Revenus de Reims cabossés, nous voilà dans un état pire après la nuit de confusion qui a suivi le deuxième tour de scrutin.


Tout le monde, même Hollande, annonçait la victoire du camp Royal jusque vers minuit. Les chiffres tombaient sur les téléphones, tous dans le même sens : Ségolène Royal était aux alentours de 52% et donc l'emportait d'au moins quatre points.


Premier coup discordant, venant du QG de Martine Aubry : égalité parfaite 50/50. Et le reste de la nuit, cette bataille entre les résultats annoncés et les résultats déclarés.


Doublement sonnés, ce matin à 6 h. D'abord, parce qu'une majorité de 42 voix n'est pas une majorité et laisse mal augurer d'un gouvernement stable. Ensuite, parce que ces maigres voix ne sont pas totalement convaincantes.


Nous espérions tous hier soir voir se terminer de manière claire ce tunnel délétère.


L'énergie, comme je l'espérais hier, n'a pas su tordre le cou à la stratégie, laquelle va recommencer à enfler comme un mauvais chiendent dans chaque coin de chaque fédé.