Pourquoi la Région Poitou-Charentes est-elle exemplaire en matière   environnementale ?


Suite à l'article de Libération insinuant que le bilan environnemental de la Région Poitou-Charentes est "survendu", il convient d'apporter quelques précisions sur la réalité de l'effort engagé par la Région que je préside et les résultats obtenus.

Tout d'abord, je tiens à préciser que le bilan attaqué est celui de l'ensemble du conseil régional de Poitou-Charentes, opposition incluse, puisque l'opposition de droite (sauf trois abstentions) a voté avec la majorité régionale pour adopter lors de la session du 22 juin 2009 l'agenda régional pour la reconversion écologique de l'économie et la croissance verte en faveur de l'emploi, qui recense les actions prises depuis 2004 et trace les perspectives pour les prochaines années.

Si la Région Poitou-Charentes fait aujourd'hui figure de précurseur et de tête de file en matière de reconversion écologique de l'économie et de croissance verte, c'est principalement pour quatre raisons:

1) l'impulsion qu'elle a su donner en anticipant le passage à l'après pétrole et en préparant l'économie régionale (largement dépendante de donneurs d'ordre extérieurs dans l'automobile ou l'aéronautique) à faire des soi-disant contraintes écologiques des sources d'opportunités en matière d'innovation et de création d'emplois. La mise en place du plan après-pétrole, la création du pôle des éco-industries, la construction du lycée Kyoto - premier lycée d'Europe 100% énergie propre - l'utilisation des biocarburants dans les TER, le plan énergie solaire, le micro-crédit énergie verte à 0%, la rénovation systématique des parcs de logements sociaux en Très Haute Performance Energétique, l'appel à projet sur le véhicule électrique, la production des écocarburants de seconde et troisième génération sont autant de mesures qui ont devancé - et parfois inspiré? - des initiatives gouvernementales.

2) L'innovation dans la manière d'intervenir au bénéfice de l'excellence environnementale. Les moyens dont dispose la Région Poitou-Charentes sont limités surtout si on les compare aux grandes régions françaises, dont la population comme les moyens budgétaires sont plus conséquents. La Région Poitou-Charentes a donc fait preuve d'agilité pour agir de manière efficace et rapide: première région européenne à mettre en place un plan énergie solaire avec des financements de la Banque Européenne d'Investissements (200 millions d'euros); création de la première SCIC (société coopérative à intérêt collectif) spécialisée sur les énergies renouvelables; première collectivité régionale à intervenir au capital d'une grande entreprise avec une place au conseil de surveillance (Heuliez); première collectivité à mettre en place avec la Caisse des Dépôts et Consignations un dispositif de bonification des taux d'intérêts pour rénover les passoires thermiques en haute qualité environnementale; première collectivité propriétaire de brevets écologiques avec la création de la société d'économie mixte VALAGRO; première région à faire une aide directe aux consommateurs pour s'équiper en matériel électroménager écologique avec le bonus vert...

3) L'ambition pour être exemplaire au niveau européen en matière d'excellence environnementale. Malgré sa petite taille, et l'absence de réelle impulsion écologique sous la mandature précédente, la Région Poitou-Charentes s'est donnée des objectifs ambitieux pour se hisser en tête des régions de la croissance verte. Dès 2005, elle s'est engagée à respecter le protocole de Kyoto sur l'ensemble de son territoire et à réduire de 800 000 tonnes les émissions de CO² d'ici 2010. A elles seules, c'est-à-dire sans prendre en considération les réalisations des autres collectivités, des associations et des entreprises de Poitou-Charentes impulsées et ou soutenues par la Région, les mesures du conseil régional ont déjà permis d'économiser plus de 250 000 tonnes en 2009 ce qui permet de croire que l'engagement de 2005 est d'ores et déjà tenu. Depuis 2009, la Région s'inscrit dans les objectifs fixés par l'Union européenne d'améliorer l'efficacité énergétique de 20%, d'atteindre 20% d'énergies renouvelables et de réduire les gaz à effets de serre de 20% d'ici 2020. Par ailleurs, la Région Poitou-Charentes est la première région française a avoir fixé un objectif de puissance (275 MégaWattCret d'ici 2015) pour développer l'énergie photovoltaïque sur son territoire.

4) L'orientation résolument économique et sociale de la politique environnementale, dans le respect du développement durable. Depuis 2004, la politique de la région Poitou-Charentes vise conjointement à lier l'excellence environnementale avec la croissance des emplois par le développement économique et l'innovation, et la lutte contre la vie chère. La priorité a donc été placée sur la démocratisation écologique, afin que les ménages à faibles ressources soient les bénéficiaires de la révolution écologique au même titre que les classes moyennes et aisées. A l'inverse, la politique gouvernementale, qu'illustre parfaitement la mise en place du nouvel impôt que représente la taxe carbone, produit des effets pervers :

- l'écologie devient une source d'injustice sociale et les inégalités se creusent car les personnes à faibles ressources ne peuvent s'offrir le "luxe" de pratiques écologiques.

- il n'y a pas de modification des pratiques et des comportements, sinon de manière limitée

- l'écologie n'est pas un vecteur de croissance économique et de création d'emplois car elle joue un rôle marginal sur l'économie

En Poitou-Charentes, l'accent est mis sur le soutien aux productions écologiques à bas coût comme le véhicule électrique régional, la maison écologique à moins de 80000 euros, la rénovation des logements sociaux en haute performance énergétique, le bonus écologique pour que les ménages puissent s'équiper en matériel électroménager écologique, etc. La Région Poitou-Charentes privilégie ainsi une logique d'augmentation de l'offre écologique aux consommateurs et aux citoyens; elle soutient le pouvoir d'achat et inspire une modification des pratiques des consommateurs.


Ce sont ces 4 éléments réunis qui font de Poitou-Charentes la région en pointe en matière de bilan environnemental. Se focaliser sur une ou deux mesures pour mieux disqualifier l'action globale de la Région dans ce domaine est aussi facile que vain. L'analyse partielle et rapide disqualifie plutôt les détracteurs du travail engagé par l'ensemble des élus régionaux et de la population. Par ailleurs, il est absurde d'effectuer des comparaisons en chiffres absolus entre Poitou-Charentes et des régions comme Rhône-Alpes ou PACA qui ont une population 3 à 4 fois supérieure. Il faut analyser l'évolution par habitant pour réellement prendre en compte la montée en puissance et l'envergure de la politique régionale en matière environnementale.

 

Lire la suite...