Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

19 janvier 2011 3 19 /01 /janvier /2011 10:00

 

Ségolène ROYAL est invitée aux voeux de la commune de Bully-les-Mines (62) ce jeudi 20 janvier.

Ce sera l'occasion de porter les valeurs républicaines contre les solutions inacceptables d'une élue du Pas-de-Calais récemment portée à la tête du parti d'extrême droite.

 

Plusieurs membres de Désirs d'Avenir, fidèles participants aux activités du Comité local Flandres-Littoral, feront le déplacement et rejoindront plusieurs camarades d'autres comités du Nord.

 

Annonce de la Cérémonie des voeux de Bully-les-Mines

avec Ségolène ROYAL : 


envoyé par Leila-Agic

Repost 0
19 janvier 2011 3 19 /01 /janvier /2011 09:00

affiche-SR-a-Bully-les-Mines.jpg

Repost 0
17 janvier 2011 1 17 /01 /janvier /2011 14:00

bannière Lettre d'actualité de Ségolène

 

mardi 18 janvier - Rencontre avec les lecteurs d’ Aujourd’hui en France  

 

jeudi 20  janvier - vœux de la commune de Bully-les-Mines (62) à 18H30, à l’invitation du Maire 

 

dimanche 23 janvier invitée de l’émission Le Grand Jury sur RTL à 18h30

Repost 0
10 janvier 2011 1 10 /01 /janvier /2011 10:00

bannière Lettre d'actualité de Ségolène

 

Chers amis de Désirs d'avenir,


Vous trouverez ci-dessous mon agenda de cette semaine.

Amicalement,

Ségolène Royal 

 

lundi 10 janvier - Poitiers à 12H30 : vœux à la presse - Maison de la Région
 
jeudi 13 janvier - Saint-Jean d’Angély (17) à 15H30 : pose de la première pierre du Silo Bio Ouest pour le stockage et la valorisation de produits céréaliers biologiques construit par la coopérative d’agriculture biologique CORAB, avec le soutien de la Région Poitou-Charentes
 
jeudi 13 janvier La Crèche (79) à 18H : réunion publique de vœux à la population (salle de l’Hélianthe)
 
vendredi 14 janvier au RICM (Régiment d'infanterie - chars de marine) de Poitiers : cérémonie pour les obsèques du caporal-chef décédé en Afghanistan
 
samedi 15 janvier – Cartoucherie de Vincennes à 14H30 : Université Populaire Participative sur l’Education

dimanche 16 janvier – 12H45 : Dimanche+ sur Canal+

Repost 0
6 janvier 2011 4 06 /01 /janvier /2011 07:00

 

Plusieurs membres des comités locaux de "Désirs d'Avenir" dans le Nord

seront évidemment présents à cet événement :

carton-d-invitation-a-Bully-les-Mines.jpg

Repost 0
2 janvier 2011 7 02 /01 /janvier /2011 07:00

voeux 2011 - carte de Ségolène

 

Chers amis de Désirs d'avenir,
Je vous souhaite bonheur, santé, prospérité et joies affectives pour cette nouvelle année. Qu'elle vous apporte la réalisation de vos rêves et de vos espoirs.
A bientôt dans nos rencontres au cours de mon tour de la France qui espère un avenir meilleur. 
Amicalement,

 

 signatute-SR.jpg

Repost 0
1 janvier 2011 6 01 /01 /janvier /2011 08:00

 

Source : le site de Désirs d'Avenir  -  le 31 décembre 2010 

 

Bonsoir à toutes et à tous.

En cette nouvelle année, je tiens à vous adresser mes voeux les plus chaleureux.

Et en le faisant je pense d'abord à toutes celles et tous ceux qui sont dans la peine, dans la solitude, dans les souffrances de santé, tous ceux qui ont perdu leur travail ou tardent à en retrouver un.

En cette année qui s’achève beaucoup de Français sont dans la difficulté. Des millions de Français ont ressenti davantage de pauvreté et ont parfois même basculé dans la misère.

Qui peut vivre aujourd'hui avec le Smic ou même avec un peu plus ?

Qui peut élever une famille, payer son loyer, payer ses charges, s'offrir ainsi qu'à sa famille un peu de culture avec des salaires si bas alors que dans le même temps, on apprend que les patrons du CAC 40 ont, en 2009, gagné en moyenne 190 fois le Smic.

Et pourtant, l'année qui vient doit être une année d’espoir, une année de reconstruction, une année qui voit la France renouer avec son histoire, la France qui sait qu’elle détient en son cœur des forces de reconquête , un dynamisme exceptionnel, un potentiel qui ne demande qu'à s'épanouir, des capacités d’innovation et de création.

Moi je crois à cette France qui se bat.

Je vois la France qui souffre mais je vois aussi la France qui espère, qui a envie d’avancer, qui a envie d’autre chose, fidèle à sa tradition de solidarité et de fraternité.

Et c’est pourquoi je veux aujourd'hui vous donner un message d’espoir.

Les forces de progrès et de la gauche sont au travail pour qu'au cours de l’année 2011, chaque citoyen, chaque citoyenne puisse réfléchir, prendre en main son destin et choisir le moment venu, le modèle de civilisation que nous aurons à construire ensemble.

Au cœur de ce modèle, il y a d’abord la France qui protège.

La responsabilité de tout pouvoir politique est de protéger les Français.

Or aujourd’hui, dans la France dans laquelle nous vivons, seules les grandes fortunes, les sytèmes bancaires, le capitalisme financier ont non seulement été protégés mais ils se sont enrichis.

Face à tout cela, la France a du ressort . Nous ne ne sommes pas passifs.

Parce qu'il y a un potentiel d’innovation, une soif de liberté, une volonté d'égalité .

C'est l'égalité, c'est la justice qui deviendront un facteur d'efficacité économique.

Nous savons qu’une autre société plus juste et plus humaine est possible.

Nous savons que la dictature des marchés financiers peut être combattue.

Nous savons que les intérêts particuliers conduisent à la remise en cause inadmissible de la protection de l’environnement, à l'image du moratoire sur l’énergie photovoltaïque alors que nous devons placer beaucoup d’espoir dans la croissance verte, créatrice d’activités et d’emplois et qu’il n'y a aucune raison de reculer sur cette exigence de protection de la planète, qui crée en même temps des entreprises performantes dans notre pays si nous les soutenons.

L'espoir est là parce que les Français sont là.

Ils l'ont prouvé en 2010. Le peuple français s'est levé, il a bougé, a protesté contre cette remise en cause inacceptable de notre système de sécurité sociale et du droit à accéder à la retraite après une vie de labeur.

La mobilisation extraordinaire contre cette destruction d'un pan entier de notre système de protection sociale prouve que nous sommes en mouvement.

C’est pourquoi, même si beaucoup de choses ne vont pas bien l’espoir est là.

Et je veux d’abord que l’année 2011 soit une année pour une grande cause nationale de l’emploi des jeunes et que toutes les entreprises s'y mettent Qu'elles comprennent que c'est en tendant la main aux jeunes, pour un emploi, pour une formation en alternance, pour un apprentissage, qu'elles comprennent qu'en servant les jeunes , elles se servent elles mêmes et c'est comme cela que la France avancera.

La demande de respect et de justice est si profonde que l’année 2011 doit être l'année de la construction d’un autre modèle de société et celle d’un élan populaire qui nous conduira vers la victoire de 2012.

Pas la victoire d'un camp contre un autre mais la victoire de tous les Français qui veulent que ça change

De tous les Français qui veulent que la France se relève. De tous les Français qui ont envie de bâtir une France, la France dont nous serons à nouveau fiers. Le chemin n’est pas forcément facile mais nous serons de plus en plus nombreux à le vouloir et nous y parviendrons tous ensemble.

Très bonne et très heureuse année à chacune et à chacun.

Repost 0
19 décembre 2010 7 19 /12 /décembre /2010 17:00

 

Un an de travail, d'Universités Participatives Populaires, de partage et de Fraternité résumés en vidéo. Comme le déclarait Ségolène Royal en arrivant à la tribune :
"Tout vient d'être dit en ces quelques images très fortes. Nous avons beaucoup travaillé !" 

 

 
Y figure, parmi les actions entreprises par les Comité locaux, la demande d'un référendum d'initiative populaire sur les retraites, avec les militants de Flandre-Littoral dans les manifestations :
referendum sur les retraites - banderole DA
Repost 0
16 décembre 2010 4 16 /12 /décembre /2010 07:00

 

"Le moment est venu d'avancer dans la clarté et la simplicité. Je sais d'expérience qu'il faut plus que quelques mois pour se préparer et pour rassembler. Qui ne voit que la droite est déjà en campagne - et d'ailleurs elle ne s'en cache pas ?"

(Ségolène Royal, le 29 novembre 2010)

rassemblement de la fraternité - 18 déc 2010 

 


Nous vous invitons à participer

au prochain "Rassemblement de la Fraternité",

avec Ségolène ROYAL,

 

le samedi 18 décembre à 14h00

 

au patronage laïque
72 , avenue Félix Faure  -  75015 PARIS

 

Métro Boucicaut (ligne 8)

ou bus 62 arret Félix Faure

 

 

 

Soyons nombreux à apporter notre soutien à la candidature de Ségolène ROYAL aux primaires socialistes !

 

N'hésitons pas à faire circuler largement cette invitation.

 

Repost 0
7 octobre 2010 4 07 /10 /octobre /2010 18:00

bannière Lettre d'actualité de Ségolène

 

Chers amis, chères amies,

Vous trouverez ci-dessous une tribune de Ségolène Royal publiée par Libération concernant le projet du gouvernement sur la réforme des retraites, les questions qu'il suscite et les raisons de s'y opposer.

Amicalement,

L'équipe de Ségolène Royal  -  le 1er octobre 2010

 

Retraites: Il faut se battre pour un référendum

Depuis plusieurs mois, le gouvernement explique aux Français qu’il est important et urgent de remettre en cause le système de retraites, particulièrement la liberté de partir à la retraite à 60 ans pour les carrières complètes et à 65 ans pour ceux qui n’ont pas tous leurs trimestres de cotisations.

Un sujet aussi essentiel pour la vie des Français mérite une clarification pour dissiper le brouillard des contre-vérités gouvernementales et poser les véritables enjeux de cette réforme .

Voici donc 10 réponses aux questions que les Français se posent.

 

1) Pourquoi faut-il se battre pour un référendum?

La retraite est le patrimoine commun de tous les Français. Ce serait un vrai progrès démocratique qu'ils puissent se prononcer sur un enjeu de société aussi important. La réforme des retraites ne doit pas se faire contre le peuple mais avec lui. 

2) Y a-t-il un problème d’équilibre financier des régimes de retraites ?

Oui. Grâce à l’allongement de l’espérance de vie et à l’arrivée à l’âge de la retraite des baby-boomer, le nombre de retraités, d’un peu plus de 15 millions en 2010, passera à 23 millions en 2050 alors que le nombre de cotisants connaîtra sur la même période une quasi-stagnation. D’autres facteurs jouent un rôle dans le déséquilibre du financement des retraites : le sous-emploi des jeunes et des seniors, la diminution de la part des salaires (et donc de l’assiette des cotisations retraites) dans la richesse nationale au profit du capital, et la faiblesse de la croissance économique.

Ce constat et la nécessité qui l’accompagne d’une réforme du financement des régimes de retraites, ne sont niés par personne et certainement pas, comme le gouvernement voudrait le faire croire, par la gauche et les organisations syndicales. Ce qui est contesté c’est la brutalité de la réforme, sa profonde injustice, l’affirmation qu’une seule réforme est possible, son urgence décrétée pour satisfaire les agences de notation et les amis financiers du pouvoir et prétendre ainsi avoir fait preuve de courage.

3) Pourquoi la réforme du gouvernement est injuste ?

Parce qu’elle pèse quasi-exclusivement sur les salariés. Reporter pour ceux qui ont le nombre de trimestres requis l'âge d’ouverture des droits à la retraite de 60 à 62 ans et reporter à 67 ans l'âge auquel on peut prétendre à une retraite à taux plein (c'est-à-dire sans pénalités si on n'a pas tous ses trimestres de cotisations), c'est taxer les salariés, en obligeant à travailler et à cotiser encore ceux qui ont déjà le nombre d’annuités nécessaires, et préserver les revenus du capital qui doivent pourtant leur existence et leur accroissement au travail des salariés. Il s’agit donc d’une taxe sur le travail créée par ceux qui prétendaient défendre la valeur travail.

La deuxième grande injustice est celle infligée aux femmes.Elles subissent déjà, durant leur carrière professionnelle, une inégalité salariale totalement inacceptable et qui se perpétue dans les niveaux de pension de retraites (38% d'écart entre les retraites des femmes et celles des hommes). Le report à 67 ans de l'âge pour obtenir la retraite à taux plein va aggraver leur situation puisqu'elles ont des carrières incomplètes qui rend difficile l'obtention du nombre suffisant de trimestres de cotisations .Je rappelle que Nicolas Sarkozy, pendant sa campagne , avait promis l’égalité salariale hommes-femmes à l’horizon 2010.

4 ) Cette réforme est-elle efficace ?

Non. Elle est non seulement injuste mais elle est inefficace.

Comme l'a souligné à plusieurs reprises la présidente de la caisse nationale d'assurance vieillesse, la question du financement n’est pas réglée : dès 2013-2014, il manquera 4 milliards d'euros pour équilibrer le système.

5) Cette réforme améliorera t-elle l’emploi des jeunes et des séniors ?

Non . Le chomage des jeunes (près d'un quart d'entre eux à la recherche d'un emploi) et des seniors (+ 30% de chômeurs âgés en deux ans) va être aggravé par la réforme . Qui nous fera croire que des entreprise qui trouvent aujourd'hui leurs salariés trop âgés à partir de 55 ans vont les garder demain jusqu'à 62 ans ?

6) La question de la pénibilité est-elle prise en compte par cette réforme ?

Non. Le gouvernement confond volontairement incapacité (c'est-à-dire invalidité), et pénibilité des tâches. Alors que l'ordre juste voudrait qu'on reconnaisse que des métiers sont pénibles parce que des salariés sont exposés à des produits dangereux, au travail de nuit ou à des horaires décalés et à des travaux de force, le gouvernement se contente d'octroyer une retraité anticipée aux travailleurs touchés par une incapacité de travail reconnue avant le départ en retraite. Or, tous les médecins du travail savent que de nombreuses maladies (le cancer de la plèvre lié à l'exposition à l'amiante, le cancer du larynx dû à l'exposition à des produits phyto-sanitaires dangereux, par exemple) se déclarent longtemps après la fin de l'exposition au risque, donc après la cessation d’activité professionnelle.

7) La France fait elle comme ses voisins européens ?

Non. La plupart des pays européens ont utilisé des mesures d'âge pour revenir à l'équilibre financier. Mais ils ont soit reculé l'âge légal de départ à la retraite, soit allongé la durée de cotisations. Le gouvernement français, lui a choisi d'utiliser les deux leviers : si la réforme est adoptée nous aurons le système le plus dur d'Europe, le moins négocié avec les partenaires sociaux et le plus brutal dans la rapidité de sa mise en oeuvre.

8) Qui va profiter de la réforme ?

Certainement pas les salariés qui vont être lourdement taxés. Tout le monde a pu constater que le MEDEF est étrangement silencieux dans cette affaire : tout simplement parce que cette réforme est sa réforme. Derrière cette réforme, se cachent les banques, les fonds de pension, les assurances, tous les financiers proches ou membres du premier cercle du pouvoir qui voient déjà le pactole que représentent les futurs retraités inquiets pour leur avenir et tentés de se tourner vers les complémentaires retraites privées. Il va sans dire que les salariés les plus modestes devront se contenter de leur régime de base.

9) Une autre réforme est-elle possible ?

Oui Je refuse cette fatalité qui voudrait que les femmes, les ouvriers, les employés, les travailleurs qui ont commencé à travailler tôt, soient si durement frappés. C'est pourquoi les socialistes, j'en prends de nouveau l'engagement, rétabliront la liberté de partir à la retraite à 60 ans et à 65 ans pour ceux qui le souhaitent. Les efforts doivent être partagés et nous acceptons donc le principe d'un allongement de la durée de cotisations jusqu'à 41,5 années. Mais la contre-partie, c'est la mise à contribution des revenus tirés du capital . La seule niche dite Copé qui exonère d'impôt sur les plus-values les sociétés (souvent du CAC 40) qui vendent leurs filiales a coûté en trois ans 22 milliards d'euros à l'Etat pour le seul bénéfice des actionnaires.

La réforme du gouvernement néglige aussi le volontarisme dans l’action politique : notre pays a une situation démographique plus favorable que celles des autres pays européens et nous pouvons encore la conforter.

10 )La réforme du gouvernement est-elle une fatalité ?

Non. La mobilisation sociale doit continuer et s'amplifie, et le combat parlementaire se poursuivre

Ce temps de la contestation sociale est aussi le temps de la pédagogie. L'opposition qui est appelée à nouveau à gouverner doit donner un débouché politique à cette contestation en même temps qu'une espérance, et expliquer aux Français pourquoi nous rétablirons, en 2012, la liberté de partir à la retraite à 60 ans. Ce n’est pas une utopie. C’est cette alliance de la justice et du réalisme économique qui guidera notre action. Nous sommes déterminés.

Repost 0

Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande