Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

27 février 2011 7 27 /02 /février /2011 16:00

drapeau tunisien

 

Le Premier ministre tunisien par intérim

jette l'éponge

Source : L'EXPRESS.fr  -  le 27 février 2011

 

Mohamed Ghannouchi a démissionné dimanche de ses fonctions de Premier ministre en Tunisie pour faciliter la tenue d'élections censées solder l'ère Zine ben Ali.

Il a été remplacé par Beji Caïd Essebsi. Ce dernier a notamment été ministre des Affaires étrangères du temps d'Habib Bourguiba, premier président de la Tunisie indépendante.

Des milliers de Tunisiens se sont rassemblés aux abords du parlement pour célébrer la démission de Mohamed Ghannouchi, Premier ministre depuis 1999 et perçu à ce titre comme un cacique du régime de Zine ben Ali, renversé par un soulèvement populaire le 14 janvier.

"Nous sommes très heureux mais ce n'est pas assez", a déclaré un homme parmi la foule disant s'appeler Ahmed. "Nous ne voulons plus rien voir de ce gouvernement."

Selon les chiffres du gouvernement, cinq personnes sont mortes depuis vendredi dans des affrontements entre les forces de l'ordre et des manifestants exigeant le départ de Mohamed Ghannouchi.


"Ma démission fournira une meilleure atmosphère pour la nouvelle ère", a expliqué Mohamed Ghannouchi en ajoutant qu'il voulait empêcher que les troubles politiques ne fassent de nouvelles victimes.

Il a ajouté: "Ma démission est au service du pays. Je ne suis pas un homme de répression."

Il a réitéré la promesse du gouvernement de transition d'organiser des élections d'ici le 15 juillet.

Alors que des personnes manifestaient leur joie, les forces de l'ordre ont tiré en l'air pour disperser des centaines de jeunes Tunisois qui jetaient des pierres et brisaient des vitrines de magasins.

D'après un journaliste de Reuters, des militaires ont bloqué un quartier commerçant de la capitale, théâtre de ces affrontements. Aucun blessé n'a été signalé.

Pour des analystes, le départ du Premier ministre peut désamorcer la tension dans la rue mais risque aussi de produire un effet inverse.

"L'espoir est qu'en faisant cette concession, les manifestations se calment, ce qui permettrait au gouvernement de préparer les élections", estime ainsi Kamran Bokhari, directeur pour le Moyen-Orient et l'Asie du Sud-Est du cabinet Stratfor, spécialisé dans l'évaluation des risques politiques.

"Mais le risque aussi existe qu'elle donne des ailes aux forces de l'opposition pour exiger de nouvelles concessions."

Un responsable de la grande centrale syndicale UGTT, qui demande des réformes sociales depuis la chute de Zine ben Ali, a déclaré à l'agence Reuters que le départ du Premier ministre était "un pas dans la bonne direction".

Pour sa part, un porte-parole du principal mouvement islamiste Ennahda (Renaissance) a estimé que ce geste pouvait ouvrir la voie à un élargissement du gouvernement de transition. Ennahda, interdit sous l'ère Ben Ali, s'était plaint d'être tenu écarté de l'équipe formée par Mohamed Ghannouchi.

La "révolution du jasmin" a inspiré des soulèvements populaires dans de nombreux autres pays arabes.

Repost 0
27 février 2011 7 27 /02 /février /2011 14:00

 

Ségolène Royal en Martinique et en Guadeloupe,

visite riche en enseignements et en décisions

par l'Equipe de Ségolène ROYAL  -  le 25 février 2011

S. Royal & S. Letchimy : le partenariat entre régions
envoyé par segolene-royal

 

En Martinique ... La délégation a participé à plusieurs réunions de travail sur la prévention des risques naturels avec notamment la visite du Poste de Commandement  opérationnel installé par le Conseil Général de la Martinique et que leur a fait visiter le Président Claude Lise. 

Ce déplacement en Martinique a été extrêmement fructueux sur cette question de la prévention des risques de catastrophes naturelles.

La Martinique possède en la matière une avance considérable sur la métropole. 

A partir des nombreuses rencontres et réunions de travail effectuées, des décisions opérationnelles ont été prises : 

La Région Poitou-Charentes signera plusieurs conventions pour la prévention des risques naturels, avec :

- Le Conseil Régional de Martinique. Serge Letchimi se rendra en Poitou-Charentes au début de l'été pour la signature de ce partenariat

- le Conseil Général de Martinique,

- l’Université Antilles-Guyane

Ces conventions porteront notamment sur : 

A - la prévention des risques

1) la Création d’un kit de survie à destination des populations touchées

2) la création d’un poste de commandement sur la gestion des risques en Poitou-Charentes

3) la mise en commun de travaux de recherches et de collecte des données

4) la création d’une Université Populaire dédiée à la prévention des risques pour diffuser la culture du risque en Poitou-Charentes

Ces partenariats permettront également de mettre en place des actions de formation des agents publics à ce type de risques, de recueillir la mémoire des anciens grâce au travail de jeunes en service civique 

B- Excellence environnementale

1) Mise en commun d'outils de soutien économique et financier (fonds d'investissement public)

2) Echange de brevets avec la Région Poitou-Charentes pour produire des agro-carburants et des éco-materiaux

3) Développement d'une filière "véhicules électriques" aux Antilles

Repost 0
27 février 2011 7 27 /02 /février /2011 12:00

avec-serge-letchimy--en-Martinique.jpg 

 

Royal dresse "les 14 promesses

non tenues" de Sarkozy

Source : L'EXPRESS.fr  -  le 24 février 2011

Ségolène Royal, candidate à primaire socialiste, a fait l'inventaire ce mercredi en Guadeloupe des promesses non tenues par Nicolas Sarkozy pour l'outremer.

Ségolène Royal est loin de Paris, de son Salon de l'agriculture, des critiques sur la diplomatie française, mais elle n'oublie pas pour autant Nicolas Sarkozy. 

En visite dans les Antilles, la présidente de Poitou-Charentes, venue soutenir un candidat aux cantonales, a lancé: "On est fatigués des promesses non tenues". 

"Le peuple guadeloupéen, il y a quelques mois, s'est beaucoup bougé, s'est levé, a protesté, a exigé (...) Le président de la République a fait beaucoup de promesses. Il y a au moins 14 promesses qui n'ont pas été tenues.", a-t-elle déploré. 

"La politique, c'est d'abord tenir ses engagements", a-t-elle dit, prenant l'engagement qu'en 2012, "en arrivant aux responsabilités", "nous reprendrons ensemble le travail en partenariat". 

Restaurer la confiance

Dressant "l'inventaire" de ces engagements non respectés, Ségolène Royal a pointé notamment les 300 millions d'euros pris sur le budget de l'outremer. Le Fonds exceptionnel d'investissement a bien été créé "sur le papier, mais il ne reste que 3 millions d'euros pour financer des projets nouveaux". 

Ségolène Royal a également regretté la promesse non tenue de "soutenir les investissements productifs dans le photovoltaïque". "En 2012, la France deviendra une puissance écologique", a-t-elle promis. 

Evoquant également la promesse d'aides aux petites entreprises, Ségolène Royal a lancé: "En 2012, nous remettrons en place, je remettrai en place, ce que je fais dans ma région, un contrat de confiance avec les petites et moyennes entreprises et un pacte de confiance pour l'emploi des jeunes". 

Des prix toujours plus cher en métropole

Elle a également évoqué la défiscalisation, le logement social, l'éducation -160 postes supprimés en Guadeloupe, 239 en Martinique-. "Ces postes, nous les rendrons aux écoles" des Antilles, a-t-elle assuré. 

"Les prix sont toujours plus chers ici qu'en métropole (...) Les riches sont toujours plus riches, les pauvres toujours plus pauvres", a-t-elle affirmé, applaudie, alors que le chef de l'Etat avait promis la lutte contre la vie chère. 

Sur l'égalité des droits, "les accords de sortie de crise signés en 2009 prévoyaient le versement de 200 euros pour augmenter le pouvoir d'achat des bas salaires", financés par l'Etat, collectivités et entreprise employeuse.", a-t-elle rappelé. L'Etat a "en partie tenu parole", mais "les grosses entreprises ont refusé de mettre la main à la poche". 

Enfin, sur le plan Séismes, "très peu de travaux" ont été entrepris, selon Ségolène Royal.

Repost 0
27 février 2011 7 27 /02 /février /2011 10:00

bannière Lettre d'actualité de Ségolène

 

En juin 2009, Nicolas Sarkozy disait aux Antillais : "Imposons la culture du dialogue, de l'écoute, du compromis. Et vous ne serez pas déçus de la réponse de l'Etat (…). On attend de moi des résultats, des prises de décision, du courage, de l'imagination, de l'audace (...) Croyez bien que je serai au rendez-vous".

L’occasion est donnée de faire le point sur ses promesses :

 

1ère promesse non tenue : le Budget 2011 de l'Outre-Mer, deux fois plus taxé que les autres !

Nicolas Sarkozy avait dit qu'il fallait au Ministère de l'Outre-Mer les moyens d'agir et de tenir son rang. Résultat : les crédits de l'outre-mer diminuent deux fois plus que le reste des dépenses de l'Etat ! 300 millions d'euros sont ponctionnés cette année sur ce budget déjà maigre. 

2ème promesse non tenue : l'Education

Nicolas Sarkozy promettait lors du conseil interministériel novembre 2009 : "nous allons renforcer la lutte contre le décrochage scolaire par un suivi renforcé des élèves : c'est un crime contre l'avenir que de laisser nos jeunes s'enfoncer dans l'absentéisme".

Résultat : la Martinique détient, pour la rentrée 2012, le record national de suppressions de postes proportionnellement à ses effectifs. Après 117 postes rayés de la carte l'année dernière, 239 autres doivent disparaître, soit une diminution des effectifs enseignants de 3,9%.

En Guadeloupe, 160 postes seront supprimés à la rentrée prochaine. Là aussi, les mêmes causes produisent les mêmes effets désastreux. 

3ème promesse non tenue : le soutien aux investissements productifs dans le photovoltaïque

Nicolas Sarkozy avait déclaré : "il est tout simplement incompréhensible que le potentiel fantastique de nos outre-mers ne soit pas davantage mobilisé, notamment dans le secteur de la production énergétique" et aussi "j'annonce que l'Etat va augmenter de 20% les tarifs de rachat des énergies propres, qu'il s'agisse de géothermique, de biomasse, d'énergie marine ou d'énergie solaire" (novembre 2009)

Malgré ces engagements, le secteur photovoltaïque subit une double peine : les crédits d'impôts pour l'équipement des particuliers sont brutalement diminués de 50% à 25% (alors qu'outre-mer, le pouvoir d'achat des ménages est beaucoup plus faible que dans l'Hexagone) et la défiscalisation des investissements productifs réalisés dans ce secteur est totalement supprimée.

 

4ème promesse non tenue : 150 millions supplémentaires pour le développement économique de l'outre-mer

Le gain réel est plus modeste : 75 millions d'euros. 

5ème promesse non tenue : le Fonds exceptionnel d'investissement

Annoncé dès février 2009 par Nicolas Sarkozy, il a bien été créé et initialement doté de 50 millions d'euros mais, au Budget 2012, il ne reste plus que 3 millions d'euros pour financer des projets nouveaux, tout le reste correspondant à des opérations déjà engagées. 

6ème promesse non tenue : le Small Business Act à destination des TPE et des PME

Il s'agissait de faciliter l'accès des très petites et moyennes entreprises aux marchés locaux et régionaux en favorisant leur structuration en filières, en les accompagnant en matière d'innovation et de recherche-développement pour qu'elles améliorent leur compétitivité, en créant un Fonds d'intervention de proximité, etc.. La plupart de ces mesures n'ont pas été mises en œuvre. 

7ème promesse non tenue : rénover le dialogue social

Pas d'avancées significatives dans un domaine dans lequel le mouvement de 2009 a montré qu'il y avait beaucoup à faire pour améliorer la reconnaissance du fait syndical et développer une démocratie sociale vivante. 

8ème promesse non tenue : la défiscalisation

Les recettes de la défiscalisation représentent, outre-mer, près de 2 fois le montant des crédits du Ministère (3,2 milliards d'euros).Le système a ses défauts et toujours besoin d'encadrement mais il est vital pour la Martinique et pour la Guadeloupe. L'amputation de 10% appliquée par le gouvernement à l'ensemble des dépenses fiscales correspond à un assèchement brutal d'environ 330 millions d'euros.

Nicolas Sarkozy avait pourtant promis de maintenir, au service du développement endogène, "la défiscalisation à 50% de toutes les prises de participation dans le capital des PME locales (...)" 

9ème promesse non tenue : la priorité au logement social

10.000 ménages en Martinique et 12.500 en Guadeloupe attendent un logement social que la plupart n'ont aucune chance d'obtenir au rythme de construction actuel.

Le mois dernier, Nicolas Sarkozy affirmait : "nous avons tenu à protéger le financement du logement social qui est une priorité à mes yeux" (Guadeloupe, janvier 2011).

La vérité est à l'inverse : c'est tout le financement du logement social qui est aujourd'hui fragilisé car les crédits publics (la Ligne Budgétaire Unique) qui doivent être le socle du financement du logement social ne cessent de régresser.

80% des habitants des départements d'outre-mer ont des revenus modestes qui leur donnent le droit d'accéder à un logement social mais ce droit est bafoué faute d'accélération suffisante des programmes de construction. Ce n'est pas bon pour les familles. Ce n'est pas bon non plus pour l'emploi dans un secteur, le BTP, qui joue un rôle économique très important.

La loi sur l'habitat informel et pour la lutte contre l'habitat indigne qu'a fait voter le mois dernier Serge Letchimy est une excellente loi. Elle privilégie une approche pragmatique et humaine, respectueuse des habitants, de leur histoire et de leur mémoire. 

10ème promesse non tenue : diversification de l'agriculture pour diminuer les importations alimentaires

40 millions d'euros devaient, dès 2010, permettre d'accélérer le mouvement avec le renfort d'Instituts techniques agricoles pour épauler les agriculteurs désireux de se diversifier. Sur le terrain, les choses tardent à se mettre en place. 

11ème promesse non tenue : pour la vérité des prix, contre la vie chère

"La vérité des prix, c'est un engagement que j'avais pris devant les populations d'outre-mer" rappelait Nicolas Sarkozy en novembre 2009.

Deux ans après le vaste mouvement populaire qui s'est dressé ici contre la vie chère, les prix sont repartis à la hausse, carburants en tête, et l'écart avec les prix des produits vendus dans l'Hexagone ne s'est guère résorbé. 

12ème promesse non tenue : le Service Militaire Adapté

Le SMA  mériterait de faire école dans l'Hexagone. 2011 est l'année de son cinquantenaire. Nicolas Sarkozy avait annoncé le doublement d'ici 2012 du nombre de jeunes des outre-mers qui pourraient intégrer ce parcours de formation.

3.000 jeunes par an, âgés de 18 à 26 ans et originaires de tous les outre-mers, effectuent un service de 12 mois au cours duquel ils reçoivent une formation militaire légère, se remettent à niveau scolairement s'ils en ont besoin, suivent une formation professionnelle dans l'une des 50 filières existantes et une formation de premier secours, peuvent passer leur permis de conduire. Les taux d'insertion professionnelle ou dans un dispositif qualifiant sont de l'ordre de 80%.

L'objectif reste bien que 6.000 jeunes puissent intégrer le SMA même si ça se fera plus lentement que prévu. Mais le taux d'encadrement, clef de la réussite, n'augmente pas proportionnellement au nombre de stagiaires prévus. Et la diminution de la durée du stage fait craindre un "SMA au rabais", avec une formation de moindre qualité et par conséquent des chances plus réduites d'insertion sur le marché du travail. 

13ème promesse non tenue : l'égalité des droits

Les accords de sortie de crise signés en 2009 prévoyaient le versement de 200 euros pour augmenter le pouvoir d'achat des bas salaires Le financement devait en être partagé entre l'Etat (100 euros), les collectivités (50 euros) et l'entreprise employeuse (50 euros).

Pour financer la part de l'Etat, le gouvernement a créé le Revenu Supplémentaire Temporaire d'Activité (RSTA) pour une durée de 3 ans, à l'issue de laquelle l'entreprise, si elle est signataire d'un accord, prend intégralement à sa charge le paiement de ces 200 euros.

A compter du 1er janvier 2011, il n'y a plus d'entrée dans le RSTA. Depuis la même date, le Revenu de Solidarité active s'applique outre-mer, ce qui n'était pas le cas avant.Les bénéficiaires du RSTA peuvent choisir entre continuer à percevoir cette prestation jusqu'à la fin des 3 années d'attribution ou opter dès maintenant pour le RSA.

S'il le RSA avait été appliqué en même temps que dans l'Hexagone, le RSA aurait concerné outre-mer 356.000 foyers pour un coût d'environ 250 millions d'euros/an.

L'inégalité manifeste de traitement résultant de ce décalage dans le temps de l'application du RSA outre-mer (dénoncée à l'époque par les élus ultra-marins) a permis à l'Etat de réaliser sur le dos des plus démunis une économie de l'ordre de 58 millions d'euros car la prestation du RSTA est moindre que celle du RSA et ne tient pas compte du nombre d'enfants. 

14ème promesse non tenue : le Plan Séisme

Sur l'enveloppe de 343 millions d'euros réservée dans le plan séismes de 2007, seuls 60 millions d'euros ont, quatre ans plus tard, été consommés et peu de travaux ont été effectivement entrepris.

Repost 0
24 février 2011 4 24 /02 /février /2011 17:00

marionnette---le-parrain.png

 

Ouahhh ! DSK aurait rencontré François Hollande, et lui aurait demandé de renoncer à se présenter aux primaires ...

François Hollande aurait envoyé DSK sur les roses, avec toutes les épines !

 

Les versions diffèrent, comme de juste.

 

LeMonde.fr, 23 février 2011 :

Spéculations autour d'une rencontre "secrète" entre DSK et Hollande

 

 

Vous remarquerez les petites phrases acides de l'entourage. De bon ton entre camarades.

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Présidentielles 2012
commenter cet article
24 février 2011 4 24 /02 /février /2011 15:00

 

On a pu le constater depuis son élection en 2007, la politique étrangère et la diplomatie du résident provisoire de l'Elysée n'ont qu'une priorité : les contrats qu'il va pouvoir signer, à grand renfort de com' : ventes d'avions, centrales nucléaires, etc ...

Avec les accommodements de mise, il nous affirme que les Droits de l'Homme ont été naturellement à l'ordre du jour des échanges avec ses homologues étrangers.

Ce fut le cas pour la Chine. Et pour la Lybie où régnait alors dans toute sa splendeur le dictateur Kadhafi. 

Les tragiques événements qui se déroulent en LYBIE sont peut-être l'occasion de rappeler la réception en grande pompe fin 2007, et les fameux "10 milliards de contrats" supposés avoir été signés avec Kadhafi. Plusieurs médias ont relevé que dans la majorité des cas, les entreprises françaises attendent toujours les commandes !

 

13 novembre 2007 : discours de N$ au Parlement Européen :

"J'ajoute que tous ceux qui ont fait l'expérience de renoncer à la défense des Droits de l'Homme au bénéfice de contrats n'ont pas eu les contrats et on perdu sur le terrain des valeurs"

BINGO !!!

 

Un mois plus tard ... 11 décembre : tapis rouge pour Kadhafi ... et annonce de contrats mirobolants : 

Repost 0
23 février 2011 3 23 /02 /février /2011 15:00

 

Explication du titre :

 

Il s'applique principalement aux diverses péripéties concernant le PS, et notamment  les préparatifs de la primaire pour 2012.

A force de reprendre certaines informations, de commenter, de protester contre telle aberration ou telle manoeuvre (forcément politique, voire politicarde !), je sens bien comme plusieurs blogueurs que cela ne conduit qu'à ... l'épuisement.

 

L'impression d'alimenter en vain le feuilleton portant sur des choses pas forcément importantes et vitales pour l'avenir. 

marionnette---le-parrain.png 

Les primaires ? Auront-elles lieu, un grand doute m'envahit.

Avec raison je pense.

Bien sûr, la main sur le coeur on nous assure que le PS a tranché, que les militants seront respectés.

Mais dans le même temps le vote militant est dévalorisé, par de petites phrases qui cachent mal leurs intentions.  Cela fait plusieurs mois que le principe même est sujet d'attaques directes, de la part de supposés responsables probablement envoyés en éclaireurs !

Ils s'expriment librement dès qu'un micro se tend  -- dernier épisode , ils lancent une  pétition pour arrêter la procédure -- et personne à la direction du PS ne vient les contredire. 

 

En fait, je me suis déjà beaucoup exprimé sur le sujet.

Conscient que la "rénovation" n'est resté qu'un mot, qu'il est de plus en plus perceptible qu'on nous mène en bateau, que dans cette partie les dés sont pipés,  oui j"écris donc "ça me gonfle !".

 

Je me contenterai donc de relever sommairement les informations, quand même ! Et de fournir les liens, pour ceux qui seraient intéressés.

Cela constituera aussi mes archives ... au cas où !

 

Cela dit, ce blog affiche clairement mon choix pour 2012 : Ségolène ROYAL.

Toute l'actualité la concernant, toute la campagne qu'elle mène continueront évidemment d'être développées.

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans da59-flandre-littoral
commenter cet article
23 février 2011 3 23 /02 /février /2011 14:00

 

Kadhafi et MAM, même combat !

MAM indésirable à Tunis, soit.

En France aussi d'ailleurs ... surtout au gouvernement !

 

kadhafi-et-MAM--indesirables.jpg

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Humour - Dérision
commenter cet article
22 février 2011 2 22 /02 /février /2011 09:00

 

kadhafi-refera-t-il-du-camping-en-France.jpg

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Humour - Dérision
commenter cet article
21 février 2011 1 21 /02 /février /2011 17:00

 

Royal, "tournée vers les Français" aux Antilles, loin de DSK

Source : publicsenat.fr  -  le 21 février 2011

 

Ségolène Royal, candidate déclarée aux primaires socialistes, continue son "travail avec sérieux et détermination" aux Antilles, "entièrement tournée vers les Français", notamment ces ultra-marins à 8.000 km de Paris, loin des déclarations sibyllines de Dominique Strauss-Kahn.

Au lendemain de trois jours de frénésie médiatique autour de la candidature potentielle du patron du FMI à la primaire socialiste, Mme Royal, rencontrant lundi l'AFP et un autre journaliste, dans un hôtel de Fort-de-France, s'est refusée à commenter les propos de DSK. "Je ne veux pas commenter. Il a parlé en tant que directeur général du FMI", estime-t-elle, avec une pointe de fausse ingénuité.

"Je ne commente pas ce que font les autres candidats. Ce n'est pas mon rôle. Je suis entièrement tournée vers les Français", a  glissé l'ex-candidate à l'Elysée en 2007 qui assure : "Je fais mon travail, j'avance".

en-Martinique.jpg

Arrivée dimanche à Fort-de-France, la présidente de Poitou-Charentes a rencontré lundi le président du Conseil régional Serge Letchimy, parlant lors d'une studieuse table ronde coopération entre les deux régions sur la prévention des risques naturels et les énergies renouvelables.

Elle écoute, prend des notes, parle concrètement des expériences menées dans sa région, --photovoltaïque, véhicule électrique ou biomasse--. En retour elle dit avoir "à apprendre beaucoup" de leur expérience dans la prévention des risques, un an après la tempête Xynthia qui a ravagé sa région. "Nous pouvons nouer un partenariat exemplaire entre nos deux régions, il y a des choses qui peuvent marcher quand les territoires se mettent ensemble", dit-elle.

Mme Royal évoque l'"intelligence des territoires avant de dire : "nous avons à nous apporter les uns aux autres".

"Nous te souhaitons bonne chance pour ces batailles de vie, ces batailles d'avenir", lui lance M. Letchimy, président du puissant Parti progressiste martiniquais, héritier spirituel du grand Aimé Césaire qui l'avait qualifiée lors de sa campagne de 2007 de "petite martiniquaise".

Un signe favorable pour un futur scrutin de primaires où les sympathisants de gauche sont invités à voter.

Plus globalement, sa visite de cinq jours, qui se poursuivra mercredi en Guadeloupe, ne prévoit pas de grand meeting, si ce n'est une rencontre avec des militants. Elle s'en explique: "On n'est pas encore dans la campagne, je suis dans la sédimentation", à la phase de "consolidation des fondations". Mme Royal privilégie une campagne de proximité, "un travail en profondeur".

La campagne commencera le 13 juillet -clôture des candidatures et "on ne pourra plus faire ce travail de fond", juge-t-elle. "J'aurai la force, la puissance de porter cette parole, parce que j'aurai fait ce travail de proximité, d'échange, de dialogue".

"Je vais au contact du terrain, échanger, identifier les souffrances", a répété celle qui se veut la porte-parole de ceux qui n'ont "pas voix au chapitre", qui "n'ont pas la parole".

S'indignant contre les 35% de trains qui n'arrivent pas à l'heure ou les 4 milliards d'euros donnés à Bouygues pour construire le Pentagone à la Francaise, elle demande: "Qu'est ce qui fait France aujourd'hui? Qu'est-ce qui nous tient debout ensemble?", décochant ses flèches contre Nicolas Sarkozy et ses "dégats" et fustigeant "l'échec lamentable" du G20.

Et si les sondages restent en berne, à 14 mois de la présidentielle, Mme Royal répond que "rien n'est écrit à l'avance. Rien n'est prévisible".

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Présidentielles 2012
commenter cet article

Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande