate à la présidentielle sur un "système Sarkozy corrompu".

 

"Les attaques de la droite contre Ségolène Royal montrent une chose : la droite panique et perd ses nerfs", affirme dans un communiqué le député-maire de Laval.

Selon lui, "Ségolène Royal a touché juste, en dénonçant les dérives du système Sarkozy, servile devant l'argent-roi". "Soirée au Fouquet's, dîner au Bristol des donateurs de l'UMP en présence du président de la République, affaire Woerth-Bettencourt : les rapports de l'argent et du pouvoir n'ont jamais été si étroits et si confus", ajoute-t-il.


"Les Français attendent aujourd'hui d'autres comportements de leurs dirigeants, fondés sur une morale publique exigeante, respectueuse de l'éthique républicaine", conclut Guillaume Garot.

Partager cet article

Repost0
2 juillet 2010 5 02 /07 /juillet /2010 11:00

 

sarkoland---logo.jpg

 

 

En direct de l'Assemblée !

Lu sur le blog de Gaëtan GORCE  -  le 30 juin 2010

 

 

Je viens de quitter l'hémicycle au beau milieu de la séance des questions. Effaré, écœuré, comme, je voudrais l'espérer, tous ceux qui ont assisté à cet insupportable déballage.

Voilà trop longtemps que cela dure ! Depuis quinze jours, les mises en cause à l'égard d'Eric Woerth n'ont cessé. Elles s'appuient sur des interrogations légitimes. Elles justifient des questions, mais aussi des réponses qui ne viennent jamais. Mais elles s'inscrivent aussi dans un contexte général qui, de cigares en cumul de rémunérations publiques, est devenu totalement délétère.

Lorsque l'opposition n'a d'autre choix que d'attaquer sans cesse pour tenter d'obtenir la vérité au risque, à tout moment possible, de passer les limites ;  lorsque le gouvernement et sa majorité font le pauvre choix de contre-attaquer en mettant en cause une candidate à la Présidence de la République et un ancien Chef de l'Etat, au risque de semer partout les ferments d'un large sentiment de dégoût, l'on est en droit de s'inquiéter pour notre République.

Je ne peux sans souffrir, moi qui suis attaché à cette Assemblée, assister à cette sorte de descente aux enfers dont sourient et se repaissent les extrêmes. Que peuvent penser nos concitoyens en observant de tels agissements? Que peut leur inspirer le sourire sarcastique d'un ministre mis en cause et qui ne semble nullement troublé par la lutte qui s'engage autour de lui ? Que peut leur inspirer l'attitude d'un Premier ministre qui s'efforce de transformer une question d'éthique et de droit en affrontement partisan ? La vérité ne serait-elle pas le moindre des respects à leur égard?

Parce qu'enfin les seules question auxquelles il convient de répondre sont bien celles de savoir si oui ou non, le ministre du Budget a plus ou moins confondu ses intérêts, ceux de son parti et ceux de l'Etat. En mettant tout en œuvre pour y échapper, non seulement le gouvernement conforte la suspicion, mais empêche cette affaire ravageuse pour l'esprit public de trouver sa conclusion.

M. Woerth doit partir (pour revenir si la Justice lui donne raison), sinon, avec l'esprit de la République, ce sont les citoyens qui s'en iront.

Pour quelques uns, vers l'opposition, pour la plupart, vers la colère ou la résignation...

Partager cet article

Repost0

Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande