Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

19 mars 2010 5 19 /03 /mars /2010 19:00
une-girouette.jpg
C'est comme ça et pis c'est tout ! Martine Aubry a décidé, toute seule dans son coin, que la région Languedoc-Roussillon, où la liste de Frêche va  très probablement l'emporter dimanche, ne sera pas une région de gauche.
Une victoire de Frêche contre la droite et l'extrême-droite, mais la région ne sera pas à gauche ... ils sont tous centristes sur la liste de Frêche ???

Donc, comme Frêche n'est "plus un homme de gauche", il entraîne dans sa déchéance tous ses colistiers : des femmes et des hommes de gauche ... avec beaucoup de socialistes "exclus provisoires". Qui ont eu l'outrecuisance de faire mordre la poussière à la liste imposée officiellement par Martine.
Un tel échec, c'est difficile à avaler, en effet. Mais ce n'est pas une raison, Martine, pour s'enfoncer dans le ridicule.

Aubry : pas de "grand chelem" pour le PS dimanche
Source : NOUVELOBS.COM  -  le 19 mars 2010

Pour le première secrétaire, "dans la mesure où une victoire de Georges Frêche ne saurait être celle de la gauche", il n'y aura pas de "grand chelem".

Interrogée sur Canal + jeudi 18 mars, la première secrétaire du Parti socialiste Martine Aubry a affirmé qu'il n'y aura pas de "grand chelem" pour le PS aux élections régionales dans la mesure où une victoire de Georges Frêche en Languedoc-Roussillon ne saurait être celle de la gauche. A l'issue du premier tour des élections régionales le 14 mars, la gauche semble en mesure de remporter la quasi, voire la totalité des régions à l'issue du second tour, dimanche.

"Georges Frêche n'est plus un homme de gauche"

A la question de savoir si elle inclurait une éventuelle victoire de Georges Frêche dans ce "grand chelem", Martine Aubry a répondu "Non, bien sûr que non". "Il n'y aura pas de grand chelem", a-t-elle ajouté.
"Quand on ne s'exprime pas comme un homme de gauche, quand on bafoue les valeurs de la gauche, on n'est plus un homme de gauche", a souligné Martine Aubry.
Et d'ajouter : "Aujourd'hui, pour moi, Georges Frêche n'est plus un homme de gauche".
Après un nouveau dérapage du président sortant de la région, le Parti socialiste avait constitué une liste concurrente. Mais Hélène Mandroux, maire de Montpellier (Hérault) n'était pas parvenue à se qualifier pour le second tour (7,74%). La liste de Georges Frêche avait de son côté recueilli 34,28%.
Le PS n'a pas donné de consigne de vote précise pour le second tour, se contentant d'appeler "à faire barrage à la droite et à l'extrême droite" dans la région.

"Elle m'a redonné la pêche"

De son côté, Georges Frêche s'en prend à nouveau à la première secrétaire qu'il qualifie dans le Figaro Magazine de samedi de "faux cul". "Martine Aubry est un faux cul. Intelligente, mais une colonne vertébrale en bâton de guimauve. Elle est comme son père qui ne voulait y aller que s'il était sûr d'être élu", grince-t-il.
Le président sortant estime que Martine Aubry n'est "pour rien dans la victoire de la gauche" aux régionales. "Les socialistes nationaux, qui n'ont d'ailleurs pas eu le courage d'aller aux élections, ont joué le rôle de passe-volants", ajoute-t-il.
Georges Frêche remercie également "Martine" pour l'avoir "relancé" et pour lui avoir offert "une envergure nationale". "Elle m'a redonné la pêche", affirme-t-il, tout en précisant qu'il comptait bien se "servir" de cette nouvelle notoriété.
François Fillon a pour sa part accusé Martine Aubry, de s'être "déshonorée" en "appel(ant) à voter" pour Georges Frêche au second tour des régionales après avoir "sonné le tocsin" contre lui au premier tour.

Partager cet article

Repost0
18 mars 2010 4 18 /03 /mars /2010 15:00

"Tu aurais pu vivre encore un peu" - Un hommage à un ami disparu

envoyé par Kashuc


"La Montagne", chantée lors des obsèques de Jean FERRAT
à Antraigues sur Volane
(Ardèche)



envoyé par daniel-c

Partager cet article

Repost0
17 mars 2010 3 17 /03 /mars /2010 19:00

On n'échappe pas à certains commentaires de ségophobes sans doute irrécupérables : "Et un effet d'annonce pour S. Royal ! Un ! On s'habitue à tout, surtout quand l'effet est régulier. J'ai voté écologiste dimanche dernier mais je ne donnerai pas ma voix ce dimanche au PS de Royal !"

L'effet d'annonce, en l'occurrence, vient du ministre de l'industrie. Et d'un !

La ségophobie conduit à des raisonnements foireux qui font oublier l'essentiel : le sauvetage de l'entreprise et de ses salariés. Et de deux !!!

d-fil--avec-Heuliez---DA44---090429.jpg
Reprise d'Heuliez - Ségolène ROYAL :
"une très bonne nouvelle"

Source : AFP  -  le 16 mars 2010

Ségolène Royal a qualifié mardi à Poitiers de "très bonne nouvelle" l’accord de principe signé par l’homme d’affaires turc Alphan Manas pour racheter le constructeur et équipementier automobile Heuliez, installé à Cerizay (Deux-Sèvres).

"Je suis très satisfaite, c’est une très bonne nouvelle. Une annonce positive vient d’être faite, il n’y a pas de raison de penser qu’elle ne sera pas concrétisée", a déclaré la présidente de la région Poitou-Charentes, en marge d’une conférence de presse sur le second tour des élections régionales.

"Si l’entreprise Heuliez existe encore, c’est grâce à la région qui a investit cinq millions d’euros dans le capital. Je veux rendre hommage aux salariés qui ont gardé le moral et que nous avons également aidés avec le contrat de sécurité sociale professionnelle", a-t-elle ajouté.

Le protocole d’accord prévoit une augmentation de capital de 30 millions d’euros, à laquelle doivent participer le fonds d’investissement Brightwell, dirigé par M. Manas, la région Poitou-Charentes et l’Etat, via le Fonds stratégique d’investissement (FSI), selon le ministère de l’Industrie. La finalisation du rachat doit intervenir avant le 31 mars, a précisé Bercy, et M. Manas a déjà provisionné 3 millions d’euros, en gage de sa bonne foi.

 

L’équipementier, qui emploi 600 personnes, a cru d’abord être sauvé l’été dernier par le cabinet de conseil BKC (Bernard Krief Consulting), dirigé par Louis Petiet, spécialisé dans la reprise d’entreprises en difficulté. Mais, après plusieurs mois d’atermoiements, il s’est finalement montré incapable de verser les fonds promis.


Heuliez est sur le point d'être repris par un entrepreneur turc

Source : LEMONDE.fr  -  le 17 mars 2010

L'homme d'affaires turc Alphan Manas a signé, mardi 16 mars, "un protocole d'accord pour le rachat" de l'industriel de l'automobile Heuliez, implanté à Cerizay (Deux-Sèvres). C'est le ministre de l'industrie, Christian Estrosi, qui a fait cette annonce, mardi, quelques heures avant de recevoir des représentants du personnel.

Le patron de Brightwell a d'ores et déjà provisionné trois millions d'euros, tandis que le FSI et la région ont prévu d'apporter respectivement 10 millions et 5 millions d'euros à Heuliez.

La reprise de la société par l'entrepreneur turc devrait être finalisée le 31 mars. D'ici là, M. Manas va poursuivre ses audits. Il recherche des partenaires industriels turcs susceptibles d'investir à ses côtés. "C'est une avancée positive mais beaucoup d'interrogations subsistent", confie Jean-Emmanuel Vallade, délégué syndical CFE-CGC. M. Estrosi a lui-même déclaré, mardi, qu'il convenait "de rester prudent" tant que la transaction n'est pas bouclée "en totalité sur le plan juridique".

La société Bernard Krief Consulting, qui avait racheté Heuliez en juillet 2009, avait été incapable de réunir les 16 millions d'euros qu'elle avait promis d'injecter dans l'entreprise, et avait dû se retirer, sous la pression des pouvoirs publics.

Partager cet article

Repost0
17 mars 2010 3 17 /03 /mars /2010 10:00
sarko rend visite aux sinistrés - de l'UMP
La fronde contre Sarkozy
se poursuit à l'UMP

  NOUVELOBS.COM
  -  le 17 mars 2010

En dépit du recadrage de François Fillon, le député UMP Bernard Debré a dénoncé l'ouverture qui mène à la "catastrophe". François Baroin évoque, lui, "la claque" du 1er tour.
En dépit du recadrage de François Fillon, le député UMP de Paris, Bernard Debré, a dénoncé mardi 16 mars l'ouverture qui mène à la "catastrophe" et fait perdre "des voix de droite", appelant la majorité à faire son autocritique avant le second tour des régionales.

"Si on a dans l'entre-deux-tours une langue de bois totale et qu'on ne fait pas d'autocritique, ce sera pire", juge le député, interrogé par le site internet de Public Sénat. Il pointe du doigt "des questions de fond mal abordées et des questions de forme désastreuses".
Face aux "résultats forcément nationaux", Bernard Debré reconnaît que la droite s'est pris "une tôle ondulée. Ça fait un peu plus mal", ajoutant "on perd, on perd".

 

"On a pris une claque"

"On a pris une claque, la vertu d'une claque en politique c'est au moins de réveiller", a quant à lui  déclaré le député chiraquien de l'Aube François Baroin, sur Europe 1. "Nous devons, entre ces deux tours, parler à la fois aux abstentionnistes" et à ceux qui ont "dès à présent sanctionné le gouvernement en rejoignant le FN".
Il faut "offrir à notre électorat de droite un message de compréhension du message qui a été adressé par eux-mêmes" au 1er tour, a-t-il ajouté.
On ne peut pas "faire comme si rien ne s'était passé alors que nous n'avons jamais été aussi unis, que les candidats ont donné beaucoup d'énergie dans cette campagne" et que, malgré tout, "nous avons fait le plus bas score de toute l'histoire de la droite parlementaire depuis 30 ou 35 ans", a-t-il fait valoir.
"Il faudra que Nicolas Sarkozy entende le message, il a un virage à amorcer", a estimé le député de l'Aube, jugeant qu'il a commencé à le faire "en annonçant une pause sur les réformes".
François Baroin a mis en cause "l'ouverture à gauche trop soulignée, trop prononcée, trop affirmée" conduite par le président de la République. "Ca fait des grands courants d'air à droite" et "notre électorat ne le supporte pas", a-t-il lancé.


"L'échec du parti unique"

Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la République (DLR), estime pour sa part sur son blog  qu'il faut "vraiment être sourd et aveugle" pour ne pas admettre, à la lumière du premier tour des régionales, "l'ampleur de la claque" pour Nicolas Sarkozy, le gouvernement, et l'UMP.
Dimanche soir, sur les plateaux de télévision, "le déni de réalité qui s'est emparé des leaders de l'UMP était saisissant", écrit le député (ex-UMP) de l'Essonne.
"Comme dans une sorte de secte, chacun récitait des arguments issus d'une fiche transmise sans doute par les courtisans de l'Elysée. Comment des ministres, des responsables politiques plutôt censés, peuvent-ils, par esprit de cour, oser dire de telles âneries", s'indigne Nicolas Dupont-Aignan.
"Il n'y avait pas la moindre once de sincérité dans ces propos, dont la mauvaise foi, himalayenne, n'avait d'égal que le ridicule. Ils auraient au moins pu mettre les formes. Mais non, puisqu'il ne faut pas contredire Nicolas Sarkozy, chacun répète en boucle des slogans absurdes", ajoute-t-il.
"Les Français vont être malheureusement dans l'obligation, dimanche prochain, de réitérer leur vote pour se faire comprendre alors même que, j'en suis convaincu, ils ne votent à gauche que par défaut", selon la tête de liste DLR en Ile-de-France, éliminé au premier tour.
Il fait un triple constat : "l'échec du parti unique", "celui de la politique menée depuis 2007" lié à la "contradiction entre le volontarisme affiché et le conformisme des décisions gouvernementales", et enfin "l'échec personnel du président de la République" qui, dans la crise "continue de fanfaronner, d'aduler l'argent-roi, en contradiction totale avec un discours de remise en cause des excès du capitalisme".
"Un mauvais président, une mauvaise politique, une mauvaise stratégie électorale, comment imaginer un sursaut sans tout revoir radicalement ? PS, Ecologistes et FN n'ont plus qu'à se frotter les mains", conclut le député gaulliste.

Partager cet article

Repost0
14 mars 2010 7 14 /03 /mars /2010 10:00

"C'est beau la vie"  - 1963


La mort de Jean Ferrat
Source : NOUVELOBS.COM  -  le 14 mars 2010

L'artiste engagé s'est éteint à l'âge de 79 ans en Ardèche où il résidait depuis des années.
Le chanteur Jean Ferrat est décédé samedi 13 mars "à l'hôpital d'Aubenas", où il avait été  hospitalisé quelques jours auparavant, a appris à l'AFP le sous-préfet de Tournon-sur-Rhône (Ardèche).
Né le 26 décembre 1930 à Vaucresson (Hauts-de-Seine), Jean Ferrat, né Jean Tenenbaum, perd son père à 11 ans, après la déportation à Auschwitz de ce juif émigré de Russie. L'enfant est sauvé grâce à des militants communistes, ce qu'il n'oubliera jamais.

"La montagne"

Le chanteur, aussi prolifique que discret à la télévision notamment, a composé et interprété quelque 200 chansons dans lesquelles on trouve des textes engagés, des hommages à Louis Aragon ainsi qu'une déclaration d'amour à l'Ardèche, sa région d'adoption avec la chanson "La montagne".

Jean Ferrat
Compagnon de route du PCF sans jamais en avoir été membre, Jean Ferrat a rapidement pris ses distances avec Moscou. Dans "Camarade", il dénonce l'invasion russe de Prague en 1968 et, dans "Bilan", il fustige la déclaration de Georges Marchais sur le "bilan globalement positif" des pays de l'Est.

Jean Ferrat, lauréat du prix de l'académie Charles Cros en 1963 et du grand prix de la chanson de la SACEM en 1994, avait dernièrement apporté son soutien à la liste présentée aux élections régionales par le Front de Gauche en Ardèche.

Partager cet article

Repost0
12 mars 2010 5 12 /03 /mars /2010 12:00
logo France Télécom

Nouveau suicide d'un salarié
de France Télécom à Lille

Source : NOUVELOBS.COM  -  le 12 mars 2010

Ce suicide intervient alors qu'un rapport remis cette semaine souligne que les difficultés persistent dans le groupe.


Un salarié de France Télécom, de l'Unité d'assistance technique (UAT) s'est suicidé dans la nuit de mercredi à jeudi, à son domicile, a-t-on appris, jeudi 11 mars, de sources syndicales et auprès de la direction.L'homme, âgé de 44 ans, était marié et père de trois enfants, a expliqué Sébastien Crozier (CFE-CGC-Unsa).
 

Une "spirale des suicides"

"On ignore la part de responsabilité du travail", a précisé Christian Pigeon (Sud-PTT). "La spirale des suicides n'est malheureusement pas brisée", a-t-il regretté.
"C'est la consternation et l'incompréhension la plus totale. C'était un cadre unanimement apprécié, qui avait une progression de carrière remarquable", a expliqué la direction de France Télécom, tout en reconnaissant n'exclure "aucune piste sur les causes".
Pour la direction, il s'agit du neuvième suicide depuis le début de l'année, tous hors du lieu de travail.
Selon les syndicats, il s'agit du dixième suicide, car ils incluent celui d'un salarié de Saint-Quentin (Aisne), en février, parti en "essaimage" l'équivalent d'un congé sabbatique pour créer sa propre entreprise.
"La situation dans le Nord nous inquiète beaucoup, il y a déjà eu quatre suicides depuis le début de l'année", a déploré Sébastien Crozier.

En 2008 et 2009 le nombre de suicides de salariés de France Télécom s'est établi à 35, selon direction et syndicats.

Un rapport remis cette semaine souligne que les difficultés persistent dans le groupe et préconise la mise en place de médiateurs et une réforme du management et des ressources humaines pour réduire le stress des salariés.

Partager cet article

Repost0
12 mars 2010 5 12 /03 /mars /2010 09:00

Pause dans les réformes : Sarkozy se contredit-il ?
Source : la rageauventre.blogspot.comm -  le 11 mars 2010

Sarkozy annonce "une pause" dans les réformes "au second semestre 2011" pour permettre au Parlement d'"améliorer" celles qui sont déjà entrées en vigueur, dans une interview au Figaro-magazine à paraître vendredi 12 mars[*]

Pourtant, aux cours de ses nombreux discours, Sarkozy n'a eu de cesse de répéter qu'il était élu pour "réformer" :
"J’ai été élu pour cinq ans, pour travailler de la première minute jusqu’à la dernière, pas pour commenter les problèmes de la FranceJe n’ai pas été élu pour faire une réforme par an et être épuisé à la fin de l’année. Je n’ai pas été élu pour, à mi-mandat, dire : « c’est fini, on ne fait plus rien »."

Sarkozy "J'ai pas été élu pour dire on fait plus rien..."
envoyé par politistution

Partager cet article

Repost0
12 mars 2010 5 12 /03 /mars /2010 07:00

Lefebvre avoue n'avoir rien compris aux propos de Longuet ...
Source : larageauventre.blogspot.com  -  le 12 mars 2010

Interrogé hier sur l'éventuelle nomination de Malek Boutih (PS) à la tête de la Halde, le chef de file des sénateurs UMP Gérard Longuet avait jugé préférable de choisir pour cette fonction quelqu'un du "corps français traditionnel"[*] et d'ajouter :
"La Halde, cela veut dire que c'est la France qui s'ouvre aux populations nouvelles. Schweitzer, c'est parfait. Un vieux protestant, parfait !"
"
Si vous mettez quelqu'un de symbolique, extérieur, vous risquez de rater l'opération", a conclu le président du groupe UMP au Sénat[*]
Vive polémique. Parmi différentes réactions, celle du groupe communiste et du parti de gauche du Sénat (CRC-SPG) :
"Ces mots de M. Longuet ne relèvent pas du hasard. Ils confirment le choix d'une certaine droite de courtiser l'idéologie raciste pour préserver un capital électoral dans le droit fil de l'opération 'identité nationale' de M. Besson ou des plaisanteries auvergnates de M. Hortefeux"
Pour Lefebvre, par contre, il déplore et regrette simplement mais ne condamne pas...
En effet, il avoue n'avoir rien compris aux propos de Longuet...dommage.



Lefebvre n'a rien compris des propos de Longuet
envoyé par politistution

Partager cet article

Repost0
11 mars 2010 4 11 /03 /mars /2010 09:00

J'entends, je lis certaines déclarations sur les propos jugés racistes de G. Longuet. Je ne sais pas si c'est de caractère raciste, je crois plutôt que c'est l'expression de la bêtise, tout simplement.

Un nouveau dérapage de l'UMP, et cela ne m'étonnerait pas que des commentaires du genre franchouillard soient diffusés. Style "Longuet dit tout haut ce que les français (attention, les vrais !) pensent tout bas" ... n'est-ce pas Jean-Marie ?

longuet et les français traditionnels
Halde : Longuet fait un dérapage traditionnel
Gérard Longuet a déclenché une polémique en jugeant préférable de nommer à la Halde quelqu'un du «corps français traditionnel» plutôt que le socialiste Malek Boutih, dont le nom circule avec insistance pour remplacer Louis Schweitzer. Malek Boutih est «un homme de grande qualité mais ce n'est pas le bon personnage» pour présider la Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l'égalité, a-t-il déclaré, invité mercredi de «Questions d'Info LCP/France Info/AFP».


«Si vous voulez, les vieux Bretons et les vieux Lorrains - qui sont d'ailleurs en général Italiens ou Marocains - doivent faire l'effort sur eux-mêmes de s'ouvrir à l'extérieur», a-t-il argumenté, soulignant que «la Halde, cela veut dire que c'est la France qui s'ouvre aux populations nouvelles ». «Schweitzer, c'est parfait ! Un vieux protestant, parfait ! La vieille bourgeoisie protestante, parfait !», a-t-il insisté. Avant d'ajouter : «Si vous mettez quelqu'un de symbolique, extérieur, vous risquez de rater l'opération».


Le PS a réagi, par la voix de son numéro deux Harlem Désir.
Celui-ci s'est dit «scandalisé» et a demandé à l'UMP de «condamner» les propos du sénateur. Il demande par ailleurs «à M. Longuet de présenter des excuses publiques à Malek Boutih». «Ces propos sont, bien plus qu'un dérapage, une véritable théorie raciale totalement contraire à l'idée de la Nation républicaine et à l'égalité des droits entre les citoyens de toutes origines», affirme l'eurodéputé dans son communiqué.


SOS Racisme a également réagi, en demandant au sénateur de retirer ses propos «indignes d'un élu de la République» et à l'UMP de s'en «désolidariser». «La vision véhiculée par M. Longuet, qui qualifie M. Boutih d''extérieur' à la France, montre la conception ethnique qu'il s'en fait et qui rappelle la France de Maurras en contradiction avec la France républicaine qu'il est sensé incarner», dénonce l'association.

Partager cet article

Repost0
9 mars 2010 2 09 /03 /mars /2010 16:00

santé et vie au travail - extrait affiche OIT(Santé et vie au travail - extrait affiche OIT)

Renault : un suicide classé accident du travail
Source : NOUVELOBS.COM  -  le 9 mars 2010

Employé au Technocentre de Guyancourt, Raymond D. s'était pendu le 16 février 2007. Il s'agit du troisième cas de suicide reconnu comme accidents du travail.

Le tribunal des affaires de Sécurité sociale (TASS) de Versailles a reconnu mardi 9 mars comme accident du travail le suicide à son domicile en février 2007 de Raymond D., technicien au Technocentre Renault de Guyancourt dans les Yvelines.
"La hiérarchie a confié à Raymond D. un objectif à atteindre sans s'interroger sur la capacité psychique et physique de son salarié à supporter cette charge accrue de travail", estiment les juges du TASS, concluant que "l'acte suicidaire de M. D. est survenu par le fait du travail".

"Ce boulot c'est trop pour moi"

Les motivations du jugement précisent que Renault a "réfuté toute pression sur la personne de Raymond D. en terme de rendement".
Ce salarié de 38 ans s'était pendu à son domicile le 16 février, en laissant une lettre où était écrit: "je ne peux plus rien assumer, ce boulot c'est trop pour moi, ils vont me licencier et je suis fini, je ne saurai pas faire son top série de merde à Gosn (sic) et à Hamel, pardon, bonne chance".
Deux précédents suicides de salariés du Technocentre en 2006 et 2007 avaient été classés comme accident du travail dès 2007 par une commission de recours amiable, instance paritaire de la caisse primaire d'assurance maladie (CPAM) des Yvelines.

Partager cet article

Repost0

Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande