Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

20 juillet 2012 5 20 /07 /juillet /2012 08:00

 

gaetan gorce - son blog 

Gaëtan GORCE au Conseil national du PS le 18 juillet :

"La contribution Aubry-Ayrault est un rappel à l'ordre".

 

Excellent ! Le ton me convient !

Le fond également :

Mise en avant de la demande d'une Haute autorité qui assure la sincérité du scrutin du Congrès.

 

"Après les Primaires, on ne peut définitivement pas retourner à Reims. Les Français ne le comprendront pas et ne nous le pardonneront pas."

 

 

Gaetan GORCE sur twitter :

"Les réunions des instances du PS ça fait penser à ces vieux couples qui ne savent plus se parler et qui remplissent les vides avec des riens ..."

 

Passe-moi le sel !"

.

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Congrès PS 2012
commenter cet article
18 juillet 2012 3 18 /07 /juillet /2012 14:00

 Gaetan-et-Juliette---Liberation.jpg

"Il faut changer le mode de fonctionnement rouillé du PS"

Source : LIBERATION.FR  -  le 17 juillet 2012

 

Interview - Gaëtan Gorce et Juliette Méadel, candidats à la tête du PS, présentent ce mardi une contribution pour plus de «parité», de «transparence» et de «rénovation» chez les socialistes.

Sous le slogan «Dessine-moi un parti», Gaëtan Gorce, sénateur de la Nièvre et Juliette Méadel, conseillère du XIVe arrondissement de Paris, présentent ce mardi leur contribution générale qu'ils défendront mercredi lors du conseil national du PS, prélude au congrès socialiste organisé à Toulouse du 26 au 28 octobre. Originalité de cette candidature? Gorce et Méadel proposent une codirection paritaire du parti désormais majoritaire.

Pourquoi cette candidature à deux ?

Gaëtan Gorce. C'est dans la continuité de nos engagements pour plus d’ouverture, de démocratisation et de nouveauté au sein du Parti socialiste. Dans la continuité du succès de la primaire, nous voulons faire passer le PS à une nouvelle époque. Que notre formation garde cette longueur d’avance.

Juliette Méadel. Nous voulons sortir ce parti de la personnalisation de la vie politique. C’est une démarche innovante, qui oblige le PS à se rassembler autrement qu’autour de chefs de bandes dans la gestion de leurs courants. Il faut changer le mode de fonctionnement rouillé de ce parti.

Mais la «co-direction» n’est même pas prévue dans les statuts !

G.G. Peu importe! Ce qui compte, avec cette idée de tandem, c’est de faire comprendre que le PS doit être dirigé différemment. Il ne faut plus être à la recherche du grand leader charismatique mais d’animateurs ouverts sur la société.

Quel message comptez-vous porter au prochain congrès ?

J.M. Tout d’abord celui de l’exemplarité. Le PS doit être plus transparent dans ses modes de désignations, dans ses votes, dans ses procédures de contrôle. Nous devons aussi pousser à la mise en place d’un statut de l'élu et du non-cumul des mandats. Nous voulons une République exemplaire? Le PS doit l'être aussi. Ensuite, nous devons nous ouvrir davantage à la société civile: que ce soit du côté des associations ou des entreprises. Enfin, nous demandons plus de collégialité et de parité.

G.G. Le parti doit anticiper les grands débats du quinquennat. Par exemple sur l’Europe. Nous ne l’avons pas mené en raison du blocage dû au référendum de 2005. Que voulons-nous faire? Quelle est la place de la France? Autre exemple: la réforme de l’Etat. Quel projet portons-nous? Nous devons trouver la bonne formule pour que le parti ne soit ni une courroie de transmission, ni une opposition au gouvernement mais qu’il participe à la vie politique.

Vous déposez aujourd’hui une contribution mais allez-vous présenter en septembre une motion et ne pas participer au rassemblement proposé par Martine Aubry et Jean-Marc Ayrault ?

J.M. Nous n'écartons rien.

G.G. Le rassemblement, oui. Mais autour d’une méthode transparente et axée sur la rénovation du parti. Par exemple, 800000 personnes nous ont laissé leurs contacts durant la primaire. Il faut très vite les recontacter pour leur proposer quelque chose! Ils pourraient avoir un droit d’expression et de vote sur les grandes thématiques sur lesquelles nous allons avoir à trancher. Sur le nucléaire par exemple. Nous pouvons aussi reprendre cette idée de Daniel Cohn-Bendit de coopérative en transformant les sections PS en ateliers de débats.

Est-ce à dire que si Aubry et Ayrault reprennent vos idées dans leur motion, vous vous rangerez derrière eux ?

J.M. On veut faire avancer les choses. Si la motion Aubry-Ayrault dit «on reprend tout»: très bien! Car si le PS ne change pas, on ne sera pas capable d’entendre les messages envoyés par la société civile pour accompagner les réformes du gouvernement. Le PS doit être un lieu d'échange, de critique constructive.

Pour aider François Hollande à redresser le pays, il faut un lien politique, pas un parti godillot.

.

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Dessine-moi un parti
commenter cet article
18 juillet 2012 3 18 /07 /juillet /2012 12:00

 

Congrès du PS : les amis de Hollande remontés contre Aubry

Source : NOUVELOBS.COM  -  le 17 juillet 2012 

 

Alors que Ayrault signe un texte commun avec la première secrétaire du PS, les amis du président hésitent à rédiger une contribution en vue du Congrès.

Alors que les contributions germent au PS avant son prochain congrès prévu à l'automne, c’est la saison des "istes" à Solférino. Cette petite fleur qui délicatement s’accole à un nom propre, bourgeonne et forme un courant de pensée. On compte ainsi les aubrystes, espèce la plus prolifique, les hamonistes, les vallsistes qui cherchent à s’accorder ton sur ton avec les peillonistes et les moscovicistes, tandis que les horticulteurs amateurs de plantes rares, traquent les derniers royalistes.

Mais au milieu de cette composition florale, un courant a du mal à être en harmonie : les hollandais. Les soutiens historiques du président de la République voient d’un très mauvais œil la contribution unique signée par Martine Aubry et Jean-Marc Ayrault, qui verrouillerait selon eux le parti . "Certains amis de François Hollande, les proches de Stéphane Le Foll craignent de ne trouver leur place dans le parti", décrypte Marie-Noëlle Lienemann, pilier de l’aile gauche du parti qui n'a aucun doute: "à travers la contribution unique, les hollandais sont bien la cible principale d’Aubry."


Les hollandais s'estiment lésés

Les proches du chef de l'Etat se retrouvent face à un dilemme. Présenter une contribution face à celle signée par Aubry et le Premier ministre revient d'une certaine manière à soutenir Hollande… contre Hollande...  "On est suffisamment fidèles et responsables, mais on va regarder ce qu'on peut faire", lâche Stéphane Le Foll, le ministre de l'Agriculture. "Il faut rééquilibrer le bureau national. Nous avons été ignorés après le congrès de Reims. Il faut trouver un équilibre entre les soutiens de François Hollande et les autres."

Les hollandais refusent de laisser le parti aux aubrystes comme ça avait été le cas en 2008. D’autant plus qu’ils estiment avoir fait les frais de la volonté de François Hollande de servir tous les courants après sa victoire. Ils n’ont obtenu aucun poste régalien au gouvernement et estiment avoir été lésés par les aubrystes lors de la désignation des candidats pour les élections législatives par le parti.

"La question n'est pas de faire la guerre à Martine, on n'est pas dans le face à face. Mais quand même!", s’insurge un hollandais favorable à la rédaction d’une contribution. "Il s'est passé des choses depuis le congrès de Reims: Martine Aubry n'a pas été désignée candidate par les militants et François Hollande a été élu président de la République. On n'est pas obligé de leur laisser le parti sans bouger une oreille... L'Union sacrée, ok, mais il n'est pas question de se faire avoir une seconde fois !"

Forces vives

Voilà plusieurs jours que les réunions se multiplient. Mardi dernier, environ 80 hollandais se sont regroupés dans les jardins du ministère de l’Agriculture de Stéphane Le Foll. Parmi eux, des historiques comme Faouzi Lamdaoui (conseiller du président) ou Kader Arif (ministre délégué aux anciens combattants), mais aussi, selon Le Foll, une vingtaine de jeunes nouveaux membres. Une manière de dire au camp d’en face : nous avons des forces vives dans le parti.

Officiellement, la question de la contribution n’a été évoquée que deux ou trois minutes. Le Foll écarte pour l'instant l’idée : "Mais il faut une solution qui assure la durabilité de la victoire." En réalité, sa rédaction est dans tous les esprits. Mercredi dernier, une dizaine de députés ont fondé une coordination baptisée Répondre à gauche du nom de l’association lancée par le ministre de l’Agriculture en 2008.

"L'arme atomique"

Mais l’initiative ne fait pas l’unanimité dans les rangs des hollandais. Des députés proche du Président comme Olivier Faure soutiennent la contribution Aubry-Ayrault. Son nom a d’ailleurs circulé pour succéder à Martine Aubry, même si l’intéressé a démenti. Car au delà de la répartition des postes c’est aussi la succession de la Première secrétaire qui se joue. Même si celle-ci a indiqué vouloir passer la main, elle garde une part de mystère sur ses intentions et pourrait changer d’avis.

De leur côté, les hollandais n’ont pas vraiment de candidat à présenter, mis à part François Rebsamen, le sénateur maire de Dijon, qui préférerait, lui, le poste de Manuel Valls à l’Intérieur lors d’un éventuel remaniement. Un proche du président explique l’embarras des troupes : "Martine Aubry a l'arme atomique : se représenter." La dissuasion semble efficace : à quelques heures de la date limite, les hollandais se cherchent encore, alors que la plupart des courants ont déjà écrit leur contribution et réuni les signataires.

 

[ ... et le dernier mot est pour Gaëtan GORCE : ]

Gaëtan Gorce, sénateur de la Nièvre et dépositaire d’un texte avec Juliette Méadel baptisé "dessine moi un parti", analyse froidement :

"Les querelles de chapelle sont en train de se réveiller. Il y a des forces organisées dans le parti prêtes à se déchirer. Ils s’identifient de façon puérile derrière une personne. On dirait les guelfes et les gibelins. Si je me souviens bien, ça ne s’était pas bien terminé …"

.

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Congrès PS 2012
commenter cet article
18 juillet 2012 3 18 /07 /juillet /2012 10:00

marionnette---le-parrain.png

 

La semaine dernière, le 1er Ministre Jean-Marc Ayrault et la 1ère Secrétaire du PS Martine Aubry avaient proposé "à l'ensemble des dirigeants du PS, comme aux membres du gouvernement, de soutenir de façon exclusive" leur contribution générale.

 

Dirigeants du PS, membres du gouvernement, arithmétiquement c'est un tout petit groupe, si on compare avec l'ensemble des adhérents du PS ...

Mais, "on ne va pas nous la faire" ! ...

Le but est bien de verrouiller, de faire comprendre (et les moyens de pression sont grands) à la troupe qu'il serait très mal venu de ne pas soutenir la contribution unitaire et salutaire !!!


La méthode de culpabilisation, toujours.

 

Oui mais non, on pourra toujours débattre, n'est-ce pas ? Bein voyons !!!

.

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Congrès PS 2012
commenter cet article
18 juillet 2012 3 18 /07 /juillet /2012 08:00

logo complet Dessine-moi un parti

 

Dessine-moi un parti  -  le 17 juillet 2012

 

Les membres du collectif "Dessine-moi un parti" ont présenté leur contribution générale ce matin au Sénat. 

Juliette MEADEL et Gaétan GORCE ont souligné l’originalité de leur démarche. Portée par des militants libres de toute allégeance, la contribution "Dessine-moi un parti" est la seule à avoir fait le choix de mettre au cœur du Congrès l’unique question qui vaille aujourd’hui : celle du rôle du PS dans la période nouvelle qui vient de s’ouvrir.

 

Pour le collectif "Dessine-moi un parti", le PS doit réformer en profondeur ses méthodes de travail et de débat pour promouvoir l’exemplarité, la parité et la collégialité !

 

Les signataires de "Dessine-moi un parti", parmi lesquels Jean-Louis Bianco, veulent

- réduire l’influence des courants

- remettre en cause le système des motions

- faire reculer toutes les formes de cooptation

- proposer une charte éthique

- et organiser des "Assises de l’imagination politique" !

 

Ils présenteront un projet de modification des statuts du parti, notamment pour rétablir l’élection du Premier secrétaire par le vote direct des militants, et ouvrir plus largement le parti à ses sympathisants mais aussi à la société civile.

Au moment où le PS se trouve investi de nouvelles responsabilités, il est impératif de transformer les vieilles méthodes héritées du passé pour devenir non seulement un partenaire incontournable de l’action gouvernementale mais aussi une force d’innovation démocratique.

Les membres du collectif "Dessine-moi un parti" réaffirment leur détermination à porter leurs idées jusqu’au bout, par l’intermédiaire d’une motion si nécessaire !

.

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Dessine-moi un parti
commenter cet article
17 juillet 2012 2 17 /07 /juillet /2012 13:00

 

logo complet Dessine-moi un parti

 

Loyaux, mais pas godillots !

par Gaëtan GORCE  -  le 11 juillet 2012

 

Notre pays est dans une situation préoccupante. Pour y faire face, le gouvernement a choisi une orientation courageuse. La voie du redressement sera difficile et chacun doit faire preuve de responsabilité.

Mais cela doit-il conduire à réduire l'espace laissé au débat au sein de notre parti ? Qu'au regard des expériences passées, l'on puisse craindre les débordements peut se comprendre. Reims ne peut constituer notre référence. Mais ce sont moins les militants que les dirigeants des trop fameux "courants" qui se sont mal conduits alors.

La difficulté appelle le débat. La démocratie, la confiance. Le rassemblement autour du Gouvernement sera d'autant plus sincère qu'il aura été précédé d'une vraie discussion.

À défaut nous risquons de passer de "la contribution exclusive" à la trop fameuse "politique unique", la seule qui soit possible : air connu, mais ravageur au final. Les dirigeants gouvernementaux comme ceux du PS doivent accepter et d'abord comprendre que la démocratie constitue la meilleure issue. Nos adhérents doivent pouvoir élire, librement, leurs dirigeants. Notre parti, comme le pays, doivent pouvoir débattre, librement, des options choisies. N'est-ce pas dans cet esprit qu'a été organisée la Conférence Sociale dont les travaux vont se poursuivre tout au long des prochains mois ? Vaudrait-il mieux être militant syndical que du PS ?  Les adhérents socialistes, qui ont si brillamment réussi à organiser les Primaires, méritent d'être consultés et entendus.

D'autant que le moment est venu de changer nos modes de fonctionnement pour mobiliser efficacement le parti autour du gouvernement. Ce n'est pas en nous repliant sur nous-mêmes que nous susciterons  l'adhésion. C'est au contraire en ouvrant notre parti sur la société que nous y parviendrons : en faisant reculer la cooptation, en libérant nos délibérations du poids excessif  des courants, en organisant et en tranchant les grands débats que nous n'avons jusqu'alors pas voulu affronter, qu'il s'agisse de l'Europe, de l'avenir de notre modèle républicain...ou du rôle du Parti lorsque ses représentants sont au pouvoir !

Le communiqué de nos deux chefs, celui du gouvernement et celui du parti, ne dit d'ailleurs pas autre chose. Cette pétition de principe serait cependant plus convaincante si elle n'était aussitôt démentie par la méthode "proposée".

Peut-on invoquer la rénovation et débuter par un appel à rentrer dans le rang ?  

Nous sommes solidaires du Gouvernement. Et donc d'autant plus fondés à revendiquer notre liberté.  Ce Congrès doit être utile.

Avec un axe simple : se réformer plutôt que se refermer !  Nous serons donc loyaux...mais pas godillots !

.

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Dessine-moi un parti
commenter cet article
17 juillet 2012 2 17 /07 /juillet /2012 12:00

 

Bravo, et comme l’a écrit Gaëtan sur Twitter de manière claire et concise :

"Communiqué Aubry -Ayrault où comment fermer un débat qui n’est pas encore ouvert"  !!!

 

logo complet Dessine-moi un parti

 

Ayrault-Aubry : "Dessine-moi un parti" continue

Source : dessinemoiunparti.fr  -  le 11 juillet 2012

 

Juliette Méadel, conseillère municipale de Paris 14e et Gaëtan Gorce, sénateur de la Nièvre, le tandem à la tête de "Dessine-moi un parti", considèrent que la démarche de Martine Aubry et de Jean-Marc Ayrault proposant une motion unique se justifie pour les membres du gouvernement en cette période de démarrage du quinquennat. En revanche, ils ne partagent pas cette approche s’agissant de tous les autres militants et élus.

 

Juliette Méadel et Gaëtan Gorce estiment que les idées doivent être débattues au sein du PS et que les attentes réelles des militants et des sympathisants ne doivent pas être déçues. Le meilleur soutien que puisse apporter le PS au gouvernement, à moyen et long terme, est de permettre le débat avec tous les militants, et au-delà avec tous les citoyens qui le souhaitent.


Le consensus se construit; il ne se décrète pas.


"Dessine-moi un parti" poursuit sa démarche et déposera une contribution générale le 17 juillet.

.

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Dessine-moi un parti
commenter cet article
17 juillet 2012 2 17 /07 /juillet /2012 11:00

 

"Ca a toujours existé, tout le monde triche" ... oh la belle excuse !

Summum de cynisme.

Toujours, ça veut dire que le phénomène a continué de prospérer pendant les mandats des 1ers secrétaires successifs ... dont celui de Jospin, non ?

 

Une vidéo - août 2010 : Tricheries et manipulations au PS

"Petits meurtres entre camarades"

Oh l'argument de Jospin ! qui s'étonne qu'un journal de gauche (Libération) aide si peu le PS ... faudrait qu'il se taise sur ses turpitudes, peut-être ??????

.

Repost 0
17 juillet 2012 2 17 /07 /juillet /2012 10:00

homme se prenant la tête 

La commission "Jospin" (bon sang que j'ai du mal à le citer !) rendra son rapport en novembre 2012.


Faut-il rappeler que les sénateurs PS élus en 2011 (après avoir mené une fronde contre M. Aubry) avaient obtenu de différer à septembre 2012 leur choix pour éviter une situation de cumul. En vertu du vote des militants d'octobre 2009 (!) ... vous savez, ces cochons de payants d'adhérents !


Nouveau sursis, donc, et qui peut se prolonger jusqu'au vote d'une loi ... peut-être. Et fichue comment, surprise du chef !

Question posée aux militants du PS (72% pour) :
Etes-vous favorables, comme étape vers le mandat parlementaire unique à l'impossibilité de cumuler, sans attendre le vote d'une loi, dès les prochains renouvellements un mandat de parlementaire avec une présidence d’exécutif local ou la participation à un exécutif ?


"SANS ATTENDRE LE VOTE D'UNE LOI" !!!



Question posée aux militants du PS (75% pour) :
Êtes-vous favorables à limiter à trois les mandats successifs des présidents d’exécutifs locaux (Maires, Présidents de Conseil Général, Conseil Régional et d'Intercommunalité) ?

Y'aurait pas une arnaque quelque part ???

.

Repost 0
17 juillet 2012 2 17 /07 /juillet /2012 09:00

les-3-singes.jpg

Ainsi donc, Glavany se réjouit du retour de Jospin !

 

Mais qui est Glavany, et surtout qu'a t-il dans la tête ? On peut remonter à 2002 et à son rôle de directeur de campagne de Jospin battu brillamment par Le Pen.

 

Mais, histoire très récente, il a pu démontrer son immense attachement à la parité, à la place des femmes. Formidable, ce pote de Jospin et Falorni, candidat au perchoir, avait déclaré -- visant Elisabeth Guigou, elle aussi candidate : 

"C'est "l'adéquation d'un homme pour le poste" qui compte et cela "ne se mesure pas à la longueur des cheveux ou de la jupe" !!!

 

Charmant personnage, non ?

.
Repost 0

Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande