Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

6 juin 2009 6 06 /06 /juin /2009 08:00

Sur le blog de Najat  -  1er juin 2009

Les débats publics ou privés auxquels j’ai pris part ces derniers jours me laissent penser que beaucoup de citoyens français, mais aussi de résidents communautaires vivant en France, hésitent encore sur la conduite à tenir pour le vote aux élections européennes de dimanche ...

A toutes celles et à tous ceux qui hésiteraient encore, je voudrais leur adresser un message simple, et leur expliquer pourquoi je suis convaincue que le vote pour les listes du Parti Socialiste s’impose, pour peu que l’on veuille du changement dans la conduite des affaires européennes.


D’abord, cette élection n’est pas une "petite" élection. Le Parlement européen est l'unique institution européenne dont les membres sont élus au suffrage universel direct. C’est donc la seule et unique occasion d’expression démocratique pour les peuples des 27 nations de l’UE de choisir leur destin.

Il faut la saisir ! On ne peut pas, d’un côté regretter que l’Europe soit trop technocratique ou éloignée de nos préoccupations quotidiennes, et de l’autre, utiliser ce scrutin pour autre chose que sa véritable destination : élire les représentants politiques qui vont élaborer et voter les lois qui décideront de notre vie de tous les jours, dans toute l’Europe.

Il n’y aucune fatalité dans ce processus, c’est le peuple qui décide. Rien n’est joué, nous pouvons envoyer une majorité de députés de gauche au Parlement, et changer la donne.

Car c’est de cela qu’il s’agit : voulez-vous, oui ou non, que l’Union Européenne change de politique ?

Si tout vous convient parfaitement, je veux bien vous accorder que vous pouvez voter pour n’importe quelle liste, vous obtiendrez le résultat voulu : tout continuera comme avant, que vous votiez UMP, LCR , Modem ou Verts. Vous avez raison d’hésiter.

Si, en revanche, vous estimez que le temps de l’alternance est venu pour le Parlement Européen, que le temps est venu de construire une autre politique à l’échelle de l’Union, alors il faut changer de majorité.

Car, l’alternance, la démocratie européenne y a droit, elle aussi !

 

Avec tous les socialistes européens, nous proposons donc une véritable ambition : un “Pacte européen du Progrès social” avec quelques mesures phares pour réformer :

- L’augmentation du budget de l’Union, avec des ressources propres, pour donner leur pleine efficacité aux politiques de solidarité et de préparation de l’avenir.

- L’harmonisation des fiscalités, à commencer par celles des entreprises pour lutter contre le dumping fiscal et le dumping social, condition nécessaire à l’arrêt des délocalisations abusives à l’intérieur de l’Union Européenne. Mettre fin aux paradis fiscaux, véritable cancer du capitalisme.

- Une Europe forte avec une vraie défense européenne et non cette subordination au commandement intégré de l’OTAN que Nicolas Sarkozy impose à la France.

Dimanche, les peuples d’Europe doivent sanctionner les majorités sortantes de droite, considérées à juste titre comme responsables de la crise.

Avec ses 220 députés, actifs dans chacun des 27 États de l’Union, armé d’une manifeste-programme, le PSE est la seule grande force d’alternance qui peut changer le cours des choses en France et en Europe.

Car, je vous le dis aussi, il faut critiquer, il faut s’opposer, mais nous ne construirons rien sur les échecs de la droite – pas d’illusion là-dessus –, c’est à nous de nous mettre au travail, et de proposer.

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Européennes 2009
commenter cet article
5 juin 2009 5 05 /06 /juin /2009 13:00

Affrontement Bayrou/Cohn-Bendit sur France 2 :

le degré zéro de la politique !

Jean-Louis BIANCO sur son blog  -  5 juin 2009


Hier soir sur France 2 dans l’émission d’Arlette Chabot, François Bayrou et Dany Cohn-Bendit se sont affrontés avec une violence qui a laissé tout le monde pantois. Comme les Verts et le Modem sont très proches dans les sondages, il s’agit de se battre pour la troisième place.


De quoi ont-ils débattu? Pas d’Europe. Ce fut un échange d’insultes.

A mes amis tentés de voter Vert ou Modem je dis : au vu de ce spectacle, ne faut-il pas, malgré tout, faire confiance au programme commun des socialistes européens ?


Quelle tristesse, en comparaison du beau discours de Barack Obama en Egypte. Il y a vraiment 2 manières différentes de faire de la politique.

 

Bayrou accuse Cohn-Bendit de complaisance pédophile
Vidéo envoyée par  LePost

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Européennes 2009
commenter cet article
5 juin 2009 5 05 /06 /juin /2009 02:00

Appel à voter le 7 juin, par Ségolène ROYAL

Ségolène ROYAL lance un appel au vote socialiste,
lors des élections européennes du 7 juin,
et apporte son soutien à tous les candidats socialistes :



Vidéo envoyée par  segolene-royal

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Européennes 2009
commenter cet article
4 juin 2009 4 04 /06 /juin /2009 11:00

Messages de Jean-Pierre MIGNARD, Président de Désirs d'avenir


et de Monique SALIOU, candidate PS en Ile de France

 

Chers amis,


J'adhère évidemment à l'appel ci-dessous de Monique SALIOU.

Je vous appelle à voter pour les candidats socialistes en Ile de France et ailleurs.

Je vous appelle à élire des candidats qui veulent que l'Europe soit rendue aux peuples et que  les peuples s'unissent pour l'Europe, seul moyen politique de pouvoir infléchir la mondialisation dans autre chose qu'un terrain de jeux pour les oligarchies.


Nous avons l'Europe technocratique de la commission, l'Europe inter-gouvernementale  du conseil européen, il n'y a que le parlement européen qui soit l'embryon de l'Europe des peuples.


Alors renforçons le et votons pour nos candidats.


Amicalement,

Jean Pierre MIGNARD

Président de Désirs d'avenir



Monique SALIOU, candidate sur la liste PS en Ile-de-France

Vice présidente de Désirs d'avenir

 

 

Chers amis,

Cette campagne pour les élections européennes m'a permis de rencontrer beaucoup d'entre vous en Ile de France. Militants du PS et/ou de Désirs d'Avenir, sympathisants, vous avez envie de voter en conscience et non par réflexe partisan. Vous avez voulu comprendre les programmes et les enjeux, débattre sur l'avenir de l'Europe. Convaincus, vous avez donné beaucoup de votre temps pour préparer des réunions, organiser des balades, des distributions sur les marchés. Beaucoup peuvent nous envier notre énergie, notre belle humeur, notre sérieux aussi.


Nous entrons désormais dans la phase ultime de la campagne. Rien n'est joué : les sondages n'ont jamais donné les résultats précis lors des élections européennes et personne n'avait prévu, en 2004, le bon score du Parti socialiste. A ceux qui ont déjà beaucoup donné et avec enthousiasme, je dis : continuons jusqu'à samedi soir minuit ! Convainquons un par un les abstentionnistes ou ceux qui sont tentés par d'autres listes ! Une grande partie de nos concitoyens n'a toujours pas fait son choix.


A ceux qui hésitent encore, je leur demande de bien réfléchir. Les lendemains de votes d'humeur sont amers : nous en avons déjà fait l'expérience. Je ne veux pas donner dans la grandiloquence - on me reprocherait plutôt l'inverse - mais quand on vote, le seul considérant doit être : qu'est ce qui, aujourd'hui, selon moi, est le mieux pour mon pays ? Le souvenir, certes détestable, du congrès de Reims ou la dernière mesquinerie du secrétaire de section issu d'une autre motion ne peuvent pas déterminer un vote.


Notre pays, c'est à la fois la France et l'Europe, les enjeux politiques sont les mêmes. Voulons-nous, le soir du 7 juin, une droite européenne renforcée, un Sarkozy triomphant, parce que l'UMP sera arrivé largement en tête devant le PS, sachant qu'aucun grand média ne comptabilisera le total des autres voix ? C'est le message que, comme Français, nous voulons envoyer aux vingt six autres peuples européens ?


Et le lendemain du vote, quand il faudra que les parlementaires européens se mettent au travail, préparent des directives, s'opposent aux projets d'une Commission qui, composée par 19 gouvernements de droite sur 27 en Europe, ne changera pas de couleur, qui saura, pourra constituer un contre pouvoir ? Sûrement pas le député français isolé venu d'une formation inexistante dans le reste de l'Europe (extrême gauche). Pas davantage quelques Verts peu représentés et surtout très divisés (en République tchèque, ils participent à un gouvernement de droite dure), et encore moins le MODEM dont les députés votent avec la droite sur les services publics notamment.


Au Parlement européen, il y a d'une part la droite du Parti populaire européen (PPE) dont fait partie l'UMP et d'autre part le PSE. Tout le reste pèse peu ou pas, et en tout cas est totalement incapable de faire bouger les choses. Or, nous avons besoin que les choses bougent.


Désirs d'Avenir porte un espoir de renouveau pour la France mais aussi pour l'Europe. Ségolène a su s'inscrire dans le débat pour la refondation des gauches européennes. Elle l'a fait à Athènes, elle l'a fait au meeting de Rézé avec un discours dont la hauteur de vues tranchait sur d'autres propos. C'est de cette hauteur de vues que nous devons nous inspirer en donnant à la sociale démocratie européenne toute sa chance pour ouvrir de nouvelles voies en Europe, pour faire grandir le désir d'Europe.


Le 7 juin, votons pour les listes socialistes et en Ile de France pour la liste conduite par Harlem Désir.

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Européennes 2009
commenter cet article
4 juin 2009 4 04 /06 /juin /2009 10:00

TOLÉRANCE ZÉRO POUR LA VIOLENCE CONTRE LES FEMMES 


Le groupe socialiste est opposé à toute forme de violence. Les femmes sont les principales victimes des violences basées sur le genre, qui constituent une violation du droit fondamental à la vie, la sécurité, la liberté et la dignité. Nous estimons que toute violation de ces droits est intolérable et inexcusable. La prévention est essentielle. Elle passe par l'éducation, la connaissance, la mise en réseau, la création de partenariats et l'échange de bonnes pratiques. Nous demandons qu'on agisse d'urgence pour éliminer des pratiques coutumières ou traditionnelles néfastes, y compris la mutilation génitale féminine, les mariages forcés, et les crimes d'honneur. 

Nos succès

Le groupe engage régulièrement la Commission à renforcer les mesures de protection des femmes et des enfants contre la violence. Nous demandons une amélioration de la législation afin de s'attaquer aux racines du problème, de mettre en place des mesures plus efficaces de prévention et de soutien aux victimes et de faire progresser la sensibilisation et l'échange de bonnes pratiques en la matière. 

DAPHNE, le programme spécifique de financement de la Commission, fournit une aide financière aux ONG actives dans le domaine de l'aide aux victimes de violences physiques, sexuelles et psychologiques, notamment les enfants, les jeunes et les femmes. Nous avons réussi à faire rejeter la proposition du commissaire Frattini visant à fusionner le programme DAPHNE avec le programme relatif à la lutte contre la drogue. Nous avons donc maintenu un programme fort de lutte contre les violences. 

Lissy Gröner, le rapporteur socialiste, a défendu avec succès DAPHNE III et a mené les négociations ardues avec le Conseil en vue de mettre en place le programme 2007-2013. Grâce à la position déterminée du rapporteur, nous avons obtenu un accroissement de 50 % du budget, qui est passé à 116 millions d'euros, ainsi que d'autres améliorations dont la mise en place d'un service d'assistance et d'une cellule de réflexion composée d'experts. 

Où nous avons fait la différence

Le groupe est arrivé à faire adopter une déclaration commune du Parlement européen et du Conseil visant à envisager l'instauration d'une Année européenne de lutte contre la violence envers les enfants, les jeunes et les femmes Le groupe continuera à revendiquer que cette déclaration soit concrétisée. 

Christa Prets, rapporteur socialiste sur la traite des femmes et des enfants vulnérables à l'exploitation sexuelle, a été très active dans la lutte contre la violence basée sur le genre et a représenté le groupe socialiste et le Parlement européen dans des conférences internationales et des campagnes organisées dans ce domaine, notamment en 2008 pour la campagne du Conseil de l'Europe « Stop à la violence domestique faite aux femmes ». 

Le groupe socialiste célèbre également le 25 novembre comme Journée Internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes avec un événement ou une déclaration visant à sensibiliser l'opinion à cette occasion. 

La division dans l'autre camp

Le groupe fait pression sur la Commission pour qu'elle crée une base juridique dans le domaine de la violence basée sur le genre, ce qui permettrait de la combattre plus efficacement. Le PPE-DE s'y oppose systématiquement. 

Nos prochains objectifs politiques

Nous continuerons à nous attaquer à la violence basée sur le genre et à encourager les meilleurs pratiques contre les violences domestiques dans les États membres. Nous continuerons à insister pour que la Commission crée la base juridique pour des actions de lutte contre la violence basée sur le genre et pour qu'elle mette en place une Année européenne de lutte contre la violence envers les femmes et les enfants.

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Européennes 2009
commenter cet article
4 juin 2009 4 04 /06 /juin /2009 09:00

 

FAVORISER UNE REPRÉSENTATION ÉGALE 
PASSER DES QUOTAS À LA PARITÉ

 

Le groupe socialiste est fortement préoccupé par la représentation déséquilibrée des femmes et des hommes dans les instances décisionnelles; les femmes sont sous-représentées tant en politique que dans le monde des affaires. Cela dénote un déficit démocratique à l'échelle de l'Europe et du monde. L'UE est depuis longtemps consciente de la nécessité de promouvoir l'égalité des genres dans les processus décisionnels. En 1996, le Conseil des ministres a adopté une recommandation demandant aux États membres de prendre des mesures visant à favoriser une participation équilibrée dans les processus décisionnels. La Commission soutient des projets transnationaux et a mis en place une base de données afin de fournir des statistiques, d'enregistrer les améliorations et de suivre les progrès vers l'égalité des  genres.

Nos succès 

Le rapport annuel sur l'égalité entre les femmes et les hommes établi par la Commission des droits de la femme et de l'égalité des genres fait le point de la situation et décèle les signes d'amélioration. En 2008, le rapport rédigé par le rapporteur Iratxe García Pérez, du groupe socialiste, a souligné le fait que les femmes continuaient à être gravement sous-représentées à tous les niveaux des processus décisionnels et a exhorté toutes les parties concernées à prendre des mesures spécifiques pour améliorer la situation. Le rapport a mis l'accent sur l'influence positive des quotas politiques, qui permettent de faire participer plus de femmes à ces processus.

Teresa Riera Madurell, membre du groupe socialiste, a rédigé un rapport sur la transposition et l'application de la directive relative au principe de l'égalité de traitement entre hommes et femmes en ce qui concerne l'accès à l'emploi, à la formation et à la promotion professionnelles, et les conditions de travail. Ce rapport concluait que la directive n'était pas pleinement mise en œuvre dans les États membres, ce qui signifie que les citoyens, et particulièrement les femmes, n'en profitent pas pleinement.

Les domaines où nous avons joué un rôle moteur

Le groupe, mené avec détermination par la députée Zita Gurmai, a participé activement à la rédaction du manifeste du PSE, qui fait de la lutte pour l'égalité des genres une priorité et soutient le Lobby européen des femmes dans sa "Campagne 50/50 pour la démocratie", avec l'appui de la commissaire Wallström. Cette campagne appelle les décideurs à veiller à ce que les femmes soient représentées à égalité sur les listes électorales pour les élections européennes et dans les postes de haut niveau dans les institutions européennes. Le groupe soutient aussi sans réserve la campagne "Females in Front" lancée par Cristel Schaldemose, membre du groupe socialiste. Nous continuerons à faire pression sur les gouvernements pour souligner qu'il faut remédier avec détermination à cette absence d'égalité dans nos propres structures politiques si nous voulons faire passer le message et convaincre.

La division dans l'autre camp

Le groupe socialiste est fortement favorable à l'utilisation des quotas pour remédier à cette sous‑représentation et demande l'introduction de quotas similaires à ceux que la loi impose en Norvège où jusqu'à 40 % des membres des conseils d'administration des entreprises doivent être des femmes. Le PPE-DE s'y oppose systématiquement.

Nos prochains objectifs politiques

Au cours de cette législature, le groupe a continué à augmenter sa proportion de femmes parmi les députés. Nous avons actuellement 41,4 % de femmes pour 58,6 % d'hommes. Au PPE-DE, en revanche, il n'y a que 24 % de femmes pour 76 % d'hommes. Les partis du PSE, avec leur système de quotas, tenteront d'améliorer ces chiffres dans toutes les élections. La discrimination est toujours très répandue. Notre groupe s'efforcera d'obtenir des améliorations significatives de la transposition et de l'application tant de la directive relative au principe de l'égalité de traitement entre hommes et femmes en ce qui concerne l'accès à l'emploi que de la directive contre la discrimination.

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Européennes 2009
commenter cet article
3 juin 2009 3 03 /06 /juin /2009 16:00

Et ils sont là, et ils sont là ... les militants fidèles au tractage
sur le marché de Malo-les-Bains !

Monique, Alain, You et le blogueur fou, toujours prêt à dégainer l'appareil photo ...

Marché - Place TURENNE à MALO-LES-BAINS
Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Européennes 2009
commenter cet article
3 juin 2009 3 03 /06 /juin /2009 11:00


Ségolène Royal plaide pour les
"États-Unis d’Europe",
dans l’indifférence médiatique


Foin des précautions conceptuelles des leaders du PS qui ne veulent surtout pas s’aliéner  l’électorat noniste (avec le succès que l’on voit, celui-ci étant désormais donné à 20 % d’intentions de vote) : Ségolène Royal a proclamé, mercredi 27 mai, lors d’un meeting à Rezé, que "le moment est venu de créer les États-Unis d’Europe". La candidate socialiste à l’élection présidentielle de 2007 renoue ainsi avec éclat avec le fédéralisme des pères fondateurs dont elle se veut l’héritière.


Dans un vrai discours de combat, elle invite le Parlement européen à se transformer en constituante : "n’écoutez pas ceux vous dirons que ce n’est pas votre mandat : les délégués des États généraux n’avaient pas non plus reçu mandat de déclarer les Droits de l’Homme, pourtant ils l’ont fait. N’hésitez pas, députés socialistes, à faire entre l’Europe dans l’histoire. Appelez les parlements nationaux en renfort (…), appelez les peuples en soutien" . "Nous voulons plus d’Europe, nous voulons une Europe de plus », a-t-elle martelé : "vous devez faire l’Europe unie, l’Europe unie des peuples d’Europe".

Pour elle, si les citoyens s’éloignent de l’Europe, c’est parce que "nous restons en deçà des désirs des peuples". Si elle n’a pas détaillé l’architecture institutionnelle qu’elle souhaitait, elle a néanmoins indiqué qu’elle souhaitait l’élection au suffrage universel d’un "Président de l’Europe" et des "listes transnationales" pour les prochaines élections européennes. Pour Royal, l’alternative est simple : "ou l’Europe marche vers l’unité politique, ou elle se disloque dans les nationalismes. Et comme l’a dit François Mitterrand, le nationalisme c’est la guerre ".

Un discours courageux qui rompt avec le ronron de la campagne, mais dont aucun média (hormis Bernard Guetta dans sa chronique sur France Inter vendredi matin) n’a pourtant parlé. Presse écrite, télévision, radio se sont contentées de commenter la mise en scène de la réconciliation entre "Ségolène et Martine" destinée à sauver le soldat socialiste en perdition, décrivant même parfois les tenues des deux adversaires provisoirement amies. Je n’ai découvert ce discours que tardivement parce qu’un journaliste de mes amis a attiré mon attention sur la véritable révolution qu’il constituait.
Devant un tel black out médiatique, comment s’étonner que l’abstention sera sans doute le grand vainqueur d’un rendez-vous pourtant fondamental pour l’avenir ? Le discours de Royal avait pour but de lancer un vrai débat sur le projet européen : faut-il revenir à l’État nation, s’en tenir à l’existant ou accélérer le mouvement, face aux crises qui ravagent le monde ? Manifestement, personne n’a envie d’un tel débat, que ce soit du côté des politiques ou des journalistes. Le citoyen n’est pas censé s’intéresser au fond.

Pourtant, un sondage Eurobaromètre, réalisé en avril et mai dernier auprès de 2000 Français de 15 ans et plus, montre que 69 % d’entre eux se sentent mal informés sur le fonctionnement de l’Union européenne, soit six points de plus qu’en 2006, date de la précédente enquête Eurobaromètre réalisée quelques mois après le référendum de 2005. Et seuls 7 % des Français se sentent bien informés, soit 3 points de moins qu’en 2006. 71 % des sondés estiment que les médias devraient leur parler davantage d’Europe (curieusement -9 points par rapport à 2006) et 76 % (-11 points) attendent la même attitude des politiques.
Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Européennes 2009
commenter cet article
2 juin 2009 2 02 /06 /juin /2009 21:00

2) Le MRC refuse l'alliance à gauche

et sera absent du scrutin

Dépêche AFP - dimanche 22 mars 2009


Le Mouvement républicain et citoyen (MRC) a refusé l'alliance à gauche et sera absent des élections européennes de juin, selon la résolution adoptée dimanche lors de son Conseil national.

"Le Conseil national réuni le 22 mars au Kremlin-Bicêtre a constaté que les négociations engagées avec ces organisations (les partis de gauche, ndlr) achoppent sur une divergence de fond quant à la manière de redresser la construction européenne", indique la résolution, transmise à l'AFP.

"Dans ces conditions, le MRC développera sa propre ligne républicaine. Il publiera son propre texte d’orientation dans les prochains jours. Il préparera les échéances qui viennent et plus particulièrement celles de 2012 qui seules permettront de relever la France et la République et de réorienter vraiment la construction européenne", poursuit le texte.

Chevènement : Ce n'est (pas) qu'un au revoir

Malakine - Blogueur associé à Marianne2.fr  -  18 Mai 2009

Jean-Pierre Chevènement ne va pas aux élections européennes. Un retrait tardif en guise de triste fin pour celui qui incarnait l'alternative souverainiste et républicaine.
Dans un communiqué au nom du MRC publié sur son blog, Jean Pierre Chevènement appelle à voter blanc ou nul aux élections européennes dans la mesure où cette élection est un "trompe l’œil", "vide de contenu", un simulacre de démocratie, en l’absence d’un peuple européen et en raison du traité de Lisbonne qui consacre l’impuissance de l’Europe et son attachement aux dogmes libéraux.

Cette décision sonne comme un constat de décès du MRC. Ce parti qui s’était créé à la faveur du Non à Maastricht en 1992 sur l’enjeu européen était déjà absent de la bataille électorale européenne en 2004, ainsi que de la présidentielle en 2007 après son ralliement piteux à Ségolène Royal.

Cet appel à l’abstention constitue une bien triste sortie pour Jean Pierre Chevènement, ce grand républicain qui a positivement influencé la vie politique et intellectuelle de la France ces quarante dernières années. Comment peut-on appeler à l’abstention sur une question aussi importante que l’Europe dans le contexte actuel marqué par l’épuisement de l’idéologie libérale et la crise de la mondialisation ?

Aucune des raisons invoquées ne peuvent justifier qu’un citoyen éclairé puisse renoncer à participer à un processus électoral. L’abstention n’est jamais une option. C’est un acte d’indécision ou de désintérêt pour la chose publique. En aucun cas l’expression d’une volonté militante.

LA DEMOCRATIE EUROPEENNE N'EXISTE PAS, ET ALORS ?
UNE OFFRE INSUFFISANTE, MON OEIL !
UN MESSAGE CONTREPRODUCTIF

La totalité de l'article :  ICI
Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Européennes 2009
commenter cet article
2 juin 2009 2 02 /06 /juin /2009 19:00

PRG : le "G" signifie "Gauche"  ...  il faut le savoir.
MRC : le "C" signifie "Citoyen"  ...  à ce qu'il paraît.


Depuis plusieurs jours, et même plusieurs semaines, on sait que ces formations politiques :
- d'une part ont décidé de ne pas s'engager dans les élections européennes
- et d'autre part appellent au vote blanc ou nul


1) La "petite" histoire du PRG :

Janvier 2009 : le PRG avait fait des avances au MoDem, en vue de listes communes.

François Bayrou avait implicitement écarté cette hypothèse, soulignant que la "condition préalable" à un regroupement était "l'indépendance" vis-à-vis de l'UMP et du PS. Or le PRG fait généralement alliance avec le Parti socialiste aux élections.

Jean-Michel Baylet, patron du Parti radical de gauche (PRG), s'était dit alors "choqué" par ce refus : "Bayrou a fermé la porte de manière violente avant même que nous ayons pu en parler. Je le regrette. Son comportement m'a choqué".

Jean-Michel Baylet comptait alors se tourner finalement vers le PS : "Nous n'avons pas encore discuté avec Martine Aubry, mais une rencontre est prévue. La logique serait, dans cette élection difficile parce que régionalisée, que nous fassions listes communes".

Avril 2009 : le PRG explique sa non participation par le mode de scrutin européen (découpage électoral en "grandes régions) qui "prive injustement le PRG de ce rendez-vous électoral majeur". Selon Baylet, "la loi du 11 avril 2003 qui a régionalisé le mode de scrutin pour rapprocher les élus des électeurs a en réalité défavorisé les petits partis, les privant ainsi d’une tribune nationale et des élus que le scrutin proportionnel leur permettait d’obtenir".


27 mai 2009 - Source AFP :

Européennes : le PRG n'appelle pas à voter PS, Baylet votera blanc

Jean-Michel Baylet, président du Parti radical de gauche (PRG), a indiqué mercredi que son parti n'appellerait pas à voter PS aux européennes et que lui-même voterait blanc pour ne "pas renforcer des courants politiques qui nous méprisent et méprisent l'Europe".


Le PRG a soudainement oublié que ses quelques élus (députés, sénateurs,  conseillers régionaux) doivent en partie leur place a des engagements électoraux avec le PS, lequel a respecté ces accords.

Il retrouvera probablement la mémoire quand il s'agira, en 2010, de constituer les listes pour les élections régionales ...

A part ça, à propos de "mépris" :
Je crois me souvenir qu'en 2007 c'était les adhérents du PS (tiens, dans notre région !) qui avaient eu la nette impression que leur vote -- intervenu en faveur de militantes PS --avait été légèrement méprisé ... au profit de membres du PRG (et aussi MRC) à l'occasion d'un accord électoral au sommet !!!
Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Européennes 2009
commenter cet article

Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande