Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

8 octobre 2009 4 08 /10 /octobre /2009 07:00


En
approuvant l'idée des primaires et du non-cumul des mandats, les militants ont légitimé le projet de Ségolène ROYAL, déjà perceptible en 2006.


Les primaires ouvertes : les militants ont légitimé, une fois de plus, cette idée défendue par Ségolène ROYAL qui, à MONTPELLIER le 19 septembre lors de la Fête de la Fraternité, appelait chacun à dépasser le PS pour gagner la bataille des idées et celle de la rénovation.
Bref, pour donner une chance de victoire à la présidentielle de 2012.


Le vote du 1er octobre n'a toutefois pas levé les doutes sur la volonté de la direction du PS quant au calendrier pour l'organisation des primaires ouvertes, afin de désigner le candidat des socialistes.

Certains, on le sait, joue la montre. Le calendrier de fin de mandat au FMI semble beaucoup les préoccuper, mais cela est étrange car l'intéressé (DSK) ne semble pas intéressé par l'éventualité d'une primaire !
Ses propos en juin 2009 :"Si l'on me demande de quitter Washington pour devenir président, je prends ; si c'est pour être investi par le PS, je viens aussi ; mais si c'est pour disputer une primaire, non merci, j'ai déjà donné..."


En approuvant également l’idée du non-cumul des mandats, celle de la représentation des diversités, celle de l’éthique et celle de la parité, des thèmes chers à la candidate ROYAL, les militants confirment également cette volonté de changement dans leur parti, exprimé dès les primaires 2006 en votant pour celle qui selon eux l’incarnait le mieux.

(ah, j'oublie toujours : c'est vrai, il s'en est trouvé, des socialistes grincheux, pour affirmer qu'elle n'avait pas été choisi par les militants PS mais par les sondages. Ces militants quand même, qu'est-ce qu'ils sont influençables ... pour ne pas dire plus)
Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Refondation du PS
commenter cet article
6 octobre 2009 2 06 /10 /octobre /2009 15:00

Lu sur le blog de Bernard ROMAN,
député de la 1ère circonscription du NORD
le 5 octobre 2009

"Rénover par l'exemple"

 


72 % de militants socialistes sont favorables à une nouvelle limitation du cumul des mandats.

Deux lois seulement ont été adoptées en ce domaine. La première en 1985, lorsque L. Fabius était Premier ministre et Pierre Joxe ministre de l'Intérieur. La deuxième en 2000, sous le gouvernement de L. Jospin.

Je conserve une grande fierté d'avoir été le rapporteur de cette loi qui nécessita pas moins de deux ans de navette parlementaire avant son adoption définitive. Encore s'agit-il d'une loi inachevée. En effet, en raison du conservatisme du Sénat, la loi organique s'appliquant aux députés et sénateurs n'a pas été aussi contraignante que nous le souhaitions, puisqu'un parlementaire peut toujours présider un conseil général ou régional, ou être maire.

De sorte que, aujourd'hui, tous partis confondus, une moyenne de 82% de parlementaires cumulent en France, alors qu'ils ne sont que 16% en Italie, 15% en Espagne, 13% au Royaume-Uni et 10% en Allemagne. Pour autant que je sache, les parlements de ces grands pays européens ne sont pas moins efficaces ou moins représentatifs que le nôtre.


La proposition sur laquelle nous nous sommes prononcés vendredi correspond à ce que nous voulions en 1998, à savoir l'impossibilité de cumul entre un mandat parlementaire et une présidence d'exécutif ou la participation à un exécutif, ce dispositif étant conçu comme "étape vers le mandat parlementaire unique".

Je suis donc heureux que les militants expriment leur adhésion à ce dispositif. Mais je suis conscient que les mêmes obstacles, dix ans après, surgiront. A cet égard, je précise que je ne crains pas l'affaiblissement de notre parti par rapport à la droite parce qu'il s'appliquerait des règles de non-cumul. La pression sur l'UMP sera réelle si nous confirmons notre engagement contre le cumul des mandats, ce que nous ferons en déposant une proposition de loi à l'Assemblée nationale.

La limitation du cumul des mandats est le corollaire de la décentralisation dont nous sommes aussi les ardents défenseurs, et surtout une exigence sur la voie de la modernisation et du renouvellement de notre démocratie.

Pour toutes ces raisons, elle est aussi, comme me l'a dit un jour mon ami Pierre Joxe, "une règle de santé politique".



Je préfère, et de loin, cette position mesurée qui rappelle un engagement de longue date en faveur du renouvellement de notre démocratie, à des propos lus sur un autre blog : celui d'un autre élu du Nord, d'un autre Bernard : DEROSIER, qui déclarait avec ironie (et même un brin de condescendance) :

"La limitation du cumul des mandats passionne quelques politologues donneurs de leçons, parmi les militants les plus "accros" à ce sujet figurent quelques-uns qui rêvent d'un mandat sans jamais y être parvenus."

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Refondation du PS
commenter cet article
6 octobre 2009 2 06 /10 /octobre /2009 13:00

Approuvant massivement les propositions destinées à limiter fortement le cumul des mandats, les militants ont dépassé toutes les réticences exprimées par bon nombre d'élus (l'ancrage local, la nécessité d'une loi, la balle dans le pied, ...)

Parmi les plus farouches partisans du cumul, le président du Conseil Régional Nord / Pas-de-Calais et le président du Conseil Général du Nord :

Daniel Percheron et Bernard Derosier
ou le cumul expliqué de l'intérieur

Source : LA VOIX DU NORD  -  le 2 octobre 2009

Le premier est sénateur et président de Région. Le second député et président du Conseil général du Nord. Tous deux s'expriment sur un cumul des mandats désormais sur la sellette au sein du PS. Ils "incarnent" depuis longtemps le cumul mais n'en ressentent ni remords ni culpabilité ...
"Les élus qui ont deux mandats les détiennent d'abord du vote des militants; au PS le cumul vient d'en bas puis les électeurs votent en toute connaissance de cause", explique Daniel Percheron.
Autre argument du président de Région, dans un Parlement dominé par un exécutif puissant, il n'est pas inutile que des parlementaires aient leur poids renforcé par d'autres responsabilités.  "Un député-maire réussit une alchimie entre ce qu'il fait sur le terrain local et ce qu'il dit nationalement."
Pour Daniel Percheron, le PS s'affaiblirait s'il s'imposait à lui seul la règle du mandat unique. Pourquoi le sujet est-il mis en avant ? "La question du cumul se pose en période de doute idéologique et politique, c'est le cas du PS en ce moment", diagnostique l'ancien patron de la fédération du Pas-de-Calais.

Sur son blog, Bernard Derosier a choisi l'ironie. "La limitation du cumul des mandats passionne quelques politologues donneurs de leçons, parmi les militants les plus "accros" à ce sujet figurent quelques-uns qui rêvent d'un mandat sans jamais y être parvenus."

Une nouvelle loi
Le président du Conseil général rappelle qu'il a voté les premières lois d'ailleurs proposées par la gauche pour limiter le cumul et, plutôt qu'un code de conduite interne au PS, c'est une nouvelle loi qu'il réclame avant d'aller plus loin. "Si nous n'appliquons qu'à nous-mêmes ce dispositif, nous serons en position de faiblesse et la droite en bénéficiera, évitons cette erreur ", avertit Bernard Derosier.

Autre considération pour celui qui est élu du canton de Lille-Est depuis 1973, le parlementaire au mandat unique risque de se couper des réalités s'il n'a pas "les mains dans le cambouis" sur le terrain local.

Quant à l'idée de limiter dans le temps, à trois mandats, la carrière d'un président d'exécutif local, Daniel Percheron comme Bernard Derosier regardent cette hypothèse avec scepticisme. "Le corps électoral est souverain", confie le patron de la Région. "Limiter de la sorte, c'est ne pas faire confiance aux électeur", ajoute le président du conseil général.
Corps électoral souverain, sans doute. Et d'ailleurs, il vient de trancher sur les principes.

Quant au choix des personnes, les arguments des deux élus n'abordent aucunement la question du nécessaire renouvellement. Ils ne semblent pas prêter attention non plus aux critiques venant de la base, sur les effets pervers des "baronnies" trop longtemps installées.
Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Refondation du PS
commenter cet article
6 octobre 2009 2 06 /10 /octobre /2009 12:00

Prenant connaissance de la participation au scutin interne au PS du 1er octobre, les commentateurs l'ont trouvée "honorable" (aux alentours de 46 %).
Il est vrai que des avis plutôt pessimistes avaient circulé avant le vote, s'appuyant sur une "hémorragie" des militants en capacité de voter, en ayant acquitté leur cotisation 2009.

On connait l'expression : verre à moitié plein ... verre à moitié vide ?
Je relèverai dans ce billet quelques faits :

- il y avait un enjeu d'importance : alors que les militants attendent depuis des lustres une "rénovation" qui semblait hors de portée, ça n'a pas été pour autant une ruée vers les urnes (et pour certains l'effort financier du renouvellement de cotisation).

- le recul du nombre d'adhérents depuis novembre 2008, comme la faiblesse de participation dans les réunions de section sont hélas une réalité :

au niveau national :
137000  avaient voté le 21 novembre 2008 (2ème tour pour l'élection de la 1ère secrétaire)
92000    environ ont voté ce 1er octobre
soit une perte au feu de 33 %                             

au niveau du département du Nord :
7500  avaient voté le 21 novembre
5100  environ ont voté ce 1er octobre
soit une perte au feu de 32 %                             

au niveau de la section de Dunkerque
464  avaient voté le 21 novembre 2008
332  ont voté ce 1er octobre
     soit une perte au feu de 28 %                             

Pourquoi insister tant sur ce phénomène, qui s'aggrave depuis le congrès de Reims ?
J'ai connu personnellement une campagne électorale aux européennes (ce printemps) avec un engagement militant de quelques uns, trop peu nombreux. Et des rangs bien clairsemés lors des Assemblées Générales ...

A cinq mois des élections régionales, les pertes d'adhérents subies par le PS ont de quoi inquiéter. Dans le processus de désignation des candidats,  la prochaine étape sera le vote des militants le 3 décembre.
S'il leur est demandé d'avaler d'avaliser les listes concoctées par un état-major lointain, il n'est pas certain que l'enthousiasme sera au rendez-vous !!!
Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Refondation du PS
commenter cet article
4 octobre 2009 7 04 /10 /octobre /2009 10:00

On a pu constater que les résultats atteints dans le département du NORD sont très proches des résultats nationaux.
Pour la section de DUNKERQUE, quelles comparaisons avec les scores nationaux ?

- une participation inférieure (43 % au lieu de 46 au niveau national)
-
le recul du nombre d'adhérents depuis novembre 2008 se confirme (comme la baisse de participation aux réunions de section depuis des mois, hélas) :

                . 464  avaient voté le 21 novembre 2008 (élection de la 1ère secrétaire)
                . 332  seulement ont voté ce 1er octobre, soit une baisse de près de 30% des adhérents

- des écarts importants sur les deux "principales questions" soumises au militants :
       
                . les dunkerquois se sont davantage engagés pour les primaires       ( + 12%   et + 5% )
                . à l'inverse, le non-cumul des mandats recueille moins de suffrages ( -  12%   et  - 15% )

Autant cet engouement pour les primaires m'a surpris (compte tenu des échanges ayant précédé le vote), autant un résultat plus serré sur la question du non-cumul était attendu, car il s'était trouvé peu de militants ayant défendu véritablement cette orientation.
J'étais de ceux-là, et ce score majoritaire de 60 % en faveur du non-cumul me satisfait particulièrement.

Résultats pour la section de DUNKERQUE

PARTICIPATION  43 %     312 voix exprimées en moyenne
Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Refondation du PS
commenter cet article
4 octobre 2009 7 04 /10 /octobre /2009 09:00

Résultats définitifs pour la Fédération du NORD  (source: ps59.fr)

PARTICIPATION    5119 exprimés       pourcentage de participation : 48 %
Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Refondation du PS
commenter cet article
4 octobre 2009 7 04 /10 /octobre /2009 08:00

Ce premier billet sur les résultats de la consultation militante du 1er octobre.
Source parti-socialiste.fr
Je ne peux m'empêcher de signaler quand même que le PS n'est pas en mesure de communiquer le 4 octobre les résultats officiels et définitifs d'un vote intervenu il y a 3 jours ! Soyons patients ...

Résultats exprimés sur la base de 75 % des bulletins dépouillés

ESTIMATION :   92310 votants      46% de participation
Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Refondation du PS
commenter cet article
1 octobre 2009 4 01 /10 /octobre /2009 13:00


"Tout stopper ferait le jeu de ceux qui ne veulent
même pas démarrer la modernisation"

par ma camarade Dominique MILLECAMPS
Désirs d'Avenir Rueil-Malmaison (92)

Ce soir, les socialistes auront le choix entre faire avancer la modernisation de leur parti ou la stopper en attendant… quoi au juste ? Si nous stoppons net ce mouvement, mettons-nous dans la peau des citoyens qui votent pour nos candidats et ne comprennent pas les subtilités de nos courants, sous-courants... Que feront-ils à la prochaine échéance ?

La presse fait ses choux gras de cette consultation, évoquant notamment le risque que la question sur le non-cumul ne passe pas. Question en définitive essentielle, parce qu’elle touche la vie de nos concitoyens. Nous le savons tous les uns et les autres, que nous cessons d’être efficaces aussitôt que nous passons d’une réunion à l’autre sans jamais aller voir sur le terrain ce que subissent nos concitoyens.

Mais pourquoi cette question ne passerait-elle pas ? Parce que nombre d’élus de premier plan, de toutes tendances d’ailleurs, crient à l’assassinat si on leur enlève ce qui fait le sel de leur vie : appuyer un mandat national sur une soi-disant "connaissance du terrain", qui justifierait également un mandat local.


Une radio de service public expliquait fort bien cette contradiction ce matin, d’un élu qui se doit à la nation et seulement de la nation et n’a pas à défendre, qui la construction d’un pont dans sa circonscription, qui la rénovation d’un lycée. Un député, une fois élu, n’est pas voué au local, il y a pour cela des conseillers régionaux et généraux, des maires... Il se doit essentiellement à la production de lois utiles à l’ensemble des citoyens et au contrôle de la pratique gouvernementale. Et dans ce poste, il y a fort à faire !


Les "barons" comme les nomme la presse n’ont pas à faire la loi vis-à-vis des militants. Nous ne devons pas nous laisser impressionner par leurs agitations et celles des Cassandre des médias. Mes camarades, si vous deviez n’approuver qu’une seule proposition, c’est bien celle du non-cumul.

 

[ J'ajoute au texte de Dominique : même Martine le proclame ! ]

"Venez dire, sans écouter les notables, sans écouter les sensibilités, ce que vous pensez vraiment".

"Un PS moderne", c'est "le non-cumul des mandats demandé par les militants depuis tant de temps" 


Sur les autres questions, il faut tenir compte de l’avancée des idées que nous avons défendues aux côtés de Ségolène Royal. Sans doute n’est-ce pas parfait et l’on peut fort justement émettre des réserves mais aller jusqu’à tout stopper ferait le jeu de ceux qui ne veulent même pas démarrer la modernisation (suivez mon regard), parce que cela préserve leurs prés-carrés et préfèrent le ron-ron de l’opposition, bien plus confortable que d’être aux affaires.

Donnons une chance à notre parti. Nous pourrons toujours ruer dans les brancards dans les mois à venir si aucune avancée n'est constatée.

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Refondation du PS
commenter cet article
1 octobre 2009 4 01 /10 /octobre /2009 10:00


Aubry aux militants PS :
"Venez dire ce que vous pensez vraiment"
Source : LEPOINT.FR  -  le 30 septembre 2009

 "Venez dire ce que vous pensez vraiment", a lancé mercredi Martine Aubry aux militants socialistes à la veille de la consultation sur la rénovation du PS qu'elle a qualifiée de "petite révolution".

 

"La rénovation du Parti socialiste, tout le monde l'a dit, c'est une petite révolution et c'est aux militants de la décider demain", a déclaré Mme Aubry sur France-Inter.

"Il y a 200.000 militants au Parti socialiste, j'espère qu'ils seront nombreux à venir décider", a-t-elle ajouté.

"Je leur dis : venez dire, sans écouter les notables, sans écouter les sensibilités, ce que vous pensez vraiment".


"Un Parti socialiste ouvert sur la société", c'est "un Parti socialiste qui fait confiance aux Français, aux hommes et aux femmes de gauche pour choisir avec nous notre candidat", a-t-elle dit à propos des primaires sur lesquelles les militants doivent se prononcer.

"Un Parti socialiste moderne", c'est "le non-cumul des mandats demandé par les militants depuis tant de temps", a aussi souligné la maire de Lille.

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Refondation du PS
commenter cet article
1 octobre 2009 4 01 /10 /octobre /2009 08:00


Consultation militante au PS le 1er octobre :
un appel à voter

par Daniel CORDIEZ et Alain FOURNIER,
membres du courant "Espoir à Gauche" dans le Dunkerquois

Alain et Daniel   
Montpellier, le 19 sept. 2009  

Tous ceux qui, comme nous, ont soutenu en 2008 le texte d'orientation "L'espoir à gauche, fiers d'être socialistes", peuvent aujourd'hui être fiers, c'est le mot, de voir reprises par l'ensemble de notre formation politique plusieurs des idées que nous avions portées au congrès de Reims, avec Ségolène ROYAL.
 
Nous ne pouvons renier nos propres propositions, et la force des idées doit toujours rester au-dessus des enjeux d'appareil.
C'est une question de cohérence, de constance dans notre action politique.
C'est pourquoi nous appelons les militants à voter ce jeudi 1er octobre, en faveur de l'indispensable changement dans nos pratiques.
 
On dit que la vie interne du PS ne concerne pas les français. Et pourtant, comment un parti politique peut-il prétendre revenir aux affaires, s'il n'a pas commencé d'abord par remettre de l'ordre dans la maison ?
 
Nous n'ignorons pas les réticences à la participation. Ni le doute installé chez de nombreux militants, que la situation de leur parti désespère, et qui attendent depuis si longtemps cette "arlésienne" qu'est la rénovation promise.
Elle porte sur l'instauration de primaires ouvertes pour désigner notre candidat(e) à la présidentielle de 2012, sur des limitations radicales au cumul des mandats, sur la parité et sur la diversité, sur la mise en place de règles plus démocratiques ... qui oserait affirmer que nous n'en avons pas besoin ? 
 
Bien au delà des arguments à caractère "technique" sur la formulation des questions, sur l'opportunité pour le PS d'avancer seul (sans attendre la loi) sur la question du non-cumul par exemple ...
il y va de la crédibilité du Parti Socialiste aux yeux des citoyens.
Comprendraient-ils, eux qui ont vu sur leurs écrans de télévision Martine Aubry ovationnée à La Rochelle sur les primaires et sur le non-cumul, que le PS renonce finalement à trancher favorablement sur ces questions ?
Comprendraient-ils que ces mêmes orientations écrites noir sur blanc depuis des années, et encore il y a un an dans les motions de congrès soient  maintenant laissées pour compte ?
 
Uniquement des discours, de belles paroles, diront-ils, et ils auront raison.
 
Encore tout récemment, les plus attentifs à l'actualité politique ont entendu un leader comme Bertrand Delanoë affirmer que "si nous sommes authentiques, courageux, ce que nous nous apprêtons à faire sur le cumul des mandats est décisif". Ceci nous interpelle, quand des militants l'ayant soutenu se montrent maintenant opposés à cette proposition, ou avancent l'idée d'un "certain cumul", sans en définir véritablement les contours. Question de cohérence une fois encore.
 
Car le problème du PS est bien là : une énorme difficulté à "trancher" certaines questions. aussi bien dans le projet que dans sa "gouvernance".
Le vote du 1er octobre est une opportunité à ne pas laisser passer pour les militants.
Ensuite, il s'agira évidemment de se montrer vigilant sur la réalité des changements qui auront été décidés, sur la bonne ou mauvaise utilisation qu'en fera la direction du PS. Une chose à la fois !
Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Refondation du PS
commenter cet article

Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande