Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

7 mars 2010 7 07 /03 /mars /2010 10:00
vaches reconnaissantes




Braves bêtes reconnaissantes !!!  








Sarkozy a la trouille agricole
Source :
Juan, blogueur associé - marianne2.fr  -  le 7 mars 2010

Il avait la trouille d’aller au Salon de l’Agriculture. Notre président, d’habitude si bravache, avait séché l’inauguration du Salon samedi dernier, préférant sa retraite dorée au Cap Nègre.
Lui qui a pris le parti d'incarner sa rupture dans le nombre de déplacements, en France ou à l'étranger, il s'est caché, terré, débiné. Ses rapports avec le monde agricole sont difficiles et les agriculteurs ont terriblement souffert de la crise l'an passé. Bruno Le Maire a dû compenser l’absence de son maître. Il s’est rendu deux fois cette semaine, sans son patron. Mercredi, Nicolas Sarkozy a reçu des représentants de la filière agricole à l’Elysée. Il leur a promis d'être attentif à leur cas, et qu’il viendrait samedi, pour tenir une table ronde, protégée, bouclée et castée, « sur la situation de l’agriculture française avec les représentants des filières agricoles et agro-alimentaires françaises. ».
Depuis des mois, les conseillers du Monarque cherchent un moyen de faire venir leur patron, « à l’improviste », comme à Gandrange en novembre, afin d’éviter les couacs et les manifestations hostiles. Entre-temps, la quasi-totalité des ténors politiques est venue narguer Sarkozy en se rendant sur place sans problème : Martine Aubry, Dominique de Villepin, Jacques Chirac, et même François Fillon n'ont pas lésiné sur le bain de foule.

Samedi, Nicolas Sarkozy est bien venu au Salon de l'Agriculture, mais avant son ouverture au public. Même le Figaro s'est demandé si le président n'était pas tombé du lit. Il a arpenté les allées vides de public, puis est allé se cacher dans une cabine, loin des foules, pour sa « table ronde » avec une trentaine de représentants du secteur. La rencontre est diffusée sur La Chaîne Parlementaire. On y voit le Monarque attentif, sérieux, écoutant les questions d'une assistance encore une fois triée sur le volet. Où sont les représentants de la Confédération Paysanne ? Sarkozy promet quand même. Qu'avait-il dans sa besace ? Une augmentation de 800 millions d'euros les prêts bonifiés en faveur des agriculteurs en difficultés. Il faut s'acheter la paix sociale.
Sur l'environnement et l'agriculture, «ça commence à bien faire». Il veut que les normes environnementales françaises ne soient pas plus dures contre l'agriculture intensive qu'ailleurs en Europe. Les écologistes apprécieront. «Le maître mot, c'est le pragmatisme».

Samedi, le pragmatisme du chef de l'Etat exigeait donc qu'il se cache.

Ami sarkozyste, où es-tu ?

Partager cet article

Repost0
5 mars 2010 5 05 /03 /mars /2010 13:00

Des commentaires en marge du concert de solidarité,
donné le mercredi 3 mars
notamment, Damien CAREME, maire de Grande-Synthe :


TOTAL MUSIK ! #6
envoyé par  latelelibre

Bien que la date du sort de la raffineries des Flandres ait été avancée  du 29 au 8 mars, les salariés sont dans l'attente, une épée de Damoclès au dessus de la tête.

Afin de détendre l'atmosphère qui se fait lourde, l'intersyndicale et la municipalité de Grande-Synthe ont décidé d'organiser un concert de soutien, composé de musiciens bénévoles réunis à la hâte.

Partager cet article

Repost0
5 mars 2010 5 05 /03 /mars /2010 07:00
les-3-singes.jpgLu sur le blog de Jean-François Kahn  (www.jeanfrancoiskahn.com)  -  le 3 mars 2010


Question aux médias
Pourquoi les propos de Sarkozy sur la nécessité de construire en zone inondable, de densifier les zones urbaines et de se libérer des contraintes de la loi Littoral, largement reprises sur Internet, n’ont-elles été citées ou évoquées par aucun journal ?

Partager cet article

Repost0
4 mars 2010 4 04 /03 /mars /2010 21:00

Petit aperçu du concert du 3 mars, en faveur des salariés de TOTAL Dunkerque

"What a wonderful world" ... on aimerait tant qu'il en soit ainsi !



TOTAL Dunkerque - concert de solidarité du 3 mars 2010
envoyé par  daniel-c

Partager cet article

Repost0
4 mars 2010 4 04 /03 /mars /2010 17:00

sarko en zone inondable

Nicolas Sarkozy défendait en avril 2009 la construction dans les zones inondables.

Après Xynthia, il cherche des responsables ...

J'ai ma petite idée !!!


Preuve en images, le président de la République risque une fois de plus d'être attaqué pour ses contradictions. Alors qu'il a exigé en début de semaine des explications sur la catastrophe de ce week-end, il devra faire face à un autre discours prononcé il y a tout juste un an où il défendait les constructions en zone inondable.

Au lendemain de la tempête qui a fait 52 morts, Chantal Jouanno, secrétaire d'Etat à l'Ecologie appelait, elle, "à durcir les règles". "Il y a des zones où on ne peut pas construire", estimait-elle.


Le 20 avril 2009, à la Cité de l'architecture et du patrimoine, dans un discours sur le Grand Paris , Nicolas Sarkozy expliquait qu'en matière d'urbanisme, "le problème c'est la réglementation". Et d'ajouter: il faut "rendre constructible les zones inondables".

L'ancien avocat spécialisé en droit immobilier expliquait: "Pour libérer l'offre il faut déréglementer, élever les coefficients d'occupation des sols et rétablir la continuité du bâti dans les zones denses, permettre à chaque propriétaire d'une maison individuelle de s'agrandir, d'ajouter une pièce ou un étage, rendre constructible les zones inondables pour des bâtiments adaptés à l'environnement et au risque, utiliser les interstices, les délaissés d'infrastructures..."



N. Sarkozy voulait assouplir les régles en zone inondable
envoyé par  BFM

Partager cet article

Repost0
4 mars 2010 4 04 /03 /mars /2010 07:00

total - la manif place jean bart
"Manifestons pour exiger une véritable politique industrielle"
Source : La Voix du Nord  -  le 4 mars 2010

À quelques jours d'un comité central d'entreprise extraordinaire déterminant pour l'avenir de la Raffinerie des Flandres, l'Union locale de la CGT appelle à manifester cet après-midi à Dunkerque.
Objectif : "Poursuivre et amplifier la dynamique de mobilisation pour exiger du gouvernement une véritable politique industrielle pour le Dunkerquois et pour notre pays", revendique le syndicat.

Selon lui, des milliers de salariés du Dunkerquois "subissent de plein fouet les politiques d'entreprises et les choix gouvernementaux d'abord tournés vers la finance et les dividendes versés aux actionnaires". Et la CGT de s'appuyer sur les restructurations et les suppressions d'emplois annoncées en 2009 dans l'industrie, "sous prétexte de crise économique".


"Une logique de rentabilité"

Premières victimes selon le syndicat : les sous-traitants. "Sur le Dunkerquois, reprend-il, ce sont des milliers de salariés qui luttent contre cette logique de rentabilité conduisant à des conséquences dramatiques pour le monde du travail, l'avenir de nos industries, le développement économique de notre région, nos services publics, nos retraites, notre protection sociale, etc. "

Face à une situation qu'elle qualifie de "déplorable", la CGT appelle donc les salariés du privé et du public, mais aussi les sous-traitants, les retraités et les privés d'emplois à se rassembler :

sur la place Jean-Bart cet après-midi, à 16 heures

Partager cet article

Repost0
2 mars 2010 2 02 /03 /mars /2010 17:00
Genevieve Tapié - son blog
Montpellier. Geneviève Tapié :
"Au PS ou pas, je continue mon combat !"

Source : midilibre.com  -  le 2 mars 2010

Présidente de l'Assemblée des femmes-Observatoire de la parité du Languedoc Roussillon, cette viticultrice de Nissan-lez-Ensérune ne recevra pas, comme prévu, un prix récompensant son engagement autour de la parité.

Il y a trois jours vous avez appris que vous ne recevrez pas le Prix de la socialiste européenne ayant le plus oeuvré pour la parité en 2009. Quelles en sont les raisons ?
Je devais en effet recevoir ce prix à Budapest des mains de la présidente du Parti socialiste européen Femmes, Zita Gurmaï ; et samedi soir j'ai reçu un mail me signalant qu'il n'était plus question qu'on me le remette car j'étais exclue, comme cinquante-huit autres de mes collègues, du Parti socialiste étant candidate sur la liste de Georges Frêche. Et que pour cela, le Parti socialiste français s'opposait formellement à la remise de cette distinction.

Le PS français a donc le pouvoir de s'opposer à cette remise de prix au prétexte que vous venez d'en être exclue ?
Oui car il y a une consultation d'usage qui est effectuée auprès du PS pour qu'il donne son avis sur ce choix. Et comme les conditions d'attribution de ce prix exigent que le lauréat soit membre d'un parti socialiste européen, ce que je ne suis plus depuis le 23 février - date de mon exclusion après plus de trente-huit ans de militantisme -, j'ai été évincée .

Comment réagissez-vous face à cette décision ?
Au début, très mal. Puis, j'ai respiré un bon coup et je me suis dit que j'en avais vu d'autres. Mais je râle d'autant plus que je suis la dernière sur la liste de Frêche, une place plus symbolique que politique. Ceci étant, je ne suis habitée par aucun esprit de revanche.

Vous pensez réintégrer rapidement le Parti socialiste ?
Je suis très pessimiste. Le PS va aller jusqu'au bout. Et je suis certaine que le bureau national ne nous réintégrera pas. Ceux qui le voudront feront la demande, mais il faudra qu'ils attendent au moins deux ans. C'est la logique du parti qui prévaut aujourd'hui.
La machine de guerre du PS est en route et elle est prête à tout broyer dans la région.

Martine Aubry sera à Montpellier le 8 mars, Journée de la femme, comptez-vous l'interpeller sur la décision qui vient d'être prise par le PS ?
Aubry va venir, elle célébrera cette journée qui ne saurait être encensée qu'une fois pas an. Puis elle repartira, se fichant bien de la parité.

Vous irez tout de même à Budapest le 6 mars assister au moins à la cérémonie, assise dans le public ?
Oui, j'ai été invitée à titre personnel par Zita Gurmaï. Car aujourd'hui personne ne peut contester mon action en faveur des femmes dans la vie publique.

Après cette histoire, allez-vous mettre un terme à votre engagement ?
Pas du tout ! Je vais continuer le combat quotidien que je mène depuis des années sans faiblesse, avec dignité et courage. Seulement, je ne serai plus socialiste. Qu'importe !

Partager cet article

Repost0
2 mars 2010 2 02 /03 /mars /2010 10:00

Solferino dans ses oeuvres. Du grand n'importe quoi !
Un parti socialiste sanctionnant des militants très actifs, dont les combats et convictions sont reconnus au delà de nos frontières !

Quand Martine et ses copains / copines sortiront les violons pour nous jouer un air de "la parité", en vertu des grands principes du PS, on verra le spectacle de l'hypocrisie et du faux-semblant dans toute sa splendeur.
Pauvre direction, pauvre PS !!!

Source : le blog de Geneviève Tapié :
entête blog de Genevieve Tapié
Communiqué de presse du réseau "Demain la parité"

Le  Parti Socialiste français s’oppose à la remise du  Prix de l’européenne ayant le plus œuvré pour la parité en 2009,  la française Geneviève Tapié.

Le 6 mars prochain à Budapest (Hongrie), la française Geneviève Tapié, présidente de l’Observatoire de la Parité du Languedoc-Roussillon,  devait  recevoir le Prix de la socialiste européenne ayant, au cours de l’année 2009, le plus œuvré  pour renforcer la place des femmes dans la vie publique et promouvoir les valeurs de démocratie.


Pour la première fois, une française devait être distinguée au cours d’une cérémonie reliée à la Journée Internationale des femmes, organisée par le Comité des femmes du Parti socialiste hongrois (5000 membres) et en présence du Premier ministre et des principaux responsables nationaux du « Magyar Szocialista Pàrt ».

A la suite d’une consultation d’usage des Partis socialistes et Socio-démocrates  membres du PSE, Mme Zita Gurmaï, Présidente du PSE Femmes (Parti des socialistes européens Femmes), et députée hongroise au Parlement européen qui avait désignée Geneviève Tapié, vient de faire  connaître l’opposition formelle des socialistes français à voir décerner cette distinction à la femme européenne qui avait été pressentie ...

Le PS français invoque la décision  prise le 23 février dernier qui indique que depuis cette date  Geneviève Tapié est "réputée exclue du Parti socialiste". Or l’exigence des conditions d’attribution et de réception de ce prix exige que la lauréate  soit membre d’un Parti socialiste européen.

Cette décision vise une femme, socialiste depuis plus de 38 ans et "réputée socialiste en 2009", dont les convictions sont connues de toutes celles et de tous ceux qui depuis de longues années luttent pour que la place des  femmes françaises soient reconnues et pour que la parité soit un des fer de lance de la vie  française, tant sur le plan professionnel, que sur le plan politique, et dans la société civile dans son ensemble.


Mme Gurmaï a souhaité que Geneviève Tapié soit son invitée personnelle. Elle a accepté et sera donc présente le 6 mars à Budapest où elle représentera les femmes de France qui font de la parité leur combat quotidien, sans faiblesse, avec dignité et courage pour l’égalité politique, économique, salariale et sociale des hommes et des femmes de notre pays et de l’Europe.

Colette Kreder

Membre fondatrice du réseau d’associations féminines "Demain la Parité"


Partager cet article

Repost0
2 mars 2010 2 02 /03 /mars /2010 08:00

Geneviève Tapié avec G. Frêche


Geneviève Tapié, "exclus provisoire" par Solferino :
"Staline et Béria remplacent Jaurès et Blum"



En vérité, je suis fondamentalement touchée, peinée, blessée par cette décision, certes, attendue, mais grotesque : on me sanctionne parce que je me suis pliée à la procédure légale de désignation.
Il fleurit aujourd’hui au Parti socialiste des postures d’un autre temps : un individu y a juridiquement tort parce qu’il est politiquement minoritaire.

Staline et Béria remplacent Jaurès et Blum.

Quand je suis rentrée au PS, à 20 ans, il va y avoir 38 ans, je ne sais pas où étaient tous ceux qui ont décidé cette exclusion aujourd’hui. En tous cas pas dans nos rangs, ceux de François Mitterrand.
A la place où je suis sur cette liste, où je n’ai, personnellement rien à gagner, mon seul commentaire sera Jaurés, au discours du Pré Saint Gervais le 25 mai 1913 :

''Ils n’ont pas lutté pour se ménager de vrais honneurs, pour les quelques joies du pouvoir, ils ont combattu pour préparer un avenir de justice. Leur foi, leur ardeur doivent être un exemple ; car c’est cette foi, cette ardeur  qui fait notre force et qui fera la force des générations futures...
Et c’est avec confiance que nous reprendrons la bataille demain''


Dans un prochain billet, une suite croquignolesque.
Où l'on voit que Solferino ne recule devant rien, et prend les militants les plus engagés (sur la parité par exemple) pour quantité négligeable.

Tous les militants, en réalité !

Partager cet article

Repost0
1 mars 2010 1 01 /03 /mars /2010 09:00

Ségolène ROYAL, Présidente de la région Poitou-Charentes, explique sur Europe 1 qu’elle est "sous le choc" au lendemain du passage de la tempête Xynthia sur l’Ouest de la France. Mais elle veut aussi et surtout retenir la "formidable mobilisation humaine" sur le terrain.


Tempête Xynthia - Royal : "on est traumatisés"
envoyé par  Europe1fr

Partager cet article

Repost0

Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande