Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

13 décembre 2009 7 13 /12 /décembre /2009 16:00

Régionales 2010 - Poitou-Charentes :
le clip de campagne


Région Poitou-Charentes dirigée par la gauche et Ségolène ROYAL
= promesses faites, paroles tenues... sans augmentation d'impôts !

Poitou-Charentes 2010
envoyé par  regisco
Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Régionales 2010
commenter cet article
13 décembre 2009 7 13 /12 /décembre /2009 15:00

Régionales 2010 en Poitou-Charentes :
Bussereau est entré en campagne ...
par
Olivier FALORNI, tête de liste départementale en Charente-Maritime



L’entrée en campagne de Dominique Bussereau cherche à faire oublier qu’il est à la fois un candidat sur ordre et un candidat aux ordres.

Les adhérents de l’UMP avaient choisi l’élu charentais Henri de Richemont, le Château a choisi Bussereau.

Sa principale légitimité est donc d’être le candidat de Sarkozy, le président aux 26 taxes supplémentaires en trois ans, le président du “travailler plus pour gagner moins” et de l’effondrement du pouvoir d’achat.

En tant que ministre, il est l’homme du discours et des slogans : où en sont les autoroutes de la Mer ? Quant aux Lignes à Grande Vitesse, l’Etat fait la leçon aux collectivités locales mais ne finance qu’à 25%…


Il paraît qu’il veut s’engager à ne pas augmenter les impôts régionaux s’il est élu. Il serait plus crédible s’il n’avait pas augmenté les impôts des Charentais-Maritimes de 20% depuis deux ans qu’il est président du Conseil général.

Je lui rappelle que Ségolène Royal dirige la Région depuis cinq ans sans avoir jamais augmenté les impôts.

Désigné candidat comme on nomme un préfet, Dominique Bussereau défendra les intérêts du pouvoir central plus que ceux de la région.

Voulons-nous vraiment de Sarkozy à Poitiers en plus de Sarkozy à Paris ? A moins évidemment qu’en fin de compte, il préfère rester président du Conseil général. Après tout, il s’est déjà présenté deux fois à l’élection régionale et a démissionné aussitôt élu.

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Régionales 2010
commenter cet article
11 décembre 2009 5 11 /12 /décembre /2009 08:00

la sorcière au balai
Oh la vilaine sorcière ! A lire certains commentaires sur le net, Ségolène  ROYAL apporterait tout son soutien à Georges FRECHE, tant et si bien que l'intéressé serait conforté en Languedoc-Roussillon pour les régionales de 2010.

Magnifique ! Comme tout le monde le sait, ce n'est pas le bureau national qui décide au PS; ni Martine AUBRY, laquelle a été battue par Ségolène en novembre 2008 ! C'est la version révisionniste, Ségolène dirige les opérations et donne ses directives pour les investitures !!!

Alors, pour tous les commentateurs atteints de névrose ségophobe, si quelque chose est critiquable au PS c'est forcément Ségolène la fautive !
Les militants locaux ont voté massivement en faveur de Frêche ? Une seule responsable !
Quelle force de persuasion elle possède, au point d'envouter les militants, les responsables du parti, qui finissent par prendre de mauvaises décisions, forcément  !!!

Georges Frêche sera le candidat du PS aux régionales
en Languedoc-Roussillon

Source : LEMONDE.FR  -  le 8 décembre 2009

Le Parti socialiste a "pris acte" mardi 8 décembre du vote des adhérents de Languedoc-Roussillon et ne proposera ni investiture officielle ni liste alternative à celle de Georges Frêche, président sortant de la région et exclu du PS.

Nous avons cherché une autre solution"
mais "nous avons estimé au BN [bureau national] qu'il fallait trancher ce débat", a expliqué Christophe Borgel, à l'issue du bureau national réuni au siège du PS. "Nous avons fait le constat du refus de nos partenaires d'avancer dans une solution d'union au premier tour et nous avons pris acte du vote de nos adhérents en région", a insisté le secrétaire national du PS aux élections.

Georges Frêche avait été exclu du Parti socialiste en 2007 après des propos controversés. Il avait notamment traité de "sous-hommes" des harkis et s'était aussi étonné de la proportion de Noirs dans l'équipe de France de football.

Dans sa région, les listes le soutenant ont réuni jeudi soir, lors du vote des militants PS, plus de 90 % des votes.
Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Régionales 2010
commenter cet article
10 décembre 2009 4 10 /12 /décembre /2009 16:00

Dominique Bussereau et J-P Raffarin devraient aider Ségolène Royal
pour contribuer à la réussite du véhicule électrique


voiture--lectrique-heuliez.jpg
Communiqué de presse du 7 décembre 2009 : 

 

Dominique Bussereau, prenant la suite de Jean-Pierre Raffarin, vient de se discréditer en attaquant la Région Poitou-Charentes.

Une campagne électorale ne permet pas tout.

Nier le potentiel formidable que constitue la croissance verte pour l’avenir de notre région, c’est irresponsable. Nier que la Région n’a pas augmenté ses impôts locaux depuis 5 ans, c’est mentir.

Pire encore, dire que le véhicule électrique n’a pas d’avenir, c’est soit de l’incompétence, soit tirer contre son camp, contre les habitants de la région, c’est faire du mal à Heuliez, aux PME régionales et à leurs salariés qui ont su en un temps record mettre en production les premiers véhicules électriques à bas coûts. Les clients commencent à être nombreux.

Le véhicule électrique va marcher et tous les élus devraient aider Ségolène Royal pour contribuer à la réussite de ce qui est déjà une fierté régionale.  

 

Jean-Michel Clément, député de la circonscription du sud-Vienne (notamment de Chauvigny où est conçue la Simplicty)

Jean Grellier, député du nord-Deux-Sèvres (où se trouve Heuliez)

Jean-François Macaire, Vice-Président de la Région chargé de l’Economie

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Régionales 2010
commenter cet article
8 décembre 2009 2 08 /12 /décembre /2009 10:00

LES SOCIALISTES RESSERRÉS AUTOUR DE ROYAL
Source : charentelibre.com  -  le 7 décembre 2009

Dans une salle des fêtes de La Couronne pleine à craquer, Ségolène Royal a lancé sa campagne des régionales entourée des cadres charentais du PS.
On a besoin de vous tous pour battre Bussereau ! Le cri rassembleur de Guy Eyermann a fait chavirer les 800 personnes venues hier soir applaudir Ségolène Royal à la salle des fêtes de La Couronne. Pour le lancement de la campagne de la présidente de la Région en Charente, c'est un syndicaliste CGT, porte-parole de la colère des New Fabris de Châtellerault - cet équipementier automobile emporté par la crise au cœur de l'été - qui a marqué la soirée.
Ce bonhomme brut de décoffrage a séduit par sa spontanéité. Celle d'un homme aspiré par le tourbillon médiatique pendant le combat de ses ex-compagnons et qui a dit son «émotion» d'avoir été appelé il y a une dizaine de jours par Ségolène Royal alors qu'il avait retrouvé l'anonymat silencieux. "Je suis très fier et évidemment j'ai dit oui. Je suis d'autant plus touché que si je suis socialiste, c'est en général au deuxième tour."
"Raffarin a peur de perdre"
Symbole de l'ouverture voulue par la présidente du Poitou-Charentes, Guy Eyermann a joué de la corde sensible : "Votre soutien pendant notre combat est gravé dans mon cœur et celui des 366 collègues."  Le syndicaliste a aussi été le plus offensif de la soirée. "Raffarin n'a pas osé se présenter devant Ségolène Royal parce qu'il a peur de perdre. Bussereau veut nous piquer notre région, on va le battre." Standing ovation des militants et larges sourires du côté des membres du staff de la présidente, visiblement satisfaits et... rassurés par l'effet Eyermann.
Le lancement de la campagne de Ségolène Royal n'a pas souffert de fausses notes et même "l'afffaire" du week-end et l'appel du pied au MoDem (lire encadré) n'a pas tranché dans la bonne humeur générale. La grande famille socialiste charentaise était rassemblée et entendait le faire savoir. Même Pouria Amirshahi, le premier fédéral, écarté des listes par le vote des militants jeudi, veut désormais jouer collectif. Après avoir dit fermement son opposition au rapprochement avec les centristes, il appelait hier soir à "l'unité de la gauche". "Car c'est ça qui déterminera la politique menée pour les gens"
"Identité régionale"
Le meeting en lui-même a été très rythmé, sans longueurs. L'intervention de Ségolène Royal a duré 25 minutes autour de ce qui sera sûrement son credo tout au long de la campagne pour ces élections régionales du mois de mars : l'identité régionale. Un concept introduit en contrepoint au débat actuel sur l'identité nationale. "Je préfère l'idée d'une identité républicaine. Et nous avons ici une identité forte, une identité régionale dont nous devons être fiers et que nous devons défendre. En le faisant, c'est l'identité républicaine que nous défendons."
La présidente a défendu un bilan «très positif» qui fait selon elle du Poitou-Charentes une «référence» dans les domaines du social, de l'aide aux entreprises, de l'excellente environnementale... Elle avait demandé aux élus de porter leur écharpe pour «rappeler le symbole de [leur] mission d'élus». «Aujourd'hui l'Etat nous fragilise. Mais en abîmant les collectivités, c'est la France qu'il abîme, en appauvrissant les collectivités, ce sont les plus modestes qu'il appauvrit encore d'avantage.» Elle appuie: «Nous devons résister pour ne pas voir nos libertés et notre pouvoir de décision diminuer.»
Les cadres du PS se sont succédé à la tribune. Michel Boutant, le patron du Département et sénateur, pour s'inquiéter de «l'invasion du sarkozysme». Philippe Lavaud, le maire d'Angoulême, pour mesurer «le chemin parcouru» depuis six ans. «Oui l'espoir est né en Poitou-Charentes. Grâce à toi, Ségolène, la région a une énergie d'avance.» Jean-Claude Viollet, député, a rendu hommage à la «poigne» de Ségolène Royal: «Tu as tenu ton équipe.» Dans un contexte économique «très sombre», il a dit «croire» aux idées de la présidente.
Michel Gourinchas, le maire de Cognac et tête de la liste charentaise, a lui délivré un message d'union. «Il faut rassembler notre camp.» Une façon de dire qu'il faut oublier le vote houleux de jeudi dernier entre les deux listes PS charentaises. «Maintenant, on ne doit penser qu'à une seule chose: au boulot.»
Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Régionales 2010
commenter cet article
7 décembre 2009 1 07 /12 /décembre /2009 18:00

Alliance avec le Modem :
"Une idée qui va faire son chemin" pour Royal

Source : leparisien.fr  -  le 7 décembre 2009

L’ancienne candidate à la présidentielle renouvelle son appel au MoDem. Après un meeting près d’Angoulême, tenu hier après-midi, elle confirme à notre journal qu’elle veut faire de sa région "un laboratoire d’alliances politiques".

Hier, François Bayrou a refusé votre proposition d’alliance. Est-ce un échec pour vous ?
Je n’interprète pas comme cela ses propos.
Sa déclaration ne ferme pas la porte aux discussions. C’est une idée qui va faire son chemin. Mais pourquoi remettre à demain ce qui peut se faire aujourd’hui ? Dans mon meeting à Angoulême, j’ai été très applaudie par les militants lorsque j’ai parlé d’un rassemblement allant de l’extrême gauche au centre. Là où je peux faire ce rassemblement, je le fais.

Mais, pourquoi maintenant au lieu d’attendre le second tour ?
Et pourquoi pas ? Il ne s’agit pas d’accord d’appareils mais d’hommes et de femmes sur le terrain qui veulent travailler ensemble. Après avoir tendu la main à nos partenaires de gauche, je tends la main aux centristes qui se reconnaissent dans notre bilan et veulent être utiles à la région. C’est plus sérieux dès maintenant, car ce n’est pas entre les deux tours qu’on peut construire un projet, c’est trop court. Si les centristes veulent venir avec nous, ils sont les bienvenus, comme cela, au moins, ils seront associés au travail. L’urgence, contre une droite dure qui démolit le pays, appelle un rassemblement rapide.

Avez-vous des discussions avec le MoDem de Poitou-Charentes ?
Bien sûr. Il y a un plus d’un mois, j’ai reçu une délégation de ce parti, car j’avais dit publiquement ma disponibilité dès le premier tour. Je leur ai fait savoir que je me tournais d’abord vers les partenaires de gauche puis que je reviendrai vers eux. Je tiens parole, sachant que certains d’entre eux m’avaient dit être prêts dès le premier tour. J’ai bien sûr consulté plusieurs grands élus de la région, qui ont confirmé la qualité des candidats potentiels. J’aurais préféré que François Bayrou leur laisse la liberté de choix. C’est à eux de se prononcer, ils savent qu’ils pourront constituer un groupe autonome dans l’assemblée régionale. Pourquoi le MoDem refuse de faire maintenant ce qu’il dit être prêt à faire plus tard, à savoir dépasser les frontières ? C’est intéressant d’expérimenter cette alliance « arc-en-ciel » sur un territoire, c’est plus crédible pour la suite, non ?

Votre proposition suscite des remous au PS dont la direction a refusé des alliances avec le MoDem au premier tour…
Mais il faut arrêter de nous opposer sur cette question ! Je rappelle qu’il y a des élus du MoDem dans la majorité à la mairie de Lille (NDLR : le fief de Martine Aubry).

Vous avez expliqué qu’il fallait des pionniers pour faire avancer le rassemblement. Vous vous sentez comme une pionnière ?

J’ouvre un chemin irréversible, j’en suis sûre, et ce n’est pas d’aujourd’hui que je le dis. Mais il n’y a pas que moi. Il y a aussi tous ceux qui viennent sur nos listes, malgré les mots d’ordre des instances nationales des partis. La région Poitou-Charentes peut devenir un laboratoire d’alliances politiques, qui travaille en dehors des clivages partisans et de tout sectarisme. D’autres régions sont prêtes à le faire, c’est évident.
Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Régionales 2010
commenter cet article
7 décembre 2009 1 07 /12 /décembre /2009 15:00


Main tendue au Modem
Source : sudouest.com  -  le 6 décembre 2009

Ségolène Royal propose une alliance locale au Modem.            
Elle garantit cinq places éligibles au parti de François Bayrou.

Ségolène Royal soigne ses effets d'annonce. En déplacement, hier, à Angoulême, la présidente de Poitou-Charentes a créé la surprise en glissant à l'oreille de l'Agence France-Presse qu'elle proposait au Modem une alliance locale dès le premier tour des régionales. Elle garantit cinq places éligibles au parti de François Bayrou, "ce qui permet de constituer un groupe à la Région". Cette annonce a été diffusée en début de soirée, quelques minutes avant le journal de 20 heures de TF1, où Mme Royal, interrogée au téléphone, a confirmé et expliqué sa proposition.

Cette main est tendue au Modem le jour où François Bayrou a réuni ses troupes en congrès à Arras et prôné l'avènement d'un "arc central" qui va "de la gauche républicaine à la droite sociale, en passant par le centre et les écologistes".

"Il a raison, il faut faire cet arc central " a dit Mme Royal, en ajoutant : "Pourquoi attendre les prochaines élections ?" La responsable socialiste, qui a indiqué avoir fait cette proposition au Modem local, dit espérer que "le Modem central donnera son aval à cette innovation politique". L'ancienne candidate à l'Élysée est "prête à rencontrer le président François Bayrou", et elle veut "faire de sa région un laboratoire du rassemblement, des altermondialistes au Modem".

Comment analyser cette main tendue d'une femme qui, longtemps, a dit "refuser de négocier avec les appareils politiques" ? Coup de poker d'une élue en chute dans les sondages ? Au plan national, tout d'abord, Mme Royal coupe l'herbe sous le pied à François Bayrou. Elle lui prend la vedette. À Arras, l'intéressé n'a toujours pas souhaité réagir.

La danse du ventre

Au plan régional, ensuite, la présidente sortante poursuit sa politique d'ouverture. Les Verts et les communistes ont préféré faire listes seuls ? Elle débauche, recrute deux verts et un syndicaliste, et s'ouvre à la société civile. Aujourd'hui, rien d'étonnant à ce qu'elle propose cinq places éligibles au Modem. En effet, il existe un réel malaise dans les rangs du Mouvement en Poitou-Charentes, qui n'a toujours pas de chef de file. Les militants locaux ont suggéré le nom d'Alexis Blanc, 34 ans, de l'île d'Oléron. Le Charentais Pascal Monier est aussi candidat. Mais le national préfère Élisabeth Delorme-Blaizot, conseillère régionale sortante. Paris devait trancher mardi dernier. Rien n'a été réglé.

Alexis Blanc en a d'ailleurs parlé avec François Bayrou. Le ton est monté. Aujourd'hui, Alexis Blanc fait monter la pression : "Mme Royal m'a appelé ce samedi après-midi. Je lui ai répondu que sa proposition était honnête. Oui, en Poitou-Charentes, nous pouvons être les précurseurs de cette alternance que François Bayrou appelle de ses voeux.

Maintenant, que Paris arrête sa danse du ventre et nous dise ce que nous devons faire localement !"

Jérôme Sourisseau, responsable du Modem en Charente, est plus circonspect : "Notre stratégie, c'est l'autonomie au premier tour. En fonction des résultats, nous verrons quel est le meilleur rassemblement pour la région."

À gauche, en revanche, certains grimacent. C'est le cas de Pouria Amirshahi, le premier fédéral de Charente : "C'est inadmissible ! Pourquoi a-t-elle attendu le lendemain de notre vote interne pour abattre ses cartes ? Elle a manqué de loyauté envers les militants !"

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Régionales 2010
commenter cet article
6 décembre 2009 7 06 /12 /décembre /2009 20:00


Source : leparisien.fr  -  le 4 décembre 2009

, présidente sortante de la région Poitou-Charentes, a indiqué vendredi à que deux militants Verts, dont un conseiller régional sortant, et un syndicaliste des New Fabris figuraient sur ses listes aux élections régionales.


Guy Eyermann, porte-parole CGT des salariés de l'équipementier automobile New Fabris de Chatelleraut, et Georges Stupar, conseiller régional sortant et porte-parole des Verts dans son département, seront en position éligible dans la Vienne.

Alain Bucherie, adjoint au maire de La Rochelle et trésorier régional des Verts Poitou-Charentes, sera candidat en Charente-Maritime.


"C'est la dynamique du rassemblement à petits pas que je veux mettre en place jusqu'au dépôt des listes", a expliqué Ségolène Royal, en marge du 55e anniversaire de l'Imprimerie rochelaise. Il est "probable" que d'autres Verts rejoignent ses listes, qui doivent être déposées en préfecture avant le 15 février, a-t-elle affirmé, avant de préciser qu'elle était également "en discussion" avec des membres du Parti communiste.

 

Contrairement à 2004, les Verts comme le PC présenteront des listes indépendantes du Parti socialiste au premier tour des élections régionales en Poitou-Charentes.

 

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Régionales 2010
commenter cet article
6 décembre 2009 7 06 /12 /décembre /2009 19:00

La section de Dunkerque, qui reste la plus grosse section du Nord (malgré la baisse généralisée des adhérents) à voté ainsi la liste présentée pour les élections régionales :

 Inscrits              
    770       (base vote du 1er octobre ?)  
 Votants                 280       36,4 %  des inscrits                 
  Pour                       235    
  83,9 %                                        
  Contre                     19          6,8 %                                        
 Abstention              26          9,3 %                                         


Cette participation de 36,4 % est bien inférieure au score de 42 %, chiffre atteint dans le département du NORD, et encore davantage à celle de la participation nationale, annoncée aux environs de 50 % ???

Des indications sur la baisse de participation sur les votes internes depuis un an
(des scrutins de nature différente, avec des enjeux qu'on ne peut comparer,
certes, mais la tendance est à mettre en rapport avec l'état d'esprit chez les militants)
:
 
-->  464 votants le 21 novembre 2008 (élection de la 1ère secrétaire)     participation  60,3  %
-->  332 votants le 1er octobre       participation 43 %
 
Le scrutin européen n'avait pas passionné les foules (Europe lointaine, enjeu peu cerné ...) mais on pouvait penser que les régionales intéresseraient davantage; or, nouvelle baisse de participation.
Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Régionales 2010
commenter cet article
6 décembre 2009 7 06 /12 /décembre /2009 18:00

Le représentant de la motion "E" à la commission électorale fédérale nous a communiqué les résultats du vote du 3 décembre pour le département du NORD :


 Inscrits              
 10 644                                               
 Votants                 4 475     42.04%  des inscrits     
 Exprimés              4 417     98.70%  des votants     
 Nuls / blancs            58       1.30%  des votants    
  Pour                      3 157    
 71.47%  des exprimés  
 Contre                     910      20.60%  des exprimés 
 Abstention              350        7.92%  des exprimés 

Plusieurs réclamations ont été examinées. Elles portaient toutes sur la composition de la liste et la représentation des territoires. 

Il n’y a eu aucune réclamation, ni sur le déroulement du vote, ni sur les résultats du vote dans les sections. 

Il convient de noter qu'il manquait les résultats de vote de 17 sections, soit parce le vote n'a pas eu lieu, soit parce les résultats n'ont pas été transmis dans les délais impartis. 

Cela représente 342 camarades inscrits (3.21%)  dont le vote n'est pas comptabilisé. 

Les représentants des motions n'ont émis aucune réserve. Ils ont unanimement approuvé et validé le vote sur la liste départementale.


 

Avec seulement 42 % de participation, le Nord (fédération de Martine Aubry) se situe nettement en dessous du score national, annoncé aux environs de 50 % ???

Des indications sur la baisse de participation sur les votes internes depuis un an
(des scrutins de nature différente, avec des enjeux qu'on ne peut comparer,
certes, mais la tendance est à mettre en rapport avec l'état d'esprit chez les militants)
:
 
--> 7519  votants le 21 novembre 2008 (élection de la 1ère secrétaire)     sur 11637 inscrits   64,6 %
-->  5077  votants le 12 mars, vote sur la liste aux européennes  (47,7 % de participation)  80% pour la liste
-->  5119  votants le 1er octobre
--> 4475  votants le 3 décembre        42%  
Le scrutin européen n'avait pas passionné les foules (Europe lointaine, enjeu peu cerné ...) mais on pouvait penser que les régionales intéresseraient davantage; or, nouvelle baisse de participation. 
Je note que des sections n'ont pas dû fonctionner correctement. Il y a peut-être des causes exceptionnelles pour certaines, mais 17 sections !!! est-ce admissible ?
Je relève, pour ce qui concerne les résultats "hors délai", que cette règle était inscrite aussi pour les résultats fédéraux à transmettre à Solferino lors du vote des motions le 6 novembre 2008 (avant minuit). A ma connaissance, pas de remontée d'infos sur les retards ...
Je n'ai rien retrouvé de semblable pour le 21 novembre 2008  !!! On sait ce qu'il en a été dans certaines fédérations ... dont le Nord ! Bon, on pourra me dire que c'est une vieille histoire ....
Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Régionales 2010
commenter cet article

Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande