Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

9 juillet 2008 3 09 /07 /juillet /2008 18:00

Temps de travail :
 

nouveau recours au niveau européen de la CFE-CGC

Communiqué de presse du 03.07.2008



Avec le projet de loi portant réforme du temps de travail, une nouvelle fois le forfait jour évolue et malheureusement pas dans un sens favorable aux attentes des salariés concernés : maintien des 13 heures de travail journalier (10 heures actuellement pour les salariés dont le temps de travail est décompté en heures)  et surtout extension du plafond maximum légal à 235 voire 250 jours suivants les amendements des uns et des autres avec une majoration minimum de 10 % par jours travaillés au-delà des 218 jours de plafond actuel.

Cela ne peut satisfaire les salariés concernés : en effet, pour ceux qui souhaitent respecter leur équilibre entre vie privée et vie professionnelle, cette augmentation du nombre de jours ne répond pas à leur choix, quant à ceux qui souhaitent voir leur rémunération augmenter, la majoration envisagée est bien en deçà des 25 % de majoration existant en ce qui concerne les heures supplémentaires.

Pourtant, suite à deux recours effectués par la CFE-CGC auprès du Comité européen des droits sociaux, le Conseil de l’Europe a jugé le forfait horaire contraire à la Charte Sociale Européenne.

Pour toutes ces raisons, à la promulgation de cette "nouvelle" loi, la CFE-CGC portera un nouveau recours au niveau européen pour discriminations tant sur la durée du temps de travail (13 heures par jour au lieu de 10) que sur le niveau de majoration des jours supplémentaires (15 % minimum au lieu de 25 %).

Partager cet article

Repost0
9 juillet 2008 3 09 /07 /juillet /2008 11:00

      Les syndicats dénoncent
   la remise en cause des jours
          de RTT des cadres

        LEMONDE.FR -  08.07.2008

En proposant de fixer le plafond des forfaits jours à 235 jours
[contre 218 actuellement], le gouvernement renvoie les salariés au siècle dernier", dénonce la CFE-CGC.
Le syndicat de cadres demande au gouvernement de "se ressaisir", après l'adoption en première lecture, mardi 8 juillet, du projet de loi sur la représentation et le temps de travail.

Le président du premier syndicat des cadres, Bernard Van Craeynest, souligne que l'application d'un tel plafond revient à travailler toute l'année, sauf les samedis et dimanche (104 jours), les cinq semaines de congés payés (25 jours) et le 1er mai, mais pourquoi pas le 25 décembre.

"Plus d'un million de salariés, y compris non cadres – depuis 2003 et 2005, c'est tous les salariés "autonomes" dont on ne peut déterminer l'horaire – font déjà plus de 2 000 heures de travail par an, par rapport aux 1 607 heures correspondant aux 35 heures. Porter le plafond légal à 235 jours, c'est autoriser 2 500 heures"
, souligne-t-il, inquiet d'un tel rythme.

"ESCROQUERIE"

"A la rentrée, fini les RTT"
, résume de son côté la CFTC-Cadres. La fédération estime que le taux de majoration de la rémunération de ces jours supplémentaires, d'"au moins 10 %" selon le projet de loi, est "à la limite de l'escroquerie, sachant que pour les salariés dont le temps reste comptabilisé en heures le principe est une majoration de 25 %". "Les sénateurs iront-ils dans le même sens ou décideront-ils d'aller plus loin en supprimant par exemple, les conges payés ?", ironise-t-elle.

Le secrétaire général de FO-Cadres, Eric Peres, dénonce les "soldes" dont vont être victimes des salariés qui travaillent déjà en moyenne 45 heures par semaine :

M. Peres "doute que cette vision mécanique du temps de travail, qui consiste à renforcer la productivité par la présence et des heures, va augmenter l'investissement et la motivation, et sera efficace d'un point de vue économique". Il "craignait" une telle mesure, depuis que la CFDT et la CGT ont "ouvert une brèche" en signant avec le patronat la position commune sur la représentativité, qui comprenait un article autorisant l'expérimentation d'augmentations du temps de travail.

La bataille, pour FO, consistera à défendre les accords sur le temps de travail lorsqu'ils deviendront caducs, en 2010, et, d'ici là, à mobiliser les salariés. Via une grève ? "Je doute fort qu"on puisse mobiliser en plein mois d'août", lâche-t-il, surtout que "les cadres ne sont pas une population qui va d'emblée, demain, descendre dans la rue", renvoyant la décision au niveau confédéral.

La CFDT a pour sa part "rappelé son opposition à l'ensemble des dispositions" concernant le temps de travail dans le projet de loi, et déclaré "inacceptable" d'étendre le système des forfaits jours à des salariés non cadres tout en augmentant le nombre de jours de forfait. Le site de la CFDT-Cadres affichait lui, en page d'accueil, mardi soir, une étude datée du 25 juin, titrée "Cadres du privé : la RTT c'est bon".

Partager cet article

Repost0
9 juillet 2008 3 09 /07 /juillet /2008 09:00

                         DYNAMITAGE DES RTT POUR LES CADRES !!!
 
Ce n'est plus un assouplissement des 35 heures, c'est un véritable dynamitage : plus de RTT pour les Cadres ... en attendant que les revenchards de l'UMP ne s'attaquent aux autres salariés.

Concernant la catégorie des Cadres, on a beaucoup entendu qu'ils étaient les principaux bénéficiaires de la RTT. A mon avis, dans ce domaine on a dit beaucoup de bêtises (y compris au PS !)
On a oublié notamment qu'ils avaient, qu'ils ont un statut de forfait-jours, sans comptabilisation des heures ! Un forfait TOUT HORAIRE ... ça veut dire ce que ça veut dire !!!

Passons. La cause est entendue, "RTT n'ya plus !"

Sujet traité au JT de France2 - 08.07.2008

"voté sans tapage"
"pour l'instant, le débat a été pour le moins éclipsé"

OU EST L'OPPOSITION ? 




Bernard Van CRAEYNEST, Président de la CFE-CGC :

"Là, on est véritablement dans l'ultralibéralisme poussé à son paroxysme"

Partager cet article

Repost0
8 juillet 2008 2 08 /07 /juillet /2008 16:00



Réagissant aux propos de Nicolas Sarkozy sur la perte d'influence des mouvements de grève, Ségolène ROYAL a affirmé mardi que le président de la République "ne se rend même plus compte de ce qu'il dit" car "il vit dans un autre monde".

L'ancienne candidate socialiste à la présidentielle a déclaré sur RTL que pour le chef de l'Etat "l'argent n'a pas d'importance puisqu'il croule sous l'argent", évoquant "une méconnaissance de ce qui se passe aujourd'hui en France" de la part de Nicolas Sarkozy.


"On se croirait revenu sous l'Ancien Régime où le Roi s'amuse, le Roi dilapide l'argent, le Roi soigne ses amis, le Roi enrichit ceux qui sont déjà riches et pendant ce temps là le peuple s'appauvrit", a dénoncé la présidente de la région Poitou-Charentes.

Ségolène ROYAL a également mis en garde la majorité contre tout excès de triomphalisme face à des grèves moins importantes qu'auparavant : "Il y a des colères muettes qui ne se manifestent pas forcément par des grèves ou des protestations parce que on a plus les moyens (...), parce que ça coûte cher", a-t-elle averti.

"Les gens sont désespérés, c'est très difficile aujourd'hui pour les salariés, modestes en particulier, de perdre une journée de salaire pour une journée de grève", a prévenu Ségolène ROYAL, pour qui "présider un pays, c'est d'abord respecter les Français et c'est répondre à leurs soucis et à leurs problèmes."

Partager cet article

Repost0
8 juillet 2008 2 08 /07 /juillet /2008 09:00

Billet paru sur le site ami "Désirs d'Avenir 37" :


        "Sarko-Zorro" - Un point de vue d'Algérie...

Le président français Nicolas Sarkozy a surexploité à son profit la libération de la Franco-Colombienne Ingrid Betancourt.

Tout juste s’il ne revendique pas pour lui et son pays l’heureux dénouement qui a permis à l’ex-détenue des Farc de se retrouver sur le sol français.


Depuis son arrivée à l’Elysée, le président Nicolas Sarkozy multiplie les opérations médiatiques de ce type, dont le manque de tact indispose et irrite beaucoup de monde. Quitte à prendre ses "aises" avec la réalité des faits, il n’a d’ambition que de mousser son rôle et le poids de ses interventions sur la scène internationale.

La chancelière allemande fut la première à faire "les frais" de cette propension du chef de l’Etat français à voler aux autres la paternité et les bénéfices d’événements ou d’opérations diplomatiques. C’était à l’occasion des pénibles négociations européennes qui ont abouti au traité de Lisbonne, substitut au projet de Constitution de l’Union rejeté par les peuples français et néerlandais. De l’avis de tous les experts et connaisseurs des arcanes européennes, c’est bel et bien la chancelière allemande qui a été la cheville ouvrière de l’accord sur ce traité. Mais c’est l’Elysée, relayé par une presse française atteinte de "sarkomania" servile, qui s’est attribué le mérite du "succès".

Il a agi de la même façon dans l’affaire des infirmières bulgares. Au dernier moment des longues et discrètes négociations menées par d’autres et multiples acteurs internationaux avec les autorités libyennes, il a, avec la complicité intéressée de Mouammar el-Kadhafi, mis en oeuvre un scénario qui lui a permis de jouer le rôle de "Zorro" à qui rien ne résiste et capable de dénouer l’inextricable

Là encore, la presse française a joué du "bendir" et surdimensionné la contribution de Nicolas Sarkozy dans la libération de ces infirmières bulgares. Passe sur les gesticulations de l’hôte de l’Elysée dans la sinistre affaire de "l’Arche de Zoé" qui a eu le Tchad pour théâtre.


Jamais président de la République française n’a autant fait l’objet d’acerbes et ironiques critiques ou commentaires comme ceux que le comportement mégalomane de Sarkozy suscite aussi bien dans le monde policé de la diplomatie que celui des médias étrangers.

En une année à peine de mandat présidentiel, Nicolas Sarkozy a ruiné l’influence de la France dans une grande partie du monde. Peu de gens prennent au sérieux les initiatives décousues qu’il lance tous azimuts à propos de tout et de rien, uniquement pour accréditer l’illusion que ses faits et gestes ont le pouvoir de déterminer la marche des événements de la planète.


Synthèse de Kahina, algerie-dz.com
D’après le Quotidien d’Oran

                                               Ah, il est trop fort ce Sarko !

Partager cet article

Repost0
7 juillet 2008 1 07 /07 /juillet /2008 17:00


   Pour le PS, Sarkozy se comporte en "chef de clan"

                   Source : NOUVELOBS.COM  -  07.07.2008




Nicolas Sarkozy se comporte comme un "chef de parti" et un "chef de clan", a estimé lundi 7 juillet le Parti socialiste après la remarque du président de la République lors du conseil national de l'UMP sur les grèves dont désormais "personne ne s'aperçoit".

Le directeur de cabinet de François Hollande, Stéphane Le Foll, a dénoncé l'attitude du chef de l'Etat qui "cherche à diviser, stigmatiser et mépriser".

"Quand on est chef de l'Etat, on doit avoir le souci de l'union du pays et ne pas rentrer de manière continuelle dans une provocation permanente".

"Nicolas Sarkozy a humilié les syndicats, tous les syndicats avec cette formule."

    Mais pour les courtisans de Sa Majesté, que nenni, ce n'est pas une provocation :

"Il est très clair que Nicolas Sarkozy comme la majorité sont bien décidés à faire tout ce qu'ils ont dit" lors de la campagne présidentielle,a répliqué lundi le porte-parole de l'UMP Frédéric Lefebvre. En particulier, "nous sommes décidés à supprimer le droit de nuire aux usagers" des services publics.

Mais le chef de l'Etat

"n'a absolument pas, ni dans la forme ni dans le fond, tapé les syndicats ... C'était tout sauf une provocation".

          C'ETAIT "TOUT" EN EFFET. TOUT ET N'IMPORTE QUOI.



                             Titre 1 de la contribution de Ségolène ROYAL :

  Combattre la mainmise du clan Sarkozy sur la France

Partager cet article

Repost0
6 juillet 2008 7 06 /07 /juillet /2008 09:00


C'est l'histoire d'une vidéo qui faisait apparaître, de façon criante, que certains médias n'ont aucun complexe à tresser des lauriers au super président, en faisant jouer des ciseaux quand cela les arrange, et tout à la gloire de Sa Majesté.

C'était l'objet de mon billet du 3 juillet, relatif aux remerciements d'ingrid BETANCOURT . Extrait : 

"Pourquoi faire disparaître précisément ces secondes là ? En disant qu'il s'agit tout simplement de ses remerciements au président Jacques Chirac ainsi que de ceux, très chaleureux, à son ami Dominique de Villepin, on fait un grand pas vers la réponse :

Il semble bien que Le Figaro voudrait non seulement tresser des lauriers à Nicolas Sarkozy pour une libération à laquelle il n'est pour rien, mais en sus il ne faudrait surtout pas que le petit père des lecteurs du Figaro se retrouve à devoir partager des louanges indues avec ses deux frères ennemis du RPR, Chirac et De Villepin. La grande classe journalistique !"

Eh bien, voilà Chirac et De Villepin réhabilités !

Sur ce blog, comme tous les autres, apparaît pour cette vidéo le message :

Contenu effacé - Cette vidéo n'est plus disponible car elle a été supprimée

La vidéo censurée n'est plus !
Vive la vidéo d'origine ! Bien fait pour LUI ! Il devra partager les honneurs. Si on peut dire.

Partager cet article

Repost0
5 juillet 2008 6 05 /07 /juillet /2008 22:00

Je crains pour Claude GUEANT, Secrétaire Général de l'Elysée, qui a déclaré :

La France n'a "pas pris part" à la libération d'Ingrid Betancourt.

Je crains pour Ségolène ROYAL, qui a dit :

Tout le monde le sait, c'est une opération colombienne rondement menée, et qui prouve que les négociations avec les FARC étaient quand même inutiles, qu'elles n'avaient abouti sur rien.

A une question du journaliste, elle a répondu :

Voilà, ni polémique ni récupération politique, qui serait totalement décalée d'ailleurs.
Parce que là, en l'occurence, Nicolas Sarkozy n'a été absolument pour rien dans cette libération.  

Je m'interroge beaucoup sur certaines personnalités du PS, comme Jack LANG (mais est-il encore au PS ?), qui font peut-être une lecture immodérée du Figaro ! J'ai pu y trouver ce titre, cette analyse, particulièrement "décalée" :

"Une victoire personnelle pour Nicolas Sarkozy"    03/07/2008

A CHAUD - Yves Thréard, directeur adjoint de la rédaction du Figaro, évoque le rôle joué par le président de la République dans la libération d'Ingrid BETANCOURT ...




                               Guy BEART - La vérité (chanson écrite en 1968 !)





                                   Les déclarations de petits camarades du PS :

Le député Philippe Martin a réagi en qualifiant les propos de l'ex-candidate à la présidentielle d'"assez tristes et un peu consternants".

L'ancien ministre socialiste Jack Lang a lui estimé que Ségolène Royal avait fait preuve d'une "rare mesquinerie et d'un manque d'élégance morale".

Partager cet article

Repost0
5 juillet 2008 6 05 /07 /juillet /2008 09:00


Une actualité chasse l'autre, surtout avec Sarko.

Mais la menace sur l'audiovisuel en Sarkoland est toujours là.

Partager cet article

Repost0
4 juillet 2008 5 04 /07 /juillet /2008 23:00

 


Ségolène ROYAL a estimé jeudi que Sarkozy n'était "absolument pour rien" dans la libération d’Ingrid BETANCOURT, affirmant qu' "une récupération politique serait décalée".

Pour Rama Yade, la carpette ministérielle, il est moins dangereux, pour son avenir ministériel, de taper sur Ségolène ROYAL que de défendre les Droits de l’Homme quand Sarko invite des dictateurs à Paris !

Partager cet article

Repost0

Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande