Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

21 mars 2009 6 21 /03 /mars /2009 11:00

Nous avons voté le 12 mars : vote militant sur le texte d'orientation et sur les listes pour les élections européennes.

Pour que les militants soient pleinement informés des résultats, il faut faire confiance ... aux différents médias, qui ont fourni quelques éléments sur la participation (faible) et sur les votes POUR, CONTRE, ABSTENTION.

J'ai pourtant bien cherché sur le site national du PS et sur le site de la fédération du Nord : RIEN.


On peut me retorquer qu'une Convention nationale de ratification des listes a lieu aujourd'hui, et que nos responsables ne pouvaient pas diffuser les résultats avant ...
Comme si cette convention allait changer quoi que ce soit aux chiffres ... sincères cette fois espérons-le !

Donc, attendons que l'information nous soit enfin communiquée.


Un dernier commentaire, sur les sections cette fois : il semble qu'elles soient très rapides à la détente - pour certaines choses seulement - car des appels à la tenue des bureaux de vote pour le 7 juin sont déjà parvenus aux militants !
Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Européennes 2009
commenter cet article
15 mars 2009 7 15 /03 /mars /2009 14:00

Ceux qui ont lu sur ce blog les nombreux billets relatifs à la constitution des listes PS aux européennes ont dû s'aperçevoir (!)  que j'ai contesté avec force : la constitution de certaines listes, les pratiques centralisatrices de la direction nationale, le mépris affiché vis-à-vis des militants, l'absence de débats préalables, la léthargie dans les sections ... J'arrête ici la liste de mes nombreux griefs.

Après le vote du 12 mars, ces graves dysfonctionnements qui caractérisent depuis longtemps le parti, hélas, ne sont pas disparus comme par enchantement.

MAIS, sans renoncer à mes critiques sur une rénovation sans cesse repoussée, il me faut affirmer ici une autre conviction : la foi dans l'idée européenne, et  la nécessité du combat que nous devons mener pour "déloger" la droite actuellement au pouvoir dans les instances européennes.

Mener campagne ? Mais pour cela, de quelles armes dispose le militant, et quelle connaissance a t-il  du fonctionnement de l'Europe, du rôle de ses représentants élus, etc ? 
Pas grand chose, en vérité (et là, il me faut dénoncer aussi la carence des sections PS  dans le domaine de l'information et de la formation des militants).

Aussi, c'est avec plaisir que j'ai pris connaissance  "par la bande" d'une FORMATION organisée par la fédération du NORD, ce samedi 14 mars !
Quand c'est bien, il faut le dire !!!
Avec mon camarade Alain FOURNIER, j'ai donc participé à cette  demi-journée, ce samedi matin.



Au programme de cette formation
(très intéressante et très bien organisée, j'y reviendrai sans doute) :


Le témoignage d'une députée européenne, Brigitte DOUAY : le travail au quotidien, les missions, les institutions européennes, et son rapport avec les territoires/sa "circonscription", retour sur le dernier mandat

Le Manifesto : genèse, grandes lignes, avec Philip CORDERY, Secrétaire général du PSE

La campagne 2009 : actualité, déroulement de la campagne du PSE (calendrier, journées thématiques, déclinaison du Manifesto, actualité du PS, ...)

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Européennes 2009
commenter cet article
14 mars 2009 6 14 /03 /mars /2009 16:00

L'épisode du vote du 12 mars a montré que la rénovation était encore un vain mot au PS.

Non seulement les listes ont été composées en grand secret dans les arrières cuisines de la rue de Solférino, mais en plus elles ont été soumises, pour rien, au vote des militants : ces derniers n’avaient pas la possibilité, lors du scrutin, de faire des contre-propositions. Pire ! Il n’est pas prévu dans les statuts qu’en cas de vote négatif, ils se prononcent à nouveau.

Les règles de démocratie interne au PS n’ont pas changé depuis le calamiteux congrès de Reims et l’élection rocambolesque de la première secrétaire. Sur ce terrain, aussi, les socialistes ont encore quelques progrès à faire…


Dans le Nord, près de 20 % contre la liste proposée
Article dans NORD-ECLAIR  -  le 13 mars 2009

Un peu plus d'un militant socialiste sur deux seulement (*) s'est déplacé pour voter jeudi soir sur la liste pour les candidats aux élections européennes. Elle a été adoptée mais avec, tout de même, près de 20 % de rejet.

Participation faiblarde dans le Nord : à peine un militant socialiste sur deux pour se déplacer jeudi soir dans la section à laquelle il est rattaché et aller entériner les propositions de la direction du parti et pour lla composition de la liste socialiste aux prochaines européennes.
"C'est toujours plus motivant de se déplacer quand on a un vrai choix à faire" observe un militant roubaisien "là, on a une liste concoctée par Martine Aubry et on doit se contenter de dire si on est d'accord ou pas. Avouez que c'est moyennement motivant pour les militants".
Des militants peut-être aussi un peu lassés de ces consultations à répétition et des querelles de barons qui ont, à nouveau, été mises sur la place publique à l'occasion des délicats arbitrages imposés par les jeux de courants et sous-courants.
Dans le Nord, les 5 077 militants qui se sont déplacés sur les 10 647 susceptibles de prendre part au scrutin, avaient à voter sur les noms mais également sur le texte d'orientation pour l'Europe. Là, 84,60 % de voix pour, 7,49 % de voix contre et 7,91 % d'abstention.
Sur la liste en elle-même, un peu plus de déperdition puisque 10,70 % des militants ont rejeté la liste menée par Gilles Pargneaux, le premier secrétaire de la fédération du Nord et 8,78 % ont fait le choix de s'abstenir.

Sur Lille intra-muros, la participation est encore plus basse : 40 % seulement qui ont réparti leurs votes comme suit : 77,8 % pour, 16,6 % contre et 5,6 % d'abstention. Un score lillois moyen donc pour la liste proposée puisque 22 % des votants l'ont rejetée.
"À Lille, Martine Aubry pouvait espérer mieux" observe un élu qui s'attendait à meilleur score "mais sans doute la façon dont la liste a été constituée en imposant à sa tête le premier secrétaire du Nord (qui d'un point de vue européen a, disons, sa légitimité à construire) a sans doute pesé".


(*) En réalité, moins d'un militant sur deux !

La faible participation sur LILLE intra-muros est significative.
Et, comme je le relevais dans un précédent billet, la participation est même descendue plus bas à DUNKERQUE, avec seulement 31 %. Et un total CONTRE et ABSTENTION arrivant à 30 % des votes exprimés.
Désintérêt ... lassitude ... manque d'enjeu ... ras-le-bol ...   ???
Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Européennes 2009
commenter cet article
14 mars 2009 6 14 /03 /mars /2009 15:00



Bravo, ils ont osé ! Ils ont voté ... 
 




Jeudi soir, les adhérents ont rejeté la liste pour les européennes dans la grande région Centre.


Cette fois, "ça s’est joué à 300 voix", a déclaré François Lamy, bras droit de Martine Aubry.
Allusion évidente au résultat  du dernier vote le 21 novembre 2008, pour le poste de première secrétaire : un écart de 102 voix séparant Martine Aubry et Ségolène Royal.


Quoi ! Seulement 300 voix ?

Dites-moi, les limousins, au cas où certains viendraient consulter ce blog :

Comment avez-vous fait ? Un truc comme ça chez les Ch'tis, c'est impossible :

- d'abord, on fait durer le suspens pendant toute une nuit, et même le lendemain. Feuilleton à rebondissements ...

- ensuite, vos 300 voix dans un sens, on vous les retourne comme une crêpe, et ça devient 30 dans l'autre sens !


Pour tout ça, on a quelques compétences chez nous, les Ch'tis.

Vous voulez qu'on en mute quelques uns chez vous ???
Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Européennes 2009
commenter cet article
13 mars 2009 5 13 /03 /mars /2009 17:00
..
Les militants PS ratifient les listes aux européennes,

sauf dans le Centre-Massif cental

Source : LEMONDE.FR  -  le 13 mars 2009


Les militants socialistes ont ratifié les listes pour les élections européennes. Environ 40 % des 200 905 militants inscrits se sont rendus aux urnes dans leurs sections jeudi entre 17 heures et 22 heures, soit un taux de participation identique à 2004. Le scrutin a eu lieu sur fond de fronde de plusieurs barons locaux, à leur tête le sénateur-maire de Lyon Gérard Collomb, qui, contestant la composition des listes, avaient appelé les militants à les rejeter, en votant contre ou en ne participant pas au vote.

Seul "hic" à ce processus de ratification, le non l'a emporté dans la région Centre, qui comprend Le Limousin, le Centre et l'Auvergne, en raison du rejet massif des militants du Limousin, et malgré le oui dans les deux autres. La décision de nommer le fabiusien Henri Weber tête de liste, parachuté dans la région, contre Jean-Paul Denanot, président de la région Limousin, avait suscité le mécontentement des militants. La direction avait fait valoir la règle du non-cumul des mandat pour écarter la candidature de M. Denanot.

LA LISTE DU CENTRE SERA REMANIÉE

Dans d'autres régions comme la Bourgogne, la Bretagne ou le Rhône-Alpes où des barons locaux avaient rejeté les listes, le oui l'a emporté. Dans le Sud-Est, la liste emmenée par Vincent Peillon, dont le "parachutage" avait été fustigé par M. Collomb, l'a emporté avec 75 % des voix, selon des résultats non définitifs.

"La direction exprime sa très grande satisfaction, les listes ayant été adoptées majoritairement", sauf dans les trois départements du Limousin, en Côte-d'Or et en Ille-et-Vilaine, a indiqué Harlem Désir, tête de liste en Ile-de-France et membre de la direction.

Pour résoudre "la difficulté", une situation inédite au PS, la direction va discuter avec les responsables des 13 fédérations de la circonscription Centre en vue d'une "proposition" à la Convention du parti le 21 mars, a affirmé M. Désir.  Henri Weber a déclaré qu'il resterait tête de liste mais qu'il fallait "tenir compte de la volonté des militants du Limousin de figurer en bonne place sur la liste" qui doit "être remanié".


Source NOUVELOBS.COM :

"Les listes, soutenues par tous les courants, avaient pourtant été approuvées avec 93% des voix le 28 février dernier, lors d'une réunion du conseil national, le "Parlement" du parti. Ce mouvement de grogne montre que le PS est toujours en crise, quatre mois après le désastreux congrès de Reims."



Ils étaient nombreux, ceux qui brandissaient cette très large majorité du Conseil National en faveur des listes pour balayer les oppositions, et en réalité rendre facultatif le déplacement des adhérents dans les bureaux de vote !

Il s'avère en effet que la participation n'a pas été au rendez-vous. Equivalente à 2004, soit ; mais au moment où on nous répète à l'envi que le PS est de retour, que nous devons être mobilisés pour nous opposer fermement au pouvoir de droite, il n'y a pas lieu de se réjouir de cette faible participation :


- 40 % au niveau national (et combien de votes "abstention" ? on le saura peut-être un jour ...)

- sur le plan local, la section de Dunkerque n'atteint même pas ce chiffre :

         - seulement 30 % de participation
         - sur les votants, suffrages POUR = 70%  -  CONTRE = 12%  -  ABSTENTION = 18% 
Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Européennes 2009
commenter cet article
12 mars 2009 4 12 /03 /mars /2009 11:00

J'ai publié sur ce blog les réactions de ces "esprits médiocres, malveillants" (dixit Montebourg) qui ont osé s'exprimer contre la constitution des listes PS aux européennes, concoctées au sommet ... qui mettent en cause le système (qui pourtant  fonctionne très bien !) ... et qui ont dénoncé une parodie de démocratie interne.

Le 12 mars, ces félons vont donc, avec l'appui des militants (eh oui, ils existent aussi) :

- ne pas organiser le vote
- s'abstenir
- et, crime de lèse majesté, voter CONTRE

Au moment où la crise frappe nos concitoyens (ça c'est l'argument qui tue, qui permet de fermer le bec à quiconque !), ces dangereux terroristes sont évidemment accusés maintenant de mettre en péril la maison PS !


Il me semble important de rappeler ici les propos de Martine AUBRY lors du rassemblement national des 1ers Secrétaires de section le 1er février :


"Nous allons proposer des règles, mais nous espérons réellement que ce sont les premiers fédéraux, dans chaque grande région, avec les grands élus, qui seront capables de nous proposer une liste, une liste pour gagner les élections européennes. Et moi je serai heureuse si ici, au national, nous n’avons pas besoin de trancher, si les camarades sur le terrain se sont dit : Voilà ceux qui, quelle que soit la motion à laquelle ils appartiennent, même si la proportionnelle est la règle, doivent nous représenter."
 
Et moi, je le dis très simplement, s’il y a un camarade de telle motion qui est mieux placé et que la motion a son quota, nous devons choisir le meilleur car nous devons gagner ces élections européennes. Voilà !
Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Européennes 2009
commenter cet article
11 mars 2009 3 11 /03 /mars /2009 09:00
.
Najat Belkacem : "Le mépris de Cambadélis m'insupporte"
  Source : LEFIGARO.FR  -  Le Talk  - le 10 mars 2009 

Dénonçant la méthodologie "solférinienne" qui a présidé à la constitution des listes PS pour les élections européennes, Najat Belkacem, secrétaire nationale aux questions de société, annonce qu'elle s'abstiendra lors du vote des militants le 12 mars.

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Européennes 2009
commenter cet article
11 mars 2009 3 11 /03 /mars /2009 08:00

LE PS CHEZ LES SOVIETS !!!!!!

Nous y sommes. Ceux qui ont osé détacher leurs doigts de la couture du pantalon
vont trinquer, qu'on se le dise !


A l'encontre des pétitionnaires opposés aux listes PS aux européennes et aux méthodes révolues, Arnaud Montebourg avait eu ces mots de condamnation : "esprits médiocres, malveillants" ...


Cambadélis monte d'un cran, il met le paquet : "manquements à la discipline collective" !
Alors, militants, vous savez que vous avez intérêt à voter comme il faut, sinon ça va barder !
La discipline collective définie avant le vote ! Chapeau !!!


Européennes : le coup de gueule de Cambadélis

Source : LEFIGARO. FR  -  10 mars 2009

Le lieutenant de Martine Aubry s'en prend dans un courrier virulent à quatre présidents socialistes de région, signataires de la pétition de protestation contre le choix des listes.

A quarante-huit heures du vote des militants, la composition des listes socialistes pour les européennes n'en finit pas d'attiser les tensions au sein du parti . Dernier coup de sang en date : la lettre incendiaire adressée lundi à quatre présidents de région par Jean-Christophe Cambadélis, l'un des bras droits de Martine Aubry. Le député de Paris, ulcéré par la pétition lancée par le sénateur-maire de Lyon, Gérard Collomb contre le choix des listes faites par la direction du parti, a décidé d'adresser un courrier commun à certain de ses signataires. Dans sa lettre, il laisse entendre que cette pétition n'est ni plus ni moins une tentative de "destabilisation" envers la campagne du PS.

Sous la plume du député de Paris, Jean-Jack Queyranne (Rhône-Alpes), Jean-Paul Denanot (Limousin), Jean-Yves Le Drian (Bretagne) et François Patriat (Bourgogne) se transforment en "un quarteron d'élus", mécontents parce que "leur protégé [ndlr : Gérard Collomb] n'est pas bien servi" dans le choix des listes, apprend-on grâce au Parisien qui s'est procuré la lettre.

Le secrétaire national chargé des questions internationales va même plus loin en qualifiant leur comportement de "manquements à la discipline collective". Avant de conclure  "En espérant que nous en resterons là. Car la déstabilisation de la campagne du PS n'est pas un acte anodin". Un ton qui n'a évidemment pas plu aux quatre élus. "Cambadélis a une remontée de son passé trotskiste", grince l'un d'entre eux dans les colonnes du Parisien.

Désaveu de Gaëtan Gorce

Pas sûr que Martine Aubry apprécie non plus le geste de son camarade, elle qui tente de rassembler le plus possible au sein du PS à deux jours seulement du vote des militants qui viendra ou non valider son choix pour la composition des listes. Dernier souci en date : Gérard Collomb, porteur de la contestation, a refusé lundi de rencontrer la première secrétaire, qui lui avait proposé un rendez-vous en tête-à-tête pour tenter de trouver un accord. Le maire PS de Lyon, qui revendique 600 signataires à sa pétition, a estimé qu'il ne pouvait pas s'agir d'une rencontre individuelle, et aurait souhaité un entretien accompagné d'une délégation de mécontents.

Autre désagrément pour le maire de Lille : le député Gaëtan GORCE, fraîchement intégré à l'équipe Aubry, a créé la surprise lundi en dénonçant des "méthodes contestables", fondées sur des "arrangements entre les courants" pour la composition des listes. Selon lui, il appartiendrait aux militants de "décider du choix de l'ordre des candidats". Mais de toute façon, le PS "part en lambeaux", a-t-il déploré.

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Européennes 2009
commenter cet article
10 mars 2009 2 10 /03 /mars /2009 23:00

UNE CRITIQUE FEROCE (ET JUSTIFIEE !)
ET DES PROPOSITIONS !


Lu sur le blog de Gaëtan GORCE  -  9 mars 2009

"Faire la Liste de nos difficultés"

Les listes adoptées par le dernier conseil national pour les européennes font l'objet d'une vive contestation. Comment s'en étonner? Alors que s'était affirmée, à l'occasion du congrès, une large volonté de rénovation, ces listes ont été concoctées selon les méthodes les plus traditionnelles, les plus orthodoxes, les plus contestables.


Elles sont en effet le résultat d'arrangements passés entre des courants qui défendent des intérêts spécifiques, sans considération d'ordre général ou d'intérêt du parti. Le renouvellement, la diversité, sont laissés à la discrétion de l'appareil qui l'interprète à sa manière, soucieux de préserver ou de se constituer une clientèle.


Il ne sert à rien cependant de jeter l'opprobre sur les chefs de courant. C'est un système, que je dénonce depuis des mois, qui est à l'oeuvre et qui montre encore aujourd'hui toute sa malfaisance. D'autant que l'équation s'est encore compliquée par la balkanisation qui affecte les courants eux-mêmes.


Faute de cohérence idéologique, chacun de ceux issus du congrès est traversé de sous courants, de sous groupes, aux intérêts contradictoires.

Le Parti socialiste part ainsi en lambeaux et il ne faut pas s'étonner du spectacle qu'il donne puisque rien n'a été fait pour supprimer les causes de cette situation.


Pour ne prendre que l'exemple des Européennes, la logique n'aurait-elle pas été que les militants et eux seuls aient eu à décider du choix de l'ordre des candidats? Saisis, région par région, du nom des impétrants, c'était à eux de décider qui était digne ou non de représenter les socialistes dans leur circonscription.

Quel sens peut bien avoir un vote sur des listes bloquées? La démocratie y trouve-t-elle son compte? Et quel temps perdu en cas de rejet? Comment sortir en effet de l'impasse dans laquelle celui-ci nous jetterait? Sont-ce les mêmes courants, les mêmes états-majors, qui devraient, désavoués, réécrire leur copie, au risque de contredire à nouveau la volonté militante? Ou faudrait-il alors seulement, comme je le suggère, laisser décider nos adhérents? Ma conviction est que notre parti ne pourra se réformer que lorsque les courants auront été privés de toute influence sur le choix de nos dirigeants comme de nos candidats, pour mieux se concentrer sur le débat politique et l'élaboration de notre projet.


À défaut, la loi des écuries, ou des féodalités locales continuera de chercher à s'imposer contre toute évidence, c'est-à-dire contre l'orientation que souhaite manifestement donner au Parti socialiste des dizaines de milliers d'adhérents qui n'en finissent pas d'espérer une vraie, profonde et complète rénovation.

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Européennes 2009
commenter cet article
9 mars 2009 1 09 /03 /mars /2009 19:00

PS : 75 responsables de fédérations défendent les listes

NOUVELOBS.COM  -  9 mars 2009

Ces responsables de fédérations départementales signent un texte appelant à "se rassembler" aux élections européennes pour ne pas mettre à mal "l'unité retrouvée" des socialistes.

En réponse à la fronde au PS contre la composition des listes aux élections européennes, 75 responsables de fédérations départementales ont signé un texte appelant à "se rassembler" pour ne pas mettre à mal "l'unité retrouvée" des socialistes.
"Nous appelons solennellement à dépasser les déceptions individuelles et à se rassembler autour des listes adoptées par notre conseil national pour prolonger et amplifier la dynamique issue de notre unité retrouvée", déclarent les signataires de ce texte, rendu public dimanche 8 mars par Christophe Borgel, secrétaire national chargé des élections et de la vie des fédérations.


"Renouvellement", "parité"...

Le texte est notamment paraphé par les responsables (premiers fédéraux) de certaines des principales fédérations du parti, Bouches-du-Rhône, Paris, Nord, Pas-de-Calais ou encore Hérault...
Après "les divisions du congrès de Reims", ils soulignent que ces listes ont été largement adoptées "avec 93% de voix pour" lors d'un conseil national le 28 février et qu'elles sont "marquées par le renouvellement, le non cumul des mandats, la diversité, la parité intégrale de nos futurs élus, la quasi parité de nos têtes de liste".
Ce texte entend contrer l'offensive de plusieurs barons du PS contre les choix de la direction, alors que les militants doivent se prononcer par un vote sur les listes dans quelques jours, le 12 mars.
La fronde s'est organisée autour du sénateur-maire de Lyon, Gérard Collomb (royaliste), mécontent pour sa part du parachutage dans le Sud-Est, sa région, du royaliste Vincent Peillon, eurodéputé royaliste sortant du Nord-Ouest.

Quatre présidents de région

Gérard Collomb a lancé une pétition qui revendiquait vendredi 600 signataires. Parmi eux, des députés, sénateurs et quatre présidents de région, François Patriat (Bourgogne), Jean-Jack Queyranne (Rhône-Alpes), Jean Yves Le Drian (Bretagne) et Jean-Paul Denanot (Limousin).
Si une liste est retoquée, la direction doit refaire une proposition, à nouveau soumise au vote des militants.
Un Conseil national doit ratifier les listes le 28 mars.
Des personnalités du parti ont dénoncé ou regretté ce week-end cette bronca contre la direction. Le député de Saône-et-Loire Arnaud Montebourg s'est dit "atterré", qualifiant les auteurs de la pétition "d'esprits médiocres, malveillants".
Le député PS de l'Essonne Manuel Valls, proche de Ségolène Royal, a tenté de calmer le jeu, soulignant que "c'est très difficile de faire ces listes" et que le PS était "fragile encore" depuis le congrès de Reims
"On est un peu injuste en interne" car "il y a des gens de très grande qualité qui les composent et je pense que les militants jeudi prochain doivent adopter ces listes même si je comprends les mécontentements ici ou là", a-t-il dit lors de l'émission "dimanche soir politique" sur France-Inter/i-Télé/Le Monde.


"Offensive de barons du PS contre les choix de la direction" ... et les militants sans titre de noblesse, qui soutiennent cette offensive, on n'en parle pas ?

Avec cette "contre-attaque", je peux en déduire que la "fronde" , d'abord méprisée, est finalement prise au sérieux, quand même !
Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Européennes 2009
commenter cet article

Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande