Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

16 septembre 2008 2 16 /09 /septembre /2008 20:00


Ségolène ROYAL ne change pas de stratégie

et privilégie le débat d'idées

.

par l'équipe de Ségolène ROYAL


Après en avoir parlé avec son équipe, Ségolène a pensé indispensable de tenir compte de l’exaspération des Français et des militants socialistes face au spectacle offert par la guerre des égos. C’est aussi la raison pour laquelle elle ne s’est pas exprimée dans les médias depuis quinze jours, se refusant ainsi à entrer dans un jeu de rôles pernicieux, à un moment où les Français attendent la gauche si fortement pour s’opposer et proposer.


Ce n’est pas un changement de stratégie. Elle a toujours privilégié le débat d’idées et elle est plus que jamais déterminée à faire gagner celles qui sont formulées dans la contribution "Combattre et proposer", déjà soutenue par plus de 7 500 signatures.


Dire qu’être candidate au poste de Premier secrétaire n’est pas un préalable, c’est dire qu’il faut d’abord convaincre sur des idées : pour la France, et pour le Parti socialiste. Elle l’a d’ailleurs toujours affirmé.
Partager cet article
Repost0
16 septembre 2008 2 16 /09 /septembre /2008 08:00


Selon LEMONDE.FR (avec AFP et Reuters)  -  15.09.08
Ségolène Royal revoit sa stratégie
au sein du PS
Partager cet article
Repost0
15 septembre 2008 1 15 /09 /septembre /2008 21:00

La vidéo sur Dailymotion a été supprimée ... qu'à cela ne tienne, vidéo sur Kewego :



                                                                     Video de daniel-c

Dans cette interview, Ségolène ROYAL indique qu'elle prendra sa décision à la suite du vote des militants sur les motions (le 6 novembre).

Si j'en crois la plupart des éditorialistes, après un rapide examen des réactions...
ça y est, elle jette l'éponge !


Il ne faut rien de plus pour que la joie éclate chez les frileux (je parle de ceux qui veulent éviter que ça change au PS !) : Youpi ! Elle va retirer sa candidature !!!

Comme les médias nous bassinent avec "la perte de vitesse", ... "la perte des soutiens", ... j'en passe et des plus mauvaises, une analyse foireuse de plus ou de moins ne va pas nous impressionner !

IL FAUT DONC LE DIRE ET LE REDIRE :
LES MILITANTS VOTENT LE 6 NOVEMBRE !
Partager cet article
Repost0
14 septembre 2008 7 14 /09 /septembre /2008 14:00

Source : Interview dans Le Figaro  -  13.09.2008

LE FIGARO - Sur l'affaire Tapie ou le fichier Edvige, comment expliquez-vous que François Bayrou soit apparu comme un opposant plus audible que le PS ?
Vincent PEILLON. - Je ne crois pas que ce soit le cas. La course à l'échalote ne doit pas être au meilleur opposant. Surtout quand on n'a pas choisi durant la présidentielle de faire barrage à Nicolas Sarkozy. Cela fait un peu tacticien. Ce qui compte, c'est la capacité à proposer une alternative à la politique qui échoue de Nicolas Sarkozy.

Vous souhaitez des assises de la gauche. Pourraient-elles être ouvertes au MoDem ?
Je souhaite des assises de la gauche et des progressistes avec nos alliés traditionnels et les démocrates, s'ils veulent bien sortir de leurs positions mi-chèvre mi-chou. À eux de se déterminer. Mais ce dialogue doit se faire sur le fond, dans le respect et dans la clarté. C'est ainsi que nous devons avancer. Il faut cesser avec le tropisme sectaire qui gagne les partis d'opposition. Chacun ne peut pas être obnubilé par ses affaires in­ternes et l'entretien de son pré carré. Il faut veiller à donner une image plus ouverte sur les problèmes des Français pour avoir la capacité de créer ensemble une dynamique et d'y apporter des réponses. On a vu ce que nous ont coûté la concurrence à gauche en 2002, et les hésitations en 2007. On n'est pas obligé de reproduire les mêmes erreurs.

Sur quelles questions le débat du congrès doit-il porter ?
La question de fond est celle de l'ouverture d'un nouveau cycle politique : le passage de l'ancien - dans la doctrine, les comportements et l'organisation - au nouveau.
C'est le vrai clivage du congrès : d'un côté, ceux qui veulent créer les conditions d'une nouvelle gauche française, et de l'autre, tous ceux qui veulent bricoler et raccommoder les vieilles façons de faire.


Les socialistes sont-ils encore capables de vivre ensemble ?
Bien entendu. C'est indispensable pour le pays. C'est la réponse que nous devons apporter au congrès. Tous ceux qui sont responsables doivent se mobiliser pour que ce congrès, qui n'a pas bien démarré, puisse mieux finir.

Pourtant, vous-même avez parlé de "malfaisants" au sein du PS...
Le PS, c'est 200 000 personnes. Il faut avoir plus de fermeté à l'égard des quelques individus qui ne facilitent pas notre vie en commun. Il faut remarquer leurs comportements et ne plus leur donner de responsabilités.

Bertrand Delanoë et François Hollande se rapprochent en vue du congrès. Ségolène Royal peut-elle encore l'emporter ?
Je ne sais rien de ce rapprochement. En revanche, les qualités intellectuelles, morales et poli­tiques de Ségolène Royal sont avérées. Ceux qui voudraient faire réussir le PS contre elle ou sans elle commettent une erreur d'analyse et une faute lourde. Il faut travailler au rassemblement le plus large, sans exclusive et sans préalable.

Doit-elle toujours être candidate au poste de premier secrétaire ?
C'est à elle de le décider.
Quand on a été désignée dans le dernier scrutin démocratique au PS par 60 % des militants, qu'on a été la candidate de toute la gauche au second tour de la présidentielle, on est la plus légitime à prétendre à cette fonction.


Pierre Moscovici aurait-il les qualités pour diriger le PS ?
Sans doute, Pierre Moscovici a les qualités requises pour occuper cette fonction. Mais aussi d'autres fonctions… Je ne crois pas que le préalable d'une telle candidature doive aujourd'hui bloquer les rassemblements nécessaires pour doter le PS d'une majorité capable de conduire le travail qui nous mènera à la victoire en 2012.
Partager cet article
Repost0
13 septembre 2008 6 13 /09 /septembre /2008 08:00

Intervention de Jean-Pierre Mignard (Avocat, Président de Désirs d'Avenir)
lors d'une séance de travail sur la contribution "Combattre et proposer",

sur le thème de la liberté de la presse et des médias en ligne :




.
"Nous avons, avec la campagne de Ségolène, lancé l'idée du pouvoir de la démocratie participative, et nous avons été sur ce point, il faudra toujours s'en souvenir, historiquement, des promoteurs, des initiateurs, notamment avec Internet."

Partager cet article
Repost0
12 septembre 2008 5 12 /09 /septembre /2008 17:00


Lu sur le site de Bernard VIGREUX 
Echanger des idées pour Construire Demain

(Billet du 10 septembre 2008)


Bernard est un de nos deux mandataires pour la contribution COMBATTRE ET PROPOSER, auprès de la commission fédérale (Nord) pour le Congrès.


Curieuse, cette phase du Congrès!
Face à une démarche basée sur l'engagement militant qui a permis de rédiger notre contribution COMBATTRE ET PROPOSER, les vieux démons du Parti Socialiste refont surface :
.
- Tractations
- Combines
-
Petits arrangements


Les socialistes ne doivent pas se laisser entraîner dans ce dédale, ce sont les militants qui votent, le Parti ne sera que ce que les militants en feront.
Un des enjeux de ce congrès est là.
Rompre avec les très mauvaises et très anciennes habitudes, voilà la rupture que les militants doivent engager, rompre définitivement avec le système féodal qui régit bien souvent le PS.

Une étape de cette rupture s'est produite lors de la désignation de Ségolène Royal pour la présidentielle. Cela a été possible par l'arrivée massive de nouveaux adhérents complètement dégagés de ces usages moyenageux, chacun comprend pourquoi beaucoup a été fait pour ne pas garder ces nouveaux adhérents.

Notre enjeu dans ce congrès vise à faire prendre conscience aux militants de leur rôle, de leur capacité à faire changer les choses.

Les débats participatifs, les experts, les débats ouverts sur internet illustrent les nouveaux modes d'animation collectives et le projet de fonctionnement de notre Parti.
Nos interventions, notre fonctionnement, notre organisation doivent faire la preuve très concrète que ce projet est réel, fonctionnel.

Tout le projet politique est issu de cette conception de la relation des hommes entr'eux et de la relation des élus avec leurs mandants et des populations.
Il en découle bien évidemment que l'ouverture aux autres, l'accueil de militants de différentes sensibilités est totalement intégré à la nature même de notre projet dans la mesure où, bien sûr ils adhèrent à ce projet.

Avec notre exigence à être exemplaires dans notre fonctionnement et notre force de conviction, on y arrivera.
Partager cet article
Repost0
12 septembre 2008 5 12 /09 /septembre /2008 09:00


Après La Rochelle, le jeu des combinaisons se poursuivrait donc ?


Nous qui défendons la contribution "COMBATTRE ET PROPOSER", nous en restons à la ligne de conduite résumée par David ASSOULINE à l'occasion de l'AG en  Fédération de LILLE :

"Nous voulons la clarté, pas les combinaisons"


.
Bertrand Delanoë : Martine Aubry "a refusé de parler avec moi"
Source : NOUVELOBS.COM  -  11.09.2008
.

En réponse au "Bertrand, nous t'attendons", lancé par la maire de Lille en vue de congrès de Reims, le maire de Paris rétorque qu'il cherche en vain "depuis des mois à construire une offre politique" avec elle. Sans succès.

Le maire de Paris Bertrand Delanoë, candidat à la direction du Parti socialiste, a souligné, jeudi 11 septembre, qu'il cherchait "depuis des mois à construire une offre politique" avec Martine Aubry mais que le maire de Lille avait "refusé" parler avec lui.
"Martine, ça fait des mois que je cherche à construire une offre politique avec elle et, délibérément, elle a choisi une autre stratégie", a déclaré l'actuel maire de Paris sur Europe 1.
"Elle a refusé de parler avec moi pour parler avec d'autres, que je respecte tout à fait mais avec lesquels je ne suis pas tout à fait d'accord", a-t-il ajouté.

"Je suis candidat au poste de premier secrétaire, donc effectivement, je suis candidat à rassembler sur une orientation politique claire, utile aux Français", a-t-il ajouté alors que Martine Aubry a engagé des discussions avec diverses forces du parti, notamment les fabiusiens et strauss-kahniens, sans déclarer ouvertement sa candidature.

Le maire de Paris a confirmé son rapprochement avec l'actuel premier secrétaire du PS. "Je vous confirme que j'ai plaisir à penser et à agir en politique avec François Hollande", a-t-il dit. "François Hollande est un social-démocrate réformiste qui, comme moi, cherche l'efficacité de gauche et qui est européen".

Ce rapprochement veut-il dire que F. HOLLANDE s'est finalement
résolu à l'option d'un 1er secrétaire "présidentiable" ?


J'avais cru comprendre, par certaines déclarations,
qu'il ne le souhaitait pas !!!
Partager cet article
Repost0
7 septembre 2008 7 07 /09 /septembre /2008 20:00


19 HEURES ... Salle comble à cette Assemblée générale, au cours de laquelle 13 orateurs sont venus présenter la contribution qu'ils soutiennent (13 présentations, sur les 21 textes déposés au PS). Exercice difficile pour chacun, figure imposée : 10 minutes maxi

Dans son introduction, le secrétaire fédéral Gilles PARGNEAUX a notamment indiqué que, "conformément à la circulaire nationale, des réunions 'Contributions' doivent se tenir dans les sections".


C'est souhaitable, en effet, la parole doit être aux militants,
et comme l'ont tant claironné certains, le calendrier doit être respecté !
Mais des paroles aux actes, on l'a constaté ...


Pour la contribution "COMBATTRE ET PROPOSER", dont la première signataire est Ségolène ROYAL, les militants de notre équipe avaient sollicité David ASSOULINE.

Avant de résumer la contribution, David ASSOULINE a mis l'accent sur le contexte du Congrès qui s'annonce :
Les images de La Rochelle ont dû mettre les français en colère. Pourtant, les socialistes travaillent, et beaucoup de choses les rassemblent.

Ce qui ne signifie pas qu'il faut occulter les différences ...

Nous devons avoir conscience des enjeux : nos concitoyens attendent non seulement des valeurs, mais aussi des propositions pour améliorer leur situation. Nous sommes très attendus au moment du Congrès.

Parmi les idées-forces émises dans la contribution "COMBATTRE ET PROPOSER", notamment sur le parti proprement dit, David ASSOULINE a pu évoquer :

- la démarche participative : c'est un acquis, qu'il ne faut pas perdre
- la France métissée
- un parti de nouveaux adhérents, qui sait les accueillir
- un parti fort, une force électorale qui ferait 30% des suffrages, qui n'a pas peur des alliances

22 HEURES ... le 13ème intervenant termine sa présentation. Comme beaucoup de militants de notre équipe, Alain et moi sommes restés fidèles au poste (alors que la salle se vidait peu à peu).
Pas le temps de partager le pot de l'amitié. Retour sur DUNKERQUE.
Partager cet article
Repost0
6 septembre 2008 6 06 /09 /septembre /2008 09:00


Brièvement, trop brièvement (pour cause de perturbation ferroviaire !), David ASSOULINE a rencontré un groupe de militants juste avant le début de l'AG en fédération du Nord.


Donnant d'abord quelques indications sur sa rencontre préalable avec la presse, il a souligné qu'il n'avait pu échapper à des questions tournant autour des journées de  La Rochelle, mais qu'il avait tenu à donner la priorité à l'essentiel : le temps des contributions.


Il a rappelé que le plus important devait être à nos yeux l'attente énorme des français, qui nous regardent !

En cette période de pré-Congrès, nous a dit David ASSOULINE,

"le temps passé par les militants pour les contributions
ne doit pas être volé aux militants"


Et ils ont été nombreux, les militants qui ont travaillé. Particulièrement  pour la contribution COMBATTRE ET PROPOSER, dont ils sont les co-auteurs.

Or, avant même les réunions dans les sections, les débats sur les idées émises, on assiste à des tractations entre personnes.
Pour ce qui nous concerne, nous voulons la clarté, pas les combinaisons.

Nous sommes dans le temps des contributions,
LE CONGRES NE DOIT PAS ETRE FAIT AVANT !


David ASSOULINE a ensuite rappelé la période de la campagne présidentielle, que certains voudraient occulter :

Il y a eu un grand moment de démocratie, particulièrement dans les quartiers populaires, qui ne votaient plus. Ces français-là ont participé fortement à la campagne de Ségolène ROYAL.
On a été battu, certes, mais il y a eu un grand espoir ... que l'on n'a pas pu mais qu'il aurait fallu prolonger !
Partager cet article
Repost0
5 septembre 2008 5 05 /09 /septembre /2008 22:00



Le sénateur David ASSOULINE est venu à LILLE défendre la contribution
"COMBATTRE ET PROPOSER"

Avant la présentation en Assemblée Générale au Siège de la fédération du Nord, David ASSOULINE avait rencontré un journaliste de LA VOIX DU NORD.



Un article est paru ce matin, relatant cette rencontre :


Place au débat. Les militants du Parti socialiste se réunissaient hier, au siège de la rue Lydéric, pour entendre les représentants d'une dizaine de contributions. Parmi eux, le sénateur David Assouline, coauteur de la contribution de Ségolène Royal.
Surtout, ne rien dire qui fâche. Entre les parenthèses "off the record" et les précisions sémantiques répétées, il était difficile de griffer le joli vernis qui glaçait le discours de David Assouline. Envoyé en VRP de la contribution de Ségolène Royal - intitulée "Combattre et proposer", le sénateur et mandataire parisien de l'ex-candidate à la présidentielle s'est interdit toute phrase assassine.
Là, on sent que le journaliste est resté sur sa faim, car il attendait impatiemment une vacherie sur X ou Y, habitué qu'il est à ces situations où des personnalités PS laissent éclater leur imagination et la richesse de leur vocabulaire !
Et donc, il faut bien qu'il trouve quelque chose; se mettant dans la peau de l'une de ces personnalités, en quelque sorte, il poursuit :
Au point d'en cirer quelques pompes, en préambule : "Ça fait plaisir d'être dans une ville où le PS a gagné et où, d'un point de vue local, on a montré une grande ouverture d'esprit (...) Pierre Mauroy ? Il est cher à mon coeur. Il m'étonne toujours par sa fraîcheur lors des débats au Sénat."
On en oublierait presque la douce hostilité qui pèse sur les relations entre les deux contributrices Ségolène et Martine, ou les rappels à l'ordre de Pierre Mauroy, invitant Royal à dire : "Moi, tous comptes faits, candidate au poste de premier secrétaire, ce n'est pas ma tasse de thé."
.

En somme, Martine ... ROCARD, incitant Ségolène

à lui laisser le champ libre !!!

 

Cet air de ne pas y toucher, Ségolène Royal n'en joue pas. Et David Assouline est là pour justifier la posture de premier secrétarisable et, au-delà, de présidentiable, de sa favorite.  "La question essentielle, c'est de savoir si un présidentiable peut mener le PS. Selon nous, c'est le scénario idéal. Voyez Tony Blair ou Zapatero, ou encore Mitterrand. Et le sénateur de suggérer qu'il imagine mal les autres prétendants dénués de vue sur le trône suprême.
David Assouline se fait plus sévère sur la petite guerre des chefs lancée à La Rochelle. "Il s'agit de mettre le holà aux jeux d'appareil ou aux alliances contre nature."
Parle-t-il des discussions entre Martine Aubry et Laurent Fabius ? "Sur la question européenne, ils ne disaient pas la même chose. Mais on a le droit de changer de discours." Le sénateur, "noniste" européen de 2005 puis "ouiste" en 2007, en sait quelque chose.
Mais justement, Ségolène Royal, qui s'est, dès sa candidature lancée, tournée vers les militants, s'interdit-elle tout rapprochement avec d'autres courants ?  "Ségolène Royal n'est pas exclusive sur les noms. Elle a invité tout le monde", note David Assouline. Mais attention, ajoute-t-il aussitôt,

"les alliances avant la motion dépossèdent les militants
du débat sur les contributions".

Et c'est bien sur eux que le clan Royal mise.
(NB : le mot "clan", c'est le journaliste qui l'utilise)
Partager cet article
Repost0

Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande