Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

15 décembre 2009 2 15 /12 /décembre /2009 18:00
arcelormittal.jpg

ArcelorMittal envisage de supprimer
10.000 emplois supplémentaires en 2010

Source : lesechos.fr  -  le 14 décembre 2009


 

Le leader mondial de l'acier a réuni la semaine dernière son comité d'entreprise européen. Selon les syndicats, la direction y a annoncé son intention de réduire ses coûts pour regagner les parts de marché perdues, notamment en Europe. Quelque 10.000 emplois pourraient disparaître, après 36.000 cette année.


Malgré la remontée de la production d'acier dans le monde, ArcelorMittal, le leader mondial du secteur, s'apprête à tailler à nouveau dans ses effectifs. Fortement. C'est ce qui ressort du comité d'entreprise européen du groupe qui s'est tenu les 9 et 10 décembre, selon les représentants syndicaux qui participaient à la réunion. « Le début de 2010 sera encore marqué par des surcapacités de production en Europe, où le groupe doit regagner des parts de marché perdues, explique Edouard Martin, délégué central CFDT. Dans un contexte de concurrence exacerbée, il doit améliorer sa compétitivité et réduire ses frais généraux de l'ordre de 500 millions de dollars pour les ramener globalement à moins de 3,5 % du chiffre d'affaires. »

Selon plusieurs représentants syndicaux présents au comité d'entreprise, la direction envisagerait de réduire ses effectifs d'environ 10.000 salariés à travers le monde, sur un total de 285.300 salariés actuellement, dont un quart en Europe et environ 25.000 en France. De source proche du dossier, l'effectif actuel dans l'Hexagone est cohérent avec l'activité : « S'il devait y avoir une adaptation, elle serait marginale et en fonction des conditions de marché ».

Les syndicats soulignent que, pour 2009, ArcelorMittal avait initialement prévu une suppression de 9.000 postes dans ses fonctions administrative et commerciale. Elle s'est finalement traduite par une perte de 36.000 emplois, dont 50 % en Europe. La direction se montre moins précise. « Lors de la réunion avec les représentants européens du personnel, il a été évoqué la possibilité d'une baisse des effectifs, non encore chiffrée, liée, d'une part, aux départs naturels et, d'autre part, à l'optimisation de la production », déclare un porte-parole, sans démentir les 10.000 postes avancés par les syndicats.

Pour autant, ArcelorMittal envisage une reprise à compter du second semestre de 2010. Dans cette perspective, le groupe de par Lakshmi Mittal prévoit que ses installations devraient fonctionner à 70 % de leur capacité, contre 50 % cette année, période noire où de très nombreux hauts-fourneaux ont été provisoirement arrêtés. C'est dans ce cadre que, selon la CFDT, le groupe projetterait d'engager environ 2 millions d'euros dans la remise à niveau du haut-fourneau P3 à Florange (Moselle) à l'arrêt depuis plusieurs mois, puis du haut-fourneau P6 actuellement en activité, ce que la direction se refuse à confirmer.

Par ailleurs, Michel Wurth, responsable européen des aciers plats au carbone, a confirmé, au cours de la réunion du comité européen, que le site de Florange était retenu pour le projet Ulcos de captage de CO2. Ce projet mobiliserait un investissement de 500 millions d'euros, pour lequel le groupe souhaite le soutien des pouvoirs publics. « Sur ce sujet, nous maintenons notre position originelle. Il s'agit d'un projet important, qui associe différents opérateurs industriels, et ne peut être conduit sans accompagnement public », note la direction.

 

En France aussi, la production remonte

Le mois dernier, la production française d'acier brut a bondi de 27 %, selon les chiffres publiés par la Fédération française de l'acier. C'est la première hausse enregistrée depuis des mois. En septembre et en octobre, la production française, très liée à l'activité d'ArcelorMittal, avait limité sa chute par rapport à l'année précédente, avec des baisses de 15 % et 16 %, alors qu'elle chutait encore de plus de 35 % au cours de l'été. La hausse de novembre s'explique avant tout par un effet de base : les chiffres du mois dernier se comparent à ceux, désastreux, de novembre 2008, premier mois d'effondrement de la production d'acier à cause de la crise. Pour les onze premiers mois de l'année, la production d'acier française s'inscrit encore en baisse de 31,9 % par rapport à la même période de 2008. En octobre, la production mondiale d'acier a renoué avec la croissance, progressant de 13,1 % sur un an, tirée en grande partie par la Chine, premier producteur mondial..

Partager cet article

Repost0
15 décembre 2009 2 15 /12 /décembre /2009 16:00
logo nord pas-de-calais
Malgré les efforts, la région fait toujours figure
de mauvaise élève dans la santé au travail
Source : La Voix du Nord  -  le 12.12.2009

En matière de santé au travail, la région fait toujours figure de mauvaise élève au regard des statistiques nationales. Bien que la situation se soit améliorée. La CRAM et la direction régionale du travail (DRTEFP) viennent d'éditer un second atlas diagnostiquant l'état de la région, selon les territoires. ...

Plus d'accidents, plus graves. Entre 2007 et 2008, le nombre d'accidents du travail ayant entraîné un arrêt a baissé de 3 % dans la région alors que, globalement, celui-ci a augmenté dans le Pas-de-Calais. En revanche, les statistiques restent supérieures à celles nationales. Pour mille salariés, on dénombre 42,6 accidents du travail contre 40,2 en France. De même l'augmentation sensible du taux de gravité (+ 5,7 %) la porte désormais à 1,35 jour d'arrêts (pour mille heures travaillées) contre 1,29. Les territoires de Boulogne, Lens-Hénin et Béthune-Bruay sont les plus touchés.

Des arrêts de travail plus courts. La durée moyenne d'arrêt de travail dans le Nord - Pas-de-Calais est inférieure à celle nationale : 51 jours contre 53. Selon Henri-Pierre Radondy, directeur régional CRAM, cela s'expliquerait par « une culture de ne pas s'écouter - qui a une incidence sur la santé - et la précarité de l'emploi ».

Augmentation du nombre de maladies professionnelles. Sur la période 2004 - 2008, le nombre de maladies professionnelles (troubles musculo-squelettiques, cancers, amiante, surdité) a augmenté de 25 % (contre 23,2 % nationalement) alors que la part de la région dans la statistique nationale (9 %) est plus importante que son poids démographique (6 % des salariés).
Si l'on constate une légère baisse du nombre de maladies dues à l'amiante depuis 2007, les troubles musculo-squelettiques représentent encore la moitié des maladies professionnelles reconnues.
Sans surprise les secteurs d'activité concernés sont la construction, l'industrie manufacturière, réparation automobiles et articles domestiques. Ces emplois demandent des efforts physiques plus importants sur les articulations et les os. Les secteurs de la construction et de l'industrie manufacturière sont également touchés par des problèmes de surdité : environ un salarié sur 5 de plus de 45 ans signale des troubles de l'audition.
Avec les changements survenus dans le monde du travail, les risques psycho-sociaux sont davantage mis en lumière. Ainsi, plus d'un tiers des salariés se plaignent de contraintes temporelles, essentiellement dans le secteur de la construction, un quart de ne pas avoir de choix d'exécution, 22 % que leur travail n'était pas reconnu et 17 % de ne pas avoir d'entre-aide. Au-delà de 45 ans, il semble que l'on soit plus sensible à ces contraintes génératrices de stress.

Exposition aux CMR (cancérogènes, mutagènes, reprotoxiques). Sur la période 2004 - 2008, quelque 934 cancers ont été reconnus comme maladies professionnelles dans le Nord - Pas-de-Calais, soit 13 % des cancers professionnels en France. Mais ce taux ne représente au final que 4 % des maladies professionnelles constatées en région (contre 3 % en France).

Partager cet article

Repost0
15 décembre 2009 2 15 /12 /décembre /2009 10:00

A propos de la validation des listes PS aux élections régionales 2010, qui a eu lieu à Tours le samedi 12 décembre ...
Lu dans le journal La Voix du Nord, le dimanche 13 décembre :

Présidents grippés
logo-PS-invers-.jpg
Daniel Percheron s'est fait porté pâle hier à Tours. Le président de la région Nord / Pas-de-Calais était grippé.
Une autre présidente de Région était absente, celle du Poitou-Charentes.

"Ségolène Royal a avalé du MoDem, elle aussi est malade" , s'est amusé un haut responsable du Parti socialiste.


Je ne connais pas le nom de cet humoriste "Haut-responsable-du-PS".
Je doute qu'il lise ce blog. Mais on ne sait jamais, alors je lui indique un menu particulièrement indigeste, de ceux qui  menacent le PS de la crise de foi (sans "e", intentionnellement) :


En entrée    :  un potage Dallongeville
En plat         :  de la Lang sauce Sarko
En dessert  :  une salade de fruit Frêche

Il y a quelques ingrédients malfaisants et nuisibles à la santé du parti : du copinage, des compromissions, des convictions à géométrie variable ... et le tout assaisonné de paroles trop vinaigrées, trop acides.

Ne nous étonnons pas si de nombreux "clients" ne sont plus attirés par la carte !!!

Partager cet article

Repost0
14 décembre 2009 1 14 /12 /décembre /2009 11:00

Ségolène ROYAL :  "Si Nicolas Sarkozy veut être DRH,
qu'il le soit dans les entreprises qu'il délocalise !
Source : le site Désirs d'Avenir  -  le 14 décembre 2009

 

Ségolène Royal était ce matin, lundi 14 décembre, l'invitée de Jean-Michel Aphatie sur RTL.



Ségolène Royal sur RTL (Régionales, Copenhague) [14/12/2009]
envoyé par  segolene-royal-videos


Elections régionales :

Martine Aubry a estimé samedi à Tours que le PS était en mesure de gagner toutes les régions en mars 2010. Pour Ségolène Royal, il faut être prudent sur les objectifs : "Je pense qu'il faut toujours être prudent sur les objectifs et en tout cas ne jamais préempter, de la part d'un parti politique, des résultats électoraux, les électeurs n'aiment pas cela du tout, un enjeu d'une élection régionale c'est un enjeu local " a déclaré la présidente de la région Poitou-Charentes. "Ce qui est important c'est le projet qui est porté dans les régions avec un travail qui a été fait par Jean-Louis Bianco qui a présenté ce projet des régions (...) il y a dans ce projet d'ailleurs beaucoup de choses qui sont déjà accompli dans la région Poitou-Charentes"

Sur son absence à Tours : Ségolène Royal a rappelé que "la région était représentée par un vice-président, Jean-François Macaire", et qu'elle y était indirectement via "un témoignage télévisuel sur l'agriculture biologique sur laquelle la région Poitou-Charentes est en pointe (...) S'engager dans la campagne des régionales c'est aussi agir sur le terrain (...) et ce que je faisais pendant la réunion de Tours c'était d'obtenir que la voiture Heuliez soit présente à Copenhague ou je pars ce soir puisqu'il va y avoir une parade des voitures électriques et grâce à la région, une voiture française, la voiture Heuliez sera présente au côté du maire de Copenhague dans ce défilé (...) derrière ce sont 600 salariés qui sont menacés et qui vont j'espère retrouver leur emploi (...) Mon combat de femme politique c'est d'abord la politique par la preuve, la politique concrète, celle qui sauve les emplois et qui est au plus près de terrain".

Interrogée par J.M. Aphatie sur "le cas Georges Frêche", Ségolène Royal a rappelé : "Les militants ont voté, c'est la direction du parti qui s'occupe de ça, ça ne vous a pas échappé que je ne suis pas dans la direction du parti".

Sur les propos de Sarkozy, se voyant "DRH du Parti Socialiste" :

"La politique à ce niveau, ce n'est pas ce qu'attendent les français ... ses propos, je les trouve dérisoires par rapport aux attentes"

Les trois sujets qui préoccupent les français :

"Ce qui préoccupe les français, ce sont les 3 sujets d'actualité de cette semaine qui commence : la privatisation de la poste (...) alors que plus de 2 millions de français se sont exprimés contre dans une votation citoyenne, le démantèlement des collectivités territoriales et le "grand emprunt" qui n'est rien d'autre qu'une fuite en avant vers la dette...

Sur le sommet de Copenhague : je suis optimiste, je pense que Barak OBAMA va beaucoup s'impliquer ..." 

Partager cet article

Repost0
13 décembre 2009 7 13 /12 /décembre /2009 19:00
identité nationale - mohamed - charter
Identité nationale : Morin, Sabeg, Boutin ... malaise dans la majorité
Source : NOUVELOBS.COM  -  le 12 décembre 2009

"La querelle sur les minarets relayée par l'UMP, c'est insupportable", estime Hervé Morin (Nouveau centre). Le commissaire à la Diversité Yazid Sabeg qualifie le débat de "volonté politicienne" ouvrant "un espace au Front national". "Cela a fait énormément déraper sur les musulmans", souligne Christine Boutin.

Le débat sur l'identité nationale "ouvre un champ et un espace au Front national", a déclaré jeudi 10 décembre le commissaire à la Diversité Yazid Sabeg, tandis que le même argument a poussé Christine Boutin à demander la fin du débat. Lapidaire, le ministre de la défense Hervé Morin, qui préside le Nouveau Centre, a lancé jeudi : "La querelle sur les minarets relayée par l'UMP, c'est insupportable".
Après le député UMP François Baroin mercredi, qui estimait sur Nouvelobs.com que l'"on joue aux apprentis sorciers", de nouvelles voix se sont donc élevées au sein de la majorité présidentielle contre l'initiative de Nicolas Sarkozy.
"Il est certain que pour moi, ça ouvre un champ et un espace au Front national, il n'y a pas l'ombre d'un doute. Je pense que la manière dont le débat a été engagé le rend difficilement contrôlable. Je n'en connais pas les objectifs et je n'en connais pas le but", a déclaré Yazid Sabeg, invité de l'émission "Parlons-en" LCP/Journal du Dimanche, qui sera diffusée intégralement dimanche.

"Une volonté politicienne"

Comme on lui faisait remarquer qu'il était commissaire du gouvernement, il a répondu: "je l'ai dit à Eric Besson, j'ai des doutes, je ne suis pas très à l'aise avec ce débat". "J'ai tout de suite dit que ce débat était dangereux.
Il a dit "croire vraiment" qu'il y avait "une volonté politicienne" de la part du ministre de l'Immigration avec ce débat. A la question: "Vous voyez une volonté politicienne ?", il a déclaré: "cela en a l'air de sa part. Je le crois vraiment, je le pense. Si c'est un calcul, c'est dommage".
"L'identité ne doit pas être 'racialisée'. Je pense que le président de la République peut siffler la fin de la récréation, il va avoir l'occasion de le faire", a-t-il ajouté.
Rappelant que l'islam était "la deuxième religion de France depuis 179 ans", le commissaire à la Diversité a jugé que "l'islam pos(ait) problème à la société française depuis longtemps". "Et moi, a-t-il poursuivi, je pose deux questions. Est-ce que l'on peut être musulman dans ce pays ? Et deuxième sujet : est-ce qu'il est normal, est-ce qu'il serait décent que l'islam soit l'otage de débats politiques et de calculs politiques dans ce pays ?".

"Cela a fait énormément déraper sur les musulmans"

De son côté, Christine Boutin, qui a quitté le gouvernement en juin dernier, appelle à mettre fin au débat "le plus rapidement possible".
"Nous sommes en train de tomber dans le piège qui nous a été lancé par le débat sur l'identité nationale", a déclaré l'ancienne ministre du Logement, également invitée de l'émission "Parlons-en" LCP/Le Journal du dimanche.
Pour la présidente du Parti chrétien-démocrate, "lancer ce débat-là ne peut que redonner de l'oxygène au Front national et malheureusement ce que l'on voit se développer aujourd'hui, ce sont tous ces propos inacceptables. Cela a fait énormément déraper sur les musulmans".
"Compte-tenu de l'orientation que prend ce débat, pour que tout le monde s'en sorte bien, il vaut mieux l'arrêter le plus rapidement possible".
Affirmant ne pas vouloir "stigmatiser les musulmans parce que ce serait une erreur majeure", Christine Boutin a fait valoir que "la France, sa valeur profonde" c'était "l'acceptation de l'autre". "La France est une République laïque qui accepte toutes les religions et toutes les croyances. Donc nous ne devons pas avoir de problèmes par rapport à cela. Or aujourd'hui, le débat sur l'identité nationale devient le problème des musulmans et je ne peux accepter cela", a-t-elle ajouté.
Elle s'est émue que le débat se prolonge durant un an. "Quand on est parti sur une mauvaise voie, il y a des logiques qui s'installent. Et si cela doit durer un an, je ne sais pas comment on va s'en sortir", a jugé Christine Boutin.

Partager cet article

Repost0
12 décembre 2009 6 12 /12 /décembre /2009 17:00
najat belkacem - da37
Najat BELKACEM :
Ségolène Royal "appartient pleinement au PS"

Source : lexpress.fr  -  le 11 décembre 2009

Selon l'institut BVA, 74% des sondés pensent que Ségolène Royal est "un handicap" pour le PS. Sa porte-parole, Najat Vallaud-Belkacem, réagit à cette étude.

 

Pour vous, quel est l'intérêt de ce sondage ?

Les sondages sont intéressants, je suis d'avis de ne jamais les ignorer même s'il faut toujours les prendre avec précaution. Certaines questions me paraissent orientées, d'autres auraient mérité d'être posées.

Ségolène Royal se montre-t-elle trop indépendante vis-à-vis du PS ?

Elle a une grande liberté de pensée et de parole qui parfois déconcerte, mais qui permet aussi de faire avancer certaines idées. Je pense a la rénovation des pratiques militantes, aux primaires, à la critique de la taxe carbone...

Mais Ségolène Royal appartient aussi pleinement au PS, elle a été sa candidate aux présidentielles, elle a réuni sur son nom près de 50% des militants à Reims, elle est la candidate désignée par les militants pour les régionales et elle est sa représentante au sein de l'Internationale Socialiste.

Vous êtes à la fois membre de la direction du Parti socialiste et porte-parole de Ségolene Royal, comment concilier les deux ?

Je soutiens Ségolène Royal et je travaille loyalement avec tout le monde. Il y a des socialistes de grande valeur dans tous les courants et on s'entend heureusement sur l'essentiel. Je partage les combats de la direction du parti contre la politique gouvernementale et en faveur de plus de justice fiscale, sociale et environnementale.

Je suis, en outre, très favorable à l'entreprise de rénovation du PS qui n'est pas étrangère à ce que Ségolène Royal a elle-même insufflé.

Il faut aussi faire bouger le PS sur d'autres plans. Il faut notamment qu'il soit au clair sur son positionnement sur l'échiquier politique et donc sur la question des alliances. Les points de vues sont aujourd'hui partagés sur ce point.

Ségolène Royal avait dit jeudi sur Europe1 : "Le parti n'est qu'un instrument au service des hommes et des femmes dans un pays [...] Je ne me bats pas pour le Parti socialiste". Que veut dire cette déclaration, notamment la dernière phrase ?

Elle se bat pour changer la société, la France et défendre les Français. Les partis sont au service de cette ambition. C'est le sens de l'engagement de tout homme ou femme politique qui ne se bat pas d'abord pour lui même, mais pour son pays et ses concitoyens. Ségolène Royal ne dit pas autre chose.

Ségolène Royal promeut la démocratie participative et les primaires ouvertes. Le renouveau de la vie politique doit-il forcément dépasser les courants et les partis ?

Les partis sont un outil central de la démocratie. Le renouveau de la vie politique réside cependant dans la capacité des partis à s'ouvrir sur la société, à rénover les pratiques militantes, à laisser plus de place à la participation citoyenne, à investir les réseaux sociaux, à attirer a eux les universitaires, les artistes, les intellectuels... On ne peut pas rester engoncé dans de vieux schémas. De ce point de vue, les primaires sont une chance.

Deux mouvements gravitent autour de Ségolène Royal. D'un côté, l'Espoir à gauche, le courant issu de sa motion présentée à Reims. Animé par Vincent Peillon, Ségolène Royal veut placer à sa tête Jean-Louis Bianco, Gaëtan Gorce et vous-même. De l'autre, Désirs d'avenir, son association. Comment ses deux mouvements peuvent-ils s'articuler ?

Beaucoup d'adhérents de Désirs d'Avenir sont aussi militants d'Espoir à gauche dés lors qu'ils sont au PS. Mais beaucoup de membres de Désirs d'avenir ne militent dans aucun parti et appartiennent à la société civile. Désirs d'avenir peut permettre à Espoir à Gauche de s'ouvrir sur la société civile et de changer notre appréhension de certains sujets.

Quelle la différence entre Désirs d'avenir et un parti politique classique ?

Désirs d'avenir n'est pas un parti, c'est un réseau social participatif qui soutient la démarche de rénovation de la vie politique de Ségolène Royal et l'enrichit. C'est une des nouvelles formes de militantisme à cheval entre la société et les partis.

Partager cet article

Repost0
12 décembre 2009 6 12 /12 /décembre /2009 07:00

Sondage réalisé par le DRH Sarko (référence à mon billet du 11 décembre) :

Selon cet autre sondage du 8 décembre, j'ai la confirmation que Lang et DSK sont avec Sarko !

 

- sondage réalisé sur un échantillon de 1 personne (Sarko himself) lors d'un meeting UMP en Alsace ...

 

100 % de la personne interrogée confirme bien qu'il a mis dans sa poche des personnalités qui se disent encore socialistes, contre toute évidence !!! 

Cherchez l'erreur : qui est "plutôt un handicap" pour la crédibilité du PS ???


avec-guillaume-garot---montpellier.jpg
Le sondage sur Ségolène Royal
est de la "trash politique"

Source : NOUVELOBS.COM  -  le 11 décembre 2009

L'enquête BVA où Ségolène Royal est très critiquée par une large majorité des Français est dénoncée par son porte-parole Guillaume Garot, député de la Mayenne, qui juge qu'"avec ce sondage, on sombre dans la trash politique".

"Avec ce sondage, on sombre dans la 'trash politique'. Le retour au débat d'idées est plus qu'urgent", a jugé Guillaume Garot dans un communiqué publié vendredi 11 décembre.

Selon lui, ce sondage, "sous couvert de rigueur scientifique", n'a "pas d'autres objectifs que de continuer la campagne agressive et personnelle contre Ségolène Royal".
Il "enferme les personnes interrogées dans des réponses caricaturales" et "propose même carrément, dans une des questions, l'élimination d'un acteur majeur de notre vie démocratique", dénonce Guillaume Garot.


Un handicap, selon 74 % de sondés

Dans cette enquête BVA pour Canal+ diffusée vendredi, 62% des personnes interrogées estiment que l'ex-candidate à la présidentielle "devrait soutenir les positions défendues par son parti", 36% considèrent "qu'elle a raison d'afficher son indépendance" et 2% ne s'expriment pas.
A la question "Aujourd'hui, pensez-vous que Ségolène Royal est plutôt un atout ou plutôt un handicap pour le Parti socialiste", 74% pensent qu'elle est plutôt un handicap et 26% qu'elle est plutôt un atout.

- Sondage réalisé du 9 au 10 décembre par internet auprès d'un échantillon de 1.020 personnes représentatif de la population française âgée de 15 ans et plus (méthode des quotas).

Partager cet article

Repost0
11 décembre 2009 5 11 /12 /décembre /2009 15:00

On s'en doutait ... mais le président de la République de l'UMP vient de le dire très clairement, avec fanfaronnade et délectation : c'est officiel, DSK est avec lui !  Djak, pareil !!!
Pour ceux qui persistaient à croire, contre toute évidence, que Lang et DSK étaient toujours socialistes ... ça doit faire un coup !!! 

Sarkozy "DRH du PS" : une blague deux fois recyclée
Source : Rue89.com  -  le 9 décembre 2009

"J'ai choisi d'être leur directeur des ressources humaines. Strauss-Kahn ? A Washington ! Kouchner ? Avec nous ! Jack Lang ? Avec moi !" La scène, selon LePost.fr qui a déniché la vidéo, a été filmée mardi par un téléphone portable, à Lingolsheim, lors du déplacement de Nicolas Sarkozy en Alsace : 


 

Le Président de la République se félicite des bons tours qu'il a joués au PS, grâce à l'ouverture :

"Je n'ai pas besoin de l'ouverture. Je l'ai fait, l'ouverture, parce que je pense que la France est un pays qui a besoin qu'on lui rappelle la nécessité de la tolérance. C'est un pays qui n'a pas besoin du sectarisme. C'est un pays qui doit s'ouvrir."

"Et vous savez au fond ce qui manque au Parti socialiste ? C'est d'un directeur des ressources humaines. Ils ont des talents, ils ne savent pas s'en servir. Franchement, donc, j'ai choisi d'être leur directeur des ressources humaines."  [rires]

"Strauss-Kahn ? A Washington ! [rires] Kouchner ? Avec nous ! Jack Lang ? Avec moi ! Vous savez, une formation politique qui a des talents pareils et qui choisit Martine Aubry ou Ségolène Royal… "  [inaudible]

En meeting à Lagord puis à La Rochelle

Mais ce n'est pas la première fois qu'il caresse l'idée d'être le DRH du PS. En septembre 2008, lors d'un meeting à Lagord, près de La Rochelle (où venait de se réunir le PS), il avait déjà déclaré :

"Je suis devenu leur directeur des ressources humaines. Savez vous que le problème des socialistes, c'est qu'ils ont des talents, mais ils ne les connaissent pas. Donc, Kouchner avec moi, Strauss-Kahn à New York avec un bon salaire. Jack Lang, pas loin de moi, en tout cas pas à La Rochelle. Et s'il faut continuer avec Claude Allègre, on continuera ! "

Un an plus tôt, le 30 août 2007 à l'université d'été du Medef, il fanfaronnait déjà :

"Peut-être que je suis celui qui sait le mieux exploiter les richesses humaines du Parti socialiste. Ils ont des gens très bien, ils ne les utilisent point. Dans une autre vie, je pourrais peut-être faire directeur des ressources humaines."

 

La morale de l'histoire ? Elle nous a été donnée lundi, sur France3, par le porte parole de l'UMP Frédéric Lefèbvre :

"Un des dangers d'Internet, c'est que à force de faire des copier-coller, on oublie la création. "

Partager cet article

Repost0
11 décembre 2009 5 11 /12 /décembre /2009 14:00
meeting régionales à Angoulême - DA37
Collectivités :
Ségolène Royal accuse Sarkozy

Source : lefigaro.fr  -  le 9 décembre 2009

Ségolène Royal, présidente de la région Poitou-Charentes, estime dans une interview aux Echos à paraître demain que Nicolas Sarkozy veut "détruire le seul contre-pouvoir qui subsiste en France" par sa réforme des collectivités locales.

La création de conseillers territoriaux est une "réforme purement politicienne. Nicolas Sarkozy veut émietter la gauche et empêcher l’émergence de présidents de région forts. Il cherche avant tout à détruire le seul contre-pouvoir qui subsiste en France, celui des collectivités territoriales", affirme Mme Royal.


Selon elle, "la bonne réforme est celle qui clarifie les compétences". "Or c’est le contraire. Déjà, elle ne va pas permettre de baisser les coûts. En Poitou-Charentes, nous compterons, d’après nos calculs, plus de 80 conseillers territoriaux au lieu des 55 conseillers régionaux actuels", argumente-t-elle.
Concernant les régionales, Mme Royal regrette que les Verts partent en autonomes de sa liste. "C’est une question de cohérence pour eux. Ils ne peuvent pas avoir autant participé à une majorité régionale reconnue comme exemplaire - Poitou-Charentes a été invitée à Copenhague - et faire cavalier seul", dit-elle, déplorant une "erreur de la part des appareils politiques".

L'ex-candidate à la présidentielle pointe également le "risque" de l'abstention à cette élection. Pour elle, "conserver les régions serait déjà un succès" pour la gauche.

Quant à son absence à la convention nationale du PS de ratification des listes samedi à Tours, Mme Royal déclare : "Ma place est sur le terrain, c’est là que je suis la plus utile", jugeant sa présence "pas indispensable". "Je suis toute entière à ma tâche de présidente de région, là où je dois être", assure-t-elle, soulignant que sa campagne est "lancée".
 

 

L'article du journal Les Echos du 10 décembre 2009  :  ICI

"Ségolène Royal : "Nicolas Sarkozy veut détruire le seul contre-pouvoir qui subsiste en France"

Partager cet article

Repost0
11 décembre 2009 5 11 /12 /décembre /2009 10:00

sauvons la recherche

Un classement mondial, qui place le CNRS en 1ère place des organismes de recherche ... cela fait tâche dans le tableau moqueur dressé par Sarko en janvier 2009.

Il n'en faut pas plus pour voir les défenseurs de Sa Majesté se lancer dans des arguments remettant en cause les critères de ce classement ! Exemple : "Il faudrait voir le nombre de publications par chercheur de chacun de ces instituts en fait. Comparer des organismes de taille différente entre eux en regardant uniquement le nombre de publications n’a aucun sens."

Admettons. Sauf que ... l’un des objectifs des "réformes" était d’améliorer la visibilité des centres de recherche. Or cette étude montre que s’il y a bien un organisme visible au niveau mondial : c’est le CNRS !!!

Les grincheux, mécontents de voir des organismes de recherche français en haut de tableau, vont-ils aussi se gausser du 14ème rang occupé par l'Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale ? Et le 54ème pour le Commissariat à l'Energie Atomique , le 71ème pour l'Université Pierre et Marie Curie Paris 6 ? 


Le CNRS classé premier organisme mondial de recherche
Source : LEMONDE.FR  -  le 10 décembre 2009

Vous vous en souvenez sans doute. C’était au début de l’année, le 29 janvier. Nicolas Sarkozy recevant des chercheurs à l’Elysée  se payait leur tête : "Plus de chercheurs statutaires, moins de publications et pardon, je ne veux pas être désagréable, à budget comparable, un chercheur français publie de 30 à 50% en moins qu’un chercheur britannique dans certains secteurs.
Évidemment, si l’on ne veut pas voir cela, je vous remercie d’être venu, il y a de la lumière, c’est chauffé…… On peut continuer, on peut écrire. C’est une réalité et si la réalité est désagréable, ce n’est pas désagréable parce que je le dis, c’est désagréable parce qu’elle est la réalité, c’est quand même cela qu’il faut voir."

Voir le sketch sur Dailymotion : 

Le sketch de Sarkozy aux chercheurs
envoyé par  RichardTrois

Une sortie qui avait passablement énervé les chercheurs français à l’époque. Le collectif  “Sauvons la recherche” s’est récemment fait un plaisir de pointer le classement établi par l’institut espagnol SCImago qui compare, sur la base d’indices purement bibliométriques, les quelques 2000 institutions ayant effectué plus de 100 publications indexées par la base de données Scopus de Elsevier en 2007. Ce classement regroupe donc, de façon désordonnée, des organismes de recherche comme le CNRS, des universités, de gros laboratoires et des instituts privés.

A ce jeu là, le CNRS se classe à la première place mondiale, l’INSERM est 10ème, le CEA 54ème et l’université Pierre et Marie Curie 76ème, devant beaucoup d’universités américaines très prestigieuses. Notons que dans cette compétition ouverte, nos fonctionnaires, “bien chauffés”, qui ont “vu de la lumière” en passant par là, laissent très loin derrière les instituts privés qui devraient être notre idéal, puisque la première entreprise privée, IBM, se classe 375ème.

 

cocorico2.1260451096.JPG

Partager cet article

Repost0

Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande