Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

4 janvier 2010 1 04 /01 /janvier /2010 10:00

Ségolène Royal face au bal des hypocrites

par LeZorro, sur LePost.fr  -  le 31 décembre 2009

 

Les "happy few" de la politique ont eu beau jeu de fustiger, avec leurs quolibets de circonstance, la position de Ségolène Royal sa soi-disant démagogie sur la Taxe Carbone de Nicolas Sarkozy.

A la lumière des derniers développements, on constate simplement que Ségolène Royal a eu raison et a eu le courage de dénoncer le consensus établi. A moins que l'on explique maintenant qu'elle a simplement procédé à l’ensorcellement massif du Conseil Constitutionnel !


Ces "happy few", qui n’avaient pas de mots assez durs pour fustiger les propos de Ségolène Royal à la Rochelle puis dans les médias, ne font que plastronner depuis hier sur les plateaux télés et radios.

A chacun et chacune sa phrase toute prête sur le "camouflet" ou le "revers sévère" pour Nicolas Sarkozy. Des mines de circonstances.

A tous ces censeurs hypocrites, je dis que la défaite de Sarkozy est aussi la leur, intellectuelle et morale.

La preuve en images :

 

Partager cet article

Repost0
4 janvier 2010 1 04 /01 /janvier /2010 09:00

Une évidence, après la décision du Conseil Constitutionnel : sur la plupart des médias, c'est service minimum sur les positions exprimées depuis des mois par Ségolène ROYAL, la principale opposante.

Comme le relève le site de Désirs d'Avenir :
Il serait savoureux de nous livrer à une petite revue de presse des déclarations alambiquées ou hostiles qui ont suivi sa prise de position. Rappelons pour mémoire :
- Jack Lang, accusant Ségolène Royal de se livrer à une opération "populiste et opportuniste"
- Cécile Duflot, la Secrétaire Nationale des Verts qui aujourd’hui , se réjouit de l’annulation de la taxe carbone mais qui, à La Rochelle, dénonçait, sans la citer "la démagogie" de l’ex candidate
- Daniel Cohn Bendit lançant même un "Elle est à l’est !"

Aujourd’hui, tout le monde semble avoir retrouvé le Nord sur sa boussole et applaudit.
Nous nous en réjouissons. Mais depuis le début, cette taxe était injuste et il fallait le dire. Elle était était injuste car elle assommait les ménages. C'est d'ailleurs en partie sur la base de l'inégalité de traitement entre les ménages et les entreprises que le Conseil Constitutionnel l'a annulée hier soir.
C’est une très bonne nouvelle pour le pouvoir d’achat des français et contre la pression fiscale intolérable exercée par le gouvernement sur les citoyens.

la-girouette-politique.jpg
Parmi celles et ceux qui en font des tonnes dans la presse, il y a même les  "timides" de l'époque, qui assuraient la promo du produit, qui trouvaient que ce nouvel impôt Sarko n'était pas assez élevé !!!
Car c'est bien à ce film qu'on avait assisté. Heureusement, on a des archives !  Un  exemple flagrant ? Le voici :

En octobre 2009, des députés Verts et dix socialistes (dont Aurélie FILIPPETTI) avaient élaboré des amendements aux articles du projet de loi de finances 2010, instaurant la fameuse taxe carbone.

Aurélie FILIPPETTI faisait partie de ce groupe.  (naguère proche de Ségolène, j'ai bien noté qu'elle s'en est "éloignée" en marquant particulièrement son "désaccord".  A mes yeux, elle s'est rangée parmi les opportunistes qui ont  choisi d"aller "faire leur marché ailleurs", selon l'expression de Ségolène à Montpellier en septembre 2009)

Bref, pleins de bonnes intentions, ces députés voulaient faire avancer ensemble la cause écologique, mais ...
... mais il est significatif qu'un des amendements
proposait  une progressivité de la taxe, de 9,26% par an pour, en partant de 17 euros la tonne de CO2 en 2009, parvenir à 100 euros en 2030 !!!

MON RESUME :
La taxe carbone façon Sarkozy, c'était bancale, mal fichu, mais Aurélie Filippetti était  d'accord pour prévoir dès sa mise en place une augmentation programmée de ce nouvel impôt.

Et nos médias n'hésitent pas à mettre en vedette cette farouche "opposante" ! Bravo.

Partager cet article

Repost0
4 janvier 2010 1 04 /01 /janvier /2010 07:00

Une petite commission ? Ou une grosse ? ... là, j'ai honte !!!

La commission façon Sarkozy, une carte postale médiatique !
Source : Marianne2.fr  -  le  28 décembre 2009

Brandies comme des erzatz de débats visant à enterrer les polémiques, les commissions s'entassent dans le bilan de Sarkozy comme autant d'écrans de fumées pour masquer les vrais problèmes, des salaires à l'éducation en passant par les prisons.
Vous souvenez-vous de la commission Cotis ? Mais si, voyons, le rapport que Nicolas Sarkozy avait demandé au patron de l'Insee sur la répartition de la valeur ajoutée ? Si vous ne vous en souvenez pas, c'est qu'il a fait son oeuvre : commandé comme des dizaines d'autres pour calmer une polémique, le rapport Cotis s'en est allé remplir les étagères bien garnies des dossiers classés.gateau---les-3-tiers.jpg
Quand le président de la République l'avait commandé, la bataille faisait rage dans l'opinion autour de la répartition des bénéfices : en pleine crise, les dividendes indécents distribuées par les entreprises du Cac40 aux profits records, notamment Total, avaient créé le scandale alors que chacun craignait une vague de chômage massif... Comme pour trancher le débat, Nicolas Sarkozy avait commandé un rapport à Jean-Philippe Cotis. Remis le 13 mai, il concluait que, depuis 20 ans, la part des salaires était stable dans la valeur ajoutée (non sans quelques pirouettes mathématiques ). La polémique, depuis, était enterrée. Comme des dizaines d'autres.
Gâteau à partager ...       

Une polémique, une personnalité, des conclusions conforme au projet ... et hop, le tour est joué !
 Depuis mai 2007, pas un mois ne se passe sans qu'un nouveau cadre de l'UMP délaissé, ambitieux à calmer ou figure de l'opposition à rallier ne soit investi d'une mission d'étude par le président de la République sur les sujets les plus variés : intégration des personnes mal-voyantes (Gilbert Montagné), TVA sociale (Eric Besson), la revalorisation du métier d'enseignant (Michel Rocard), Alzheimer (professeur Joël Ménard)... Rien n'échappe à la commissionnite aigüe !

La recette est simple : prenez un débat un peu épineux sur lequel la majorité ne dispose d'aucune réponse, choisissez une personnalité symbolique dont on vante les « mérites », laissez la concocter un rapport aux conclusions conformes au projet initial du gouvernement , remerciez la bien chaleureusement lors d'une conférence de presse et tassez bien soigneusement le document au fond d'une poubelle.

Un outil pour calmer la grogne des profs, de patrons de presse ...
Parfois même, sans délicatesse, Sarkozy grille la politesse à ses propres commissionnaires : alors qu'il avait convoqué Philippe Léger pour un rapport sur la réforme de la procédure pénale, le Président annonce lui-même la suppression du juge d'instruction ! C'est dire le poids de la réflexion du magistrat. Par un heureux « hasard », les conclusions de ces travaux ne contredisaient pas l'Elysée.
Brutale avec les diverses couches de la société, Sarkozy utilise également les rapports comme des cautères sociaux : sous couvert d'une réflexion sur la presse « face au défi du numérique », l'adjointe au maire du XVIè Danièle Giazzi est venue réconforter les pauvres petits patrons de presse en proie aux méchancetés d'Internet. La méthode marche si bien que le Président commande parfois des rapports dont il dispose déjà, quelques mois après : l'intitulé du rapport Giazzi était ainsi exactement le même que celui du rapport de Marc Tessier (ancien président de France télévision) rendu en février 2007... soit moins d'un an et demi avant !

Plus récemment, histoire de calmer le jeu sur le débat sur l'identité nationale, Nicolas Sarkozy a imaginé une mission« contre le communautarisme » confiée... au président du Cran ! Un petit signe pour les noirs de France qui n'aura, bien entendu, pas plus de conséquence que la nomination comme commissaire à l'Egalité des chances de Yazid Sabeg.

Des écrans de fumée au service de la com élyséenne
Car, si les commissions donnaient lieu à des réflexions pouvant infléchir une politique mal engagées, elles serviraient au moins à quelque chose... mais non : elles ne sont que des écrans de fumées, même quand elles portent sur des sujets graves ! Le rapport Pochard sur l'enseignement ? Pas une ligne sur le savoir, que du management des profs ! Le travail de la commission Albrand sur les prisons ? Disparu, corps et bien, dans un tiroir ministériel. Et que penser des travaux de la très médiatique commission Rocard-Juppé sur le grand emprunt ayant conclu... aux instructions données par le président de la République au préalable !

Certaines, par l'acharnement de leurs auteurs ou l'attente du public, survivent tant bien que mal. Si le rapport Attali a fait quelque peu parler de lui, c'est uniquement parce que l'ex-Mitterrandien sait faire le marketing de ses livres et de ses idées. Quant aux commissions Tessier sur la numérisation du livre ou à la commission Zelnik sur les défis de la culture à l'ère du numérique, leur actualité n'est relayée que par les internautes soucieux de connaître les suites données par le gouvernement à la Hadopi... Même le très hargneux Jean-François Copé a vu sa commission sur l'audiovisuel public lentement digérée... Pour tous les autres sujets, de la mesure de la croissance au commerce low cost en passant par l'exonération de charge social pour les TPE, les rapports auront joué leur rôle de carte postale médiatique, offrant l'illusion d'un débat, juste le temps d'enterrer la polémique pour laisser la place à de nouvelles annonces.

Partager cet article

Repost0
3 janvier 2010 7 03 /01 /janvier /2010 12:00

sarko-au-long-nez.jpg
Pour 2010, le cynisme est au programme
Source : gabale.fr  -  le 1er janvier 2010


Conformément à la tradition, le président de la République a présenté

ses voeux aux Français.

Souvent, il n’y a rien de bien intéressant dans ce genre d’exercice imposé.


C’est généralement l’occasion, pour le locataire de l’Elysée, de se perdre en des propos convenables et convenus, d’afficher son volontarisme, de se décerner des brevets de constance et de courage dans la mise en oeuvre des "réformes", et de réagir à l’actualité du moment.

Les voeux de Nicolas Sarkozy pour 2010 n’ont pas dérogé à la règle du pipotron politique.

Pourtant, il y a quand même un passage de son intervention qui est proprement sidérant. Ecoutez plutôt :

 


Oui, vous avez bien entendu : Nicolas Sarkozy a appelé au respect mutuel, à l’effort de compréhension, à la capacité de chacun à débattre sereinement, alors que depuis des années, il n’a de cesse de faire le contraire et de montrer publiquement une personnalité dispersée, pathologiquement nerveuse et provocatrice.

La liste est longue, de l’affaire du Karcher, en passant par l’altercation avec les marins pêcheurs, le "casse-toi pauvre con" du salon de l’agriculture, les propos sur les grèves invisibles,  jusqu’aux présumés coupables de l’affaire Clearstream.

Nicolas Sarkozy a maintes fois fait preuve d’un manque évident de sang froid et d’une volonté avérée de dresser les Français les uns contre les autres (par exemple au travers du débat fumeux sur l’identité nationale française).

Il n’a jamais raté une occasion d’électriser le débat politique et, par ses innombrables provocations, de déconsidérer la fonction présidentielle.


Alors entendre Nicolas Sarkozy préconiser aujourd’hui aux Français l’exact contraire de ce qu’il fait lui-même, est absolument écoeurant.

Ceci démontre que, pour 2010, il entend plus que jamais repousser les limites du cynisme, du mensonge et du culot en politique.

 

Pour mémoire, le billet du 2 janvier 2009 : 

Sarkozy est grand, et se souhaite une bonne année !

Partager cet article

Repost0
3 janvier 2010 7 03 /01 /janvier /2010 07:00

L'usine de REXAM à Gravelines a cessé définitivement son activité. Le combat des salariés contre la multinationale, pour le maintien de l'activité et donc des emplois sur le site est perdu.
J'ai accompagné cette lutte, apportant tout mon soutien en publiant fréquemment les informations sur le blog, en relatant les manifestations "Non à la fermeture de REXAM". J'ignore à cet instant le détail du dispositif social qui sera mis en oeuvre, principalement en matière de reclassement, ce qui me semble essentiel.
Mais je ne doute pas que l'intersyndicale, que j'ai cotoyée ces dernières semaines, a fait le maximum pour préserver l'emploi dans le cadre du PSE qui vient d'être signé.  
 

Rexam - 18 dec. 2009

REXAM : lettres de licenciement
entre le 19 et le 21 janvier

La CGT l'a annoncé hier. Depuis de récentes négociations qui se sont tenues à Paris, et qui ont abouti à un accord signé à contrecoeur par les syndicats, l'usine Rexam de Gravelines a définitivement stoppé sa production de cannettes. Entre le 19 et le 21 janvier, les 137 salariés du site recevront leurs lettres de licenciement.

Lundi soir, lors de sa cérémonie de voeux à Brouckerque, le député Jean-Pierre Decool s'était fait une joie d'annoncer que lui, Michel Delebarre, Christian Hutin, Bertrand Ringot et Sylvie Demarescaux seraient reçus le 20 janvier au ministère de l'Industrie pour évoquer la situation de Rexam. « Aujourd'hui, c'est un peu tard », regrette Freddy Novoa, représentant CGT chez Rexam.

PSE : une enveloppe de 16 millions d'euros
Délocalisation programmée, comme le répètent les syndicats ? Manque de rentabilité lié à une surcapacité de boîtes sur le marché européen qui justifie la fermeture du site, comme le prétend la direction du groupe ? Quelle que soit la raison, les dés sont aujourd'hui jetés. Depuis le mardi 22 décembre, Rexam a cessé sa production de cannettes pour Coca Cola et ne la reprendra pas.

Lors des négociations, plutôt houleuses, menées à Paris la semaine dernière, l'intersyndicale CGT-CFDT-FO a accepté à contrecoeur le PSE (plan de sauvegarde de l'emploi) négocié avec la direction.
Ce PSE prévoit, selon la CGT, une enveloppe de 16 millions d'euros (la direction n'en proposait que 10 au début des négociations), chiffre englobant les primes de licenciement et celles de reclassement (primes légales et extra-légales), qui varient notamment en fonction de l'ancienneté des salariés. « La prime de licenciement pour chaque salarié est, en moyenne, comprise entre 20 000 et 80 000 E », précise Freddy Novoa.
Sur les 137 salariés du site (42 ans de moyenne d'âge), qui ont tous perçu leurs salaires du mois de décembre, trois ont, semble-t-il, déjà retrouvé un travail en dehors du groupe Rexam.

Quant aux installations du site, elles pourraient, selon le représentant local de la CGT, été mises en sécurité dans un premier temps (une opération qui pourrait prendre un ou deux mois), avant d'être démontées.

Partager cet article

Repost0
30 décembre 2009 3 30 /12 /décembre /2009 18:00

Depuis l'annonce du camouflet infligé à Sarkozy par le Conseil Constitutionnel, avec l'annulation de la "taxe carbone", les commentaires vont bon train.
Le combat était engagé depuis des mois, mais curieusement plusieurs médias oublient, (ou font semblant) de rappeler quelle personnalité politique a mené de bout en bout ce combat.
Si j'étais impoli, je dirais que ça leur "arracherait la gueule" de citer le nom de Ségolène ROYAL !
Mais vous me connaissez, je ne parle pas ainsi ... sauf exception !

Donc, parmi les opposants au nouvel impôt mal fagoté, on voit beaucoup de ces personnalités qui exprimaient au départ des positions mi-figue, mi-raisin, -- au passage pour épingler "la folle du Poitou" -- et qui tirent maintenant à elles les couvertures : Benoît HAMON, Aurélie FILIPPETTI, Cécile DUFLOT, ...

Je les cite ici, car elles sont apparues notamment au JT de 13 heures sur France2 :
Dix minutes pour traiter le sujet, c'est pas mal. Cela fait donc 600 secondes (j'ai bon ?), et naturellement pas deux secondes à consommer pour mettre en évidence le rôle de la principale opposante au régime sarkozyste.
C'est vrai, c'est délicat : après avoir tenté d'expliquer à longueur de semaines que Ségolène ROYAL est en perte de vitesse dans l'opinion, qu'elle plombe le PS, que tous ses soutiens l'abandonnent (j'en passe, et des pires), comment lui reconnaître un certain mérite dans cette affaire ?
sur-RTL-le-01-09-2009.jpg
Comme le temps passe ! Et comme la mémoire est volatile : dans le précédent billet, j'ai publié à nouveau la vidéo RTL du 1er septembre 2009 dans laquelle J-M Apathie, un expert pour appuyer là où ça peut faire mal, relève un bref résumé de la situation du moment : "Vous êtes seule contre tous, Ségolène Royal ..."
Eh oui, c'était une période de quelques jours, pendant lesquels le PS flottait, les Verts n'avaient pas de mots assez durs pour démolir la sorcière !

Défoulement sur le net, aussi, pour fustiger ses "mensonges", elle qui en 2007 avait signé le pacte écologique de Nicolas Hulot dans lequel figurait la taxe carbone ... formidable intox qui consistait à occulter que la signature était assortie de fortes réserves.
Nous avons été plusieurs à diffuser la mise au point ("Rétablir la vérité"), mais rien n'y a fait, il fallait faire interner la folle menteuse !
 

Petit florilège :

Cécile Duflot : "Toutes celles et tous ceux qui s'aventurent à critiquer dans son principe et dans ses fondements la fiscalité écologique ne sont que des démagogues déconnectés de la réalité".
"Il ne faut pas dire que la taxe carbone en soi est un mauvais impôt", même si le projet du gouvernement est "bâtard".

Daniel Cohn-Bendit  : "propos ridicules et absolument aberrants" de Ségolène Royal.
DCB toujours : les positions du PS sont "ambiguës". "La lutte contre la dégradation climatique ne peut pas attendre que la gauche arrive au pouvoir"

Martine Aubry, après une période de flottement ... on ne l'a pas inventé :
"Nous sommes en accord total non seulement avec les Verts mais avec tous les partenaires de la gauche" sur le sujet, "La France a besoin d'une contribution énergie climat" mais celle proposée par le gouvernement est "inefficace parce qu'on taxe peu les entreprises et les gros pollueurs"

Ségolène Royal s’est sentie confortée par cette déclaration. "Le Parti socialiste a changé sa position" pour la rejoindre sur ce dossier. "Si je n'avais pas parlé, tous les responsables politiques étaient d'accord pour cet impôt nouveau".

Ensuite, les choses ont évolué, certes. Et on a entendu les arguments de la maudite sorcière repris, une nouvelle fois. Mot à mot, sans vergogne :
"impôt injuste et inefficace" ...
"inefficace sur le plan écologique" et "injuste socialement" ...   CQFD !

Partager cet article

Repost0
30 décembre 2009 3 30 /12 /décembre /2009 16:00

LUTTE CONTRE LA MEMOIRE COURTE !!!

Ségolène ROYAL dit "une vérité qui dérange sur la taxe carbone" :
c'était sur RTL, le 1er septembre 2009 ...
.
"Non ce n'est pas une fiscalité écologique !"
.
 
envoyé par  segolene-royal

J-M Apathie : "Vous êtes seule contre tous, Ségolène Royal ..."
EDIFIANT !!!

Partager cet article

Repost0
30 décembre 2009 3 30 /12 /décembre /2009 14:00

taxe carbone - Sarko en exemptait ses copains
Annulation de la taxe carbone, victoire du bon sens
par jean-Louis BIANCO  -  le 30 décembre 2009


C’est donc une victoire pour Ségolène Royal et tout le Parti Socialiste, une défaite pour Nicolas Sarkozy et une victoire du bon sens.

Le Conseil constitutionnel a annulé "l’usine à gaz" fabriquée par le gouvernement. Il a, à juste titre, relevé que les plus gros pollueurs industriels (raffineries, cimenteries, cokeries, etc.) étaient exonérés.

D’autre part, ils avaient raison de rappeler la rupture du principe d’égalité devant l’impôt.

A vrai dire, c’est toute la politique fiscale de Nicolas Sarkozy qui favorise les plus riches et pénalise la plupart des classes moyennes et des familles modestes.


Bref, cette taxe était écologiquement inefficace et socialement injuste.

Que faudrait-il faire maintenant ?Prendre les problèmes dans le bon ordre :

- Développer massivement par des incitations fiscales et des politiques d’investissement public les transports en commun, notamment le train. C’est un point central du contrat socialiste pour les régionales que j’ai fait adopter lors de la convention de Tours le 12 décembre 2009.

- Développer enfin sérieusement la voiture électrique et les systèmes d’auto-partages.

- Ne pas pénaliser les ménages qui n’ont pas le choix. Les locataires dont le propriétaire ne veut pas ou ne peut pas isoler le logement, les familles rurales qui n’ont souvent pas d’autre choix que la voiture.

- Taxer les grandes industries polluantes et inciter les technologies et énergies propres.

Partager cet article

Repost0
30 décembre 2009 3 30 /12 /décembre /2009 09:00

Le Conseil Constitutionnel annule la taxe carbone :
une décision Royal !!!



Université d'été du PS - Ségolène Royal

Partager cet article

Repost0
30 décembre 2009 3 30 /12 /décembre /2009 08:00

Sale temps pour Sarkozy, pour ses courtisans et l'UMP !
Minc devra réviser ses critères de classement de la compétence : la fréquentation des centres d'apprentissage de Niort -- dévalorisant aux yeux de ce monsieur --  n'a pas empéché Ségolène ROYAL de voir plus clair que tous les politiques, et  bien avant, sur l'inefficacité et l'injustice créée par le nouvel impôt sarkozyste : la taxe carbone.

Il faut s'en souvenir, il aura fallu plusieurs jours de flottement pour que le PS  (probablement géné de donner trop rapidement raison à Ségolène) se rallie enfin à la condamnation de cette taxe.
Finalement, voilà un dossier sur lequel elle ne  représente pas "un handicap" pour le PS, puique le parti est allé jusqu'à saisir le Conseil Constitutionnel ...
--La-Rochelle---aout-2009---discours.jpg
La véritable compétence

Par l’équipe de Ségolène Royal, le 30.12.09

 

Le conseil constitutionnel a annulé hier soir la taxe carbone. Ségolène Royal salue cette décision, avec laquelle elle est en plein accord, ayant été la première à dénoncer, face au consensus général, ce nouvel impôt "Sarkozy" repeint en vert.

C’était à l’Université d’été de la Rochelle, en Août dernier.

Lors de son discours d’ouverture, elle avait évoqué "un nouvel impôt, injuste insupportable et historiquement décalé", accusant le gouvernement "de faiblesse politique" notamment sur les véhicules électriques en ne donnant pas aux français les moyens de rouler "propre".

Ségolène Royal plaidait, à contrario, pour une fiscalité écologique juste, qui encourage en priorité les transports propres plutôt qu’une fiscalité punitive qui décourage les consommateurs. Un plaidoyer pour la croissance verte qu’elle met en œuvre dans sa région depuis 6 ans, que ce soit à travers la voiture électrique Heuliez, le plan photovoltaïque ou encore le lycée Kyoto.

Il serait savoureux de nous livrer à une petite revue de presse des déclarations alambiquées ou hostiles qui ont suivi sa prise de position. Un véritable festival qui a tiré brutalement le rideau lorsque l’opinion s’est très majoritairement prononcée contre la taxe carbone.

Oui, cette taxe était injuste ! Oui, elle était insupportable ! Oui elle était décalée ! Oui, il fallait le dire.

Le conseil constitutionnel l’a donc annulée hier, après avoir été saisi par le groupe socialiste de l’Assemblée nationale.

C’est une très bonne nouvelle pour le pouvoir d’achat des français et contre la pression fiscale intolérable exercée par le gouvernement sur les citoyens. Ségolène Royal s’en réjouit.


Une fois de plus, elle a démontré son courage, face au consensus , face aux appareils politiques , face à la droite.

Ce courage de "chercher la vérité et de la dire" comme l’écrivait Jean Jaurès , qui illustre , à nos yeux, la véritable compétence politique.

Partager cet article

Repost0

Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande