Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

19 janvier 2008 6 19 /01 /janvier /2008 05:30

 

MOTS CROISES    14 janvier

.

(Vidéo  6mn 09)

.
Déchainé, Jean-François KAHN, quand il décode la position de Sarko :
 
"Je peux pas faire en sorte que le pouvoir d'achat augmente, que les prix n'augmentent pas ... la croissance ... mais je peux changer le monde !
En échange, je vais changer la civilisation ! ... l'air, la terre, la lune ...tout"
Les gens disent : "Mais attendez, il se fout de not' gueule !!!
 
Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Rendez-vous sur les médias
commenter cet article
12 janvier 2008 6 12 /01 /janvier /2008 20:39

"Les socialistes français doivent inventer leur propre modernisation"

.

JT de 20 heures sur France2   -  12.01.2008 

(Vidéo  6 mn)


.
JT France 2 - 12 janvier 2008
envoyé par  segolene2007
Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Rendez-vous sur les médias
commenter cet article
15 décembre 2007 6 15 /12 /décembre /2007 12:47

 

 

 

 

Ségolène ROYAL

invitée de Laurent RUQUIER

ce samedi soir dans le magazine

"On n'est pas couché"
 

 

 

 

Début de l'émission à 23h15

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Rendez-vous sur les médias
commenter cet article
13 décembre 2007 4 13 /12 /décembre /2007 11:33

 

Ségolène ROYAL dans l'émission

"100 Français qui font bouger la France"

.

Mardi 11 décembre - France 2

.


.
envoyé par  segolene2007

Plusieurs références au livre "Ma plus belle histoire, c'est vous", bien sûr :

- ce qui a été vécu, dit ...

- le parcours de la combattante, les fausses "bourdes", décryptage du procès en incompétence, les qualificatifs ("Bécassine" par exemple !), l'image de Jeanne d'Arc ...

- critique venues de tous bords, mais principalement du propre camp socialiste, ce qui a nourri les critiques formulées par l'adversaire ...

- l'argument de la "victimisation", parce que femme ...

- sur la vie privée ...

- toutes les femmes doivent "oser", déployer leur énergie ...

- l'évolution nécessaire des carrières féminines ...

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Rendez-vous sur les médias
commenter cet article
11 décembre 2007 2 11 /12 /décembre /2007 03:10

 

Après l'émission "Dimanche+",

nous avons la preuve de la

 MANIPULATION MEDIATIQUE

dénoncée par Ségolène ROYAL !

 

 La preuve, en 1mn 35 !

.


.
Reuters - désinformation anti ... Ségolène
envoyé par nosdesirsdavenir
 
Quand REUTERS fait dire à Ségolène ROYAL
l'inverse de ce qu'elle a dit :
 

PARIS (Reuters) - Ségolène Royal estime qu'il est possible de gagner l'élection présidentielle en France sans le soutien d'un parti politique.

Interrogée sur ce point dimanche, l'ancienne candidate socialiste à l'Elysée a répondu :

"Je pense (que oui)".

 

Que signifient ces deux petites parenthèses qui entourent le "que oui" après le "je pense" ? On dirait que le rédacteur croit avoir entendu "oui", mais qu'il n'en est pas sûr !!!
.
LA REPONSE EXACTE DE SEGOLENE ROYAL :

"Je pense, - c'est une très bonne question, et l'expérience vient de le montrer - qu'il faut une très grande cohérence entre une organisation politique, il faut aussi un travail de longue haleine, il faut redevenir une force attractive pour les intellectuels, pour les experts. Il y a un potentiel d'élus de terrain exceptionnel, chez les socialistes, avec des gens qui font beaucoup de choses sur le terrain et qu’il n’y a pas beaucoup de visibilité. Donc il y a ce travail là aussi à faire. Il faut de l'imagination, il faut beaucoup de travail, beaucoup de modestie aussi, d'humilité, et c'est comme ça que je compte m'engager."

Pour rire un peu : vous souvenez-vous du sketch de COLUCHE,

à propos des journalistes ?

(surtout la séquence qui débute à 2mn 20)


Coluche - les journalistes  (5mn 29)
envoyé par Lenerver
Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Rendez-vous sur les médias
commenter cet article
5 décembre 2007 3 05 /12 /décembre /2007 14:50

RTL - mercredi 5 décembre 2007

Ségolène Royal était l'invitée de Jean Michel Apathie

 


.
Ségolène ROYAL sur RTL  (vidéo 9mn 51)
envoyé par nosdesirsdavenir

 

Ségolène ROYAL présente son récit de Campagne "Ma plus belle histoire c'est vous". 

Ségolène ROYAL rappelle que la campagne, dont elle donne sa vision personnelle dans son ouvrage, est un évènement partagé par tous les Français. "C'est celle aussi de tous les Français, ceux qui ont voté pour moi comme ceux qui n'ont pas voté pour moi. C'est maintenant un morceau d'Histoire de France. "

Interrogée sur sa volonté de nommer François Bayrou à Matignon si elle était élue, Ségolène Royal répond : "Converger avec d'autres responsables politiques avec lesquels on a un certain nombre de points communs, un certain nombre d'ailleurs -ça s'est vu dans le débat qui nous a, non pas opposé, mais au cours duquel nous avons dialogué, je pense de façon constructive- c'est le sens même d'un vrai élargissement politique de la construction d'une majorité dans un pays"

Elle poursuit "C'est ça la mutation politique et l'imagination politique, et la nécessité de prendre le meilleur dès lors qu'on partage un certain nombre de valeurs démocratiques, le meilleur dans chaque courant politique non pas par des débauchages individuels mais par des constructions de valeurs au service du pays. Et cette proposition-là, elle n'était pas improvisée comme je l'ai lue ici ou là. Ce rendez-vous était prévu. Je l'avais proposé à François Bayrou ...qui l'avait accepté. Il avait lieu chez lui. Il était tard parce que je sortais d'une réunion publique (nous sommes en campagne électorale à ce moment-là) et au dernier moment, François Bayrou a changé d'avis. C'est aussi sa liberté."

Ségolène ROYAL affirme que les attaques contre les Socialistes sont un peu caricaturales : "Les Socialistes parlent. Ils font leur travail à l'assemblée nationale ; et en même temps, je crois qu'il faut qu'ils répondent avec beaucoup plus de précisions aux préoccupations actuelles des Français. De quoi me parlent-ils, les gens que je rencontre maintenant ? Du Pouvoir d'Achat."

Elle évoque ensuite ce qui coûte cher aux ménages Français : 

"L'alimentation. Moi je demande que l'on regarde aussi ce que l'on peut faire du côté de la baisse de la TVA et de la libéralisation des lois sur le commerce pour faire baisser les prix alimentaires qui coûtent à peu près 10% plus chers en France que dans les autres pays européens parce qu'il y a des lois qui protègent les hypermarchés et les grandes surfaces en France."

Elle évoque enfin "La question du Logement. J'observe que Nicolas Sarkozy reprend l'une de mes propositions, et c'est tant mieux, sur la question de la suppression des deux mois de caution. Que ne l'a-t-il fait depuis six mois ! C'est-à-dire qu'on voit, aujourd'hui, finalement dans cette Politique un peu improvisée, un Nicolas Sarkozy qui se comporte en pompier, qui maintenant improvise un certain nombre de mesures : tant mieux ! Mieux vaut tard que jamais ! Mais pourquoi tant de temps perdu sur des mesures de bon sens que j'avais avancées dans ma Campagne et qu'il avait moquées."

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Rendez-vous sur les médias
commenter cet article
5 décembre 2007 3 05 /12 /décembre /2007 13:39

 

On ne peut pas être au courant de tout ... j'avais raté l'information.

Merci à Dailymotion, merci à "segolene2007" !

 

Vidéo 7mn 11


Ségolène Royal - 4 décembre 2007
envoyé par segolene2007

  

"Je vais m'engager complètement, pleinement, avec passion, dans la rénovation des idées du Parti socialiste, mais au-delà aussi, avec cette nécessité de faire converger toutes les forces de progrès pour préparer l'alternance".

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Rendez-vous sur les médias
commenter cet article
4 décembre 2007 2 04 /12 /décembre /2007 22:26

 

 

 

Ségolène ROYAL  sera l'invitée

du magazine politique
"A vous de juger"
le 6 décembre à 20h50 sur France 2

 

Elle répondra aux questions d'Arlette Chabot ainsi qu'à celles des spectateurs présents sur le plateau, après la sortie de son livre :
 
"Ma plus belle histoire, C'EST VOUS"



Les internautes pourront également prendre part au débat en l'interrogeant par webcam.

Ségolène ROYAL en profitera certainement pour dresser un bilan

des premières décisions du quinquennat.

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Rendez-vous sur les médias
commenter cet article
26 novembre 2007 1 26 /11 /novembre /2007 14:28

.

.

.

.

.

.

.

.

Sarkozy ?

C'est le respect

des forts

. 

par Emmanuel TODD

.

interview du

Nouvel Observateur

.

(22.11.07)

.

.

L'historien et démographe Emmanuel TODD (par ailleurs très critique vis-à-vis des politiques français, tous bords confondus) estime que "le tempérament agressif" du président "est naturellement dirigé contre les faibles". 

D'où sa recherche de boucs émissaires...

Le Nouvel Observateur. - Comment expliquer cette nouvelle crise sociale ? La France du refus, du refus de l'Europe, de la mondialisation, se cabre-t-elle à nouveau ? Ou faut-il incriminer Nicolas Sarkozy, plus porté à s'attaquer aux petits privilèges qu'aux grands ? 
Emmanuel Todd. - Pour comprendre ce qui se passe, il faut faire l'histoire du sarkozysme en tant que technique politique. Sarkozy est arrivé au pouvoir grâce à la crise des banlieues. Ministre de l'Intérieur, il y a mis le feu, et le souvenir de cette flambée a été utilement réactivé pendant la campagne par les incidents de la gare du Nord. Il a gagné sur un discours national identitaire. Depuis l'origine, le sarkozysme fonctionne sur la désignation de coupables du mal-être français, de boucs émissaires. Dans les banlieues, ce sont les enfants d'immigrés, aujourd'hui ce sont diverses catégories de fonctionnaires ou assimilés.

N. O. - Vous ne portez pas au crédit de Sarkozy d'avoir fait reculer Le Pen à la présidentielle ?

E.Todd. - Sarkozy va plus loin que Le Pen. Le Pen est dans le domaine du verbe. Sarkozy a utilisé l'appareil d'Etat pour enflammer les banlieues. Les débauchages autour de l'ouverture ont masqué la nature profonde du sarkozysme. Pour une part, le FN est désormais au pouvoir. La réalité de Sarkozy, ce sont deux choix : des cadeaux fiscaux aux riches, et des tests ADN pour donner aux pauvres le sentiment qu'il y a encore plus petits qu'eux, sur lesquels on n'hésite pas à taper. C'est classique : l'incapacité à traiter les problèmes économiques conduit à désigner un ennemi à caractère étranger.

N. O. - Les cheminots sont les ennemis de l'intérieur ?
 
E. Todd. - Avec les cheminots, on est dans la désignation d'un autre ennemi, en apparence vulnérable. On active un discours égalitaire sur les petits privilèges inadmissibles, notamment en matière de retraite. On anticipe logiquement un soutien de l'opinion. Mais le problème auquel se heurte Sarkozy, c'est qu'en sortant du registre ethnique identitaire il revient sur le terrain de l'économie et des luttes sociales, sur le terrain de la lutte des classes, diraient les marxistes. Sans approuver les grévistes, les salariés sont renvoyés à leurs propres préoccupations. Ils font le constat de la nullité économique de Sarkozy.

N. O. - Nullité ! Vous êtes excessif !
 
E. Todd. - Tous les gouvernements, de droite comme de gauche, sont confrontés au même problème : la globalisation, le libre-échange, la pression sur les salaires due à l'émergence de pays comme la Chine ou l'Inde. Aucune politique ne peut réussir sans faire baisser cette pression par une dose de protection aux frontières de l'Europe. Pour y parvenir, il faudrait affronter l'Allemagne, qui s'y refuse. Or l'Allemagne, c'est du gros. Et la logique du sarkozysme, c'est le respect des gros.

N. O. - Reste que ces grèves sont impopulaires... 
E. Todd. - Oui. Mais ce que n'a pas vu Sarkozy, c'est qu'il fait à la fois mal aux grévistes et à lui-même. En dénonçant les petits privilèges, il rappelle qu'il défend les gros. Cette erreur sur la désignation de l'ennemi suggère que le sarkozysme est plus instinctif que réfléchi. Son tempérament agressif est naturellement dirigé contre les faibles. Mais il n'est pas schmittien : Cari Schmitt a théorisé l'essence de la politique comme étant la désignation d'un ennemi. L'agressivité de Sarkozy, face aux marins pêcheurs par exemple, met en évidence un président banalement agressif en tant qu'homme.

N. O. - Sarkozy ne se conduit pas en président ?
 
E. Todd. - En un sens, la France n'a pas de président. On a parlé d'hyper-président parce qu'il étouffe son Premier ministre. C'est perdre de vue que la fonction d'un chef de l'Etat ne se réduit pas à un activisme tous azimuts. Il y a une dimension symbolique de l'Etat, de la nation, qu'il se doit d'incarner. Même à l'époque de Berlusconi, les Italiens avaient un président. L'incapacité de Sarkozy à prendre en charge cette dimension présidentielle crée un sentiment d'insécurité. Sarkozy est anxiogène : c'est un homme de droite qui incarne davantage le désordre que l'ordre, ce qui est paradoxal mais explique la multiplication des conflits, y compris chez les étudiants.

N. O. - L'expérience Sarkozy va mal finir ? 
E.Todd. - Il ne faut pas dramatiser. Mais on ne peut imaginer un président qui, pendant cinq ans, taperait sur les plus humbles. Il faudra une correction de trajectoire. On sent déjà monter une inquiétude dans les milieux patronaux. Car même la politique étrangère de Sarkozy est coûteuse. Là encore, il flatte le fort, ou supposé tel, les Etats-Unis, et s'en prend aux faibles, comme la Russie, l'Iran ou le Tchad. Or les ressources énergétiques nécessaires à l'économie française sont en Russie et en Iran.

N. O. - Le salut va venir du Medef ?
 
E.Todd. - Du Medef, sûrement pas. Mais les classes dirigeantes, ça ne se réduit pas aux copains milliardaires de Sarkozy, aux participants de la nuit du Fouquet's.

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Rendez-vous sur les médias
commenter cet article
6 novembre 2007 2 06 /11 /novembre /2007 12:06

 

Vous avez dû remarquer les multiples passages TV de certains, ayant ces derniers mois entouré Ségolène ROYAL de leur "chaude affection littéraire" !

 

Sur notre blog Désirs d'Avenir, ne nous privons pas de rétablir un peu l'équilibre. Nous l'avions fait avec une séquence sur "Ma candidate" de Patrick MENNUCCI.

 

Aujourd'hui, François REBSAMEN, pour son livre "De François à Ségolène"

 

Emission "C à dire" - France 5

 
 
Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Rendez-vous sur les médias
commenter cet article

Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande