Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

23 mai 2009 6 23 /05 /mai /2009 19:00

Européennes :
"Le PS paie les divisions du congrès de Reims",
selon Filippetti

Source : Nouvelobs.com  -  le 21 mai 2009


La députée socialiste de Moselle Aurélie Filippetti a estimé jeudi que le PS "paie les divisions du congrès de Reims" et de ses "guerres intestines" dans les sondages qui prédisent un score moyen à son parti aux élections européennes du 7 juin.


"Il ne faut pas se voiler la face: on paie les divisions du congrès de Reims", a-t-elle analysé sur i>télé.

"Le Parti socialiste aujourd'hui a une image extrêmement abîmée dans l'opinion à cause de ces divisions et à cause des guerres intestines, des guerres de personnes".


La N°3 de la liste socialiste dans le Grand Est a cependant assuré "on fait campagne ensemble, on est unis dans cette campagne" avec un meeting Ségolène Royal-Martine Aubry à Rezé (Loire-Atlantique) le 27 mai. "Le problème, c'est qu'il faut arrêter de penser toujours à la présidentielle et à 2012, il faut penser à l'Europe".


"La droite est unie derrière les listes UMP, derrière le président de la République: c'est pour cela que leur score correspond à peu près à ce qui reste de popularité chez Nicolas Sarkozy, c'est-à-dire un tiers", a-t-elle jugé.

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Européennes 2009
commenter cet article
23 mai 2009 6 23 /05 /mai /2009 09:00


"Dany" et "Mosco",
de la difficulté de motiver les électeurs
Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Européennes 2009
commenter cet article
19 mai 2009 2 19 /05 /mai /2009 18:00

Longue journée pour la campagne Européennes à DUNKERQUE ce lundi 18 mai.
J'ai pu suivre, avec Alain, une partie du programme chargé, comportant notamment :

- tractage à l'entrée d'ArcelorMittal
- tractage sur le marché  de Bergues
- rencontre avec des partenaires sociaux (ArcelorMittal à GRANDE-SYNTHE, centrale EDF à GRAVELINES, Université à DUNKERQUE)
- réunion publique en soirée


Une partie des candidat de la liste PS pour le NORD-OUEST était présente : Gilles PARGNEAUX et Hélène PARRA en matinée, rejoints plus tard par Jean-Louis COTTIGNY, Delphine BATAILLE et Anne WETZEL.

Le compte-rendu de cette journée sur le site Changerleurope.fr  :  ICI



Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Européennes 2009
commenter cet article
17 mai 2009 7 17 /05 /mai /2009 20:00

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Européennes 2009
commenter cet article
11 mai 2009 1 11 /05 /mai /2009 23:00

Vu sur le blog DA Seine-Maritime  -  19 avril 2009

Instructif ! Connaissons-nous vraiment les apports de l'Europe ? :


Comment l'UE a changé votre quotidien depuis 2004 ?

http://www.lemonde.fr/medias/www/1.2.76/img/lgo/lemonde_abonne.gif




http://medias.lemonde.fr/mmpub/edt/ill/2009/03/18/h_4_europe-V2.jpg

Visuel interactif

http://medias.lemonde.fr/mmpub/edt/ill/2009/03/18/h_9_ill_1169726_pe_jeu.jpg
cliquez sur l'image
Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Européennes 2009
commenter cet article
11 mai 2009 1 11 /05 /mai /2009 22:00

Un article très intéressant me semble-t-il, sur le travail réalisé à l'échelon européen.

A l'instant ou j'écris ce billet, l'article de Jean QUATREMER défoule d'ailleurs les passions, puisque 15 commentaires ont été déposés ... comparé aux 265 commentaires sur l'article concernant les états d'âme du simili-ministre des Affaires Etrangères, le sieur Kouchner ! Ca démontre l'intérêt des français pour les choses sérieuses, et leur propension à être étrangers aux affaires européennes !



Sept exemples d’une Europe utile

Source : Liberation.fr  -  le 11 mai 2009
BRUXELLES, de notre correspondant Jean QUATREMER


 

Des élections européennes ? Quand ça ? Une campagne électorale ? Où ça ? Voilà trente ans que le problème se pose tous les cinq ans : le scrutin européen ne suscite aucun enthousiasme chez les électeurs, guère encouragés par les partis à s’y intéresser davantage. Le vote du 7 juin, dans moins d’un mois donc, n’est pas parti pour échapper à cette règle.


"C’est dur. La campagne ne suscite aucun intérêt particulier", confiait hier un député européen socialiste. En 1979, année où le Parlement européen était pour la première fois élu au suffrage universel direct, il fallait une forte conviction européenne pour aller voter. Le Parlement n’avait alors quasiment aucune compétence.

Mais au fil des traités, il a acquis des pouvoirs considérables que nombre de citoyens malheureusement ignorent. Libération a choisi sept dossiers emblématiques de la législature 2004-2009 pour illustrer les enjeux d’un scrutin qui mérite mieux qu’une non-campagne.

 

1. La libre circulation des services

Le "plombier polonais", cet épouvantail agité par les tenants du non lors de la campagne référendaire de 2005 sur le traité constitutionnel européen, ne débarquera pas en France à des tarifs polonais : la directive "services", totalement réécrite par le Parlement européen en 2006, a clairement écarté cette possibilité. En supprimant le contesté "principe du pays d’origine" (PPO) - qui aurait permis au prestataire de services se rendant dans un pays tiers pour une mission de courte durée et sans intention de s’y installer, de rester soumis à la loi du pays dans lequel il est établi -, le Parlement affirme clairement qu’il devra respecter le salaire minimum et toutes les lois sociales du pays d’accueil. Au départ, ce n’était pas évident. La proposition, rédigée par Frits Bolkestein, commissaire chargé du Marché intérieur entre 1999 et 2004, était si mal rédigée qu’elle a alimenté toutes les craintes. Mais son but reste le même : supprimer entre les Etats membres les obstacles juridiques et administratifs à la liberté d’établissement des prestataires de services et à la libre circulation des services. Donc, si une entreprise est autorisée dans son pays à exercer son activité, elle pourra proposer ses services dans l’ensemble de l’Union sans qu’on puisse lui opposer une quelconque réglementation nationale. Un guide touristique britannique pourra faire visiter l’Acropole à un groupe qu’il accompagne depuis Londres même s’il ne parle pas grec, ce qu’il ne peut pas faire aujourd’hui. Mais certains services restent exclus de la directive, comme les services publics.

 

2. Les produits chimiques sous haute surveillance

Bientôt, on saura précisément quels produits chimiques entrent dans la composition des biens de consommation courants et s’ils sont sans danger. La directive Reach, adoptée en 2006 et sans équivalent dans le monde, oblige en effet les fabricants à enregistrer et à démontrer l’innocuité des substances chimiques produites ou importées en quantité supérieure à une tonne par an. 30 000 produits sont concernés. Le rôle du Parlement, dans l’adoption de ce texte, a été essentiel : alors que le Conseil des ministres avait cédé énormément de terrain face au lobbying des géants du secteur, tel BASF, il a volé au secours du texte et soutenu la Commission. Si au départ plus de 100 000 produits étaient visés, même les Verts concèdent que l’essentiel a été préservé. Car il ne s’agit que d’un premier pas. Les industriels l’ont compris, eux qui jouissaient jusque-là d’une totale liberté : ils ont découvert qu’il est moins facile de faire pression sur le Parlement que sur un Etat isolé…

 

3. Le temps de travail mieux encadré

4. Les marchés financiers enfin réglementés

5. Le "paquet télécoms" et la loi Hadopi

6. La sécurité maritime renforcée

7. Téléphoner de l'étranger avec un portable

 

... pour lire la suite : ICI

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Européennes 2009
commenter cet article
5 mai 2009 2 05 /05 /mai /2009 09:00

Information communiquée par Odile LESAGE, Secrétaire de la  section PS de WORMHOUT :

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Européennes 2009
commenter cet article
26 mars 2009 4 26 /03 /mars /2009 22:00

Interrogé ce matin  sur les élections européennes du 7 juin, Jacques DELORS a donné une réponse surprenante quant à son "pronostic" sur la couleur politique des prochaines instances européennes, et par conséquent sur le futur président de la Commission Européenne : contrairement à Gordon Brown (voir mon billet du 25 mars), il n'a pas cité Barroso, mais ... "FILLON, ou JUPPE" !

Alors, on peut se dire qu'une fois de plus les socialistes se tirent une balle dans le pied, mais ... Ce que je relève, c'est qu'il prend acte du rapport actuel des forces (et  après le 7 juin peut-être), et  qu'à la question "Les partis socialistes européens sont désunis ?", il répond :
"Oui, et en dépit du plaidoyer du Parti Socialiste français".

Jacques DELORS n'a pas exprimé ses préférences, ça me semble évident.
Certes, ces propos ne vont pas faciliter la campagne européenne du PS !  Alors qu'on va demander aux militants de convaincre les citoyens d'aller voter, et d'aller voter socialiste, afin de rompre avec les politiques libérales de la droite. En s'appuyant sur le texte commun du PSE que constitue le "Manifesto".

Mais je crains, hélas, que Jacques DELORS ait raison quant à la capacité des partis socialistes à accorder vraiment leurs actes avec leurs discours ! Notamment en présentant TOUS ensemble un candidat unique, et qui soit socialiste !
Pour l'instant, les dissonances sont réellement inquiétantes.


Jacques DELORS sur France Inter - jeudi 26 mars 2009
(propos sur l'Europe : 13' 57"  --> 17' 07")


C'est juste un avis, en passant, du père de Martine Aubry...
Source : 20minutes.fr  -  26 mars 2009

Interrogé ce jeudi matin sur France Inter sur son candidat favori pour la présidence de la commission européenne, Jacques Delors, qui a occupé cette fonction pendant 10 ans (1985-95), a d’abord évoqué un Français, sans donner de nom. Après une relance de Nicolas Demorand, le socialiste a précisé: "Je verrais bien des gens comme François Fillon ou Alain Juppé". Sans donner plus de détails mais en précisant d'un sourire complice: "Si c'est la gauche qui gagne les élections européennes, vous me réinvitez" pour donner un nom de gauche.

De fait, la question d’un futur président français de la commission européenne (le nom de Fillon a déjà plusieurs fois été évoqué), n’est guère pressante. La reconduction pour cinq ans de José-Manuel Barroso semble actée, sauf si les partis conservateurs du PPE (parti populaire européen) se prennent une dégelée aux élections européennes le 7 juin prochain. Tous les chefs de gouvernement conservateurs (Berlusconi, Merkel, Sarkozy...) ont fermement soutenu le représentant du parti social démocrate portugais (droite) la semaine dernière lors du sommet européen.

Surtout, une grande partie des socialistes européens (Gordon Brown, José Socrates, José-Luis Zapatero) ne souhaitent pas s’opposer à l'ancien Premier ministre portugais, ce qui constitue une assurance tous risques pour Barroso. Et ce, "en dépit des plaidoyers du Parti socialiste français", a expliqué Jacques Delors sur France Inter. Les frontières politiques moins marquées au niveau de l’exécutif européen et les "compromis" nécessaires pour gouverner l'Europe peuvent expliquer que Jacques Delors, Bruxellois historique, avance le nom de quelqu’un d’un autre camp que le sien.

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Européennes 2009
commenter cet article
25 mars 2009 3 25 /03 /mars /2009 14:00

L'information n'a pas fait de bruit. Ainsi, Gordon BROWN, travailliste, dont la famille politique appartient au PSE (Parti Socialiste Européen) est ouvertement favorable à un nouveau mandat de BARROSO !!!
Mais chuuut !

Londres appuie Barroso pour un second mandat

à la Commission Européenne

Source :  L'EXPRESS .fr  -  le 16 mars 2009


Le Premier ministre britannique Gordon Brown  annonce qu'il soutient la reconduction pour cinq ans de José Manuel Barroso à la tête de la Commission européenne.

"Je veux dire le plus clairement possible que nous le soutenons (Barroso) pas seulement comme actuel président de la Commission européenne mais aussi pour l'élection du prochain président", a-t-il dit lors d'une conférence de presse avec Barroso.


Quant à Sarkozy, c'est moins explicite, mais assez clair tout de même  :

"J'aime beaucoup M. Barroso, j'ai aimé travailler avec lui, je lui fais confiance et je fais confiance à la Commission".



A Gauche, on parle de la candidature de Poul Nyrup Rasmussen, (PSE).

Mais en surfant sur le net, je me dis que l'on n'est pas arrivé au bout de nos surprises :

En effet, t
rois gouvernements socialistes (Grande-Bretagne, Espagne, Portugal) soutiennent Barroso !!!

Pour les portugais, un argument qui a une certaine importance : Barroso est de chez nous !  C'est ce que j'ai entendu lors de la formation EUROPE à Lille l'autre jour.

(tiens, ça me rappelle quelque chose d'approchant, qui se passait ici dans le Nord, cet hiver !)
Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Européennes 2009
commenter cet article
24 mars 2009 2 24 /03 /mars /2009 13:00

Suite au vote du 12 mars sur les listes PS aux européennes, toujours pas de résultats officiels !

Listes largement adoptées, malgré la fronde, a t-on entendu.
Pas partout, en réalité, et des militants socialistes ayant en majorité boudé le scrutin.

Par le canal de camarades de Désirs d'Avenir, j'ai toutefois pu obtenir un tableau récapitulatif. Selon ces informations, voici les éléments que je retiens ici :


PARTICIPATION     :   40,8 %

Vote POUR              :   72,4 %

Vote CONTRE         :   16,8 %

Vote ABSTENTION :   10,8 %



Sur 96 fédérations, je relève dans le tableau 22 fédérations avec un vote POUR majoritaire mais inférieur à 70 % ( dont 10 fédérations avec un vote inférieur à 60 % )

Enfin, je note que les bribes de résultats, communiqués avec parcimonie par des résponsables nationaux du PS, n'ont pas tout dit sur le nombre de fédérations qui ont "osé" porter la contestation jusqu'à voter CONTRE, et quelquefois massivement .
Elles sont au nombre de 12, voici les coupables (tiens, on y trouve la Somme !) :

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Européennes 2009
commenter cet article

Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande