Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

7 mars 2012 3 07 /03 /mars /2012 16:00

 

Lors d'un tractage réalisé il y a une dizaine de jours sur le marché de Dunkerque, des UMPistes distribuaient un document truffé de mensonges.

un pinocchio

Le dit document UMP invitait à rejoindre "le parti des droits et des devoirs" ...

Le droit de faire des proposition, certes ...

Mais aussi le devoir de ne pas manier "attaques, falsification, caricature" , comme l'a déjà déclaré François HOLLANDE en réaction aux multiples déclarations du candidat Sarkozy.

   

Le tract UMP nous fournit l'occasion de dénoncer cette falsification dans la campagne de la Droite, et ça tombe bien on peut commencer par la lettre A :


"A" comme "Autorisation administrative de licenciement"

On peut y lire sous le chapitre LE PS PREFERE L'ASSISTANAT :

 "Le PS est pour le retour à l'autorisation administrative de licenciement".

  

FAUX, ARCHI-FAUX !

Dans les projets du PS (de 2005 comme de 2010) il n'est aucunement question de cela.

Dans le projet présidentiel de François HOLLANDE, non plus !

(c'est d'ailleurs quelquefois un reproche qui a été fait à la gauche : quand elle a été aux affaires sous les 2 septennats de F. MITTERRAND, elle n'est pas revenu sur la suppression de cette autorisation)

 

Bref, sur le thème de la valeur "travail", l'UMP y va de ses grosses ficelles pour berner l'opinion, il ne faut pas laisser passer.

 

A la lettre "B", comme Banques, pas mieux !!! :

"Le PS est pour la nationalisation des banques"     !!!

 

Suite au prochain numéro ...

.

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Présidentielles 2012
commenter cet article
7 mars 2012 3 07 /03 /mars /2012 13:00

 

Le 15 février, déjà, le candidat-président usait de la falsification des intentions de son adversaire François HOLLANDE sur la question de l'immigration, et plus précisément de la régularisation des étrangers :  

un pinocchio   

Nicolas Sarkozy, Pinocchio de la

régularisation des étrangers

Source : NOUVELOBS.COM  -  le 17 février 2012 

 

"Le Nouvel Observateur" décerne un Pinocchio à Nicolas Sarkozy pour son intervention sur TF1 mercredi 15 février.

 

Juste après avoir annoncé sa candidature, il a fait mine de ne pas vouloir parler de François Hollande. Mais il a tout de même abordé le projet de son concurrent socialiste :

"Est-ce que c'est raisonnable de dire : 'l'immigration, on va régulariser tout le monde' ?"

 

Cet argument est utilisé depuis longtemps par la droite pour suggérer une forme d'irresponsabilité de la gauche. Il n'est pas exact. Il y a bien longtemps que les socialistes ne proposent plus de régularisation systématique.

On peut d'ailleurs lire dans le programme de François Hollande : 

"Je conduirai une lutte implacable contre l’immigration illégale et les filières du travail clandestin. Je sécuriserai l’immigration légale. Les régularisations seront opérées au cas par cas sur la base de critères objectifs."

 

En réponse aux propos du chef de l'Etat, Mireille Le Corre, responsable du pôle immigration-intégration au sein de l'équipe de François Hollande, précise : 

 

"François Hollande a toujours été très clair : il veut mettre un terme à la politique arbitraire menée par le gouvernement, non pour procéder à des régularisations massives mais pour rétablir une procédure juste et transparente. Il s'est ainsi engagé, sans ambiguïté, à ce qu'il soit procédé à un examen individuel de la situation de chaque étranger en situation irrégulière à partir de critères objectifs, transparents et appliqués uniformément sur le territoire.

Ces critères tiendront compte notamment de la durée de présence, de la situation de travail, des attaches familiales et de la scolarisation des enfants. Les étrangers dont la situation ne correspond pas à une régularisation possible feront l'objet de procédures d'éloignement, dans des conditions qui respectent leurs droits et leur dignité."

.

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Présidentielles 2012
commenter cet article
7 mars 2012 3 07 /03 /mars /2012 12:00

 

Hollande : "Un objectif chiffré de régularisations serait stupide" :

 

Invité sur Europe 1, François HOLLANDE a critiqué ce mercredi les propositions de Nicolas Sarkozy visant à durcir les conditions d’immigration et a accusé son rival "d’incohérence", se refusant pour sa part à fixer des "objectifs chiffrés".

En 2007, Nicolas Sarkozy "avait promis l’immigration choisie" estimant que "sur les 200.000 personnes qui viennent en France depuis maintenant 10 ans, la moitié devaient être des immigrés venant travailler dans notre pays", mais en réalité "l’immigration économique est tombée à 10%", a affirmé le candidat PS à l’Elysée.

Il a pointé "une nouvelle fois, une incohérence" chez le président sortant qui, hier, souhaitait l’immigration économique" et "aujourd’hui veut la réduire".

Réaffirmant qu’il supprimerait la circulaire Guéant sur les étudiants étrangers, "qui a fait beaucoup de mal", il s’en est pris aux nouvelles règles que Nicolas Sarkozy veut imposer aux conjoints étrangers de Français.

"Moi je suis pour qu’on lutte contre la fraude" et "les mariages de complaisance", a-t-il dit mais "en revanche, pour ceux qui se sont mariés avec un conjoint étranger, femme ou homme, et qui ne peuvent plus obtenir que leur conjoint vienne vivre en France, mais quelle est la situation, qu’est-ce qu’on va créer comme famille?", a-t-il demandé.

François HOLLANDE a estimé que cela allait multiplier "les recours" car "le droit européen, comme le droit international, pose l’obligation, quand vous êtes mariés, de vivre ensemble".

Mardi soir sur France 2, M. Sarkozy a confirmé vouloir soumettre à des conditions plus difficiles de revenus et de logement le regroupement familial et la délivrance des visas d’installation aux étrangers mariés à des ressortissants français.

François HOLLANDE a aussi qualifié de "contre-vérités" les affirmations de la droite selon lesquelles il ferait des régularisations massives, et rappelé son intention de faire "des régularisations au cas par cas", avec "des critères clairement établis, transparents" : "le critère du travail", "de la présence sur le territoire" et "le critère familial".

"Aujourd’hui, il y a 30.000 régularisations par an (...). Nous serons sans doute dans le même ordre de grandeur", a-t-il dit, jugeant qu’il serait "stupide" de donner des objectifs chiffrés.

"Aujourd’hui, il y a beaucoup d’arbitraire", visant "des situations de complaisance de ces personnes haut placées qui, pour avoir un certain nombre de personnels de maison (n’ayant pas de papiers), demandent leur régularisation".

.

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Présidentielles 2012
commenter cet article
7 mars 2012 3 07 /03 /mars /2012 10:00

un pinocchio   

Les 5 imprécisions de Nicolas Sarkozy sur France2

Source : NOUVELOBS.com  -  le 7 mars 2012

 

Le Nouvel Observateur décerne trois Pinocchios à Nicolas Sarkozy. Le chef de l'Etat a commis quelques erreurs plus ou moins volontaires, mardi 6 mars, sur le plateau de "Des paroles et des actes" sur France 2. Décryptage.


TVA sociale

Nicolas Sarkozy a défendu la TVA sociale (augmentation de la TVA sur tous les produits et baisse des charges employeurs et salariés pour les entreprises en France) : "La concurrence est telle aujourd'hui que l'augmentation de 1,6% de TVA n'aura pas d'impact sur le pouvoir d'achat des Français". Selon le chef de l'Etat, les entreprises répercuteront la baisse de charge sur leurs prix hors taxe, venant ainsi compenser la hausse de la TVA.

Mais rien n'est moins sûr. Dans un rapport sur la TVA sociale réalisé en septembre 2007 par Eric Besson, alors secrétaire d’état chargé de la Prospective et de l’Evaluation des politiques publiques, on peut lire : 

Les entreprises pourraient, en effet, choisir de ne pas répercuter l’intégralité de la baisse des charges dans leurs prix de production afin de reconstituer leurs marges, ou bien avoir besoin de délais d’ajustement. Dans l’un et l’autre cas, on assisterait à une hausse des prix TTC, suivie d’une augmentation des minima sociaux et des salaires."

Le chef de l'Etat utilise désormais le terme de "TVA anti-délocalisation" soulignant ainsi que, la baisse de charge ne s'appliquant pas aux entreprises important en France, la production locale serait avantagée par la mesure. Devant l'ancien Premier ministre Laurent Fabius, il a même affirmé que ce serait ces entreprises importatrices qui participeraient aux finances publiques. Mais le chef de l'Etat omet de préciser qu'en réalité, ce sont les consommateurs des produits importés qui paieront cette hausse de prix. Les Français.

Cette hausse de prix a d'ailleurs été implicitement confirmée par Valérie Pécresse lors d'une interview sur France inter fin janvier. En effet, la ministre du Budget, pour justifier la mesure, a affirmé qu'il y aurait une anticipation des consommateurs avant la hausse de la TVA. Pourquoi une telle anticipation s'il n'y a pas de hausse des prix ?

RSA

Nicolas Sarkozy a confirmé son intention de généraliser la mise en place de sept heures d'intérêt général obligatoires pour les bénéficiaires du RSA qui n'ont aucune activité ni formation.

Le chef de l'Etat a évalué le coût de cette mesure à 500 millions d'euros pour l'Etat. En réalité, ce coût serait supporté à la fois par l'Etat et par les collectivités locales, et serait compris entre 0,8 et 1,5 milliards d'euros, selon l'Institut de l'entreprise, think tank plutôt libéral.

Les dépenses de François Hollande

Nicolas Sarkozy a affirmé que François Hollande ne proposait aucune baisse des dépenses. Ce n'est pas tout à fait exact. Dans son programme, le candidat socialiste prévoit une économie de 2,1 milliards d'euros grâce à la maîtrise des effectifs de l'Etat. Il écrit d'ailleurs page 41 : "Je maîtriserai les dépenses de l’État : toute nouvelle dépense sera financée par des économies et le nombre total des fonctionnaires de l’État n’augmentera pas." François Hollande vise d'ailleurs une baisse des dépenses publiques de 56,5% du PIB en 2012 à 53,9% en 2017.

Le quotient familial

Le chef de l'Etat a répété plusieurs fois que les socialistes avaient voulu supprimer le quotient familial, avant d'y renoncer. S'il est vrai que l'équipe de François Hollande a rétropédalé sur sa proposition, celle-ci ne prévoyait pas sa suppression mais sa réforme.

La compétitivité

Enfin, Nicolas Sarkozy a affirmé que le mot "compétitivité" ne figurait sur aucune page du programme de François Hollande. Il y figure en fait une fois.

.

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Présidentielles 2012
commenter cet article
7 mars 2012 3 07 /03 /mars /2012 08:00

 

Michel Sapin : "Il ne faut pas confondre l'énergie et l'agressivité"

Source : le site du PS  -  7 mars 2012

 

Invité de Jean-Michel Apathie sur RTL, Michel Sapin, chargé du projet de François Hollande, est revenu sur les interventions de Nicolas Sarkozy et de son contradicteur, Laurent Fabius, lors de l'émission Des Paroles et des Actes la veille. 

 

Michel Sapin : "Une élection se gagne ... à la fin !  par rtl-fr

 

Contradictions et agressivité

S'agissant de la prestation de Nicolas Sarkozy, Michel Sapin est clair : "personne ne lui contestera cette énergie, mais j'ai remarqué que, comme d'habitude avec Nicolas Sarkozy, cette énergie se transformait en agressivité [...] vis-à-vis de celui qui sur les questions économiques et sociales mettait en face de lui des faits et des chiffres indiscutables et qu'il traitait de menteur". Puis d'ajouter: 'Il ne faut pas confondre l'énergie et l'agressivité".

Selon lui "Laurent Fabius était parfaitement dans son rôle: c'est-à-dire qu'il n'était pas le candidat mais qu'il essayait de faire dire au candidat quelles étaient ses propositions et qui au fond démontrait quelles étaient ses contradictions". Ainsi, "Laurent Fabius a parfaitement maîtrisé cet exercice".

Immigration: une proposition impossible à mettre en oeuvre

S'agissant de la proposition de Nicolas Sarkozy de diminuer l'immigration de 200 000 à 100 000 personnes par an, Michel Sapin a estîmé que cette annonce n'était qu'une "proclamation" de la part de NS en interrogeant: "que ne l'a-t-il pas fait ?". Puis de préciser que la vraie question portait sur la maîtrise de l'immigration illégale. Or pour le député, "sa seule proposition ne porte pas sur le regroupement familial mais c'est de supprimer à des Français le droit à la vie commune pour maîtriser le nombre d'étrangers en France". Autrement dit, "c'est une proposition juridiquement et constitutionnellement complètement impossible à mettre en oeuvre".

Michel Sapin rappelle alors la proposition de François Hollande: la mise en oeuvre de manière humaine et respectueuse des lois de la République. Avant de conclure: "on ne résume pas une politique et surtout le résultat d'une politique à des chiffres".

Une fiscalité qui différencie petites et grandes entreprises

Enfin, interrogé sur la proposition fiscale de Nicolas Sarkozy d'instaurer un impôt société minimal pour les sociétés qui font des bénéfices, Michel Sapin réagit: "il a mis lui-même un certain nombre de niches fiscales qui profitent à de grosses entreprises". et rappelle la proposition de François Hollande "il faut différencier les grandes entreprises qui doivent payer plus d'IS qu'aujourd'hui, des PME qu'il faut encourager qui doivent payer moins d'IS".

 

>> Voir les infographies sur le bilan de Nicolas Sarkozy

>> Voir les 60 engagements pour la France de François Hollande

.

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Présidentielles 2012
commenter cet article
6 mars 2012 2 06 /03 /mars /2012 16:00

 

Le tract, en cours de distribution par les militants dunkerquois :

 

Non-a-la-TVA-Sarkozy---1.jpg

 

Non-a-la-TVA-Sarkozy---2.jpg

.

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Présidentielles 2012
commenter cet article
4 mars 2012 7 04 /03 /mars /2012 18:00

 

LYON, jeudi 1er mars, au Palais des Sports de Gerland.

Beaucoup de monde, la salle du meeting pleine à craquer ... j'exagère car on n'y a pas fait rentrer davantage de personnes qu'elle ne peut contenir !

(et je parle en connaissance de cause, désormais, ayant participé au service d'ordre mis en place, avec la participation notamment de 15 dunkerquois, volontaires et motivés) 

La salle était donc pleine (attention ! cliché pris par un camarade me relayant, car dans la mission pas question d'abandonner le poste !!!)

Et, m'a t-on dit, plus de 3000 personnes sont restées dehors, assistant au meeting devant un écran géant.


Quant au contenu de l'intervention de François HOLLANDE : l'explication, dans la constance et sans effet d'annonces -- suivez mon regard ... à droite --  d'une bonne partie des 60 engagements du candidat.

 

Meeting-de-Lyon--le-1er-mars-2012.jpg

.

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Présidentielles 2012
commenter cet article
29 février 2012 3 29 /02 /février /2012 17:00

 

najat---lemonde.jpg Communiqué de presse de Najat VALLAUD BELKACEM,

porte-parole de François HOLLANDE

 le 29 février 2012

 

"Envoyez la facture !"

 

Nathalie Kosciuko-Morizet a précisé la pensée du candidat Nicolas Sarkozy à propos de ses annonces sur l’éducation à Montpellier : non seulement, le candidat ne se sent pas engagé par le bilan du président sortant, mais il n’est pas engagé non plus par le coût des dépenses de ses nouvelles promesses. Nous pensions qu’il n’avait pas l’intention de les mettre en œuvre, nous savons déjà qu’il n’a pas l’intention de les financer dans son projet présidentiel.

 

C’est donc sa porte-parole, dans une fonction inédite, qui se charge d’envoyer la facture aux autres : les collectivités locales, comme par hasard, déjà asphyxiées par les transferts de compétence non compensées financièrement, la suppression de la taxe professionnelle, et autres largesses du mandat présidentiel écoulé.

 

La règle d’or, visiblement, c’est pour les autres. Trop facile de se présenter en candidat responsable et rigoureux dans ces conditions : c’est plutôt un candidat mauvais payeur qui s’adresse aux Français.

Rappelons que l’argent des collectivités locales, c’est aussi l’argent du contribuable : il peut envoyer la facture à d’autres, ce sont toujours les mêmes qui paieront. Gageons que ce nouveau tour de passe-passe ne passera pas inaperçu. Des collectivités locales, rappelons-le, très largement dirigées par la gauche selon la volonté des Français exprimée en 2008 dans les villes puis, en 2011, dans les départements et les Régions.

 

En 2012, mêmes causes, mêmes effets ? Les Français s’exprimeront.

.

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Présidentielles 2012
commenter cet article
29 février 2012 3 29 /02 /février /2012 14:00

Francois-Hollande---coopol.jpg 

 

 

 

 

 

 

 

 

MERCREDI 29  FEVRIER :

François Hollande en visite à Londres.

 

JEUDI 1ER MARS :

François Hollande tiendra un grand meeting à LYON, au palais des sports de Gerland à 18 heures.

 

VENDREDI 2 MARS :

François Hollande prononcera un discours pour le lancement de l'appel de l'Egalité femmes-hommes à son siège de campagne.

 

François Hollande clôture le forum du Conseil des Entreprises, Employeurs et Groupements de l'Economie Solidaire.

 

SAMEDI 3 MARS :

François Hollande tiendra un meeting sur le thème "Territoires et République" à 14 heures 30 au Zénith de DIJON, à l'occasion des trente ans des lois de décentralisation.


Pour les 2 meetings (LYON puis DIJON) -- et pour la petite histoire -- un goupe de dunkerquois fera le déplacement, en vue de s'intégrer au Service d'Ordre.

Je ferai partie de ce groupe : au total, 3 jours de militantisme ... et de fatigue probablement !

Mais quand on aime on ne compte pas !

.

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Présidentielles 2012
commenter cet article
28 février 2012 2 28 /02 /février /2012 14:00

 

Florange : les syndicats d'ArcelorMittal dénoncent les

"mensonges" de Sarkozy

Source : LeMonde.fr  -  le 27 février 2012

 

"Le foutage de gueule continue !" "Du bourrage de crâne"... Les représentants syndicaux de l'usine ArcelorMittal de Florange (Moselle) affichaient lundi 27 février leur colère après les promesses de Nicolas Sarkozy pour sauver le site, menacé de fermeture et où travaillent quelque 5 000 personnes.

Le président-candidat a souhaité d'un côté qu'ArcelorMittal fasse les investissements nécessaires pour remettre en marche les hauts-fourneaux à l'arrêt, et de l'autre, a confirmé que la France était prête à "mettre 150 millions d'euros sur la table" pour contribuer au financement d'un projet européen de captage-stockage de CO2, le projet Ulcos, qui doit encore obtenir le soutien de la Commission européenne. 

Pour les syndicalistes interrogés par Le Monde.fr, ces deux propositions n'ont "aucun sens" puisque, selon eux, le projet Ulcos ne peut être mis en place à Florange qu'à la condition que les hauts-fourneaux continuent leur activité. "Si le haut-fourneau P6 [qui pourrait être mis en mode Ulcos d'ici 2015] ferme définitivement, le projet Ulcos est mort dans l'œuf", assure ainsi Edouard Martin, représentant CFDT au comité d'entreprise européen d'ArcelorMittal.

Ce projet européen "ne peut voir le jour si les hauts-fourneaux ferment car par défintion, il vise à capter les émissions de CO2 dans la production d'acier des hauts-fourneaux P3 et P6", assure-t-il.

"Si le P6 n'est pas redémarré, le projet Ulcos ne peut être mis en œuvre car il faut bien que l'acier soit produit pour pouvoir en capter le CO2", confirme Xavier Phan Dinh, délégué CGT au comité d'entreprise européen du groupe sidérurgique. "Notre urgence à nous, c'est de redémarrer le P6 et le P3. Ulcos, ce n'est que du bonus, un avantage supplémentaire", souligne-t-il.

"FAUSSE ANNONCE"

En octobre 2011, ArcelorMittal avait mis en sommeil le haut-fourneau P6 du site de Florange, le dernier encore en activité dans la région, assurant qu'il ne s'agissait que d'un arrêt temporaire rendu nécessaire par une baisse mondiale de la demande d'acier. En juin 2011, le P3, le deuxième haut-fourneau du site, avait déjà été arrêté pour les mêmes raisons.

Les syndicats craignent la "mort programmée" du site, après l'annonce de la direction, la semaine dernière, que les hauts fourneaux ne redémarreraient pas au deuxième trimestre. Le numéro un mondial de la sidérurgie assure de son côté qu'il ne s'agit que d'une mise en veille temporaire rendue nécessaire par une demande insuffisante.

Edouard Martin s'élève aussi contre la "fausse annonce" du président-candidat, assurant que l'Etat est "prêt" à investir 150 millions d'euros pour l'usine et le projet Ulcos. "Cette enveloppe a déjà été annoncée à l'été 2011 dans le cadre du grand emprunt !", remarque-t-il très justement. L'annonce de M. Sarkozy est effectivement tout sauf nouvelle. "Ça ne l'engage à rien de promettre cette somme car, au final, ce sera la Commission européenne qui décidera des sommes à avancer", peste le syndicaliste.

les-oubli-s-de-Gandrange.jpg

"AUCUN POUVOIR SUR LES PLANS DE MITTAL"

Par ailleurs, Xavier Phan Dinh ne croît pas au redémarrage des hauts-fourneaux. "Nicolas Sarkozy ment ! C'est du bourrage de crâne : il veut faire croire qu'il va réussir à remettre en marche les hauts-fourneaux en faisant pression sur la direction [du groupe]. Or, il n'a aucun pouvoir sur les plans industriels de Lakshmi Mittal   [le PDG d'ArcelorMittal] et de son fils ! En 2008, il avait déjà promis le maintien de Gandrange [Moselle], alors qu'il n'a jamais pu infléchir la politique de Mittal", se rappelle, amer, le délégué CGT au comité d'entreprise européen du groupe sidérurgique.

Il y a quatre ans, le président de la République avait promis aux ouvriers d'ArcelorMittal à Gandrange que l'Etat prendrait en charge "tout ou partie des investissements nécessaires" pour maintenir l'aciérie en activité. Finalement, elle a été fermée en 2009, mettant au chômage 571 de ses quelque 1 200 ouvriers.

"GAGNER DU TEMPS AVANT L'ÉCHÉANCE ÉLECTORALE"

"Nicolas Sarkozy est prêt à dire n'importe quoi avant la présidentielle, pour être réélu", estime Xavier Phan Dinh. "Ses propositions ne sont que des effets d'annonce destinés à gagner du temps avant l'échéance électorale" car, selon lui, "il y a beaucoup de chances que la direction [du groupe] ferme Florange et ce qu'il reste de Gandrange, en juin".

"On voit bien que le but de la manœuvre est de laisser passer les élections", renchérit Jean Mangin, délégué syndical CGT au comité d'entreprise de Florange, interrogé par l'AFP.

Les mauvaises nouvelles viendront après, craint le représentant CFDT au comité d'entreprise européen d'ArcelorMittal. Autrement dit, la fermeture du site, qui rendrait impossible le projet Ulcos. "Comme par hasard, la Commission européenne, qui devait donner un premier avis sur Ulcos au premier trimestre 2012, a reporté sa décision à juillet 2012, puis à octobre...", se désole Edouard Martin.

SOUTIEN À LA PROPOSITION DE M. HOLLANDE

Ce dernier, en revanche, "soutient à fond" la proposition de loi promise par François Hollande pour obliger un industriel se désengageant d'une usine française à la céder à un repreneur. Un objectif réaffirmé, vendredi 24 février, par le candidat PS lors de son passage à Florange, qui correspond à une revendication des syndicats du site.  

"C'est une loi qui doit nous protéger car même si Mittal ferme le site, il ne pourra pas le démanteler, alors que le PDG du groupe souhaite justement qu'il ne soit pas revendu à un concurrent. Si Mittal se désengage, le site sera à coup sûr repris car nous gagnons de l'argent et disposons d'un savoir-faire reconnu dans l'acier", affirme le syndicaliste.

Avant de conclure : "Quand Sarkozy dit que l'idée de Hollande est bête, il nous insulte puisque c'est notre idée !"

.

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Présidentielles 2012
commenter cet article

Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande