Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

8 février 2010 1 08 /02 /février /2010 10:00

manif salariés de total - sur le blog

TOUS ENSEMBLE A DUNKERQUE
LE 12 FEVRIER 2010 à 15H


SIGNEZ LA PETITION (cliquez ci-dessous)
NON A LA FERMETURE DE LA RAFFINERIE DES FLANDRES

Pour soutenir les salariés
et accéder aux informations sur l'évolution de la situation :

.
http://total-rf.blogspot.com/
.

Partager cet article

Repost0
8 février 2010 1 08 /02 /février /2010 08:00

Avant même de prendre quelques jours de vacances, plusieurs billets étaient en cours de préparation pour ce blog. L'actualité allant vite, très vite, beaucoup m'apparaissent déjà comme du "réchauffé" ! Se pose donc à moi une question angoissante : par quoi re-commencer ?

Sur le drame des haïtiens, quasiment disparu des écrans ?

Sur les sondages ? Il y a une semaine, mon cerveau pouvait essayer de comprendre (mission impossible !) tel ou tel sondage sur la finale de la présidentielle 2012. Ces derniers jours, j'ai compris que le scénario nous était doctement asséné.
Peu importe que, pour  ce scrutin "de dans deux ans", les combattants ne soient pas tous déclarés. J'en connais même un qui ne fait plus de politique française, et ce jusqu'en 2012 ... à ce qu'il paraît.
Et que, pour ce qui concerne la gauche, le PS en particulier, les moutons militants aient applaudi et voté le principe des primaires ... on s'en passera, donc ???

Sur le silence assourdissant des médias à propos de certaines informations sensibles, très sensibles ? Tiens oui, les nouveautés du KARACHI GATE , et les implications de Sarkozy par exemple ... Bon, si j'en crois certains blogs car, mauvaise langue, je n'ai pas eu l'occasion de me fatiguer les yeux, et surtout les oreilles, face à la lucarne télévisuelle.

Sur le rétropédalage de Martine Aubry à propos des retraites ? Car rétropédalage il y a eu, même un  vacancier peu attentif s'en est aperçu ! Mais j'y pense tout soudain, a t-on les résultats de sondages du genre "Martine a t-elle eu raison de trancher une question non débattue au PS" ?  ...  "Martine est-elle plus crédible après cet épisode " ?
la guerre des roses
Sur "le coup de Frêche" en Languedoc-Roussillon ? Une histoire de "réchauffé" également, si j'en crois certaines analyses, relevant à juste titre qu'une phrase passée inaperçue il y a plusieurs semaines est ressortie pour la circonstance des régionales.
On peut être réservé, comme moi, sur le personnage du prince du Languedoc-Roussillon. Contreversé, mais continuant de faire, comme tout bon prince ou baron local la pluie et le beau temps sur son territoire.
Mais on peut trouver qu'il y a dans l''indignation sélective du PS quelques basses manoeuvres politiciennes, un déroulement peu orthodoxe ... ou pas catholique, au choix.  

A part ça, la campagne des régionales se poursuit. Mollement, on dirait. Particulièrement à droite.

Un petit mot sur Ségolène ROYAL, quand même : elle semble se consacrer entièrement à sa campagne régionale. Ce qui conduit certains à des conclusions abruptes : nationalement, elle est "à la ramasse" !
Ce qui fait d'ailleurs plaisir à certains socialistes. Je viens de lire cette information édifiante sur l'état de santé du PS : un conseiller PS à la municipalité de Poitiers a confié qu'une défaite de Ségolène ROYAL "
serait détestable pour la région; pour la gauche, elle serait peut-être profitable" ...

Bref, tout va bien, la dynamique est là !!!

Partager cet article

Repost0
28 janvier 2010 4 28 /01 /janvier /2010 21:00

segolene-royal---decembre-2007.jpg

Procès Clearstream :
Ségolène Royal réagit à la relaxe
de Dominique de Villepin

Source : sudouest.com  -  le 28 janvier 2010




Visitant un chantier d'insertion sociale cet après-midi à Bignay (Charente-Maritime), Ségolène Royal a réagi, pour "Sud Ouest" à la relaxe de Dominique de Villepin prononcée ce matin par le tribunal de grande instance de Paris dans le cadre de l'affaire Clearstream.

"Je suis très contente pour lui, pour sa famille, a déclaré la présidente PS du Conseil régional de Poitou-Charentes. Je pense que c'est une leçon de comportement.

Cette relaxe constitue un coup d'arrêt à l'escalade de l'agressivité de Nicolas Sarkozy. Son action n'est pas digne de celle d'un président de la République et elle se retrouve dans une impasse. Il a échoué dans son action de vengeance. Il faut qu'il en prenne acte au niveau de son comportement général."

Partager cet article

Repost0
28 janvier 2010 4 28 /01 /janvier /2010 18:00

villepin outragé, mais villepin relaxé

Sarkozy-Villepin : Caramba ! Encore raté !
Source : marianne2.fr  -  le 28 janvier 2010

Sarkozy avait promis de le pendre à un croc de boucher : Villepin vient d'être relaxé dans l'affaire Clearstream. Bon anniversaire monsieur le Président !

Lundi, une intervention télévisée au résultat plus que mitigé — 57% des français ont trouvé le président convaincant… mais il ne les a convaincus sur aucun point. Hier, un prêche dans le désert à Davos devant une assistance indifférente.

La semaine avait mal commencé pour Nicolas Sarkozy. Ç'aurait pu difficilement être pire. Pourtant, ça l'est. Le jour même de ses 55 ans, le président vient de subir un terrible revers : Dominique de Villepin vient d'être relaxé dans l'affaire Clearstream.

Nicolas Sarkozy, qui était partie civile dans ce procès, avait pourtant juré qu'il pendrait son rival "à un croc de boucher". Lors du procès, en septembre dernier, il avait même utilisé le mot "coupables" pour désigner les prévenus : "Deux juges indépendants ont estimé que les coupables devaient être traduits devant un tribunal correctionnel", avait-il déclaré lors d'une interview (voir la vidéo ci-dessous).

Pour Sarkozy Villepin est coupable [news] FR24 220909

De même, lorsqu'à l'heure des réquisitions le procureur avait demandé 18 mois de prison avec sursis à l'encontre de l'ancien Premier ministre de Jacques Chirac, on pouvait entendre Nicolas bicher. Une condamnation symbolique, c'eût été trop léger. Il fallait la curée.

Raté ! La relaxe de Villepin est d'autant plus difficile à avaler pour Sarkozy que tous les autres protagonistes de l'affaire — à l'exception du journaliste Denis Robert, relaxé lui aussi — ont été condamnés à des peines qui n'ont rien de symbolique. L'ancien vice-président d'EADS Jean-Louis Gergorin a pris 3 ans de prison dont 21 mois avec sursis pour "dénonciation calomnieuse", le mathématicien Imad Lahoud 3 ans dont 18 mois avec sursis pour "complicité de dénonciation calomnieuse", "faux et usage de faux" et "recels d'abus de confiance" et l'ex-auditeur Florian Bourges 4 mois avec sursis pour "abus de confiance".

Ce verdict est plus qu'un soufflet pour le Président. C'est une catastrophe pour son image. Son attitude dans l'affaire Cleartsream passait déjà pour de l'acharnement personnel — indigne d'un chef d'Etat. Le tribunal vient de le confirmer. Le début de la chute de la maison Sarko ?

Partager cet article

Repost0
28 janvier 2010 4 28 /01 /janvier /2010 12:00


Gainsbourg Birkin je t'aime moi non plus
 
Vous l'aimez et il préfère le FMI

Source : Le Post.fr  -  le 18 janvier 2010

Avec 59 % d'opinions favorables, le socialiste Dominique Strauss-Kahn devient le responsable politique qui recueille le plus de soutien des Français, dans le baromètre Ipsos-Le Point relayé par Le Monde.

Fait notable,l e directeur général du Fonds monétaire international est plus apprécié par les partisans UMP ( 68 % ) que chez les partisans socialistes ( 63 % d'opinions favorables).

Donc,l'ancien ministre socialiste serait le préféré des français.

Seulement voilà, cette amour "platonique" que d'aucuns aimeraient voire se transformer en élection comme chef de l'Etat Français, ne semble guère être payé en retour...

En effet, Dominique Strauss-Kahn a déclaré, selon Le Figaro, la semaine dernière, lors d'une conférence organisée à Washington, par la Chambre de commerce franco-américaine, qu'il n'abandonnerait pas son mandat au FMI et irait jusqu'au terme de celui-ci.

A la question qui lui était posée dur sa candidature à la présidentielle française, il a répondu plusieurs fois que son intention était de rester à Washington jusqu'à la fin de son mandat, en Novembre 2012.


Ainsi, si l'on en croit Dominique Strauss-Kahn, il ne sera candidat ni aux primaires de gauche et, à moins, qu'on reporte les élections présidentielles rien que pour arranger son planning, il ne sera pas non plus candidat à ces élections.

Dont acte , Dominique Strauss-Kahn ne sera pas le prochain candidat du PS aux présidentielles de 2012.

Le sachant bien avant nous, ça pourrait expliquer les retours sur le devant de la scène médiatique de Lionel Jospin et de François Hollande ou les propos de Martine Aubry...

A moins que Dominique Strauss-Kahn ait menti aux financiers américains et ça, c'est pas bon pour nous, si il advenait qu'il soit Président de la République un jour.


Mais reconnaissez que donner tant d'amour à un homme qui préfère le FMI, c'est aimer sans retour, aimer en vain et probablement perdre son temps à souhaiter une chimère...

Du coup, je me demande si ça sert à grand chose de continuer, par médias interposés, à entretenir la flamme des "aficionados" de Dominique Strauss-Kahn. C'est cruel et un peu stérile, non ?

Partager cet article

Repost0
28 janvier 2010 4 28 /01 /janvier /2010 09:00

DSK en 1er, Martine en 2ème. C'est le tout dernier sondage.

Si j'étais mauvaise langue - mais je l'ai déjà dit, ce n'est pas le genre de la maison - je m'insurgerais : après le bourrage d'urnes (NON, je n'ai pas oublié ...), le bourrage de crânes !

Souvenez-vous, on nous avait vendu en 2008 le super favoriiii pour le PS , même pas la peine de voter : Bertrand DELANOE ! et prédit l'effondrement inéluctable de la sorcière, Ségolène ROYAL ... pan sur le bec, rien de tout cela n'est arrivé ... tra-la-la-la-lè-re !!!

marionnette---le-parrain.png
2012 : DSK et Aubry s'installent en tête
de la course

Source : NOUVELOBS.COM  -  le 27 janvier 2010

29% des sympathisants socialistes se prononcent pour le patron du FMI, qui est suivi par la maire de Lille (19%). Royal et Delanoë sont distancés.

L'écart se creuse peu à peu entre les possibles prétendants à l'investiture du Parti socialiste pour la présidentielle de 2012. Selon une enquête BVA pour France Inter et L'Express, rendue publique mercredi 27 janvier, Dominique Strauss-Kahn et Martine Aubry ont "fait le trou" avec leurs concurrents éventuels, Ségolène Royal et Bertrand Delanoë.
A la question "laquelle de ces personnalités préféreriez-vous voir comme candidat du PS à la présidentielle de 2012", 35% des Français répondent Dominique Strauss-Kahn, 14% Martine Aubry, 12% Ségolène Royal et 9% Bertrand Delanoë. L'écart est plus net au sein des sympathisants socialistes : 29% pour le patron du FMI, 19% pour la maire de Lille, 14% pour la présidente de Poitou-Charentes et 13% pour le maire de Paris.
François Hollande se place en cinquième position sur cinq, avec 7% des réponses dans les deux cas.

[ "Ecart plus net" ? Parce que (29 - 19) est largement supérieur à (35 - 14), maintenant  ??? ]

Un super-recours façon Delors     [ ah bon ? Il s'était lancé dans la compétition ??? ] 

"DSK fait plus que jamais figure de super-recours façon Delors en 1995", commente BVA. "Présidentiable préféré des Français et des sympathisants de gauche (et de ceux du PS), il met son dauphin à 20 points auprès des premiers, et à 10 auprès des seconds."
Quant à Martine Aubry, elle "s’affirme de plus en plus et poursuit sa lente mais inéluctable progression dans l'Opinion, passant désormais devant Delanoë et Royal qui la devançaient encore il y a six mois."


Sarkozy +1

Toujours selon l'enquête BVA, le président Nicolas Sarkozy gagne 1 point de popularité par rapport à décembre, avec 43% d'opinions positives contre 53% de mauvaises opinions (stable). Le Premier ministre François Fillon gagne 6 points à 55% de bonnes opinions, contre 39% de mauvaises (-3 points).

- Sondage BVA réalisé par téléphone les 22 et 23 janvier auprès d'un échantillon national représentatif de 964 personnes âgées de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas.

Partager cet article

Repost0
28 janvier 2010 4 28 /01 /janvier /2010 07:00

sarko à Davos fait la morale
A Davos, Sarkozy ne capitalise pas
Source : LIBERATION.FR  -  le 27 janvier 2010

Le président français n’a pas convaincu le public de patrons et de financiers, déjà inquiets de la volonté d’Obama de réguler le système bancaire.


Qu’il soit dans la France profonde ou devant les décideurs industriels et financiers de la planète, Sarkozy fait du Sarkozy. Des blagues, des mimiques, des adresses directes au public, et un discours assez vague. Parfois ça marche. Parfois, ça tombe à plat. Hier, à Davos, pour le premier jour du forum économique mondial, dont le thème est la définition d’un nouveau capitalisme post-crise, le président français était invité à prononcer le discours d’ouverture. Devant une assemblée très partagée sur sa prestation, ce qui l’a particulièrement énervé, Sarkozy en a profité pour adresser le même message qu’il déclame depuis son discours de Toulon, à l’automne 2008 : le capitalisme a besoin de morale. Mais il a été avare en propositions concrètes. Barack Obama a annoncé la semaine dernière un plan de régulation des banques, soutenu par le patron de la Banque centrale européenne, Jean-Claude Trichet, mais Nicolas Sarkozy a choisi de n’y faire qu’une brève allusion, se disant «d’accord avec le président Obama quand il juge nécessaire de dissuader les banques de spéculer pour elles-mêmes». Seule vraie annonce : la mise à l’agenda du G8 et du G20 de la «réforme du système monétaire international», un thème qui lui est cher. Mais ce dernier ne sera examiné qu’en 2011, quand la France présidera ces deux institutions.



Tension. Accueilli par Klaus Schwab, l’organisateur depuis quarante ans de cette manifestation, qui l’a présenté comme un chef d’Etat ayant fait preuve de «courage, de réaction et de détermination» pendant la crise, Sarkozy a droit à un accueil poli de la salle. On sent de la tension. Certes, certains sont satisfaits qu’un chef d’Etat qui, dixit Schwab, «incarne à lui seul le thème du forum de cette année [la refondation du capitalisme, ndlr]» soit invité. C’est déjà un exploit, en soi, de voir un président français à Davos. Il y a quelques années, Jacques Chirac n’avait pas pu se déplacer à cause d’une tempête de neige. Mais beaucoup craignent que la régulation les empêche de travailler. Lors de débats précédant l’ouverture, Jacob Frenkel, le président de la banque JPMorgan Chase International, avait ainsi expliqué qu’il existe un «danger de passer d’une dérégulation peut-être excessive à une régulation extrême».

Malgré ces préventions, Sarkozy y va franco. «La mondialisation a engendré un monde où tout était donné au capitalisme financier, presque rien au travail, où l’entrepreneur passait après le spéculateur», déclare-t-il, le doigt levé. Ou encore, en regardant la salle avec un sourire menaçant : «Il y a des profits excessifs qui ne seront plus acceptés parce qu’ils sont sans commune mesure avec la capacité à créer des richesses et des emplois.» Et le Président de s’en prendre aux normes comptables, aux indicateurs de richesse qui ne prennent pas en compte «le sentiment de dureté de la vie» des citoyens…

Qu’on se rassure, le président n’est pas devenu gauchiste. Il modère son propos, en rappelant qu’il ne condamne pas tout le capitalisme, seulement celui qui a été «dénaturé». Mais la salle ne réagit pas. Et Sarkozy essaie un truc. Il sort du discours préparé pour se lancer dans une longue diatribe contre un président de banque dont il a demandé la démission car un de ses employés avait fait perdre des milliards à l’établissement. L’allusion à Daniel Bouton et à l’affaire Kerviel est claire. Elle arrache des applaudissements à deux Indiens au fond de la salle. Sarkozy saute dessus. «Merci aux deux personnes qui applaudissent», ironise-t-il. La salle rigole. L’exercice devient alors plus facile. D’autant plus que Sarkozy a une tâche plus compliquée : se demander devant des banquiers si leur métier est utile. «Quel est le métier de banquier ? Ce n’est pas un gros mot !» ironise-t-il, arrachant de nouveau des rires.

Bafouille. Malgré tout, à la fin du discours, seule une partie de la salle applaudit, et la grande majorité reste assise. Du coup, Sarkozy revient prendre la parole. Bafouille, en essayant de faire une nouvelle blague sur cette réaction en demi-teinte. Puis il se sauve jusqu’à son hélicoptère avec sa délégation. Pas sûr que sa prestation restera dans les mémoires.

Partager cet article

Repost0
27 janvier 2010 3 27 /01 /janvier /2010 14:00

Ségolène le rappelle à Martine : "Le PS n'a jamais été favorable à la remise en cause de la retraite à 60 ans".
C'est clair, une voix de plus, et non des moindres, pour rappeler que les orientations du parti ne se décident pas lors d'interviews mais dans les différentes instances ... enfin, c'est ce qui devrait être !

DA37-090708.jpg
Ségolène Royal la joue zen
Source : sudouest.com  -  le 23 janvier 2010

Ségolène Royal a repris son bâton de pèlerin pour une nouvelle campagne électorale.
A La Rochelle vendredi, elle a répondu très librement à l'interview Sud Ouest, prenant soin de ne pas évoquer 2012.
Extraits :


Retraite à 60 ans :
"Martine Aubry a depuis rectifié les choses pour qu’il n’y ait pas de malentendu. C’est hors de question, les socialistes n’ont jamais été favorables à la remise en cause de la retraite à 60 ans."
 
Dominique Bussereau, son challenger : "Pas d’attaques personnelles, alors qu’en face ils n’ont que ça à la bouche, c’est assez lamentable comme campagne. Ca fait envoyé de l’Elysée et revanchard. Et puis il y a Raffarin qui parle alors qu’il n’est pas candidat. Ministre, président du Conseil général, conseiller régional… je ne vois pas comment il pourrait cumuler tous ces mandats.

(…) Bussereau a dit qu’il était à l’aise dans ses charentaises, c’est sûr, il ne fait pas grand-chose. Un exemple, en 2002 il était déjà ministre des Transports et nous promettait des autoroutes de la mer : où sont-elles ? (…) M. Bussereau est aussi le ministre de la taxe carbone, et ça c’est un vrai scandale. Une taxe absurde et terriblement injuste : que ceux qui veulent la taxe carbone votent pour lui !"

DSK grimpe dans les sondages : "Je ne m’occupe pas de ça, il y a un tel contraste entre les sondages et la réalité du contact populaire. Les sondages sont une méthode d’un autre âge, pour faire parler et faire vendre."

Totalité de l'article  :  ICI

Partager cet article

Repost0
27 janvier 2010 3 27 /01 /janvier /2010 07:00

total - raffinerie des flandres
Pour soutenir les salariés
et accéder aux informations sur l'évolution de la situation :


http://total-rf.blogspot.com/

Partager cet article

Repost0
26 janvier 2010 2 26 /01 /janvier /2010 14:00

banni-re-blog-J-L-Bianco.jpg
La "prestation" de Nicolas Sarkozy
Jean-Louis BIANCO  -  le 26 janvier 2010

Quel étrange langage est le nôtre ! Le fait même de commenter à l’unisson la "prestation" du Président révèle l’exercice pour ce qu’il est : une performance médiatique (ou sportive).

Peu importe que Laurent Joffrin de Libé et quelques autres "éditocrates" l’aient trouvé bon. Ce qui compte, c’est ce qu’il va changer à sa politique. Et la réponse est très simple : rien.


Nicolas Sarkozy prend même le risque de pronostiquer une baisse du chômage. Si seulement cela se réalisait ! Mais une reprise de la croissance (molle) n’y suffira pas. Il est vrai qu’il avait déjà dit, entre autres, que "personne ne s‘apercevait désormais d’une grève", qu’il serait "le Président du pouvoir d’achat" ou que "plus personne ne dormirait dans la rue d’ici deux ans".


Tout cette émission était en réalité un écran de fumée. Comme d’habitude, c’est le Figaro qui vend la mèche avec son titre : «Le nouveau Sarkozy». Les conseillers en communication de l’Elysée avaient décidé et donc le Figaro répète, qu’il y avait "plus de sérénité, plus d’écoute, pour un débat apaisé".

Françaises, Français savourez votre immense bonheur.

Partager cet article

Repost0

Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande