Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

28 avril 2012 6 28 /04 /avril /2012 14:00

logo UMP-FN 

"Vrai travail" ? Vrai menteur, vrai diviseur

recherche FN désespérément 

Source : Le HuffPost   -  le 25.04.2012 - Geoffroy Clavel

 

Aussitôt fait, aussitôt regretté. Invité ce mercredi 25 avril au 20 heures de TF1, Nicolas Sarkozy a semblé bien moins à l'aise avec le concept de "vrai travail", concept qu'il avait pourtant brandi lundi dernier pour annoncer le grand rassemblement de ses partisans le 1er mai prochain. "Je n'ai pas dit vrai travail", a esquivé le candidat-président avant de botter en touche, et ce malgré les relances insistantes des journalistes en plateau.

L'embarras du chef de l'État est révélateur. Même la plume du président, Henri Guaino, hésite désormais à reprendre à son compte cette expression. "Laissons tomber cette formule", a déclaré ce mercredi et non sans gêne l'auteur des discours du candidat UMP, interrogé dans le cadre de l'émission "Questions d'info" LCP/Le Monde/AFP/France Info, refusant au passage d'endosser la paternité de cette expression qui a suscité un certain malaise à droite, l'ironie grinçante des socialistes et la colère des organisations syndicales.

Voir la video :   Le "vrai travail" : "laissons tomber cette formule  


Les électeurs de Marine Le Pen ont un "vrai travail"
Avant lui, l'ancien premier ministre Jean-Pierre Raffarin avait prudemment pris ses distances avec la formule. "Le mot 'vrai travail' peut prêter à discussion, mais je suis à l'aise avec le fait que la crise mondiale est une crise du travail", a-t-il déclaré sur BFM-TV.

Ce mercredi midi, Nicolas Sarkozy avait pourtant réaffirmé ce concept manifestement improvisé, à l'occasion d'un meeting dans le Haut-Rhin: "Je pense tout le monde travaille, mais malheureusement il y a des Français qui sont plus exposés que d'autres". Et d'opposer "ceux qui ont un statut", en clair les fonctionnaires et les personnes en contrat à durée indéterminée, aux "salariés du privé qui souffrent beaucoup plus".

"Le chef d'Etat que je suis ne peux pas s'occuper de la même façon d'un homme ou d'une femme qui, quoi qu'il arrive, touchera son salaire avec indexation ou d'un homme ou d'une femme qui (...) voit son salaire supprimé parce qu'il y a une délocalisation", avait-t-il ajouté.

Nicolas Sarkozy avait même poussé la précision jusqu'à livrer des exemples de "vraies" professions en citant "ouvriers, artisans, commerçants". Des catégories socio-professionnelles qui ont toutes massivement voté pour Marine Le Pen au premier tour de l'élection présidentielle.

L'expression revêt donc, à dessein ou maladroitement, une stigmatisation de tous ceux n'entrant pas dans la catégorie des "vrais" travailleurs. "On voit bien que Nicolas Sarkozy essaie ici de séparer le bon grain de l’ivraie. Ce qui est peu commun dans un second tour qui a plutôt vocation à rassembler, à faire tenir ensemble la diversité d’un pays", analyse le politologue Stéphane Rozès, président de CAP, sur Europe1.fr.


Le PS et les réseaux sociaux ironisent sur le président du "vrai chômage"
Derrière la maladresse de l'expression se dissimule surtout une bataille idéologique autour de la "valeur travail", comme le rappelle Henri Guaino, thème sur lequel Nicolas Sarkozy avait battu campagne avec succès en 2007 et qu'il espère une nouvelle fois préempter à l'occasion de son rassemblement du 1er mai.

Le camp socialiste s'est toutefois empressé de décliner la formule de manière particulièrement désavantageuse pour le président sortant. L'équipe de François Hollande a aussitôt estimé que plutôt que de "diviser les Français avec sa "fête du vrai travail", Nicolas Sarkozy serait "tout à fait fondé à organiser la fête du vrai chômage, compte tenu de son bilan". "Les Français, d'abord, voudraient tous pouvoir travailler. (...) Il n'y a pas le vrai travail, le faux travail, le travail dur, le travail mou. Les Français aimeraient être protégés et travailler, ce que n'a cruellement pas réussi à faire Nicolas Sarkozy" durant le quinquennat, a ajouté la porte-parole socialiste Najat Vallaud-Belkacem.

Le quotidien L'Humanité et l'extrême-gauche sont allés encore plus loin, en dressant un parallèle entre la fête du "vrai" travail de Nicolas Sarkozy et le Maréchal Pétain.

.

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Présidentielles 2012
commenter cet article
28 avril 2012 6 28 /04 /avril /2012 10:00

 

Une camarade m'a envoyé le texte ci-après. Il mérite d'être amplement diffusé !  :
 ombre-de-sarko.jpg

A peine sorti du 1er tour de l'élection, le candidat Sarkozy dont on ne sait plus s'il est le candidat de l'UMP ou du FN (son conseiller officieux, Patrick Buisson, est un ancien de Minute) annonce qu'il organisera le 1er mai sur le Champ-de-Mars, à Paris, une "fête du Vrai travail" dédiée à "ceux qui travaillent dur", "qui souffrent, et qui ne veulent plus que quand on ne travaille pas on puisse gagner plus que quand on travaille".

Le "vrai" travail ? Qu'est ce qu'il y connaît ce cul doré de Sarkozy ? Mais de quoi parle t'il au juste ?
Le "vrai" travail ? celui des 650 accidents mortels, des 4500 mutilés du travail ? Celui des droits violés et des heures supp' impayées ?
Le "vrai" travail ? Celui des maladies professionnelles, amiante, TMS, surdité, cancers, qui augmentent, sont sous-déclarées, sous réparées.
Le "vrai" travail ? 150 000 accidents cardiaques et 100 000 accidents vasculaires par an dont entre 1/3 et 50 % liés au travail...
Le "vrai" travail ? Ce jeune ascensoriste de 26 ans écrasé par l'engin qu'il réparait, à cause de la compétition sauvage entre OTIS et KONE
Le "vrai" travail ? Et les milliers d¹ouvriers désamianteurs qu'il laisse en ce moment mourir sans protection par refus d'un moratoire ?
Le "vrai" travail ? Celui des mini-jobs, des stages, des emplois saisonniers atypiques, des 3 X 8, des 4 X 8, des intérims et CDD répétés ?
Le "vrai" travail ? Celui des millions de travailleurs pauvres qui n'arrivent pas à vivre avec leurs salaires ?
Le "vrai" travail ? Celui du milliard d'heures supplémentaires non déclarées, non majorées, non payées attribuées à ceux qui ont un boulot au détriment de ceux qui n'en ont pas ?
Le "vrai" travail ? Celui des femmes qui gagnent 27 % de moins que les hommes ?
Le "vrai" travail ? Celui des jeunes à 25 % au chômage et à 80 % en CDD ?
Le "vrai" travail ? Celui des immigrés, forcés à bosser sans droits et sans papiers par des esclavagistes et marchands de sommeil franchouillards ?
Le "vrai" travail ? Celui des seniors licenciés, 2 sur 3 a partir de 55 ans et qui ne peuvent cotiser que 35 annuités alors que 42 sont exigés dorénavant pour une retraite décente ?
Le "vrai" travail ? Celui des restaurateurs dont 1 sur 4 utilisent des clandestins, non déclarés dans le fond de leur cuisine ?
Le "vrai" travail ? Celui des exploitants agricoles qui tuent des inspecteurs du travail pour pouvoir abuser d'immigrés clandestins ?
Le "vrai" travail ? Celui des beaufs de la CG-PME, des cadres casques oranges de chez Bouygues, des marchands de manoeuvre appelés "viande" ?
Le "vrai" travail ? "La vie, la santé, l'amour sont précaires pourquoi le travail ne le serait-il pas?" (Parisot/Sarkozy)
Le "vrai" travail contre le droit du travail ? Le pauvre exploité qui sue et se tait, la dinde qui vote pour Noël !
Le "vrai" travail "sans statut" ? "La liberté de penser s'arrête là où commence le Code du travail" selon Mme Parisot et... M Sarkozy`
Le "vrai" travail sans syndicat ? Sans syndicat pas de Smic, pas de durée légale, pas de congés payés, pas de sécurité sociale, pas de droit
Le "vrai" travail ? Celui qui ne fait jamais grève, qu'on ne voit jamais manifester, qui n'est pas syndiqué, qui piétine son collègue ?
Le "vrai" travail ? Celui sans délégué du personnel, sans comité d¹entreprise, sans CHSCT, sans institution représentative du personnel ?
Le "vrai" travail ? à France Télécoms, des dizaines de suicides, faute inexcusable du patron de combat qui licencie, stresse, vole, tue
Le "vrai" travail ? Parlons en ! Stress, risques psychosociaux, harcèlement, suicides, chantage à l'emploi, heures supplémentaires impayées ?
Le "vrai" travail ? Les travaux les plus durs sont les plus mal payés, bâtiment, restauration, nettoyage, transports, entretien, industries
Le "vrai" travail ? Qu'est ce qu'il y connaît ? Dans le bâtiment, 1,1 million bossent surexploités, maltraités, mal payés, accidentés, meurent sans retraite
Le "vrai" travail ? Celui des 900 000 foutus dehors par "rupture conventionnelle" de gré à gré sans motif et sans mesure sociale ?
Le "vrai" travail ? Celui des auto-entrepreneurs, un million en théorie, la moitié en réalité, qui se font exploiter comme faux salariés, à bas prix et sans protection sociale ?
Le "vrai" travail ? celui qui bosse dur pour survivre misérablement ou celui qui exploite dur les autres pour vivre dans des palais dorés ?
Le "vrai" travail ? celui des actionnaires, des rentiers, des riches, des banksters du Fouquet's qui gagnent 600 SMIC par an en dormant ?
Le "vrai" travail, celui de Maurice Levy patron qui se ramasse 16 millions d¹euros d¹argent de stocks option de poche pillés sur les richesses produites par les salariés.
Le "vrai" travail ? celui de Molex, de Sea France, de Gandrange et Florange, de Continental, de Lejaby, de Pétroplus, des Fonderies du Poitou, de toutes celles et ceux qui ont du se battre pour le garder ?

Le "vrai" travail ?
Par ses déclarations tapageuses, Sarkozy déclare la guerre aux travailleurs, et en particulier à ceux qui sont privés d'emploi. Il déclare la guerre aux syndicats. Alors, le 1er mai, journée internationale des travailleurs , dans de nombreuses villes du monde nous serons des millions à manifester pour défendre nos droits.
Nous rappellerons à Sarkozy, au MEDEF et à tous leurs chiens de garde médiatiques, que les travailleurs sont les seuls vrais créateurs de richesses,et non des "ressources humaines"

.

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Présidentielles 2012
commenter cet article
28 avril 2012 6 28 /04 /avril /2012 08:00

 

imaginez-la-france-d-apres.jpg

 

Il me revient une phrase du résident actuel de l'Elysée,
si digne d'un haut responsable politique !  :
"Vous en avez assez de cette racaille ?
eh bien on va vous en débarrasser !"
.
Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Présidentielles 2012
commenter cet article
25 avril 2012 3 25 /04 /avril /2012 14:00

la girouette politique 

Le 2ème tour à l'horizon, voilà les attaques en règle en direction de la gauche sur le vote des étrangers aux élections locales ... amnésie sidérante, à des fins électorales. 

Il vaut mieux se répéter que se contredire !  :  j'avais déjà dénoncé sur ce blog le parcours en zig-zag de Sarkozy sur le sujet : 

Billet du 15.12.2011 :

Vote des étrangers aux élections locales : la girouette Sarko

Billet du 07.03.2012 :

Régularisation des étrangers : Sarkozy et ses contre-vérités (en clair ses mensonges !)

François Hollande tacle Sarkozy sur la question de l'immigration

 

Un résumé mettant en lumière les contradictions successives de Sarkozy depuis 15 ans : 

- 1997 : il est contre "sans "ambiguïté", car ce droit "doit être réservé aux citoyens français"

- 2001 : il y est favorable pour les étrangers en situation régulière qui "paient des impôts", "respectent nos lois" et justifient de cinq ans de résidence. Il écrivait alors : "Je ne vois pas au nom de quelle logique nous pourrions les empêcher" !!! 

- 2005 : il est toujours pour, sous réserve de dix ans de résidence

- 2008 : il se dit pour "à titre intellectuel", mais déclare ne pas "avoir la majorité"

- 23 novembre 2011 : il s’y oppose farouchement en épinglant l’initiative "hasardeuse" du PS

 

Droit de vote des étrangers, Sarkozy toujours amnésique

Source : desintox.blogs.liberation.fr  -  le 24 avril 2012

 

IntoxLe droit de vote des étrangers est un des sujets du programme de François Hollande que Nicolas Sarkozy compte bien continuer d'agiter dans cet entre-deux tours. Au point d'oublier que c'est une mesure qu'il a plusieurs fois défendu. Il était invité ce mardi matin des Quatre vérités, sur France 2 : «Est -ce que vous croyez que les Français veulent avoir un gouvernement, un Président, qui considère que la priorité c'est de donner le droit de vote aux étrangers ?», fait-il mine d'interroger Roland Sicard.  Qui lui rétorque : «Vous y aviez été vous même favorable.»

un pinocchio

 

Le chef de l'Etat dément :  «Je ne l'ai jamais fait je ne l'ai jamais voulu.» L'intervieweur insiste : «A un moment vous disiez, "à titre personnel j'y suis favorable."» Le Président tente alors de retomber sur ses pieds: «Je considère qu'il ya quinze ans, le risque communautaire n'était pas ce qu'il est  aujourd'hui», avant d'embrayer sur son couplet classique sur les piscines...

 

DesintoxLibération l'a pourtant déjà rappelé : Nicolas Sarkozy n'a pas toujours été hostile au vote des étrangers aux élections locales. En 2001, dans son livre, Libre, il écrivait : «A partir du moment où ils [les étrangers non communautaires, ndlr] paient des impôts, où ils respectent nos lois, où ils vivent sous notre territoire depuis un temps minimum, par exemple de cinq années, je ne vois pas au nom de quelle logique nous pourrions les empêcher de donner une appréciation sur la façon dont est organisé leur cadre de vie quotidien.»

Et quand il tente ce mardi matin de se rattraper en ramenant à «il y a quinze ans», ce n'est pas plus juste. Car il s'est déclaré pour cette mesure une nouvelle fois en 2005 dans le Monde. Encore, en 2008, il se disait  favorable «à titre intellectuel» au vote des étrangers non européens aux scrutins locaux «sur la base de la réciprocité», tout en ajoutant ne pas «avoir de majorité pour faire passer» cette mesure. Mais tout cela, c'était avant de décider de l'orientation de sa campagne 2012.

.

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Présidentielles 2012
commenter cet article
24 avril 2012 2 24 /04 /avril /2012 10:00

sarko, c'est plié

 

 

 

 

La déculottée de Nicolas Sarkozy

Source : zeredac.com  -  le 23 avril 2012

 

 

 

À les entendre depuis hier sur les plateaux télés, ils ont gagné ! Nicolas Sarkozy et sa firme se démultiplient pour expliquer à qui veut les entendre que ce score est un bon score et que tout reste possible pour le 6 mai.

Quelle belle poudre de perlimpinpin ! Quel enfumage général ! Quelle mascarade. 

Car en regardant une carte de France, les villes importantes et les fiefs même des personnalités UMP, il ne reste au candidat de l’UMP presque que les yeux pour pleurer.

27,1% pour un président sortant, battu par son adversaire de l’opposition, c’est du jamais vu sous la Vème république. On comprend le ouf de soulagement poussé par Sarkozy , persuadé jusqu’à 19h, qu’il était sous la barre des 25% mais de là à transformer une raclée en triomphe, il y a un monde , que jean François Copé et consorts n’hésitent pas à franchir.

5 ans sanctionnés par un score en recul de près de 5 points par rapport à 2007 ! Il est vrai que le pouvoir use mais à ce point, c’est une première.

Examinons ensuite la carte des grandes villes. Pour ne prendre que Paris ou Marseille, c’est historique, François Hollande est pour la première fois en tête dans ces deux agglomérations. Si ça ne ressemble pas à une vague, ça y ressemble.

Ne parlons pas enfin des ministres et autres figures de l’UMP enfoncées dans leur fief : Copé à Meaux, comme l’a si justement rappelé Ségolène Royal en débat sur France2 à 13h aujourd’hui, mais aussi François Fillon dans la Sarthe, NKM à Longjumeau, Laurent Wauquiez en Haute-Loire, Jean-Pierre Raffarin dans la Vienne. La liste est interminable de tous ces champions de la Sarkozie qui prennent une sévère raclée dans leur propre fief.

Terminons enfin par la stratégie impossible du président sortant.

Draguer les voix du FN alors que le Pen père et fille n’ont qu’on seul objectif : le faire battre pour recomposer la droite autour de leur idéologie extrême.

Même calcul chez François Bayrou qui n’a pas d’autre choix que de parier sur la défaite de Sarkozy. Sans oublier les jeunes loups de l’UMP qui visent 2017 et n’ont pas l’intention de subir à nouveau l’ombre portée et tyrannique du locataire de l’Elysée.

Avec tout ça, allez donc expliquer aux Français que Nicolas Sarkozy est en bonne posture et peut l’emporter.

On appelle ça la méthode Coué.  Mais les Français voient tout. Et les 15 jours qui s’annoncent ressemblent à un long chemin de croix.

.

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Présidentielles 2012
commenter cet article
24 avril 2012 2 24 /04 /avril /2012 08:00

 

... Et on n'entendra plus parler de lui en politique !

Il l'a promis, et comme il a toujours tenu ses promesses ...

 

donnez-lui sa retraite à 57 ans

.

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Présidentielles 2012
commenter cet article
18 avril 2012 3 18 /04 /avril /2012 10:00

 

DA86 - le 18 avril 2012 

Mercredi  18 /04

Déplacement à Digne
17h30 : Point presse
18h30 : Réunion publique au Palais des Congrès de Digne avec Jean-Louis BIANCO

Samedi 21 /04
Charente-Maritime

Dimanche 22/04
1er tour de l'élection présidentielle

10h00 : La Rochelle – vote
(bureau de vote de la salle de l'Oratoire, rue Albert 1er)

Tournée des bureaux de vote de la Rochelle, avec le Maire de la  Rochelle

Après midi : Retour Paris

20h00 : Invitée de France 2

20h30 : Invitée de TF1

En soirée : Passage au PS, 10 rue de Solférino


lundi 23/04

22h30 : Invitée de "Soir 3"  sur France 3

.

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Présidentielles 2012
commenter cet article
18 avril 2012 3 18 /04 /avril /2012 08:00

 

FH-au-meeting-de-Lille.jpg 

A Lille, François Hollande

se pose en rassembleur

Source : lavoixdunord.com  -  le 18 avril 2012

 

Totalité de l'article et vidéo  :  ICI

 

...

Le changement, trente et un ans plus tard, le candidat socialiste l'annonce "maintenant" ... ou presque.

Pour y parvenir, il appelle au rassemblement "qui est notre force" et met en garde contre les divisions. "Certains voudraient que la gauche se désunisse, se désarticule... Ils n'y parviendront pas, il n'y aura pas la gauche contre la gauche, la gauche des cortèges contre la gauche des ministères, il n'y a pas deux gauches, il y a une gauche qui veut gagner, qui veut gouverner", assure-t-il, comme pour conjurer de futures surenchères.

Une autre logique

Dans le costume du rassembleur, François Hollande rappelle au passage qu'il a su réunir les socialistes "séparés" lors du référendum de 2005. Dans la foulée, il appelle à "changer de logique" au plan européen. Le candidat socialiste le confirme, il veut renégocier le traité de discipline budgétaire en y introduisant un volet "croissance", il plaide pour une taxe sur les opérations financières et souhaite que la Banque centrale européenne prête à 1 %, non plus exclusivement aux banques mais aussi aux États.

Mais l'enjeu de la présidentielle est d'abord hexagonal. François Hollande recentre son discours sur les valeurs traditionnelles de la gauche. Il s'adresse "à ceux dont le seul patrimoine est la sécurité sociale", stigmatise "les rémunérations indécente", confirme la taxation à 75 % des revenus supérieurs à un million d'euros par an et estime que "la droite ajoute le cynisme à l'échec".

En rappelant que l'espérance de vie d'un ouvrier est de huit ans inférieure à celle d'un cadre, il défend le retour à la retraite à 60 ans pour ceux qui ont démarré tôt leur vie professionnelle.

Sur la longue liste des "combats de 2012", il évoque la limitation du travail dominical comme du recours à l'intérim, la lutte contre les discriminations à l'embauche, la relance du dialogue social, l'installation de représentants des salariés dans les conseils d'administration des grandes entreprises.

Constance

À l'approche du premier tour, François Hollande tire déjà un premier bilan de sa campagne : "J'ai veillé à la constance, je n'ai pas cédé sous la polémique, je ne varierai pas pour les cinq derniers jours", confie-t-il, fustigeant en creux son principal rival qui, à l'entendre, "fait des propositions en fonction des sondages".

Le candidat socialiste "sent le mouvement et l'espérance se lever" mais ajoute : "Je ne suis sûr de rien." Il évoque pourtant des idées pour la suite, se dit pressé de rejoindre le Premier ministre belge Elio Di Rupo à la table des sommets européens et envisage en 2014, "pour le centenaire de la Grande Guerre, un grand rassemblement international pour la paix".

.

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Présidentielles 2012
commenter cet article
16 avril 2012 1 16 /04 /avril /2012 18:00

 

affiche-meeting-FH-a-Lille-le-17-avril.jpg

.

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Présidentielles 2012
commenter cet article
14 avril 2012 6 14 /04 /avril /2012 11:00

 

En écoutant les médias télévisés, j'ai peut-être raté des épisodes ! Rien entendu sur ce nouveau retournement de veste de Sarkozy, pourtant des plus éclatants et cyniques, à propos des loyers ...

Rien perçu, sauf parmi ceux qui critiquent le plus vertement Sarko, FOG (Franz-Olivier Giesbert) par exemple ... non, je rigole !!!


najat belkacem - da37  Politique du logement :

un nouvel échec de N. Sarkozy confirmé par l’INSEE

Communiqué à la presse de Najat BELKACEM,

porte-parole de François HOLLANDE  -  le 13 avril 2012

 

L’INSEE a publié ce matin l’indice de référence des loyers, qui connaît sa plus forte hausse depuis 3 ans.  Les loyers pâtissent des échecs successifs de Nicolas Sarkozy à relancer l’offre de logements, notamment de logements sociaux.

Ces chiffres tombent à point nommé pour rappeler le dernier zigzag du président Sarkozy et pour souligner la cohérence de François Hollande. Le 29 janvier dernier, lors d’un entretien télévisé face à des millions de Français, Nicolas Sarkozy avait qualifié de retour à "l’Union Soviétique" la proposition de François Hollande d’encadrement des loyers à la relocation là où ils ont excessivement augmenté.

Dans un entretien à Femme Actuelle, il se rallie aux propositions de bon sens de François Hollande en faveur de l’encadrement des loyers. Un ralliement bien tardif qui confirme l’échec de sa politique en la matière, avec une augmentation de 47% des loyers à la relocation ces dix dernières années. Désormais 3,7 millions de Français sont en situation de mal-logement, 8 millions sont dans une extrême précarité et le coût du logement représente un quart des revenus des ménages.logements sociaux

Plutôt que de perdre son temps dans des polémiques sur le halal ou la surveillance d’internet, François Hollande est le seul candidat à avoir proposé des mesures concrètes pour stopper la flambée des loyers et à avoir fixé un cap pour relancer la construction de logements en France.

2 500 000 logements neufs seront construits lors du prochain quinquennat, soit 300 000 logements de plus que lors du dernier quinquennat, les terrains publics seront mis à disposition des communes s’engageant à construire des logements sociaux dans les cinq années, et les loyers pourront être encadrés lors de la première location ou à la relocation, lorsque les prix sont excessifs.

.

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Présidentielles 2012
commenter cet article

Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande