Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

4 juillet 2012 3 04 /07 /juillet /2012 10:00

non cumul des mandats 72 pour cent

 

Extrait du Conseil National de juillet 2010 :

Non-cumul d’un mandat de parlementaire

avec un exécutif local


L’interdiction du cumul d’un mandat de parlementaire et d’un exécutif local (Maire ou Maire-Adjoint, Président-e ou Vice-Président-e de Conseil Général ou de Conseil Régional, présidence ou viceprésidence d’un Etablissement Public de Coopération Intercommunale) sera inscrit dans les statuts du Parti Socialiste. Elle se mettra en oeuvre à chaque renouvellement parlementaire.

Tout-e élu-e à une élection parlementaire abandonnera ses mandats exécutifs locaux dans un délai maximum de trois mois après la tenue du scrutin. Il-elle devra avoir préparé avec le Parti les modalités de sa succession.
De plus, la fonction de membre du gouvernement (ministre ou secrétaire d’Etat) sera incompatible avec une fonction exécutive dans une collectivité territoriale ou un EPCI.
Les groupes parlementaires du Sénat et de l’Assemblée nationale prépareront dans les meilleurs délais une proposition de loi sur le non-cumul des mandats, qui devra être soumise au débat des assemblées avant la fin 2010 afin d’obliger la droite à clarifier sa position.
Le Parti Socialiste inscrira dans le projet présidentiel le vote d’une loi dès l’été 2012 sur le non-cumul des mandats et le statut de l’élu.

 

La limitation des mandats exécutifs successifs
Le nombre de présidences d’exécutif successifs est limité à trois (soit 18 ans). Cette règle, qui concerne les Président-es de Conseil Régional, Président-es de Conseil Général, Président-es d’Etablissement Public de Coopération Intercommunale, les Maires) sera inscrite dans nos statuts.


Articulation avec les règles de non-cumul et dispositions transitoires
La mise en oeuvre du non-cumul des mandats est une réforme profonde qui nécessite naturellement des mesures transitoires sans remettre en cause son irréversibilité.
Ainsi, il sera possible pour un-e parlementaire, ayant déjà effectué plus de trois mandats d’exécutif local successifs, ne se représentant pas aux élections sénatoriales de septembre 2011 ou aux élections législatives de juin 2012, d’exercer un dernier mandat d’exécutif local lors du renouvellement de mars 2014.
Dans le même état d’esprit, les dispositions sur la limitation des mandats successifs pour les Présidentes d’Exécutifs non parlementaires s’appliqueront à compter du renouvellement de mars 2014.
Enfin, un-e sénateur-trice élu-e ou réélu-e en septembre 2011 devra avoir assuré sa succession et mis fin à sa présidence ou sa participation à un exécutif local au plus tard à la date applicable aux députés élus en 2012, soit en septembre 2012.

.

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Refondation du PS
commenter cet article
4 juillet 2012 3 04 /07 /juillet /2012 09:00

non cumul des mandats 72 pour cent

Quand Hollande et Aubry

s'écharpaient sur le cumul des mandats

Source : francetv.fr  -  le 26 juin 2012

 

"Puis-je être plus clair ?" Le 12 octobre 2011, François Hollande fait face à Martine Aubry dans "la finale" de la primaire socialiste. Sur le plateau de France 2, le député et président du conseil général de Corrèze s'agace des attaques de sa rivale sur la question du cumul des mandats.


Bon an mal an, François Hollande précise sa position :

"Si je deviens président de la République, il y aura le vote d'une loi qui s'appliquera donc à tous les députés et tous les sénateurs. Ce sera le non-cumul du mandat parlementaire avec un mandat d'exécutif local."  ...

"Ce sera applicable en 2012 pour le Parti socialiste."

.

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Refondation du PS
commenter cet article
4 juillet 2012 3 04 /07 /juillet /2012 08:00

la girouette politique

 

Sidérant : les députés PS pourraient respecter leur engagement ... à condition qu'on le leur impose ! 

Ainsi, il faudrait qu'il y ait la contrainte, il faudrait qu'on leur "impose" de respecter leur promesse pour qu'il daigne honorer (le sens de l'honneur en politique, ça vous dit ?) leur engagement.

Avant même la période électorale qui vient de s'achever, les militants avaient voté, c'était en octobre 2009, bientôt 3 ans, et les élus mépriseraient ainsi la démocratie interne ? Pas bon du tout, très mauvais signe. Et ces militants insultés, iront-ils encore voter ???

 

Cumul des mandats : les députés PS renoncent à leur promesse

Source : francetv.fr  -  le 27 juin 2012

 

Les 282 députés élus sous l'étiquette du Parti socialiste tiendront-ils leurs engagements en matière de non-cumul des mandats ? Pour obtenir l'investiture du parti aux législatives, tous se sont engagés, par écrit, à respecter un principe voté par les militants dès 2010 : abandonner d'ici à septembre leurs mandats exécutifs locaux s'ils étaient élus ou réélus les 10 et 17 juin, sans attendre l'éventuel vote d'une loi sur le sujet. François Hollande lui-même avait prévenu, le 12 octobre 2011, que s'il était élu, ce principe serait applicable "dès 2012 pour le Parti socialiste" (voir la vidéo). Une promesse qui, depuis, semble tombée aux oubliettes.

Lorsqu'on rappelle cet engagement à ce député proche de Martine Aubry et maire d'une ville de 15 000 habitants, il répond par un large sourire : "Il y a eu autant d'engagements différents que de députés élus !". Maire de Lens depuis 1998 et député depuis 2007, Guy Delcourt dénonce "un engagement démagogique de Martine Aubry. Le non-cumul, c'est quelque chose de sérieux. Cela demande de préparer la succession, et ça ne se fait sûrement pas à coup d'effet d'annonce démago !"

Elu pour la première fois à l'Assemblée en 1986 et président de la région Paca depuis 1998, Michel Vauzelle dit, quant à lui, "attendre les indications de Martine Aubry ou de François Hollande. Si Martine Aubry nous impose de respecter l'engagement que nous avons pris, nous le respecterons. Si François Hollande considère que l'on doit attendre une loi qui s'appliquera à tous, nous le suivrons. Moi, vous savez, je suis obéissant...". 

[ obéissant ? ... sauf au vote des militants, chair à tractage et collage ??? ] 

Le calendrier de la loi "pas encore fixé"

Interrogé par FTVi, le ministre chargé des Relations avec le Parlement, Alain Vidalies, a reconnu, mercredi 27 juin, que la date à laquelle le gouvernement présentera son projet de loi n'était "pas encore fixée". "Mais on peut penser qu'il sera adopté avant les prochaines élections, d'ici à 2014", a-t-il ajouté. Quant à l'engagement pris par les députés PS de montrer l'exemple en démissionnant de leurs mandats locaux sans attendre le vote d'une loi, Alain Vidalies se montre plus évasif : "Ce serait mieux qu'à l'intérieur du Parti socialiste, il y ait une anticipation... Mais ça ne va pas changer la face du monde."

Le nouveau patron des députés socialistes, Bruno Le Roux, ne dit pas autre chose. "Nous ferons ce que le PS nous demandera de faire... L'essentiel, c'est qu'il y ait un calendrier pour faire adopter cette loi." 

"Si on avait perdu les élections, on aurait appliqué la loi du parti, et on aurait appliqué le non-cumul dès septembre. Sans vouloir renier un engagement, maintenant qu'on a gagné, autant appliquer la loi du pays lorsqu'elle sera votée et s'appliquera à tous. On ne va pas chipoter pour quelques mois..." confirme le vice-président des députés socialistes, Philippe Martin, qui cumule lui-même son mandat parlementaire avec la présidence du conseil général du Gers. "Entre arrêter de cumuler à l'automne 2012 et arrêter de cumuler au printemps 2014, il n'y aura que quelques mois d'écart, acquiesce Patrick Bloche, député et maire d'arrondissement à Paris. François Hollande a annoncé une loi, elle s'appliquera à tous."

Respectivement députés des Bouches-du-Rhône et de Haute-Saône, Henri Jibrayel et Jean-Michel Villaumé sont du même avis : "Cela ne sert à rien de précipiter les choses. Attendons la loi et, d'ici là, laissons le temps de mettre ça en place et de préparer la relève !" "Dans la mesure où le PS a gagné et que la loi sera adoptée, la question d'une anticipation symbolique ne se pose plus vraiment...", abonde le député nordiste Bernard Roman. 

"Ce serait une erreur de s'asseoir sur un principe qui a été voté par les militants et accepté par écrit par chacun d'entre nous, prévient pourtant Christian Paul, un des rares députés à regretter que ses collègues renoncent à leur engagement. A ce jour, il y a une règle qui a été adoptée par le parti, et elle vaut donc pour chacun des députés socialistes. Martine Aubry doit le rappeler au prochain bureau national." 

"C'est comme demander à un alcoolique d’arrêter de boire"

Toujours est-il que le principe du non-cumul des mandats au PS, promis pour 2012 par le candidat François Hollande, ne devrait donc s'appliquer finalement qu'en 2014, au mieux. Car rien ne dit qu'une majorité de parlementaires daignera voter, le moment venu, la promesse de campagne du chef de l'Etat. "A l'Assemblée, ce devrait être le cas, même si beaucoup voteront en traînant les pieds. Au Sénat, rien n'est moins sûr..." prévient un député socialiste.

"Evidemment, le sujet est difficile, c'est un peu comme demander à un alcoolique d’arrêter de boire", disait le député parisien Christophe Caresche en octobre 2010. Il ne croyait pas si bien dire.

.

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Refondation du PS
commenter cet article
15 novembre 2011 2 15 /11 /novembre /2011 16:00

 

Ci-après une réaction de Gaëtan GORCE, qui me semble de bon sens (comme souvent) à propos de la discrimination par l'âge ! avancée par Montebourg.
Participant aux réunions fédérales consacrées à la préparation des législatives 2012, je confirme !!! 


Fausses pistes : lettre ouverte à Arnaud Montebourg

par Gaëtan GORCE, sur son blog, le 14 novembre 2011

affiche de l'Arlésienne

 

Mon Cher Arnaud,


Qu’au lendemain des primaires où tu as fort honorablement tiré ton épingle du jeu, tu sois saisi d’une nouvelle poussée d’ardeur rénovatrice, ne peut que réjouir celles et ceux qui veulent faire changer le Parti socialiste. Parce que tout, en réalité, reste encore à faire. Et parce que l’enjeu, à l’approche de la présidentielle ne doit pas être occulté tant un parti moderne, ouvert, délibérant, innovant serait nécessaire à l’exercice efficace du pouvoir.

 

Mais à la condition, toutefois, de ne pas prendre les « vessies pour des lanternes », ou de confondre, une fois de plus, les effets et les causes. Que le rajeunissement du PS ne parvienne pas à s’opérer, qui s’en étonnerait ?

Et à qui la faute ? A ceux et celles qui sont toujours là ?

Ou à un appareil qui se révèle incapable de programmer, de planifier, de vouloir le renouvellement ?

 

A cet égard, la question principale ne saurait être celle de l’âge des élus ou de la durée de leur mandat. On pourrait certes espérer que, passé un temps, nos doyens aient l’élégance de céder la place. Mais ne serait-il pas absurde d’en faire une règle générale ? On peut parfaitement entrer dans la carrière à 62 ou à 67 ans et se révéler un excellent législateur, ou bien à 30 ou à 40 et rester un parfait incapable.

 

Aussi, ne faudrait-il pas que l’attaque en règle à laquelle tu viens de te livrer, et qu’on peut comprendre, ne nous détourne des vrais combats, à savoir les blocages institutionnels qui font que le PS se soucie comme d’une guigne de représenter dans ses instances, comme dans ses Assemblées, la Nation dans sa diversité qu’elle soit d’âge ou d’origine…

Et cette carence ne peut être séparée d’une autre plus préoccupante qui pointe son incapacité, égale, à renouveler ses idées et son projet. 

Ce sont donc les structures qu’il faut changer (et accessoirement les hommes et les femmes qui s’en accommodent et ceci quel que soit leur âge) pour ne pas donner à l’appareil le prétexte et l’opportunité d’une « rénovation » à bon compte, en se contentant de remplacer quelques anciens par de jeunes apparatchiks formés à la même école : celle des clans et des écuries, au total issus du même sérail.

 

Alors comment y parvenir ? Par la seule méthode qui vaille : la démocratie. En élargissant à tous nos candidats, en particulier aux législatives, la technique des primaires ! En choisissant directement nos dirigeants sans passer par les filtres dépassés des courants qui ne servent que de paravent aux ambitions les plus mesquines ! En réhabilitant la délibération via une revitalisation de nos bureaux et Conseils nationaux qui ne sont plus, l’un une chambre d’écho de débats médiatiques, l’autre une chambre d’enregistrement des décisions du sommet.

L’enjeu pour la gauche, Cher Arnaud, n’est pas de faire un sort aux « Anciens » mais de combattre les pratiques anciennes, c'est-à-dire d’ouvrir le PS sur la société et sa diversité et de redonner à ceux qui ressentent à nouveau l’envie de s’engager, le moyen de le faire au sein de notre vieille maison ! Agissons ensemble en ce sens. Et, je suis d’accord avec toi, sans délai !

.

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Refondation du PS
commenter cet article
25 octobre 2011 2 25 /10 /octobre /2011 12:00

non cumul des mandats 72 pour cent 

Au PS, elles sont légion les promesses sur le non cumul des mandats.

Jusqu'à demander l'avis des adhérents. C'est magnifique, non ? 

A l'approche des préparatifs pour les législatives 2012, faudrait savoir ! Mais un doute m'envahit : les choses ne seraient-elles pas déjà bouclées, ficelées, avec un beau noeud rose autour ?

 

Persévérant (c'est un de mes nombreux défauts), j'ai déposé le message ci-après sur le site national du PS. Un autre doute m'envahit (décidément !) : aurais-je un jour une réponse ? 

 

"En de nombreuses occasions, le PS s’est penché sur la question du cumul des mandats. Une échéance proche se présentant à nous (la désignation des candidats aux législatives de 2012), je souhaiterais savoir si le parti compte fixer enfin des règles conformes à toutes les déclarations précédentes : 

- les projets successifs, affirmant une volonté d’en finir avec certains cumuls, relatifs aux mandats parlementaires

 

- la convention nationale sur la rénovation (juillet 2010) 


- la consultation militante du 1er octobre 2009, qui portait notamment sur la question suivante, et    qui avait obtenu un vote favorable largement majoritaire de 72%  :

"Etes-vous favorables, comme étape vers le mandat parlementaire unique, à l’impossibilité de cumuler, sans attendre le vote d’une loi, dès les prochains renouvellements un mandat de parlementaire avec une présidence d’exécutif local ou la participation à un exécutif ?" 


- les propositions avancées par notre 1ère secrétaire Martine AUBRY lors de la récente campagne des primaires, annonçant clairement qu’elle appliquerait les règles du non cumul 


- le débat d’entre les deux tours des primaires, au cours duquel Martine AUBRY a déclaré que le non cumul devait s’appliquer dès les prochaines désignations pour 2012 


- la convention d’investiture de François HOLLANDE le 22 octobre, au cours de laquelle Martine AUBRY a rappelé dans son intervention sa volonté de rénovation en appliquant le non cumul

 

Etant membre du Conseil Fédéral du Nord, j’ai bien entendu que les règles de parité femmes / hommes seraient respectées, dans la perspectives de circonscriptions "gagnables". Mais l’objectif du non cumul n’a pas du tout été évoqué. 

Je transmets également ce message à Gilles Pargneaux, 1er secrétaire de la fédération du Nord. 

Espérant avoir une réponse rapide compte tenu du calendrier fixé pour les prochaines désignations."

.

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Refondation du PS
commenter cet article
28 juin 2011 2 28 /06 /juin /2011 08:00

 

Depuis la "bagarre" lancée par la direction du PS contre George Frêche et ses colistiers début 2010 lors des préparatifs des Régionales en Languedoc-Roussillon, qu'est-il advenu ?

Il y a plus d'un an en effet, ces colistiers avaient été exclus "provisoirement" du PS ... et la fédération de l'Hérault avait été mise sous tutelle. Pour 6 mois en principe !

 

(je rappelle ici que la liste en question l'avait largement emporté, laissant loin derrière une liste PS pur-jus reléguée à la 5ème place avec moins de 8% des voix au 1er tour, entraînant son élimination du second)

logo PS - flou 

Du provisoire qui dure longtemps. Pas de réintégration en vue, contrairement aux bonnes intentions, au message d'apaisement prodigué aux militants de la région .

Cela devait se faire dans le cadre d'une mission dite de "conciliation".

On peut se demander à quoi servent les statuts (sinon à y faire appel, selon le sens du vent) : ils prévoient  déjà de régler les différents par une commission des conflits.

 

Déclaration de l'époque (François Lamy) :

"Une fois les régionales passées, le PS constituera une mission de conciliation composée de membres des différents courants du PS. Cette mission sera chargée de trouver le chemin du dialogue, de la réconciliation et de la rénovation".

 

(réno ... quoi ?)

 

Concrètement, cette mission devait visiter toutes les fédérations PS de la région avant ou après l'été (2010, je précise). Objectif : "réintégrer demain les indésirables d'aujourd'hui..."

 

Des nouvelles ???

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Refondation du PS
commenter cet article
30 mars 2011 3 30 /03 /mars /2011 15:00

logo-PS-invers-.jpg 

Ce billet rédigé par un camarade, militant  PS de Villeneuve d'Ascq (59), vient parfaitement compléter ma réaction sur les mauvaises décisions prises par les instances socialistes. Ici la fédération du Nord, mais est-elle la seule ? 

 

"Circulez, y’a rien à voter !"

Sur le blog de Robert Vanovermeir  -  le 30 mars 2011 

 

Les dirigeants de mon parti, le parti socialiste, réussissent encore à m’étonner, même après prés de quarante ans de fréquentation des arcanes de ce parti.

Ainsi ceux de la fédération du Nord viennent-ils de décider d’annuler le vote prévu ce soir pour la désignation du candidat socialiste à la présidence du Conseil Général au prétexte qu’il n’y a qu’un candidat.

J’avais, pour ma part, la ferme intention de voter pour celui-là.

Mais de quel droit ôter celui de s’exprimer par un vote blanc ou nul à celles et ceux des adhérents du parti qui l’auraient souhaité ?

Et surtout quel mépris des règles établies !

Lors de la désignation du candidat pour le canton de Villeneuve d'Ascq Nord, il n’y avait aussi eu qu’un candidat, après que "les instances" aient fait "ce qu’il fallait" pour amener l’autre candidate évoquée à se retirer. 

[ Oui Robert, j'ai suivi un peu les péripéties de ce feuilleton. Lamentable ]


Mais le vote avait bel et bien été maintenu.

 

Bien sûr, l’absence de vote ne changera au final rien, et on peut en effet penser que peu de militants se seraient déplacés pour ce qui ne pouvait être qu’un plébiscite.

 

Mais comment ne pas s’inquiéter de cette désinvolture avec les règles et de cette frilosité devant le vote des militants quand, dans le même temps, on a le sentiment que le parti socialiste tend à organiser les primaires "à-minima" , "petit bras" pourrait-on dire ?

 

[ Oui, je viens de voir ça. On n'est pas au bout de nos surprises !

Aucun doute : les bureaux de vote seront pleins à craquer, avec ça !!!

Mais j'y pense : ça sera annulé ... s'il n'y a qu'un seul candidat ! ]

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Refondation du PS
commenter cet article
30 mars 2011 3 30 /03 /mars /2011 12:00

 

Je suis membre de l'association Désirs d'Avenir, les lecteurs de ce blog n'en doutent pas. Je suis aussi carté au PS  ... j'ai le droit ! 

Militant au PS bien malheureux, comme d'autres, d'entendre son parti déclamer la "Rénovation", le changement des pratiques internes, le respect des militants, etc, etc ... sur tous les tons.

logo-PS-invers-.jpgEt de voir que la cruelle réalité est tout autre.

Nous devrions être plus nombreux, nous les présomptueux sans-grade, à rappeler face à nos dirigeants les entorses, les maladresses et -- appelons un chat un chat  -- les fautes commises par cette machine qu'on appelle "l'appareil".

Face à cette machine, il est évident que les militants ne font pas le poids.

 

J'ai le profil Don Quichotte, c'est ainsi. J'explique :

J'ai appris que la Fédération du Nord avait décidé d’annuler le vote en sections prévu ce 30 mars, en vue de la désignation du candidat socialiste à la présidence du Conseil Général.

Décision prise par le Conseil Fédéral lundi soir, à l'unanimité. Ce mot, c'est infaillible, est destiné à clouer le bec à tout récalcitrant.

Décision prise au prétexte qu’il y avait un seul candidat. Et un précédent en 2008.

 

Voici le message envoyé à Gilles PARGNEAUX, 1er Sécrétaire fédéral : 

 

Merci pour cette information. 

Je n'ai pu me déplacer à Lille pour ce Conseil fédéral, contrairement à la séance du 21 mars.

Si j'avais été présent, le résultat aurait été "unanimité moins une voix", car je n'aurais pas manqué de montrer mon désaccord sur cette décision.

Je ne vois pas en vertu de quoi un Conseil Fédéral peut annuler un vote prévu dans les règles de fonctionnement du parti, contenues dans les statuts

J'ai le souvenir que, même en présence de candidat unique, il a été demandé à maintes reprises aux militants de voter :

- pour le 1er fédéral en 2008,

- pour le président du Conseil Régional en 2010,

- pour les secrétaires de section (souvent candidature unique),

- pour les candidats aux cantonales tout récemment (souvent candidats uniques)

 

Concernant le précédent de 2008 : selon moi, ce n'est pas parce qu'on a pris cette fois-là des libertés avec les statuts qu'on doit le refaire en 2011. 

D'autant plus que notre 1ère secrétaire s'est plusieurs fois exprimée sur la nécessité de respecter les règles collectives.

 

En complément des statuts, la direction nationale du PS a donné d'ailleurs des indications précises pour respecter ces règles lors du vote du 30 mars, sous forme de circulaire (n° 1379).

Elle est datée du 28 février  (s’il y en a eu une autre, avec des indications contraires, je n’en ai pas connaissance) :

Cette circulaire précise que, même en présence d’un candidat unique, les militants doivent être appelés à voter.

 

Je ne comprends pas que ces consignes d'organisation, comportant les signatures de Martine Aubry, Harlem Désir, et 3 secrétaires nationaux (Borgel, Fontanel et Boistard) soient totalement ignorées dans nos instances fédérales.

Alors qu'il est dit et répété que le PS se doit d'être exemplaire.

 

Avec mes amitiés socialistes.

Daniel CORDIEZ, membre du CF, Dunkerque

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Refondation du PS
commenter cet article
24 mars 2011 4 24 /03 /mars /2011 11:00

nettoyage-du-sol.jpg 

"Ouvrons portes et fenêtres". L'une des significations est relative à l'hospitalité,  l'accueil  chaleureux des citoyens qui veulent nous rejoindre.

Une autre peut se rapporter au renouvellement d'air dans la place, surtout lorsqu'il est particulièrment ... vicié !

"Tout nettoyer, du sol au plafond". Les lecteurs de ce blog savent que je ne partage pas toujours les orientations et volte-face d'Arnaud MONTEBOURG (au formidable congrès de Reims, il a quand même participé aux équipes coalisées vers l'objectif du Tout Sauf ...).

Mais je le vois bien dans ce rôle de "Mr Propre", que d'une certaine manière il incarne dans cette "affaire Guérini" : 

 

Arnaud Montebourg : "Protéger l’honneur du PS…"

Source : marianne2.fr  -  le 18 mars 2011 

 

Suite à son rapport sur les "dérives" de la Fédération PS des Bouches-du-Rhône, le Secrétaire national du PS et député de Saône-et-Loire revient sur les raisons qui l'ont poussé à faire ce rapport ainsi que sur son assignation par M. Guérini pour diffamation non publique. Il a aussi entre temps déposé les preuves qui sous tendent son rapport.

En attaquant frontalement la fédération socialiste des Bouches-du-Rhône sur ses pratiques internes, quel objectif poursuivez-vous ?
Mon but est de protéger l’honneur du PS, d’établir un cordon sanitaire pour éviter que le parti ne retombe dans les pratiques du passé. C’est ainsi que je conçois le mandat de rénovateur que m’a confié Martine Aubry.

Pourquoi passer à l’offensive à la veille des cantonales ? Faut-il y voir un lien avec votre candidature à la primaire socialiste ?
Je traite ce dossier depuis l’été 2010. En déplacement à Marseille le 5 juin dernier, j’ai été effrayé par ce que l’on m’a raconté. Les militants m’ont supplié d’alerter Martine Aubry. Je l’ai fait, mais je ne suis pas à l’origine des fuites dans la presse. Je ne voulais pas particulièrement de ce costume de « M. Propre » à la veille des primaires…

Quelles sont les réactions au sein de votre propre famille ?
Je suis surpris de constater que Jean-Noël Guérini (président socialiste du conseil général des Bouches-du-Rhône) est bien plus fort que moi, qui suis pourtant l’un des quatre mousquetaires désignés après le congrès de Reims pour épauler la première secrétaire. Pour le comprendre, il faudrait savoir ce qui s’est vraiment passé dans la nuit du 20 novembre 2008, lorsque Ségolène Royal a été battue par Martine Aubry.

Vous serez cependant jugé pour diffamation le 9 mai prochain …
Je risque une amende de 33 €, mais je suis en train d’étayer mon offre de preuves !

 

(ndlr, depuis, Arnaud Montebourg a apporté les preuves répondant à son accusation de diffamation )

.

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Refondation du PS
commenter cet article
10 mars 2011 4 10 /03 /mars /2011 12:00

 

Les récents sondages, la "marinemania" ont un peu effacé de l'actualité "l'affaire Guérini" qui secoue le Parti Socialiste.

Pas trop fortement secoué, finalement, compte tenu de l'inertie de l'appareil.

 

Toutefois, j'ai noté qu'une commission d'enquête allait se pencher sur le problème de la fédération des Bouches-du-Rhone, sur les faits avancés par Arnaud Montebourg.

Mais attention, on a le temps !!! Ce sera après les cantonales ...

 

Il me revient qu'il y a presque un an et demi, le 1er octobre 2009, les militants avait répondu favorablement (à 80%) à la proposition d'un comité d'éthique, chargé de faire respecter les règles.

Quel militant a été informé des suites données par la direction du PS, siou plé ???

 

En écoutant les protestations (molles et peu crédibles au demeurant) adressées à Arnaud Montebourg, il me revient les termes d'un passage figurant dans son rapport sur la "Rénovation", remis le 28 mai 2010 :

 urne-avec-logo-PS.jpg

 

"Il s’agit, par la naissance d’une autorité éthique indiscutable, de garantir la naissance d’un état de droit généralisé dans le Parti socialiste, en assurant la promotion de bonnes pratiques et en interdisant les mauvaises. Nos statuts, on le sait, sont l’objet d’arrangements qui vont jusqu’à vicier la sincérité de nos scrutins internes."

 

Ouahhh ! on ne peut être plus clair.

Quel aveu des turpitudes, qu'il devient de plus en plus difficile de cacher !!!

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Refondation du PS
commenter cet article

Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande